L’usage de Facebook et de Skype dans l’étude des phénomènes migratoires

 L’atelier numérique en Méditerranée, se clôture à Sidi-Bou-Saïd, le 26 juin 2015 alors que des événements tragiques sont survenus il y a quelques heures en Tunisie. Plus que jamais, les échanges entre les deux rives doivent perdurer.

Depuis octobre 2013, Celia Lamblin est doctorante contractuelle LabexMed en Sociologie à l’Université d’Aix Marseille. Ses recherches portent sur les migrations égyptiennes en France et travaille sous la direction de Syvie Bredeloup (IRD-LPED) et Sylvie Mazzella (CNRS-AMU).

Depuis octobre 2013, David Lagarde est doctorant contractuel en Géographie et aménagement à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès à Toulouse. Ses recherches portent sur les dynamiques et réseaux d’installation des Réfugiés syriens en Jordanie sous la direction d’Olivier Pliez (LISST-CIEU) et Denis Eckert (LISST-CIEU).

Dès l’amorce de notre travail, la question du numérique au travers des dispositifs de Facebook et Skype est apparue dans nos recherches, même si elle y occupe une place encore mal définie. Cet espace numérique est d’abord intervenu comme un lieu permettant d’identifier et de prendre contact avec des interlocuteurs. C’est également un dispositif qui permet de maintenir le lien avec des enquêtés, donnant également la possibilité, au travers de ses modalités d’archivage, d’en faire un support de terrain en enregistrant des échanges plus informels. Facebook s’est également révélé être un espace d’observation de diverses pratiques de mise en scène de soi et de publicisation d’actions politiques. L’usage de Skype par les enquêtés s’est avéré être un outil fondamental pour la préservation des liens à distance. Ces plateformes permettent ainsi d’offrir de nouvelles modalités d’identification, de mise en scène de soi et de (ré) activation des liens dans le pays d’origine et d’installation.

Utiliser le numérique pour faciliter son entrée sur le terrain

Lorsque l’on commence à travailler sur un sujet sociologiquement et géographiquement éloigné de soi et que l’on ne connait ni lieu ni personne-ressource permettant d’amorcer une première rencontre, il peut sembler pertinent et nécessaire d’utiliser Internet pour essayer d’entrer en contact avec de potentiels futurs enquêtés. Pour ce faire, nous nous sommes rendus sur Facebook pour explorer nos terrains respectifs, suivant les voix des commentateurs (chercheurs, journalistes ) qui évoquaient l’importance des réseaux sociaux dans les dynamiques politiques et sociales contemporaines.

11168398_10207025292170310_7431597847041737359_nL’espace numérique est un espace dans lequel les pratiques peuvent relever de registres divers : familial, sentimental mais aussi politique (Marcheva, 2010). Cette multiplicité des registres contribue à faire du réseau Internet un espace social à part entière, au même titre que n’importe quel autre, traversé par des logiques variées (relationnelles, politiques, économiques).

Facebook et Skype, deux dispositifs susceptibles de connecter des territoires éloignés  

L’espace numérique est donc empreint de matérialité (Rigoni, 2010) et si les acteurs s’impliquent dans cet espace c’est bien parce qu’ils ont pour objectif que cela produise des effets dans « l’espace réel ». Ainsi au-delà de la (ré)activation des liens dans le pays d’origine, les outils de communication tels que Facebook, ont pu permettre aux migrants égyptiens d’amorcer et de s’insérer dans des dynamiques politiques depuis l’amorce du processus révolutionnaire en Égypte. En créant des liens avec des activistes en Égypte, en publiant des photos et des vidéos traversant instantanément les frontières, les migrants (individuellement et collectivement) impliqués dans les débats politiques égyptiens ont pu trouver leur place dans des dynamiques sociales et politiques globales. Ces considérations impliquent de ne pas faire de Facebook un espace spécifique mais bien d’intégrer cette plateforme aux autres terrains d’observation. Tout comme les relations professionnelles peuvent être parfois liées aux relations familiales, que les trajectoires résidentielles s’appuient sur des relations interpersonnelles construites au préalable, nous proposons d’entrevoir les entrelacements des relations sur Facebook et des sociabilités au sein de la multiplicité des espaces étudiés.

11402977_10207025292530319_3350080310780821597_nPour la population syrienne aujourd’hui dispersée sur l’ensemble du globe, Skype est susceptible de constituer le support d’une co-présence et d’une participation à la vie quotidienne d’individus socialement proches, mais installés au sein de territoires géographiquement éloignés. Lors des phases d’observations participantes menées dans des familles syriennes installées en Jordanie, nous avons pu mesurer la capacité de cet outil à construire des liens sociaux et des « relations connectées » (Nedelcu, 2010). Nous avons également observé l’importance des pratiques développées autour de ce dispositif numérique et la manière dont il structure en partie la vie quotidienne de certains réfugiés syriens de Jordanie. En effet, en nous interrogeant sur la temporalité et la fréquence de ce type d’échanges, nous avons constaté que nombre de nos enquêtés consacraient des moments précis de leur journée pour appeler leurs proches vivant à l’étranger. Ainsi, certains exilés syriens installés dans des territoires géographiquement distant ont pris l’habitude de s’appeler quotidiennement. Par ailleurs, au vue du peu de relations sociales développées par une partie des Syriens installés dans la capitale jordanienne, nous pouvons nous poser la question de savoir dans quelle mesure la présence virtuelle de ses proches peut aller jusqu’à remplacer un engagement relationnel de proximité et le besoin de faire de nouvelles rencontres en « face à face » ?

Les perspectives pour la recherche

En tant qu’espace d’archivage, Facebook est un outil précieux offrant un point de vue diachronique via la succession des post. Les photographies et vidéos publiées permettent d’observer des scènes sans pour autant y avoir participé et de suivre le fil des événements au travers d’une vue d’ensemble. Notons néanmoins que Facebook offre la possibilité de supprimer, de modifier et de limiter la visibilité des post dans le temps. Cette limite technique doit donc être vue comme un biais potentiel qui nous pousse à envisager ces données non pas comme les reflets d’une activité mais plutôt comme des outils de mise en scène de soi, triées voir censurées par les utilisateurs.

Facebook est un outil d’autant plus intéressant dans la mesure où il permet de suivre à distance l’évolution des parcours migratoires des enquêtés et de retracer les différents lieux traversés depuis leur départ de leur pays d’origine, leurs évolutions de statuts et les changements que cela impliquent dans leur vie quotidienne. Il est toutefois important de garder à l’esprit que la mise en scène de soi  sur Facebook ne représente pas toujours la réalité du quotidien. En croisant les informations que certains de nos enquêtés postent sur Facebook et ce que nous observons de leur vie quotidienne, il est évident qu’il existe parfois un décalage saisissant entre leur mise en scène sur Facebook et certains aspects de leur vie quotidienne. Il convient alors d’expliciter le prisme déformant que peut impliquer ce dispositif.

Références :

Marcheva, Marta. « Les strategies identitaires de la diaspora bulgare sur Facebook ». Migrations et Société 22, no 132 (décembre 2010): 109‑23.

NEDELCU Mihaela. « (Re)penser le transnationalisme et l’intégration à l’ère du numérique. Vers un tournant cosmopolitique dans l’étude des migrations internationales ? ». Revue Européenne des Migrations Internationales 26, n° 2 (2010) : 33-55.

Rigoni, Isabelle. « Technologies de l’information et de la communication, migrations et nouvelles pratiques de communication. » Migrations et Société 22, no 132 (décembre 2010): 33‑49.

Crédits photographiques : Hicham Jamid


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire