L’image du cyberactiviste des « Printemps arabes » dans les médias

L’atelier numérique en Méditerranée, se clôture à Sidi-Bou-Saïd, le 26 juin 2015 alors que des événements tragiques sont survenus il y a quelques heures en Tunisie. Plus que jamais, les échanges entre les deux rives doivent perdurer.

« Le blogueur arabe ou un certain cadrage des révolutions arabes » est l’intitulé de la conférence que Tourya Guaaybess[1] avait donnée au Centre Jacques Berque (CJB) à Rabat, le 07 avril 2015. Voici, quelques questionnements que cette conférence a suscités chez moi. Promouvoir certains cyberactivistes arabes (notamment ceux ayant contribué à la fondation de certains mouvements sociaux comme le Mouvement du 20 février au Maroc ou le Mouvement du 6-Avril en Egypte) au rang d’acteurs emblématiques des révolutions par les médias français, européens et même arabes, peut paraître légitime. Mais tomber dans un réductionnisme comme celui de ne voir dans ces mouvements que des mouvements de jeunes, ou celui de réduire ces jeunes à des cyberactivistes,  est une démarche on ne peut plus impertinente. Cela reviendrait d’une part à sous estimer le rôle d’autres acteurs sociaux, d’autre part à ignorer les fondements historiques de ces révolutions et soulèvements et les dynamiques sociales et politiques qui les ont permises.

Head shot of Wael Ghonim

Head shot of Wael Ghonim, par Graham Hancock, Licence CC-BY-SA-3.0

Wael Ghonim, icône de la révolution égyptienne et administrateur de la page Facebook dédiée à Khaled Saïd, un jeune blogueur arrêté à la sortie d’un cyber-café et battu à mort par des policiers en juin 2010. Il rentre au Caire le 23 janvier 2011 pour participer à la première grande manifestation contre le pouvoir en place. Il est arrêté le lendemain  et sa captivité dure 12 jours.  Après sa libération, il  apparaît sur la place Tahrir, où il est chaudement applaudi par la foule. Il déclare à cette occasion : « J’aime à appeler ça la révolution Facebook mais après avoir vu les gens ici, je dirais que c’est la révolution du peuple égyptien. C’est    formidable »[2].

Afin d’expliquer la domination d’une représentation, d’une figure de proue plutôt qu’une autre, la conférencière avait avancé certaines hypothèses dont voici les principales :

  • Une « starification » de ces blogueurs selon leur capital esthétique (image positive) ;
  • Un discours   simple ;
  • Un cadrage sélectif ;
  • Une prédominance de certaines prénotions (ceux et celles qui nous ressemblent nous journalistes  physiquement et idéologiquement !).

C’est ainsi que nous pourrons comprendre les raisons pour lesquelles d’autres acteurs sociaux sont moins visibles dans les médias du Nord de la Méditerranée. Et il me semble que ces hypothèses  soient pertinentes pour  rendre intelligible ce phénomène médiatique dans le cas du Mouvement du  20 février (M20F ci-après) au Maroc. En effet, certain(e)s jeunes surtout cyberactivistes sont érigé(e)s en figures de proue du mouvement, tandis que d’autres sont relégué(e)s au second rang ou même négligé(e)s. Alors, ce qui pourra  expliquer ce phénomène en lien avec la réflexion de la conférencière, c’est cette quête de certains profils très convoités par la presse  européenne et notamment française. Il s’agit en l’occurrence de jeunes, laïcs, libéraux, parfois appartenant à la gauche radicale, tous exigeants quant aux libertés individuelles. Pour illustrer  cette idée, je citerai ici  l’exemple trop médiatisé du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI)[3]. D’autres profils d’activistes restent cependant, non / moins médiatisés  et en particulier ceux et celles de la mouvance islamique d’Al Adl Wal Ihsane (AWI),  pourtant la plus puissante force  politique au sein du M20F !

Oussama El Khlifi, un des membres fondateurs du M20F. Activiste au sein de la coordination  locale du mouvement à Rabat : photo.

Dans un autre registre, mais qui prétend être  plus rigoureux et plus objectif, s’inscrit la publication récente (février 2015) d’un livre en arabe par l’association du Médiateur pour la démocratie et les droits de l’Homme (MDDH, ONG marocaine à Rabat) avec l’appui de la  fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES, fondation allemande à Rabat). Le livre s’intitule: « Le Mouvement du 20 février, une tentative de documentation ». Certes, l’initiative est inédite voire intéressante  du moment qu’elle  ambitionne  archiver la mémoire du M20F.

Mais d’emblée, le caractère idéologique et sélectif l’emporte sur la portée  scientifique du document et le contentieux qui a été à l’origine de l’éclatement du mouvement , remonte en surface et trouve son prolongement dans cette tentative de documentation.

Bref, l’observateur  averti se trouvera devant une lecture de la mémoire du M20F, combien réductrice, tant au niveau du choix des acteurs (presque les mêmes visages promus en icônes du M20F dans la presse française ![4]) qu’au niveau de la plateforme politique du mouvement (monarchie parlementaire et donc le point de vue de certains partis de la gauche démocratique ![5]). Force est de constater par ailleurs que l’essentiel de cette tentative de documentation repose sur certains témoignages d’acteurs ayant contribué à la formation du M20F ou y ayant participé par la suite (presque les mêmes visages !). Ce qui attire aussi l’attention du chercheur, c’est cette prédominance de la ville de Rabat (13 témoignages  sur 38 !) et ce manque de parité hommes-femmes (7 témoignages  de femmes seulement sur  l’ensemble des 38 témoignages ! et pas une seule femme en foulard !).

Zineb El Ghazoui, journaliste, elle cofonde avec Ibtissam Lachgar  le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI). Elle est aussi une activiste virulente a u sein du  M20F d’abord au Maroc et en France ensuite : photo.

Pour ne pas conclure, il me semble que cette tentative de documentation et d’archivage de la mémoire du M20F reste quoiqu’on en dise, intéressante  pour tout  chercheur travaillant sur les mobilisations notamment celles des « Printemps arabes. J’y reviendrai sans doute après, pour une analyse plus détaillée et en profondeur.

[1] Elle  a soutenu une thèse pionnière à l’IEP de Lyon 2 sur l’émergence d’un système télévisuel arabe en 2000 à partir d’enquêtes de terrain qu’elle a menées au Centre d’Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales (CEDEJ) du Caire. Elle est aujourd’hui maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Parmi ses ouvrages, on pourra citer : Les médias Arabes, Confluences médiatiques et dynamiques sociales, CNRS, 2012. Elle a par ailleurs dirigé les ouvrages collectifs suivants : Les Arabes parlent aux Arabes; les nouveaux médias dans le monde arabe avec Yves Gonzalez-Quijano, Actes Sud, 2009 ; et National Broadcasting and State Policy in Arab Countries, Palgrave Macmillan, Londres,   2013.

[2] Wael Ghonim : nouvelle icône de la révolution égyptienne. Le Monde.fr avec AFP | 09.02.2011.

[3] Mouvement connu sous le nom de « Dé-jeûners de ramadan, Ouakallin ramdan (en marocain) ». C’est une nébuleuse initiée sur Facebook le 24 août 2009 par deux jeunes marocaines : l’une psychologue (Ibtissam Lachgar) et l’autre journaliste (Zineb El Rhazoui). Leur action commence sur la page de Facebook par un débat et des discussions sur des questions liées aux libertés au Maroc, particulièrement les libertés individuelles : liberté de culte et de conscience, liberté d’expression, liberté sexuelle (Bouchra Sidi Hida, 2011, p.173).

[4] J’ai recensé pas moins de 26 images , en grand plan/ou en plan rapproché , de ces acteurs sur environ 130 images , contre 3 ou 4 d’autres acteurs moins médiatisés. La page de titre quant à elle,  réduit tout le M20F dans sa dimension « jeunesse » et donc cyberactiviste. Elle montre l’image d’un  drapeau noir où  est écrit en blanc  « Jeunes 20 Février ».

[5] J’ai aussi recensé 5 images montrant des banderoles portant la revendication d’  « une monarchie parlementaire », contre 2 soulignant la revendication d’ « une constitution démocratique » sans mentionner la nature du  régime politique voulu. Par ailleurs, plusieurs images montrent des pancartes ou banderoles  revendiquant « une nouvelle constitution ». Enfin, la quatrième  de couverture reflète explicitement cette réduction du M20F en deux dimensions à savoir : « jeunesse » et « monarchie parlementaire »  !!?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire