Facebook : lieu de convergence numérique et d’interdisciplinarité – Lecture croisée

L’atelier numérique en Méditerranée, se clôture à Sidi-Bou-Saïd, le 26 juin 2015 alors que des événements tragiques sont survenus il y a quelques heures en Tunisie. Plus que jamais, les échanges entre les deux rives doivent perdurer.

L’usage de Facebook renvoie à un ensemble de dimensions dont la diversité est à l’image des approches qu’il est possible d’appliquer à son observation. Lieu de rencontre numérique et d’interdisciplinarité, le phénomène Facebook est l’objet de ce billet qui propose de revenir sur différentes caractéristiques communes, à partir du contexte omanais, dans la région du Golfe, et algérien dans le territoire méditerranéen, dans une réflexion anthropologique et linguistique.

L’avènement de Facebook en Algérie et le nombre croissant de ses amateurs algériens qui ont un profil sur ce réseau social, font que la discussion instantanée soit distinguée par une « fenêtre privilégiée » destinée à la communication des nouvelles productions langagières numériques relevant de la cyberlangue. Ces nouvelles pratiques scripturales formelles et informelles en ligne mettent en œuvre l’usage des langues en présence, le dynamisme intergénérationnel, la dimension socioculturelle, etc. Ce dispositif est un laboratoire de corpus discursifs qui nous renseigne sur le paysage sociolinguistique de l’Algérie.

Cet outil ouvre donc une fenêtre privilégiée pour étudier le plurilinguisme, le contact de langues et les nouvelles formes d’interactions électroniques ou des langues de spécialités (Lerat, 1995) ou  des technolectes (Messaoudi, 2010) entre les utilisateurs algériens.

Facebook-en-algerie-mini

En Oman, pays de 4 millions d’habitants dont les ¾ de la population est utilisateur d’internet, les médias sociaux sont omniprésents dans les interactions quotidiennes et parmi eux, Facebook, qui sert à la fois de lieu de diffusion et de production. Des informations de nature multiple, de l’ordre de l’information générale ou privée, sont regroupées sur ce support, Facebook permettant ainsi un réassemblage des informations, de manière condensée et parfois difficilement contrôlable de par l’abondance des données réunies.

Or, contrairement aux usages que l’on fait généralement de Facebook, celui-ci n’est pas le support d’interaction principal dans la société omanaise. Dans certaines régions où Facebook permet l’interaction entre personnes non connues, en dehors du cadre physique « réel », ce site peut aller jusqu’à servir de support de mobilisation politique, comme il a été le cas lors des révolutions arabes. En Oman, cette fonctionnalité est dans certaines mesures critiquable, puisque Facebook est considéré comme un lieu trop ouvert à l’inconnu et dans lequel l’anonymat est géré de telle même manière au point qu’il n’est pas considéré comme un outil d’expression libéré.

internet suscribers (1)

 

Marion BRETEAU, doctorante en Anthropologie – IDEMEC/Aix-Marseille Université, France

Sabrina MELOUAH, doctorante en sciences du langage – Université Badji Mokhtar Annaba, Algérie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire