Blogging et réseaux sociaux pour la publication et la valorisation d'archives et de fonds de bibliothèque

21 novembre 2012
Par

Ce cours, destiné aux étudiants du Master 1 archives et bibliothèques de l'université Aix-Marseille, a pour but de montrer dans quelle mesure réseaux sociaux et blogs sont des outils utiles pour la publication et la valorisation de fonds de bibliothèques et d'archives.

Il s'attache à décrire le contexte de cette utilisation en brossant le panorama des principales logiques à l'oeuvre dans le numérique qui ont modifié les termes de la valorisation de contenus dans les archives et les bibliothèques et les contenus eux-mêmes, les objets de la médiation. Une réflexion est ébauchée sur les changements entraînés par ces dynamiques sur la nature de l'objet et de l'espace dans le cas des bibliothèques et sur la production et la temporalité dans le cas des archives.

La médiation dans ce contexte est ensuite explorée : même si la définition générale et ses objectifs n'ont pas varié, ses modalités, ses objets, ses publics ont, quant à eux, effectivement changé et exigent de la part des médiateurs l'acquisition de nouvelles connaissances et la compréhension du contexte dans lequel ils se trouvent. Enfin, deux analyses de cas sont menées collectivement afin de comprendre les types de médiations online qui sont aujourd'hui proposées.

I - Contexte

A/ Dynamiques

1. Économie de l'abondance

L'économie de l'abondance caractérise l'économie du numérique. Le bien numérique, par nature, peut-être multiplié sans s'épuiser : si un livre est prêté à quelqu'un, ce livre n'est plus disponible pour le reste des personnes. En revanche, si un article en ligne est disponible pour une personne qui le lit, cela n'empêche pas que d'autres personnes le lisent ou le téléchargent à leur tour.

L'économie de l'abondance est un paradigme particulièrement transformateur, puisque les biens physiques sont au contraire limités et concurrents. Il n'y a donc pas de raison technique ni « naturelle » pour réduire l'accès aux contenus et aux connaissances.

Nous pouvons lire très rapidement les enjeux, les tensions et les promesses que cette « économie de l'abondance » offre aux archives et surtout aux bibliothèques. Pour n'en parler que brièvement, car ce n'est pas le propos, le bridage des contenus par solutions techniques comme les DRM ou encore le prêt de pdf, ou bien la destruction de contenus après le temps de prêt, sont des dispositifs techniques proposées par certains intermédiaires commerciaux qui tentent de limiter l'économie de l'abondance intrinsèque aux contenus numériques et contreviennent directement à la mission des bibliothèques dont le but est la diffusion des savoirs.

2. Accessibilité des outils et circulation des rôles

De très nombreux outils gratuits et techniquement accessibles sont disponibles aujourd'hui. De l'édition de vidéos, à la publication de textes en ligne, ou à la programmation d'interactions, nous disposons d'outils simples à manier qui nous permettent à tous de créer des contenus dont l'élaboration était jusqu'à il y a peu réservée aux seuls professionnels (logiciels d'édition vidéo, audio, logiciel ou plateformes de blogging, langage de programmation accessible pour créer des œuvres interactives, etc.). Et le prix de l'équipement en machines, logiciels, etc. n'y était pas pour rien.

De plus, d'autres outils nous permettent de publier ces contenus de façon limitée ou totalement publique (Youtube, Flickr, Viméo, etc.). Encore une opportunité qui était absolument impensable il y a de cela 10 ans. Pour ne prendre qu'un exemple, le blog, technologie extrêmement simple s'il en est, permet à quiconque de publier textes, images, vidéos, sons, d'une façon presque immédiate, sans connaissance technique préalable.

Ainsi, la même personne profite de la possibilité d'être à la fois récepteur et créateur. Cette circulation des rôles semble politiquement désirable, en ce sens qu'elle nous rappelle la circulation idéale des rôles de gouverneurs/gouvernés, et permet surtout à chacun d'augmenter ses connaissances et d'explorer de nouveaux chemins d'expression.

3. Partage de l'information, réseaux sociaux et participation

Les dynamiques de partage de l'information, de conversation et de participation sont trois dynamiques à l'oeuvre et importantes dans les réseaux sociaux et au-delà. Les dynamiques que nous allons décrire, qui sont absolument indispensables aujourd'hui pour penser des actions et un espace de médiation, naissent dans le numérique mais sont ensuite réutilisées dans les espaces physiques car elles ont transformé les modes de faire.

C'est certainement un des aspects les plus importants à retenir.

a. Des pôles divers et informels de partage d'information

Malgré les conclusions hâtives du début des années 2000, Internet n'a pas provoqué de désintermédiation, mais l'émergence de nouveaux intermédiaires. Qu'est-ce-que cela signifie ? Les précepteurs d'information existent mais ils ne sont plus ou plus uniquement les précepteurs classiques (journaux, universités, bibliothèques, musées, etc.) qui centralisaient l'ensemble des rôles autour des savoirs : détenteurs des savoirs, sources des savoirs, émetteurs légitimés du discours sur les savoirs. De nouveaux acteurs de l'information ont pris leur place et ont perturbé la place hégémonique des intermédiaires classiques. Les réseaux sociaux et les espaces de publication personnelle, notamment les blogs, ont donc favorisé l'émergence et la visibilité de ces nouveaux acteurs de l'information et des savoirs. Les canaux de réception de l'information et des connaissances sont divers, parfois peu spécialisés (facebook, twitter), et les influences ou les impacts émiettés.

Dans ce paysage modifié par les personnes qui se sont appropriées les outils, il est nécessaire à l'institution de devenir l'un de ces nouveaux prescripteurs et de se rendre où est susceptible de se trouver ses interlocuteurs, utilisateurs, etc..

b. La communauté

Un nouvel acteur, parfois un peu vague et indéfini, est apparu : la communauté. La communauté est telle une émanation parcellaire et fondée sur un intérêt commun de la collectivité. On comprend que cette communauté n'est plus ou pas seulement une communauté théorique et antérieure aux personnes mais est fondée sur un trait personnel et subjectif de la personne. C'est un choix conscient qui est construit, qui peut changer, etc.

La communauté est une communauté de pratiques, d'intérêts, d'afflictions, etc. Elle peut être préexistante ou encore se construire autour d'un projet.

La constitution de la communauté provient de la construction de liens et de relations sociales qui vont au-delà des données classiques de la collectivité. C'est en cela qu'il est important de la prendre en compte. Ce n'est pas une mode, ce n'est pas un simple terme marketing, c'est un vrai changement de la nature du sujet et des relations sociales. Mais pas seulement.

Dans un contexte où l'appui public – celui de l'État - se réduit, où il existe une critique parfois légitime de l'inefficacité administrative, et où les services doivent être en permanence justifiés par des évaluations aux critères pas toujours adaptés à leur nature, la communauté est une autre façon de donner sens à un service, à une action publique, et de justifier son existence. C'est en fait un court-circuit efficace de gestion de la chose publique.

C'est aussi une méthode de travail, une perspective, une façon de présenter et de proposer les choses : la connaissance, comme un objet en construction, le travail collaboratif comme une articulation entre individu et collectivité, la prise de décision comme un résultat négocié.

La communauté provient de la mise en commun de savoirs-faire autour d'un objet. Réapparue dans des termes nouveaux, c'est dans le contexte numérique qu'elle est remise au goût du jour. Les premières communautés sont des communautés de développement de logiciels libres, ou encore de projets tels que Wikipedia. Les présupposés de ce mode de développement sont les suivants : des capacités distribuées qui ne sont pas nécessairement le fait des experts et la conviction qu'un travail collectif est nécessairement meilleur qu'un travail fait par un groupe réduit de personne. Des méthodes et des outils de travail et des règles spécifiques s'élaborent dans la pratique pour régler le fonctionnement de la communauté. Enfin, ce qui est produit doit être ouvert pour permettre la circulation des personnes et des savoirs dans le but de l'améliorer.

Créer une communauté c'est proposer un espace favorable à la collaboration et à la contribution collective. Pour qu'il y ait communauté, les membres censés y prendre part doivent sentir leur l'espace et l'objet pour s'investir non seulement dans la diffusion mais aussi dans la construction du savoir ou du projet.

  1. L'impact de la communication

La fin des prescripteurs traditionnels et l'importance de l'acteur « communauté » a provoqué également des changements dans les modalités de la communication. Celle-ci devenu plus virale est plus imprévue. Le contenu peut se propager facilement et peut rencontrer un écho important. La dimension imprévue et difficilement modélisable de cette communication est bien visible dans cet exemple de visualisation, Cascade, créée par Jer Thorp pour le New York Times et dont l'objectif est d'essayer de retracer et de comprendre la « vie » d'un article de journal du Times sur les réseaux.

Cette communication fondée sur les comportements de la communauté directe et indirecte peut permettre de toucher un public qui peut aller bien au-delà du public déterminé par la fréquentation physique d'un espace.

4. Expertise distribuée

On le comprend aisément : si les connaissances et les outils sont accessibles, il est possible d'avoir une voix lorsqu'on n'en avait pas et surtout d'acquérir des connaissances qui étaient inaccessibles. La visibilité de personnes jadis invisibles et l'auto-apprentissage sont favorisés.

Ainsi, au-delà de la simple prescription dont on a vu qu'elle était décentralisée, d'autres logiques de validation du savoir entrent en jeu. La popularité, son impact, son impact dans contexte non-spécialisé, etc. peuvent constituer de nouvelles mesures du savoir et de sa validité. Dans ce contexte, il est justement important que les experts et les prescripteurs classiques se trouvent afin de contribuer à la qualité de ces nouvelles mesures.

B/ Les contenus

Les grandes dynamiques dans la construction et le partage des archives sur internet

1. Archives

a. La production

La production des contenus est décentralisée et peut-être le fait de tous. Ce n'est pas exclusif à notre problématique mais c'est une toile de fond qu'il faut prendre en compte. Cela a des implications sur la quantité et sur le statut de l'archive. Il y a des acteurs d'ordre très différents : des individus, des institutions, etc. Mais est-ce que cela change vraiment par rapport aux archives notariales, aux archives de type inventaire après décès... ? Le changement n'est pas dans le statut de l'archive mais, très probablement dans la conscience d'être producteur d'archive. C'est la conscience du souvenir qui est nouvelle.

- Dans le cas des organisations, cela fait entrer des institutions qui étaient auparavant des producteurs d'archives non conscients dans la réflexion sur les archives, notamment audiovisuelles. En Espagne par exemple, différentes institutions culturelles réfléchissent à la récupération et l'archivage des contenus qu'elles produisent, enregistrements des conférences, montage d'expositions, etc. ce qui conduit souvent à la création d'archives audiovisuelles propres. C'est le cas par exemple des archives de Medialab Prado. Démontrant cette préoccupation nouvelle, un groupe de travail international s'est formé et a culminé dans un colloque dédié aux thèmes des archives au XXIe siècle: http://www.laboralcentrodearte.org/es/actividades/simposio-internacional-de-mediatecas-y-archivos-para-el-siglo-xxi/

- Cela fait également entrer de plain pied les histoires individuelles dans l'archive, alors qu'elles ont tendance, selon les époques à être peu prises en considération.

Ainsi voit-on apparaître le souci de prendre en compte les contenus individuels, notamment visuels, comme des pièces significatives des histoires collectives. De plus en plus de discours sur des espaces jadis objectivés sont mis en scène par le récit des habitants ou parfois même des visitants. De plus en plus de souvenirs deviennent les reflets de l'histoire. Ainsi des initiatives comme celle de Cinémémoire qui tente de valoriser des films personnels.

b. Une temporalité différente

Dans le cadre de l'événement enregistré, l'archive est le temps qui commence dès la fin de l'événement. Dans le cadre de l'article de journal rédigé et lu en ligne, il devient archive – passe littéralement aux sections « archives » - dès le lendemain. S'il est vrai que le temps de la communication et de l'actualité est rapide, le temps de l'archive, dans le cadre d'un archivage conscient, semble être immédiat. Bien que le temps de l'archivage soit commandé par la nature du document, il semblerait que la vie des documents se réduisent.

La question de l'archivage semble irrémédiablement liée à celle de la mort du sens dans la perspective de l'actualité. Mais évidemment, on peut donner d'autres vies aux documents en le traitant par le biais de logiques différentes aux temporalités diverses.

Loin de n'être que l'espace de la rapidité et de l'effacement, internet est aussi celui de la disponibilité des ressources et un espace où de nombreux temps peuvent se mêler au sein du même document. Ce qui signifie que la médiation et la valorisation par le biais des outils numériques constitue une opportunité pour faire revivre des fonds entiers.

2. La bibliothèque

a. Quels objets ?

Pour les bibliothèques les questions principales sont celles de la construction du savoir et du statut de l'objet de savoir fermé et de l'obsolescence, bien qu'il ne faille pas non plus prendre comme argent contant, le discours apparemment unanime sur la fin de l'objet physique, livres, cds, etc. Cependant, lorsque la disponibilité de la ressource ou son accès n'est plus un problème, lorsque l'utilisateur a des pratiques de consultation avancée et en ligne, les contenus de la bibliothèque peuvent-ils rester identiques ?

Une voie est donc de réfléchir sur la nature des objets de la bibliothèque et sur l'implication des utilisateurs dans la construction du savoir.

Que possède-t-on dans son fonds de CD lorsque des millions de fichiers numériques sont à disposition dans Spotify, Deezer, Groveshark, etc ? Ou encore dans des médias spécialisés comme Ubu web, ou des Webs radios d'institutions qui proposent des contenus originaux comme la radio du MACBA ou bien celle du musée Reina Sofia RSS ? Ne faut-il pas déplacer l'objet de médiation de la bibliothèque ? Ne pourrait-il pas devenir l'information relative à l'oeuvre ? La bibliothèque peut également croiser les types de contenus qu'elle manie : les prolongements numériques peuvent être diffusés pour appuyer la diffusion du fonds physique in situ.

Que possède-t-on encore lorsque l'on détient un objet clos qu'il n'est pas possible de toucher, d'annoter, et dont on ne peut ensuite pas discuter ? Ne faut-il pas ouvrir des commentaires, des discussions, permettre la mémoire des annotations, les mutualiser même ? Pour cela, des solutions très simples peuvent accompagner les contenus, espaces de lecture personnalisés, blogs, forums, etc.

Que possède-t-on lorsqu'on ne détient que des objets « classiques » et physiques, livres, DVD, cd et que l'on passe à côté de vidéos publiées en ligne, de vidéo art, d'art numérique, de formes hybrides de la littérature et de la poésie, des expérimentations sonores, de blogs, des revues en ligne, etc. ? La bibliothèque ne doit-elle pas être une bibliothèque de contenus numériques ? Doit-elle se satisfaire des contenus numériques qui lui sont proposés par des intermédiaires ? Le bibliothécaire ne doit-il à son tour contribuer à l'éditorialisation de cet espace d'une richesse immense ?

Enfin, si l'utilisateur est aussi créateur de ressources, la bibliothèque ne pourrait-elle pas introduire dans ses fonds les contenus de ses utilisateurs ou bien leur laisser un espace d'auto-publication ?

Toutes ces questions tente de montrer que les possibilités pour dépasser le problème des objets sont nombreuses et qu'elles sont toujours en relation avec la prise de conscience que la bibliothèque n'est pas isolée et n'est pas le seul bastion de l'accès à la connaissance. La bibliothèque doit comprendre qu'elle n'est pas isolée mais insérée dans l'écosystème de son temps, autant dans l'espace numérique où les contenus et les personnes dialoguent – un livre sur une étagère n'est plus isolé, son extension est la notice Wikipedia de l'auteur, parfois de l'oeuvre, un texte critique de l'oeuvre, l'image du tableau en couverture consultable en ligne, l'ouvrage en vente sur Amazon, etc. - que dans l'espace physique où l'expérience de sujet de ses utilisateurs et leur relation à la connaissance ont été modifiées.

2. L'espace

L'autre question que doivent aborder les bibliothèques aujourd'hui est la diminution de leur fréquentation en tant qu'espace physique. Là encore, les dynamiques les plus récentes dans les usages des technologies numériques montrent bien qu'elles se couplent à des pratiques physiques – rencontres online et offline – et même qu'elles sont destinées à entrer dans les objets et le monde physique duquel elles seront progressivement inséparables. Par conséquent, la baisse de fréquentation de certaines des bibliothèques n'est pas irréversible et pointe davantage le manque d'attrait de ces établissements dans le contexte où ils existent que l'irrémédiable retrait de l'espace physique au profit de l'espace en ligne.

Par conséquent, là encore, il existent de bien nombreuses façons d'aborder cette question. En proposant des modèles alternatifs, comme le fait la BPI depuis ses débuts, en modifiant drastiquement la nature de la bibliothèque comme le fait par exemple une bibliothèque de Fayetteville aux Etats-Unis, Fayette free library, qui s'est équipée de machines de fabrication numérique.

Mais, ce qui dans l'espace physique nous intéresse particulièrement est sa nécessaire articulation avec l'espace numérique : que l'espace numérique vienne prolonger l'espace physique, que l'espace physique accueille le numérique, ou encore que le numérique soit un moyen de refaire venir des utilisateurs dans les espaces physiques des bibliothèques.

Ainsi, les modes de production et de partage des contenus ont évolué rapidement ces dix dernières années et ont affecté, sur des rythmes différents, l'ensemble de l'écosystème de production, d'archivage et de valorisation des données et des savoirs. De plus, le domaine de la valorisation et des usages des données est extrêmement ouvert, ouvert car à inventer, mais éventuellement ouvert à de nouvelles exploitations et créations quand les données sont accessibles, ce qui est un enjeu de taille.

Enfin, il est évident que ni les métiers ne sont épargnés par les changements, ni la nature des interlocuteurs. Si l'archive devient le fait de tous, et si les données deviennent la matière du travail de chercheurs, d'artistes, d'activistes, etc. les stratégies de publication et de valorisation seront à la fois spécifiques et nombreuses. Et, pour les bibliothécaires et archivistes, il faudra les construire.

II – La médiation

A/ À quoi se réfère-t-on lorsqu'on parle de médiation ?

La médiation est le processus de transmission d'un objet de connaissance dans des conditions qui sont censées permettre une meilleure réception de ces connaissances. La médiation par ailleurs n'est pas unilatérale. Elle est construction des conditions de la transmission et a trait au soin de l'autre. Elle n'est pas simple communication mais proposition et conversation.

La médiation est la mise à disposition de l'infrastructure de l'échange, assurant les meilleures conditions pour la participation et l'appropriation.

Dans l'enceinte des bibliothèques et des archives, elle n'est pas nouvelle. Mais dans le contexte numérique, la médiation est devenue à la fois quotidienne et nécessaire. L'accessibilité des outils et des contenus a à la fois démocratisé l'éditorialisation et chargé chacun de cette tache; comme c'est le cas de toutes les « libérations » : lorsque la charge n'est plus assumée par la norme collective ou bien par l'émanation institutionnelle de cette dernière, il revient alors à chacun, individuellement et en se remettant à son jugement et à sa responsabilité, de gérer cette charge. Les nouveaux intermédiaires sont à la fois les outils qui permettent à chacun d'éditorialiser, comme Scoop.it, Paper.li, etc., ou bien les nouveaux acteurs individuels – les veilleurs qui diffusent leur veille sur twitter par exemple - ou collectifs de la médiation. En ce sens, la bibliothèque comme les archives peuvent simplement adopter ce rôle. Le partage d'information par le biais de valorisations spécifiques est une forme de médiation. La diffusion d'informations annexes ou complémentaires au fonds ou du fonds est une forme de médiation qui permet de constituer la communauté, touchant, fidélisant, permettant la découverte.

Allant au-delà de la diffusion et l'accompagnant, la conversation peut-être un moyen d'investir des publics plus ou moins distants. Réseaux sociaux et blogs permettent de discuter directement avec des pôles émetteurs au préalable très peu accessibles, de personnes à personnes. Ils permettent également aux membres individualisés de ce public de parler entre eux et de mener des échanges personnels au sujet des données proposées par l'institution dans ces cadres éventuellement moins formels et/ou moins experts.

Enfin, le dernier pas est l'appropriation par les publics ou par la communauté. Cette appropriation passe par la disparition de l'institution au profit des publics ou de la communauté. Ainsi, s'éloignant des contenus dont la création, l'interprétation, l'appropriation est le fait des utilisateurs, la bibliothèque et l'archive cherchent à fournir le cadre et les outils – l'infrastructure –, pour permettre cette appropriation. La publication et la valorisation des fonds sur les réseaux sociaux et les blogs est un aspect de ce travail.

B/ Les médiateurs

Comme l'intitulé de ce cours le dit nous nous attachons à des pratiques de publication et de médiation des contenus dans le cadre d'archives ou de bibliothèques. Il n'est pas question ici de parler des formats et des normes qui sont pourtant un point crucial pour l'archivage et surtout pour ce que l'on a mentionné antérieurement l'utilisation des données et les conversations qui peuvent s'instaurer entre base de données. Voici donc un aspect du travail du « nouvel » archiviste, du « nouveau » bibliothécaire mais ce n'est pas celui que l'on va aborder ici.

Ce dont nous parlons c'est du rôle du bibliothécaire et de l'archiviste comme médiateur dans le but de valoriser des fonds numériques, ou bien physiques ou encore d'animer véritablement la communauté des usagers, cette communauté dont on a dit qu'elle pouvait se révéler cruciale pour la survie de la bibliothèque mais qui était également complexe car diverse. L'évolution du rôle du bibliothécaire et de l'archiviste comme médiateur provient des particularités de l'espace numérique, même si c'est une mission qui le précédait.

Les principales évolutions dont le bibliothécaire ou l'archiviste dans leur rôle de médiateur doivent prendre acte sont les suivantes :

  • la « virtualisation » du travail et le nécessaire apprentissage de nouveaux outils
  • la mutualisation des services et des requêtes
  • l'acquisition de compétences techniques
  • l'identification des nouveaux publics et la connaissance des membres de la communauté
  • la compréhension de l'écosystème actuel de construction de savoir et de diffusion de l'information dans lequel la bibliothèque ou l'archive se trouve à partir du moment où le service est en ligne
  • les formations aux usages
  • la diversité des sources et l'intérêt de leur mise en relation

C/ À destination de qui ?

En fonction de la nature de l'institution, un public spécifique est attendu :

  • les chercheurs
  • le grand public
  • les étudiants...

Mais dans l'espace numérique, lorsqu'on utilise des formats ouverts – licences libres et formats standards -, la réutilisation des données et des informations va bien au-delà des « publics » attendus. D'une part, on peut toucher des publics qui ne peuvent avoir accès aux fonds : c'est le cas par exemple des documents numérisés sur Gallica qui ne sont accessibles que dans la bibliothèque recherche. D'autre part, on contribue à l'existence du « public inattendu ». Le public inattendu c'est le public qui accède aux contenus sans que celui-ci lui soit directement destiné et rend évidente la dimension imprévisible de la réception de la connaissance dans l'espace numérique. C'est ce dont parle Pierre Mounier dans son billet « Impression d'automne 1 : le cas Mérédith ».

Il est donc très intéressant de penser des pratiques de médiation diverses, manuelles ou techniques, qui permettront des appropriations et des usages soit plus massifs, soit plus spécialisés.

En ce sens et comme point extrême de médiation technique, nous pouvons prendre l'exemple d'Europeana. Europeana a mis au point un service d'API qui permet de réutiliser ses données pour des fins diverses. 20 millions de données issues d'Europeana étant depuis le 16 septembre sous licence « CC0 1.0 Universal Public domain dedication » peuvent être facilement exploitables et donner lieu à des résultats surprenants grâce à l'utilisation de ces données par des acteurs a priori éloignés : programmeurs, designers, etc.

Mais c'est enfin vers des pratiques plus manuelles et sociales, que nous allons nous attacher désormais en découvrant et analysant plusieurs cas de médiation de fonds et de contenus sur les réseaux sociaux.

III - Études de cas

L'étude de cas consistait dans l'analyse des pratiques de médiation numérique de bibliothèques et d'archives. Ainsi ont été analysés les cas suivants .

- Gallica et ses différents blogs et réseaux sociaux
http://blog.bnf.fr/gallica/
http://www.facebook.com/GallicaBnF
https://twitter.com/GallicaBnF
http://pinterest.com/gallicabnf/
http://www.netvibes.com/gallica#General

- Archives de Montréal
https://www.facebook.com/pages/Archives-de-Montr%C3%A9al/286149459542
https://twitter.com/Archives_Mtl
http://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/
http://www.youtube.com/user/ArchivesMtl

 

Nom de l'institution Gallica
Type d'institution Bibliothèque numérique de la bibliothèque nationale de FranceInstitution publique nationale
Objectif général de l'utilisation des réseaux sociaux Valorisation de l'ensemble du fonds numérisé et publié sur Gallica.Divulguer et faire découvrir plus largement les ressources mises en ligne sur Gallica (textes, images, etc.)
Supports Blog Facebook Twitter Pinterest Flickr Youtube Netvibes
Description / ligne éditoriale - Valorisation d'éléments du fonds : recherche d'événements correspondants (date, expositions, etc.). Dialogue passé/présent- Valorisation de la communauté : récit des usages 

 

 

 

- Valorisation de corpus d'images par publication de galerie- Jeu « l'énigme du vendredi » - tentative de création d'interaction au-delà de ce qui est proposé par l'interface- Valorisation d'éléments du fonds. Dialogue passé/présent - Outil de diffusion de fonds. Ligne éditoriale marquée par un ton cocasse et légèrement provocateur qui attise la curiosité - Espace de publication d'images par la communauté des gallicanautes- Valorisation de la communauté  - Outil de centralisation de l'ensemble des réseaux sociaux utilisés par Gallica par le biais de leur flux rss
Types de valorisation Outil de l'institution- Éditorialisation- Contextualisation- Discussion / Participation Outil de l'institution- Éditorialisation- Contextualisation- Discussion / Participation Outil de l'institution- Diffusion Outil de la communauté- Publication- Appropriation Outil de l'institution- Portail
Régularité des publications Irrégulier. De 2 à 8 billets mensuels Régulières. Environ 4 posts par semaine. Même rythme reproduit hebdomadairement selon le type d'activité Quotidienne. Environ 15 tweets par jour Régulier. Environ 5 publications par semaine
Taille de la communauté (abonnés, amis, etc.) 17 376 amis 9683 followers 250 followers, 72 pins
Acteurs - Personnel de la bilbiothèque rattaché au service de Gallica : bibliothécaires, chargés de communication, etc.- Communauté active ou Gallicanautes – Experts et créateurs de connaissance- Communauté de soutien – Followers et amis de Gallica, commentateurs
Impacts - Nouveaux usages autour des contenus de Gallica- Identification de la communauté et visibilisation- Implication de la communauté dans la valorisation des fonds de Gallica


Nom de l'institution Archives de Montréal
Type d'institution Service d'archives de la ville de MontréalInstitution publique municipale
Objectif général de l'utilisation des réseaux sociaux Valorisation du fonds d'images des archives.Particulièrement : valorisation des images relatives à la période des années 1960
Supports Blog Facebook Twitter Pinterest Flickr Youtube Netvibes
Description / ligne éditoriale - Valorisation de fonds : contextualisation historique d'images de la ville de Montréal dans les années 1960 - Valorisation de fonds : courte contextualisation des éléments urbains par rapport au présent. Parfois quelques informations sur la prise de l'image - Veille et partage d'information provenant d'autres comptes en rapport avec Montréal et la mission des archives de Montréal- Valorisation sporadique du fonds - Publication du fonds d'images par album. Les albums permettent l'éditorialisation des contenus - Publication du fonds de vidéos. Les playlists permettent de proposer une éditorialisation
Types de valorisation Outil de l'institution- Éditorialisation- Contextualisation- Discussion / Participation Outil de l'institution- Éditorialisation- Contextualisation- Discussion / Participation Outil de l'institution- Appropriation déléguée- Éditorialisation- Discussion / Participation Outil de l'institution- Publication- Éditorialisation Outil de l'institution- Publication- Éditorialisation
Régularité des publications Régulière. Un billet par semaine Parfois irrégulière. Néanmoins, plusieurs posts par semaine Quotidienne. Environ une dizaine de tweets par jour

 

 


 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Ressources-Formations, Se former

3 commentaires pour “ Blogging et réseaux sociaux pour la publication et la valorisation d'archives et de fonds de bibliothèque ”

  1. [...] et sur la production et la temporalité dans le cas des archives.…See on imageson.hypotheses.org Share this:WordPress:J'aimeSoyez le premier à aimer ceci. Cette entrée a été publiée [...]

  2. Françoise Acquier le 23 novembre 2012 à 17:16

    Merci pour cette transcription que je viens de lire avec le plus grand intérêt. Vous formalisez des pratiques parfois moins conscientes et surtout vous me donner des belles perspectives pour toujours renouveler le métier en bibliothèque.

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.