Expériences d’édition électronique en SHS (journées d’étude des 10 et 11 juin 2002, MMSH)

10 et 11 juin 2002, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
MMSH – 5 rue du Château de l’Horloge – BP 647 – 13094 Aix-en-Provence
Tél. : 04 42 52 42 77/68 ­

> Voir la synthèse « L’exploitation des données numériques », réalisée en préambule des journées.

Lundi 10 Juin 2002

9h 30 – Accueil – Ouverture

Déjeuner

14h

Mardi 11 Juin 2002 : travail en ateliers

9h – 13h – Deux ateliers :

1 – Modalités de l’édition électronique, du Recueil au Livre électronique.

Modérateurs : Jean-Pierre Bracco (MMSH-ESEP), Eric Carroll (MMSH-TELEMME)

Proposition : édition d’un livre sous forme électronique et papier qui donnera lieu à une diffusion classique parallèlement à l’édition électronique.

La forme hybride de cette publication doit produire un objet éditorial qui tire parti des avantages des deux modalités d’édition en les rendant complémentaires. Dans un moment de l’histoire de l’édition où la forme électronique ne pourrait encore se substituer totalement à la forme papier, cette hybridation devrait permettre aux utilisateurs de s’approprier l’outil multimédia tout en faisant le constat de la valeur ajoutée du contenu proposé en ligne (images, sons, accès à distance, diffusion élargie, mises à jour en temps réel…).

L’objectif principal de cet atelier est de réfléchir à la mise en œuvre concrète d’une structure qui permettra de mettre en ligne des travaux déjà ou parallèlement publiés sous une forme papier. Les questions et options ouvertes par un tel projet sont nombreuses et diverses, du contenu éditorial aux aspects techniques et pratiques.

La réflexion pourrait s’orienter dans un premier temps sur l’identification des documents dont la mise en ligne apporterait une valeur ajoutée par rapport à une version papier. Au-delà des aspects liés à la diffusion, pourquoi et pour quoi faire une version électronique ?

L’expérience ne peut ensuite être efficace que si la communauté à laquelle elle s’adresse est clairement identifiée. Dans le cadre du réseau des MSH, les chercheurs sont à la base de la production du discours et leurs travaux principalement destinés à leurs collègues. Il y a donc là un public privilégié qui alimente déjà les publications papier. Mais d’autres options peuvent être envisagées : public averti, vulgarisation… Ces dernières options semblent toutefois plutôt privilégier des réalisations directement numériques sans nécessairement de lien avec des publications papier.

Cette forme « métissée » envisagée dans cet atelier nécessite bien entendu des relations et accords avec les partenaires institutionnels appelés à publier la version papier. Il convient alors d’identifier les partenaires principaux par grands champs disciplinaires afin de prendre contact avec eux dans une optique de faisabilité. Si l’on retient le principe d’une publication d’articles scientifiques, le rôle de la structure qui assurera le pilotage des versions électroniques sera, en accord avec les propositions des chercheurs, de sélectionner les propositions pour lesquelles l’édition en ligne assurera une réelle plue-value par rapport à la version papier. La validation du contenu scientifique aura en effet déjà été effectuée par l’éditeur scientifique partenaire.

Il s’agira donc au cours de l’atelier :

  • d’identifier les documents qui bénéficieront de ce traitement ;
  • de choisir les formes de complémentarité entre les supports papier/électronique ;
  • de définir à quelle communauté se destine la publication (Chercheurs, public averti, vulgarisation) ;
  • de déterminer les partenaires institutionnels (presses universitaires, autres éditeurs…), ainsi que la structure qui abritera le contenu en ligne (Une Maison, le Portail des MSH…).

2 – Les archives de chercheurs.

Modérateur : Marie-Dominique Mouton (Maison René Ginouvès) et Véronique Ginouvès (MMSH – Phonothèque)

Proposition : recensement des différents types d’archives de chercheurs conservées dans le réseau des MSH et étude des expériences de valorisation et de diffusion.

Grâce à la numérisation et au multimedia, les archives de chercheurs – trop souvent perçues comme secondaires – prennent une importance nouvelle et font l’objet de nouvelles perspectives d’exploitation. De façon plus générale, la numérisation systématique et la mise en accès facilitée des données d’enquête ou des matériaux de terrain, permettent de constituer des collections de corpus qui peuvent donner lieu à de nouvelles analyses et, dans bien des cas, à des réinterprétations. Le réseau des MSH, apparaît dans cette perspective, particulièrement adapté pour être le support d’une réflexion et d’une expérimentation sur ce sujet, dans la mesure où par la présence, au sein des Maisons, de chercheurs de différentes disciplines des sciences humaines et sociales il se situe à l’interface de différents réseaux thématiques (archéologie, sociologie, économie, ethnologie…) existants ou à développer.

Il peut paraître étrange, à première vue, d’organiser un atelier sur les archives des chercheurs au cours d’une rencontre sur  » les expériences d’édition électronique en SHS « . En effet, dans la plupart des disciplines des sciences humaines, lorsque l’on parle des « papiers » des chercheurs, on se focalise plutôt sur les problèmes de collecte et de sauvegarde, et lorsque l’on associe les termes « archives » et « électroniques » ou « archives » et « numériques », on évoque la plupart du temps les problèmes posés par l’archivage des périodiques en ligne, des bases de données, ou des sites web…

Il est un fait que malgré les avancées réalisées dans certaines disciplines comme la littérature et l’archéologie, les archives des scientifiques et les données de la recherche n’ont pas fait l’objet, en France, d’une politique concertée de sauvegarde et d’exploitation. Il n’existe pas, comme ailleurs en Europe, de centres spécialisés pour accueillir et traiter ce type d’archives, et aucune disposition administrative ou corporative, contraignante ou même incitative n’a été mise en œuvre jusque là. On en reste, pour le moment, au stade de la sensibilisation. Quelques colloques ont été organisés en particulier par le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Villette ; plusieurs rapports ont été rendus ou sont en cours de rédaction.

Dans ce contexte, poser le problème de la publication en ligne des archives de chercheurs pourrait sembler prématuré. En fait ce n’est pas le cas. Les techniques actuelles de conservation et de description qui utilisent la numérisation, les inventaires informatisés ou la constitution de base de données permettent d’envisager très rapidement la diffusion de l’information sur les fonds conservés. Cette « publicité » sur les fonds déposés est d’autant plus souhaitable que l’information et la transparence sont les seuls moyens de rendre ces documents accessibles à tous, au lieu qu’ils soient réservés à un petit nombre d’initiés. Et ceci quelles que puissent être, par ailleurs, les modalités et les restrictions de communication pouvant s’appliquer à chaque fonds.

Il est indispensable en effet de pouvoir identifier et localiser les fonds d’archives lorsqu’on sait qu’ils existent, mais également de savoir où trouver une information sur des matériaux, des données dont on ne connaît même pas l’existence. Cette transparence est indispensable quels que soient les buts assignés à l’étude de ces matériaux, à savoir, par exemple : écrire l’histoire des disciplines et reconstituer l’évolution des mécanismes de la recherche ; confronter les sources sur lesquelles se fondent les grandes théories propres à chaque discipline ; ou bien encore, confronter les corpus déjà disponibles à des études et des analyses menées dans d’autres perspectives ou avec d’autres outils méthodologiques. A l’heure actuelle, du reste, on pourrait également envisager que, dans certains articles – en particulier ceux publiés en ligne – des chercheurs livrent les données sur lesquelles ils ont fondé leur travail en même temps que les résultats élaborés de leur recherche.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la « publication » sur le Web d’informations sur des fonds d’archives, sous forme de descriptions, d’inventaires ou d’instruments de recherche, et la mise en ligne des données elles-mêmes ou d’un échantillon de données, est également, en soi, une activité éditoriale.

Pour terminer cette rapide introduction, on ne peut que se réjouir du cadre dans lequel cette réflexion va être menée. Les Maisons des Sciences de l’Homme rassemblent un nombre important de chercheurs provenant des différentes disciplines des sciences humaines. Ces chercheurs ont réuni, dans le cadre de leur travail, des documents qui se présentent sous formes diverses et comportent des données de nature différente (archives de fouilles, données économiques et politiques, recensements, enquêtes, notes de terrain, projets de recherche, notes de lecture, préparations de cours, de conférences, articles de collègue…). Or, si chacun pense « ses » archives différentes de celles des autres et posant des problèmes spécifiques et uniques, force est de reconnaître que quelle que soit la discipline d’origine d’un chercheur, des types de documents identiques se retrouvent dans l’ensemble des données collectées. On peut penser, de ce fait, que la confrontation des expériences, des difficultés rencontrées et des solutions apportées dans les différents cas, ainsi que l’explicitation des réticences, des craintes et des appréhensions des uns et des autres, se révèleront particulièrement fructueuses et productives.

D’un point de vue pratique, l’atelier sera consacré à la mise en commun des expériences des participants en matière d’archives scientifiques. A partir de l’exemple concret des fonds existants dans les différentes MSH on tentera d’analyser les problèmes rencontrés, les solutions apportées et éventuellement de déterminer les moyens collectifs qui pourraient être mis en œuvre (stages, appel à l’intervention de spécialistes …).

Une attention particulière sera apportée aux expériences de présentation de fonds d’archives sur le web que ces expériences aient été réalisées ou non par les participants. Le groupe pourra de la sorte choisir une ou deux actions à réaliser et se fixer un calendrier.

On demandera à chaque participant de venir à l’atelier avec une description même succincte d’un (ou de plusieurs) fonds d’archives scientifiques. La description, sera réalisée, autant que possible, à l’aide du questionnaire joint.

Quant aux expériences de présentation de fonds d’archives sur le web, elles devront être précises, argumentées et si possible illustrées.

Il s’agira donc au cours de l’atelier :

  • d’initier un repérage des archives de chercheurs et de déterminer la spécificité de ces archives ;
  • d’évaluer le degré de sensibilisation des milieux de la recherche au dépôt des matériaux de terrain ;
  • de dégager les questions d’ordre matériel, déontologique et intellectuel posées par la mise en ligne des sources et d’envisager les moyens concrets d’y répondre (organisation de séminaires, de formations, de rencontres) ;
  • de proposer une expérience de mise en ligne de quelques corpus.

Contacts :
Jean-Christophe Peyssard Tél. : 04 42 52 41 15
Blandine Nouvel Tél. : 04 42 52 42 57
Véronique Ginouvès Tél. : 04 42 52 41 13

> Voir la synthèse « L’exploitation des données numériques », réalisée en préambule des journées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire