Programme 2014 de Ciné monde : migrations, voyages, errances

migrants

Le Pôle langues langage et cultures d’Aix-Marseille Université, à la Faculté des arts, l angues lettres et sciences humaines organise un programme de projection sur le thème « Migrations, voyages, errances » tous les mardis du 4 février au 14 avril, dans la  salle des Professeurs (2ème étage) 29, avenue Robert Schuman Aix-en-Provence.

Programme

4 FÉVRIER 2013 – Numéro zéro, Francesco Maselli, 2007 (Italie). Documentaire-fiction, 80’. VOSTF. 
Trois histoires vraies de désolation et de solitude, celles de deux immigrées d’Afrique et de Roumanie qui arrivent à Rome, ville indifférente et cruelle où elles luttent pour survivre dans des conditions de pauvreté extrêmes, en l’absence de tout espoir mais avec dignité, et celle d’un marchand de primeurs sur le Campo de’ Fiori de Rome, italien de « souche », qui devient lui aussi un sans abri après la mort de sa mère. Trois personnages racontés par l’œil tout aussi poétique qu’impitoyable de Francesco Maselli qui, pour son film-documentaire, s’inspire du livre-enquête Il nome del barbone (Le nom du clochard) de Federico Bonadonna, professeur d’anthropologie urbaine à l’Université La Sapienza de Rome.

11 FÉVRIER 2014 – Solino, fiction de Fatih Akin, 2002 (Allemagne). Drame, 124’. VOSTF.
Le film raconte l’histoire de l’arrivée de la pizza et des pâtes dans la Ruhr en 1964, lorsque la famille Amato, originaire des Pouilles, vint s’installer à Duisburg. Il s’agit de la première vague d’immigration qui attira de nombreuses personnes en Allemagne Fédérale, symbole du miracle économique. Sur deux décennies, Fatih Akin nous fait découvrir une épopée familiale, sur fond d’images pittoresques et nostalgiques et aborde des thèmes aussi variés que le mal du pays, le passage de l’adolescence à l’âge adulte, le succès professionnel ou encore l’échec sentimental. Mais au coeur de cette histoire se joue le drame d’une querelle entre deux frères, un thème cher à Akin.

18 FÉVRIER 2014 – Pain noir, Agusti Villaronga, 2010 (Espagne, en catalan). Drame, 108’. VOSTF.
Dans les années suivant la Guerre d’Espagne, marquées par la violence et la misère, un mystérieux meurtre vient secouer les secrets enfouis d’un petit village de Catalogne. Andreu, jeune garçon dont le père est injustement accusé du crime, pénètre dès lors un monde d’adultes fait de vices et de mensonges…

25 FÉVRIER 2014 – Le tribunal itinérant, Wenquing Zhang, 2008 (Chine). Documentaire, 52’. VOSTF.
Dans les villages isolés des hautes montagnes, la tradition des juges de paix est toujours vivante. Dans les montagnes qui séparent le nord du sud de la Chine, bon nombre de villages reculés sont situés en altitude, certains à plus de 3 000 mètres. C’est une région oubliée des réformes infrastructurelles, et pourtant, ici, se pose le même type de problème intracommunautaire que dans n’importe quel village des plaines. Pour tenter de résoudre les inévitables conflits inhérents à la condition humaine, l’administration a institué un système de justice ambulante. Ce n’est plus le citoyen qui se présente à la cour d’un tribunal, c’est la justice qui se déplace, ce sont les juges qui vont à la rencontre des citoyens.

11 MARS 2014 – Visa pour le paradis, Lillian Liberman, 2010 (Mexique). Documentaire, 108’. VOSTF.
Documentaire qui recueille les récits de Gilberto Bosques et de Juifs et républicains espagnols qui se sont exilés au Mexique entre 1939 et 1949. Après la défaite de la République espagnole dans la guerre civile contre Franco, Gilberto Bosques est envoyé par le Président Lázaro Cárdenas comme Consul Général du Mexique en France. Sa mission : sauver le plus grand nombre de républicains. Lorsque la Deuxième Guerre éclate en 1939, le Consulat Général déménage à Marseille. Sa mission diplomatique : sauver les persécutés du Nazisme.

18 MARS 2014 – Tsotsi, Gavin Hood, 2005 (Afrique du Sud). Drame, 94’. VOSTF.
C’est dans un township sud-africain que vit Tsotsi. Cet adolescent est déjà à la tête d’un petit gang qui vit d’expédients. Un soir, alors que Tsotsi erre seul dans un riche quartier de la nouvelle bourgeoisie noire, il tire sur une femme qui essaie désespérément de l’empêcher de voler sa BMW. Il comprendra plus loin la raison de l’acharnement de cette malheureuse en entendant soudain les pleurs d’un bébé à l’arrière du véhicule. Désemparé, il finit par l’emmener chez lui, au cœur du bidonville. Que faire ? Comment subvenir correctement aux besoins de ce nourrisson auquel, à la faveur du temps, il commence à s’attacher? Cette situation l’entraîne chez Myriam, jeune veuve à la fibre artistique, elle aussi prisonnière du township, qui a un bébé et va lui apporter son aide, d’abord sous la contrainte, ensuite par choix. Cette double rencontre l’amène à fouiller dans son passé, à faire resurgir des souvenirs occultés pendant des années, à exorciser ses démons, à recouvrer son identité qui jusqu’alors se limitait au nom qu’il s’était attribué : tsotsi, qui signifie voyou. Sur un rythme de kwaito, Tsotsi nous livre le récit d’une rédemption à travers une fable moderne située dans un monde violent qui n’est cependant pas dénué de tendresse. Récompensée par l’Oscar 2006 du Meilleur Film Etranger, voici une œuvre originale qui ne cherche pas à transmettre une réalité historique en dépeignant la vie des bidonvilles. Elle s’attache avant tout au portrait d’un personnage pris dans un engrenage de violence qui lui a fait perdre son identité, et acquiert ainsi une valeur universelle.

25 MARS 2014 – Chair de ma chair de João Canijo, 2011 (Portugal). Drame, 100’. VOSTF.
Márcia habite avec sa sœur, Ivete, dans les banlieus de Lisbonne. Ensemble elles ont grandi les enfants de Márcia : Cláudia qui veut devenir infirmière et qui travaille comme caissière, et Joca, un petit délinquant. Un jour la vie de cette famille va changer pour toujours… Il s’agit d’une histoire d’amour inconditionnel, de sacrifice et de rédemption.

1er AVRIL 2014 – Du plein et du vide, Abolfazl Jalili, 2005 (Iran). Drame, 98’. VOSTF.
Dans l’espoir d’obtenir un poste de professeur de littérature persane, Navid, 17 ans, quitte son village pour se rendre dans une école nationale. Inscrit sur une liste d’attente, il se trouve rapidement confronté à une administration tortueuse et poussive jusqu’à l’absurde. Navid est fier de son métier, patient et tenace. Par ailleurs, il tombe amoureux d’une jeune fille et doit trouver rapidement un travail afin de pouvoir l’épouser. Mais dans ces contrées sablonneuses balayées par le vent, les rouages d’un mécanisme étatique grippé et rouillé ont du mal à faire plier la volonté somme toute très légitime du jeune homme. Navid, avec une imagination que d’aucuns trouvent totalement déplacée, se démène, proteste, insiste … et se retrouve immanquablement en prison.Burlesque et ironique, ce film distille un insistant parfum de contestation.

8 AVRIL 2014 – Rachida, Yamina Bachir-Chouikh, 2002 (Algérie). Drame, 100’. VOSTF.
Un matin, alors qu’elle se rend à son travail sans porter de voile, Rachida, jeune enseignante dans un quartier d’Alger, est prise à partie par des terroristes, parmi lesquels se trouve Sofiane, un de ses élèves. Ils lui demandent de placer une bombe dans son école. Elle refuse malgré sa peur. Excédé, le chef de bande lui tire une balle dans le ventre. Elle s’en sort miraculeusement et va se réfugier dans un village voisin… Première fiction sur la guerre civile en Algérie, Rachida est un film bouleversant, inoubliable. En filmant le terrorisme à hauteur d’hommes – et surtout de femmes – Yamina Bachir-Chouikh dévoile la violence quotidienne et les multiples fractures de la société.

14 AVRIL 2014 – La famille Morometi, Stera Galea, 1987 (Roumanie). Drame, 142’, VOSTF.
Le film, inspiré par le roman du même titre de Marin Preda, l’un des plus grands écrivains roumains de la deuxième moitié du XXème siècle, présente la dissolution d’une famille paysanne traditionnelle dans une période où l’équilibre du monde est menacé par ce qui allait se passer après 1939. Nous sommes en 1936 quand …« le temps avait encore de la patience avec les gens ». Ilie Moromete, un paysan de la Plaine du Danube, fait des efforts pour garder sa famille unie et pour ne pas aliéner leur plus grand capital : leur terre. Mais les choses se compliquent. La famille est affectée par de multiples conflits internes: entre le mari et la femme, entre le père et les enfants, et les enfants entre eux. Tous les membres de la famille ont l’impression que le temps ne veut plus faire preuve de patience. L’univers rural traditionnel commence à se désintégrer. Alors que faire ? Où aller ? Un film chargé de symboles, une histoire qui dépasse l’espace roumain et l’époque où elle se déroule.

 

Contacts :
– Responsable du projet Ciné monde : Michela Toppano (michela.toppanolt;@>univ-amu.fr)
– Responsable pour l’Allemand : Patricia Kaptouom (patricia.kaptouom<@>univ-amu.fr)
– Responsable pour l’Anglais : Lydia Martin (lydia.martin@univ-amu.fr)
– Responsable pour l’Arabe : Richard Jacquemond (richard.jacquemond@univ-amu.fr)
– Responsable pour le Catalan : Marc Collel i Teixidó (kitus@hotmail.com)
– Responsable pour le Chinois : Isabelle Anselme (isaanselme@yahoo.fr)
– Responsable pour l’Espagnol : Helena Chamorro Plantevin (elena.chamorro-plantevin<@>univ-amu.fr), Nelly Rajaonarivelo (nelly.rajaonarivelo<@>univ-amu.fr)
– Responsable pour l’Italien : Michele Galletta (michele.galletta<@>virgilio.it)
– Responsable pour le Persan : Homa Lessan Pezechki Sanii (homa-lessan-pezechki-sanii<@>univ-amu.fr)
– Responsable pour le Portugais : Sara Lopes (sara.lopes<@>univ-amu.fr)
– Responsable pour le Roumain : Stefan Gencarau (stg.stg<@>gmx.fr)

Crédits photographiques : Migrants onboard PROTEA, on the voyage to Australia, novembre 1948, photographie d’Alex Nypl, collection Australian National Maritime Museum, pas de restrictions de droits connues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire