« Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France »

Programme du colloque du 23 novembre 2016

Regards croisés sur les outils d’accès à la BnF et à l‘Ina
Zeynep Pehlivan, ingénieure de recherche à l’Ina
Peter Stirling, chargé de collections numériques à la BnF

L’expérience des ateliers du dépôt légal du web de l’Ina
Louise Merzeau, enseignante-chercheuse en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et directrice adjointe du laboratoire Dicen-IDF
Claude Mussou, responsable de l’Inathèque

Les archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations
Valérie Beaudouin, directrice d’études, Télécom ParisTech – UMR 13
Sophie Gebeil, maître de conférences en histoire à l’ESPÉ d’Aix-Marseille et au laboratoire TELEMME
Francesca Musiani, chargée de recherche à l’ISCC, CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC
Valérie Schafer, chargée de recherche à l’ISCC, CNRS, Paris-Sorbonne, UPM
Marie-Luce Viaud, cheffe de projet Recherche et développement à l’Ina
Dana Diminescu, sociologue, enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech

L’adoption de la loi DADVSI et les enjeux juridiques
Geneviève Piejut, directrice adjointe de la direction des collections de l’Ina jusqu’en 2014
Jean-Baptiste Soufron, avocat (FWPA), ancien secrétaire général du Conseil national pour le numérique

Archives de l’internet et territoires
Fabienne Greffet, maître de conférences en science politique à l’Université de Lorraine, et chercheur à l’IRENEE et à Pacte-CNRS
David Lesvenan, président de l’association www.bzh, registre gestionnaire de l’extension internet bretonne .bzh
Frédéric-David Martin, adjoint à la directrice du département de la Coopération (BnF)
Jérôme Scheitzer, directeur-adjoint du développement des collections de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, responsable du pôle d’excellence « Alsatiques »
Marta Severo, maître de conférences en sciences de la communication à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Anne Pavis, responsable documentaire à l’Inathèque

La reconnaissance du patrimoine nativement numérique
Eric Guichard, maître de conférences HDR à l’ENSSIB, responsable de l’équipe Réseaux Savoirs & Territoires de l’Ens-Ulm
Camille Paloque-Berges, docteure en Sciences de l’information et de la communication1

Collecter de nouveaux objets sur internet
Ariane Bouchard, adjointe à la responsable du dépôt légal des livres numériques à la BnF
Louise Fauduet, cheffe du service Multimédia, département de l’audiovisuel à la BnF
Thomas Drugeon, responsable du dépôt légal du web à l’Ina
Philippe Mezzasalma, conservateur, chef du service Presse à la BnF

Archivage du web, le temps des expérimentations en France
Bruno Bachimont, enseignant-chercheur à l’Université de technologie de Compiègne
Julien Masanes, président de l’Internet Memory Foundation

La création du .fr
Loïc Damilaville, directeur marketing de l’AFNIC

Premiers sites web, premières communautés, témoignages
Roei Amit, directeur chargé du numérique à la RMN – Grand Palais
Isabelle Aveline, responsable Innovation et développement numérique, fondatrice du site zazieweb.com
Alexandre Gefen, chercheur au Centre d’Étude de la Langue et des Littératures Françaises, fondateur du site Fabula.org (OBVIL)
Stéphane Ramezi, directeur adjoint à la diffusion et à l’innovation à l’Ina

20 ans d’archives de l’internet en France : le bilan

Le colloque « Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France »2 a montré le processus de patrimonialisation de l’archive de l’internet et la mise en place des politiques de conservation par l’Ina et la BnF, notamment à travers une série de lois sur l’internet et ses usages entamée dès la fin des années 1990 et toujours d’actualité. Il en a proposé un historique efficace et un point sur les outils disponibles proposés par l’Ina et la BnF et les applications possibles, notamment dans le champ des sciences humaines et sociales. Il en ressort qu’aborder les archives de l’internet demande une veille constante et une formation spécifique et les participants ont souvent souligné l’importance de la sensibilisation aux outils offerts par les institutions et le potentiel de ces archives, afin de susciter de nouvelles recherches. Ils ont également témoigné de l’importance de la mise en place de nouvelles méthodologies et d’outils pour les aborder. Les collectes, qui consistent en un juste milieu entre captation quantitative et qualitative, sont effectuées suivant les besoins des chercheurs et de la mémoire collective et le contenu de l’archive a autant d’importance que ses méthodes. Sur les perspectives ouvertes de l’archive, il a été précisé que l’agora public que pouvait être le web, où tout le monde avait une certaine forme d’égalité, est en train de disparaitre au profit d’un web de plus en plus mobile et individualisé. Archiver le web c’est aborder une matière mouvante et en constante redéfinition. Ce colloque a relevé le défi d’en tracer les contours, en prenant soin de souligner les aspects techniques, territoriaux, juridiques et historiques qui y sont liés.3

Compte-rendu

Sébastien Pont, étudiant en Master II de recherche en histoire contemporaine à Aix-Marseille Université, a assisté à la journée d’étude et propose un compte-rendu complet, disponible ci-dessous :

 

Crédits photographiques : Oregon Department of Agriculture, Early days of computer work, 5 février 2015, CC-BY-NC (https://www.flickr.com/photos/oragriculture/15829488274/in/photostream/)
  1. Camille Paloque-Berges a été empêchée et n’a pas pu intervenir. []
  2. Le colloque « Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France », organisé par la BnF et l’Ina, avec le soutien de l’Université Paris-Lumière et Web 90, s’est tenu au sein du site François-Mitterrand de la BnF le 23 novembre 2016. []
  3. D’après le compte-rendu de Sébastien Pont. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire