Ce qu’archives et albums font à la photographie. Carrières d’images (16 mai 2014, MMSH)

2179911364_89bf2cf164_o

Journée d’études « Ce qu’archives et albums font à la photographie. Carrières d’images » organisée avec le soutien du Pôle Images et sons,  du Collège post-doctoral LabexMed, des laboratoires IDEMEC (UMR 7307) et TELEMME (UMR 7303), le 16 mai 2014 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Salle Paul-Albert Février.

Cette journée d’études porte sur les usages de la photographie et réunit des contributions traitant de collections photographiques constituées en albums de famille, en archives, ou encore en corpus de référence pour la production artistique. Ces ensembles attestent que, comme les objets, les images ont une « carrière »1 et qu’une fois produites, elles sont soumises à des manipulations, des transferts et des réactivations qui en modifient le sens. Moments clés de la « vie sociale » de l’objet photographique, l’album de famille ou l’archivage participent, différemment selon les contextes, de la redéfinition du statut de ce type singulier d’image. Aussi, l’ambivalence qui caractérise son contenu et ses interprétations s’en trouve soulignée. A travers l’analyse des usages de la photographie, on accède ainsi aux modalités de fabrication d’une authenticité et d’une vérité perpétuellement reconstruites et repensées, qui n’en finissent pas de montrer l’importance des « écarts » entre l’image, ses interprétations et l’objet photographié2. Dans ces moments particuliers que sont l’album ou l’archive, le statut des images photographiques et leur fonction de représentation sont mis en question. Par quels dispositifs et négociations s’opèrent l’archivage des photographies, leur sélection et leur organisation à travers un album ? Quels types de récits vise-t-on à travers ceux-ci ? Comment s’articulent en leur sein images intimes et images politiques ? Quels rôles l’archive et l’album jouent-ils sur la fixation du sens, sur l’interprétation de l’image ? Dans le contexte de différents usages de la photographie autour de la Méditerranée, il sera question au cours de la journée de ce qui se joue autour de l’organisation, du classement, de la sélection et de la réception des images photographiques. Des photographies d’amateurs ou de professionnels produites dans le cadre d’initiatives privées ou de commandes publiques coexistent dans des archives et des albums qui à des niveaux différents informent à la fois sur les catégories construites en vue de représenter le monde et sur le rapport aux histoires et aux mémoires locales. On se demandera notamment en quoi les multiples versions et conversions du document original et les mises en récit auxquelles il se prête expriment le rapport à une identité en construction, à un patrimoine non consensuel, à un passé dont certains pans restent « tabous » ou à des usages locaux de la mémoire.

Programme

Jeudi 15 mai 2014 à la librairie Goulard, à 17h15, 37 cours Mirabeau, Aix-en-Provence, présentation de l’ouvrage d’Anouck Durand, Amitié éternelle (Paris, Xavier Barral, 2014), en présence de l’auteur

Vendredi 16 mai 2014,

9h30 – Pratiques d’archives : compilations et indexations de la photographie, Discutante : Maryline Crivello (directrice de TELEMMe)

Marie-Dominique Mouton (Bibliothèque Éric-de-Dampierre, LESC), Le terrain en notes et en images. La place des photographies dans les archives

Jean-Charles Depaule (ancien directeur du laboratoire d’anthropologie urbaine, Identifier une photographie (le cas de la Fondation arabe pour l’image)

Sophie Brones (Gerda Henkel Stiftung/LabexMed (MMSH), IDEMEC), Compiler les images de la reconstruction de Beyrouth : pratiques d’archives et devoir de mémoire

13h30 – Des images photographiques entre intimité et publicité, Discutant : Alexandre Quoi (AMU, TELEMMe)

Agnès Delage (AMU, TELEMMe), Retours d’une archive de la terreur. Réutilisations de la Causa General dans la fiction et l’art contemporain en Espagne (2000-2014)

Ilsen About (Centre Georg Simmel, EHESS/CNRS), La photographie ambulante : métier itinérant, pratiques professionnelles et culture

Gilles de Rapper (CNRS, IDEMEC), Propagande intime : un album de famille de l’Albanie communiste

 

Organisation et contacts : Sophie Brones : sophie.brones[@]versailles.archi.fr ouGilles de Rapper : derapper[@]mmsh.univ-aix.fr

 

Crédits photographiques : Loading sulphur from vat, Freeport Sulphur Co., Hoskins Mound, Texas (LOC) Vachon, John,, 1914-1975, photographer. Loading sulphur from vat, Freeport Sulphur Co., Hoskins Mound, Texas 1943 May, Library of Congress, hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a35434, No known restrictions on publication.

  1. Igor Kopytoff, « The cultural biography of things : commoditization as process », in Arjun Appadurai (éd.), The social life of things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, pp. 64-91 ; Christian Bromberger, Denis Chevallier (dir.),  Carrières d’objets, Paris, MSH, 1999. 2 Rosalind Krauss, Le photographique. Pour une théorie des écarts, Paris, Macula, 1990.   []
  2. Rosalind Krauss, Le photographique. Pour une théorie des écarts, Paris, Macula, 1990. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 avril 2014

    […] Ces ensembles attestent que, comme les objets, les images ont une « carrière »1 et qu’une fois produites, elles sont soumises à des manipulations, des transferts et des […]

Laisser un commentaire