Les échanges d’images en Méditerranée

Compte-rendu de Lisa d’Orazio réalisé grâce à un entretien avec Mme Hélène Bouyé, responsable de “Échanges”, journal de La Méditerranée.

Introduction

Depuis la mise en place de l’Europe, on assiste à une prise de conscience des différentes aires de civilisation comme l’Europe des Balkans ou encore la Méditerranée. En effet, il existe une culture commune propre à chaque espace. L’union européenne favorise les échanges au sein de ses aires à travers l’instauration du processus de Barcelone qui facilite par exemple l’échange d’images.

Celui-ci a été monté grâce notamment la télévision algérienne très impliquée et grâce aussi à la RAI et France 3. Sans la volonté de tous les partenaires l’échange n’aurait pu  être crée. Il a fallu en France créer à France 3 Méditerranée à Marseille la coordination des échanges pour la Méditerranée, habituellement les échanges internationaux d’images étant situés à Paris pour la France.

Depuis 5 ans, c’est Hélène Bouyé qui s’en occupe à FR3 Méditerranée.

Ces échanges d’images de la Méditerranée aboutissent sur France 3, depuis 3 ans à une émission hebdomadaire diffusée le samedi à 13h10, à la suite de Mediterraneo qui présente aussi des reportages sur le bassin méditerranéen. Le journal de La Méditerranée se présente comme une série de courts reportages qui reviennent sur les événements de la semaine. Ce journal dure environ 4 minutes et aborde toute sorte de sujets. Cette émission a pour vocation d’éclairer sur l’actualité de la Méditerranée.

Ce n’est pas à proprement dit un journal car il n’y a pas de reportages tournés sur le terrain. La majorité des images proviennent des rives de la Méditerranée grâce aux échanges réalisés par les télévisions des divers pays. C’est pour cela qu’on peut parler plutôt d’un « panorama » de reportages.

Il s’adresse à un public qui a besoin de connaître le maximum informations et le plus rapidement possible. En effet, dans le contexte actuel avec la multiplication des chaînes d’informations sur le satellite, ce journal répond à une attente. De plus diffusé sur France 3 Méditerranée, il intéresse un public qui prend conscience de l’existence d’une aire méditerranéenne.

Quel est l’intérêt d’un tel journal, comment se fabrique-t-il et quel est son impact ? Telles sont les interrogations que suscite cette initiative qui s’inscrit dans le partage entre des pays qui ont comme point commun d’être bordés par la Méditerranée.

1. La mise en place des échanges

L’échange d’images s’effectue grâce à un satellite qui dépend d’un organisme nommé Eurovision qui permet de diffuser des images d’actualité. Les pays méditerranéens sont partenaires depuis 3 ans d’un échange régional qui s’effectue lors de tranches horaires sur le satellite en l’occurrence entre 14h20 et 14h40 cinq jours sur sept. Ce type d’échange existe aussi pour les pays des Balkans et du Nord.

L’échange méditerranéen comprend 14 pays (le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Égypte, la Jordanie, la Syrie, la Palestine, la Turquie, la Grèce, la Croatie, l’Italie, l’Espagne et la France ). Tous ces échanges se coordonnent à Alger au centre de la Télévision Algérienne. Toutes les demandes passent par celle-ci qui se renseigne sur les disponibilités des images. Chaque télévision nomme un responsable qui travaille en étroite collaboration avec le coordinateur d’Alger. Ce travail de coordination notamment à Alger doit tenir compte du décalage horaire entre pays et des différences de fonctionnement d’une télévision à l’autre.

Avant d’envoyer le sujet à 14h20, Alger centralise les données. Le coordinateur réalise un texte en anglais qu’il joint aux images afin d’apporter des informations supplémentaires pour que chacun puisse utiliser les images (noms des journalistes, des intervenants et traduction des interviews). En effet, les images sont envoyées seulement avec leur son d’ambiance et leurs interviews dans la langue d’origine.

Alger et ceux qui utilisent les images doivent chercher des informations supplémentaires pour écrire un commentaire adapté à sa zone de diffusion. Cependant Alger n’intervient jamais dans les contenus et les montages des reportages. Néanmoins le coordinateur essaye d’unifier les techniques de travail et de solliciter les informations qui manquent.

2. La construction du journal

En France, l’utilisation de cet échange voit sa réalisation dans le Journal de La Méditerranée d’Hélène Bouyé. C’est un format court et hebdomadaire qui nécessite cependant un travail particulier. Chaque jour Hélène Bouyé par le biais de l’Eurovision news consulte les dépêches et les sujets images des divers pays. A partir de là, elle effectue un choix des sujets en fonction de divers paramètres. Elle est obligée de choisir une actualité pour couvrir chaque jour de la semaine. Certains thèmes aussi sont choisis de préférence, ils dépendent du goût et de l’intérêt du public par exemple les sujets sur les rois de Jordanie n’interpellent pas le public français, mais plus le public « espagnol ou grec » à cause de leur attachement à la royauté. On essaye malgré le compte-rendu chronologique de dégager une problématique pour que les sujets ne s’enchaînent pas de façon trop choquante.

Il faut ensuite retravailler les sujets, ils sont en général raccourcis pour se plier au format court du journal mais jamais remontés pour conserver la vision du reportage.

De même, il faut lire la presse et s’informer sur Internet de l’actualité du moment pour couvrir tous les sujets qui arrivent avec peu d‘explications. Ces explications permettent à Hélène Bouyé de construire son commentaire. Il doit répondre à certaines demandes. Il faut réfléchir au fait que ce journal doit s’adresser au grand public et rendre accessible des informations mais sans jamais être bêtifiant. C’est pour cela que les commentaires sont parfois denses afin de bien poser un contexte et des intervenants. On doit s’adapter au pays et au public, il faut le mettre à la portée de tous et expliquer les enjeux que représentent ces  reportages dans leurs pays d’origine.

Il faut aussi faire preuve d’une certaine critique et d’une certaine distance car on ne tourne  pas sur place. De plus, chaque pays oriente son reportage et offre sa vision de l‘actualité. On doit donc apporter une vision critique des choses comme lorsque on se trouve confronté à un sujet turc qui porte sur les Grecs en vacances à Chypre (comme s‘il n‘était jamais rien arrivé).

Cette distance doit se répercuter sur le ton du commentaire. Le ton permet d’indiquer au public le degré d’implication du commentateur. Montrer une forme de détachement indique alors à celui-ci que c’est un travail de collecte d’images et non de reportage.

Cependant comme l’a dit Hélène Bouyé, ce journal contient une forme de subjectivité. Il lui ressemble dans le choix de ses sujets et de son ton.

Par exemple, il existe des sujets récurrents  sur  les « Boat people ».

3. Enjeux et problèmes

Cet échange apporte des choses intéressantes aux médias mais se trouve confronté à des difficultés. Dans le monde actuellement, il existe un véritable besoin d’images. Ce réseau crée un espace de libre-échange et de libre-droit qui permet une diffusion facilitée de l’information en Méditerranée. C’est une ouverture sur un monde de l’information continue.

C’est aussi le moyen d’établir une relation nord / sud grâce à ces échanges dans un lieu en proie aux conflits. Et cela par le biais d’un travail de lien quotidien dans le respect des peuples. Car la Méditerranée a une réalité humaine avant tout.

Certes ces échanges rencontrent des difficultés. Notamment à cause du contexte, tous les pays ne participent pas par la faute des enjeux politiques et des difficultés que connaissent les rives du bassin Méditerranéen. Par exemple Israël n’est plus représenté dans les instances audiovisuelles de la Méditerranée depuis le début de la seconde Intifada. En effet, les échanges d’images ne sont pas anodins, ce qui circule, montre bien souvent les difficultés d’un pays et le traitement des images dévoile souvent sa vie. C’est pour cela que certains pays ne participent pas car ils veulent éviter de dévoiler les difficultés qu’ils traversent.

Toutes les télévisions partenaires participent,  mais selon les régimes en place dans les pays concernés certaines actualités ne sont pas couvertes.

Néanmoins, cet échange d’images a été crée pour  montrer une actualité qui ne fait pas la Une, mais qui parle des modes de vie, de la culture, de l’actualité diplomatique, économique, un autre actualité qui intéresse  les pays méditerranéens.

Ce sont donc des difficultés inhérentes à cet espace. Cependant, le journal de la Méditerranée existe et est diffusé sur Internet sur le site de France 3 Méditerranée, où il est beaucoup consulté. A la Télévision malheureusement, il reste confidentiel. Son horaire le dessert puisqu’il est soumis à la concurrence du 13h de France2 et TF1.

Conclusion

L’actualité de la Méditerranée n’est jamais anodine. Ce sont des mondes différents qui se côtoient entre eux et que le Journal essaye de se faire confronter. Le travail d’Hélène Bouyé permet à tous d’appréhender cette réalité dans un format court et simple. Certes, on est encore aux balbutiements de cette actualité et on ne peut que souhaiter qu’elle se développe.

Exemples d’émissions :

Émission du 18 Septembre 2004, 13h16, durée 4minutes 19

Lieux: Italie, Espagne, Algérie
Thèmes : Immigration, clandestins, Chantiers navals, grève générale, privatisation, décès, patriarche, religion, inondations, volcanologie.
Participations: la RAI, TVE Espagne, ERT Grèce, ENTV Algérie.
Lundi : les clandestins rentrent en Italie par l’île de Lampedusa.
Mardi : Grève des chantiers navals en Espagne.
Mercredi : Procession du patriarche orthodoxe en Grèce.
Jeudi : Inondations à Naples.
Vendredi : réunion officielle en Algérie contre l’immigration illégale.
Divers : L’activité de l’Etna

Émission du 23 octobre 2004, 13h16, durée 4minutes 45

Lieux : Algérie, Italie, Espagne, France, Grèce.
Participations : ENTV Algérie, RAI, ERT Grèce, TVE Espagne.
Lundi : Commémoration à Paris du 17 octobre 1962, suite à Alger avec le président Bouteflika.
Mardi : Contrôle des clandestins à côté d’Alger à Tamanrasset.
Mercredi : Démission du premier ministre à Chypre.
Jeudi : Concert en Espagne de Paco de Luz qui reçoit le prix des Arts d’Asturies.
Vendredi : Élaboration d’un plan d’urgence à Taormina en Sicile pour réguler l’immigration.
Divers : Exposition de photographies sur le football en Grèce.

Émission du samedi 27 octobre, 13h16, durée 4minutes 39.

Lieux : Tunisie, Grèce, Algérie, Jordanie, Espagne.
Participations : JRTV Jordanie, TVE Espagne, ENTV Algérie, ERT Grèce.
Lundi : Inauguration du Boulevard Arafat à Tunis.
Mardi : Festival de cinéma de Thessalonique.
Mercredi : Manifestation des habitants des Cyclades qui payent cher leur trajet vers la terre ferme.
Jeudi : Opération militaire sous le commandement du président Bouteflika en Algérie.
Vendredi : Expulsion des kurdes sur le territoire jordanien.
Divers : Invasion des criquets en Jordanie.
Exposition sur l’année Dali en Espagne.

Cet article était inialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document645.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire