Le transnationalisme migrant à l’ère du numérique : Regards croisés sur les migrants marocains et comoriens

L’atelier numérique en Méditerranée, se clôture à Sidi-Bou-Saïd, le 26 juin 2015 alors que des événements tragiques sont survenus il y a quelques heures en Tunisie. Plus que jamais, les échanges entre les deux rives doivent perdurer.

20150626_132009Il s’agit dans ce billet de croiser les regards sur la migration transnationale maroco-comorienne à l’ère du numérique et du  « migrant-connecté » décrit par Dana Diminescu ((Voir : Dana DIMINESCU, « Les migrations à l’âge des nouvelles technologies », in Revue Hommes et Migrations, n° 1240, novembre-décembre 2002, pp.6-9.)) , qui « malgré la distance, le lien  »virtuel » [lui] permet plus et mieux qu’avant d’être présent à la famille, aux autres, là-bas, au pays ou ailleurs ».

En effet, la généralisation et la relative démocratisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication ont joué un rôle prépondérant dans l’apparition de nouvelles pratiques de la mobilité et dans la simplification des connexions entre les espaces  d’origine et d’accueil. Décentralisés, interactifs et transnationaux par essence1 , les forums, les sites web et les blogs sont aujourd’hui des espaces virtuels où les migrants marocains et comoriens échangent, expriment et revendiquent leur solide attachement à leur pays d’origine mais aussi leur ancrage dans leur pays de résidence.

Doctorants invités dans le cadre de l’Atelier numérique sur la Méditerranée : frontières, migrations et mobilités nous avons choisi de mettre en évidence la place du numérique dans nos travaux de thèse doctorales sur les migrants marocains qualifiés et sur les migrantes faiblement qualifiées originaire des Comores, en contexte transmigratoire entre la France et leurs pays d’origine respectifs.

Sur les Marocains hautement qualifiés en contexte transmigratoire entre la France et le Maroc, nous souhaitons explorer les nouvelles réalités du transnationalisme migrant marocain à travers le web, et ce, en menant une analyse netnographique [Nedelcu, 2003] de certains sites web créés par et pour cette catégorie de migrants marocains (qualifiés) (yabiladi.com/dimabladna, maghribcom.gouv.ma…etc.), et ce, afin de mobiliser leurs compétences techniques et leur savoir-faire professionnel ainsi que leur capital financier pour investir dans leur pays d’origine et participer à son décollage économique. En effet, dans cette partie de notre étude doctorale, la question de recherche qui va conduire notre analyse est la suivante : comment le web favorise aujourd’hui le transnationalisme des migrants marocains hautement qualifiés ? Comment ils mobilisent et instrumentalisent le virtuel pour réussir leurs projets professionnels dans le monde réel ? Comment les institutions publiques et privées utilisent le web pour mobiliser ces migrants hautement qualifiés à contribuer au développement de leur pays d’origine ? comor

Par ailleurs, comment les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) sont-elles utilisées par des migrantes peu qualifiées, comme les femmes originaires des Comores, dans  le cadre de l’organisation de commerce transnationale?

Ces migrantes utilisent les NTIC dans le cadre de leurs activités de commerce transnationales en deux temps : lors de l’organisation logistique des circulations commerciales et lors de l’écoulement et de la commercialisation des produits et biens achetés. Dans le cadre de l’organisation logistique des circulations commerciales, les NTIC surtout l’outil internet  et le téléphone mobile sont mobilisés à la fois pour la réservation et le paiement des voyages, pour la réservation des chambres d’hôtel au sein desquelles les migrantes vont s’installer durant l’étape commerçante et pour informer les personnes implantées sur les territoires de circulation qui sont à même de les aider, les « aidants ». Pour cela,  elles contactent ces « aidants » par email ou par téléphone.

Certaines commerçantes se servent d’internet et des réseaux sociaux (surtout facebook) pour écouler et commercialiser leurs produits au sein des espaces et plateformes dédiées à la «  communauté comorienne » en France ou à des communautés de commerçants. Nos observations sur les réseaux sociaux comme Facebook nous permettent d’avancer que la socialisation au numérique de ces migrantes faiblement dotées en capital culturel passent par deux formes de solidarité : les formes d’entraide intergénérationnelle au sein des espaces familiaux dans le pays d’accueil et les pratiques solidaires entre commerçantes. En effet, ce sont souvent les enfants des commerçantes ou des membres de leur famille qui s’occupent de publier les produits sur les plateformes internet. Ces enfants ou parfois ces membres de la famille à l’aise avec les outils numériques sont généralement de la «  seconde génération » socialisés et scolarisés en France à la différence de leurs parents surtout de leurs mères qui ont faiblement fréquenté l’école dans le pays d’origine. Dans la majorité des situations, ce sont aux membres de la famille de la « seconde génération » de s’occuper de la tâche de la commercialisation des produits sur internet, seulement 3 commerçantes ont affirmé savoir « surfer » sur internet à la fois à partir de leur «smartphone » et de leurs ordinateurs ou tablettes. Ces trois commerçantes ont avancé aider parfois les autres migrantes dans les différentes démarches liées aux activités de commerce transnational.

Ecrit par : Hicham Jamid et Abdoul-Malik Ahmad

Crédits photographiques : carte réalisée par Abdoul-Malik Ahmad pour ses travaux de thèse (non publié), photographie des auteurs par Cédric Parizot.

  1. Voir « Les diasporas en ligne : une expérience concrète de transnationalisme » par M.Georgiou  []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire