La représentation du conflit irakien de 2003 par ses acteurs. La question numérique

L’atelier numérique en Méditerranée, se clôture à Sidi-Bou-Saïd, le 26 juin 2015 alors que des événements tragiques sont survenus il y a quelques heures en Tunisie. Plus que jamais, les échanges entre les deux rives doivent perdurer.

The US Marine Corps (USMC) M-198 155mm Howitzer gun crew of 4th Battalion, 14th Marines, Mike Battery, Gun 4, left to Right, Gunnery Sergeant (GYSGT) Justin Grafton, Cannoneer Private First Class (PFC) Matthew Camp, Section Chief Sergeant (SGT) Mike Dasher, Cannoneer Lance Corporal (LCPL) Josh Rosenberger, Cannoneer Corporal (CPL) Will McGee, Ammunition Team Chief CPL Jonathan Layman and Cannoneer LCPL Jonathan Fox.  Marines at Camp Fallujah, Iraq (IRQ), engage enemy targets in support of Operation IRAQI FREEDOM. This picture is in public domain, property of the U.S. federal government

Marines at Camp Fallujah, Iraq (IRQ), engage enemy targets in support of Operation IRAQI FREEDOM. This picture is in public domain, property of the U.S. federal government

« Ce que nous voyons, ce n’est pas la guerre d’Irak. Nous voyons des morceaux de guerre »1. L’étude de la guerre en Irak de 2003 ne semble pas se détacher d’une idée de perception et de représentation fragmentaire, puisque les médias traditionnels ont été supplantés par le numérique, qui a permit de reconfigurer les enjeux de captation, diffusion et consultation à partir des années 2000. Cette étude de la représentation d’un conflit guerrier, qui s’insère dans un projet de thèse, prend en compte le numérique comme objet d’étude et comme outil d’interaction. Notion limitée, la représentation implique par ailleurs un dédoublement déformé de l’image d’un évènement. Même si cette notion est à revoir, elle permet une première approche séduisante de la perception du conflit, qui nous apparait par bribes d’images, conférant ainsi à celles-ci un statut de rumeur, selon l’expression de Dork Zabunyan et Laurent Boyer2, elle même inspirée directement de Gilles Deleuze3.

Afin de dépasser le statut de rumeur, la première étape de ce travail de thèse est de revenir sur les aspects méthodologiques et épistémologiques nécessaires pour pénétrer l’environnement numérique dans le but d’intégrer le corpus – les images de la guerre en Irak de 2003 – à une démarche historiographique.

En réinterprétant Jacques Derrida et son essai sur l’archive, peut-on considérer Internet comme nouveau lieu d’archive, avec tout ce que cela implique? C’est à dire le remplacement d’une institution centralisée et officielle par un espace anonyme et libre d’accès; ou encore la substitution d’un espace de stockage physique, sacralisé, et géolocalisé à un espace numérique indéfini et démultiplié?

Selon la définition de cet espace, les documents numériques qui y sont hébergés pourront probablement être considérés comme des documents d’archive. Et en interrogeant le rapport mémoriel et l’usage de ces images par ceux qui les fabriquent et ceux qui les perçoivent, il sera alors possible de basculer vers le dernier enjeu de la thèse, la dimension esthétique de ces images.

Il s’agit en effet d’observer si une nouvelle histoire de l’art visuel (notamment cinématographique) est à l’oeuvre, et intégrer la représentation guerrière numérique à la longue tradition iconographique des guerres modernes.

Crédits photographiques:

« Marines in Falloujah », prise par le Caporal Samantha L. Jones, le 11 novembre 2004. Propriété du Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique

  1. Donald Rumsfeld, El Pais Domingo, 6 avril 2003 []
  2. « Don’t hurt me, note sur Redacted et les images de la guerre », Trafic n°72, hiver 2009 []
  3. L’image temps, Minuit, Paris, 1985 []

Alain Zind

Doctorant en cinéma à l'Université de Paris 8

More Posts

Alain Zind

Doctorant en cinéma à l'Université de Paris 8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire