Atelier numérique en Méditerranée – 1

ATED2015-SidiBouSaid

Lundi 23 juin 2015, Karima Dirèche, directrice du centre de recherche du Maghreb contemporain (IRMC), a accueilli à Sidi-Bou-Saïd l’Atelier numérique en Méditerranée sur le thème « Frontières, migrations, mobilités ». Après un tour de table de l’ensemble des participants, trois conférences ont introduit la semaine. Maryline Crivello (directrice de l’UMR TELEMME) a tout d’abord interrogé les enjeux du numérique en sciences humaines et sociales, en insistant sur la nécessité d’avoir une réflexion épistémologique dans le domaine en se référant à des colloques précurseurs portés le pôle image, son, pratiques du numérique de la MMSH. Delphine Cavallo (Cléo) a ensuite questionné le renouvellement des collaborations entre chercheurs et ingénieurs dans le domaine des les digital humanities à partir de l’expérience de plateforme de blogging scientifique, Hypotheses.org. Enfin, Nicolas Larrousse (Huma-Num) a fait état des lieux sur la sauvegarde sur le long terme des données de la recherche. Il a ensuite lors de la séance du mardi matin, avec pédagogie et précision, présenté histoire de la structuration de l’espace web des années 1945 jusqu’au web sémantique. Sophie Gebeil (UMR TELEMME – AMU),  Hicham Jamid (LISE-CNAM-Paris et Université d’Agadir – LEMASE), Célia Lamblin (LabexMed – AMU), Mohamed Naimi (CERSS – Université de Rabat) ont présenté leur travail de thèse avec un focus sur la question des humanités numériques.

Les soirées ont été organisées en ateliers axés sur des réalisations concrètes. Le lundi, nous avons accueilli Charles Heller, réalisateur et chercheur1, cofondateur du site Watch the Med avec Lorenzo Pezzani, tous deux sont chercheurs de l’université Glodsmiths (Londres). Il a présenté leur film Liquid Traces – The Left-to-Die Boat Case (17 minutes) qui démontre comment la documentation et la spatialisation des naufragés en mer permet de mettre en lumière les responsabilités en jeu dans la mort des migrant et peut soutenir la lutte contre l’impunité en Méditerranée. Le mardi soir, un premier atelier sur les carnets de recherche Hypotheses.org a été organisé, en attendant vendredi où les doctorants publieront des billets sur le carnet à la fois comme exercice pratique et comme présentation de leur recherche.

 

Liquid Traces – The Left-to-Die

Conférence de Delphine Cavallo (lundi 22 juin, matin) : Les digital humanities, renouvellement des collaborations entre chercheurs et ingénieurs. Une expérience de plateforme de blogging scientifique

Conférence de Nicolas Larrouse (lundi 22 juin, matin) : Données numériques et Mémoire

Conférence de Nicolas Larrouse (mardi 23 juin, matin) : Les données et metadonnées sur le Web. Du web de documents au web de données.

Atelier, mardi 23 juin : 10 bonnes raisons de tenir un carnet de recherche pendant sa thèse par Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès (MMSH). Cet atelier était illustré d’exemples sélectionnés dans des carnets de recherche en ligne, seules quelques captures d’écran ont été ajoutées au diaporama.

 

Crédits photographiques : prise de vue de la conférence introductive de Maryline Crivello, atelier numérique de la Méditerranée, 22 juin 2015, photographie de V. GInouvès, CC-BY.

  1. Encore merci à Charles Heller d’avoir pris le temps de nous présenter son film puisque c’est aujourdhui qu’il défend sa thèse à l’université Glodsmiths de Londres. Nous lui souhaitons tous nos vœux de réussite ! []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire