Quelles coopérations possibles entre chercheurs et le monde associatif ?

L’atelier numérique en Méditerranée, se clôture à Sidi-Bou-Saïd, le 26 juin 2015 alors que des événements tragiques sont survenus il y a quelques heures en Tunisie. Plus que jamais, les échanges entre les deux rives doivent perdurer.

 surf

Ce texte a été rédigé par Samuel Jacquesson, co-fondateur de l’association Surfer pour la Paix, a été invité à participer à l’atelier numérique en Méditerranée ‘frontières, migrations mobilités’ où il a présenté les initiatives du mouvement « Surfer pour la paix » à travers la projection d’un documentaire. Ce billet est un retour d’expérience de l’atelier.

Le chercheur a pour objectif d’approfondir le champ du savoir. Il s’en nourrit pour le faire ‘avancer’ et, par  son approche méthodologique et analytique, par les données qu’il recueille sur le terrain, donner des clés pour mieux comprendre le monde. Il s’agirait de mieux comprendre aujourd’hui et hier pour penser demain.

Le monde associatif est lui mu par une démarche profondément pragmatique. Le savoir n’est en rien le centre de sa démarche. Ce qui motive quelqu’un ou un groupe de personnes à s’organiser et se lancer dans un projet associatif, ou a y participer, est la volonté de ‘faire’, de vivre différemment sa relation aux autres, en dehors de ce que la société – l’école, la famille, la vie professionnelle, etc. – lui donne de faire et de vivre. Jean Vanier, fondateur de l’arche, prix templeton 2015, décrit très bien cette soif d’une autre relation à l’autre qui meut le monde associatif en général.

Donc les mondes de la recherche et de l’associatif sont des mondes très différents. En tout cas à première vue, dans la vision qu’ils ont l’un de l’autre, dans les rapports qu’ils ont, dans les espaces qu’ils investissent.

Mais ils sont par ailleurs très proches. Et à bien des égards.

Déjà parce que le chercheur, notamment en sciences humaines, promeut un autre rapport à l’autre – en tout cas il remet en question ces rapports. Il le fait dans le champ intellectuel, en décortiquant les mécanismes des relations humaines, en recueillant tout un tas de données qu’il va ensuite analyser a l’aide d’un arsenal méthodologique – tout ça représente des années de travail, parfois celui d’une vie. Donc chercheurs et engagés dans le monde associatif rêvent tous deux de rapports humains plus justes et égalitaires.

Ensuite ces 2 mondes font l’objet de récupérations médiatiques et politiques qui desservent le grand public et font le jeu des radicalisations, suscitent des réactions de repli sur soi, de peur et de rejet.

Donc chercheurs et monde associatif se battent, chacun à leur niveau, pour susciter la réflexion auprès de leurs audiences respectives, pour faire valoir la complexité des sujets qui s’imposent à nous tous pour, de manière ultime, faire émerger des réponses équilibrées qui vont ensuite être portées dans d’autres champs: militant et politique – dont les médias se feraient les porte paroles.

L’enjeu : travailler ensemble, faire de la pédagogie, agir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire