Langues, cultures et médias en Méditerranée : diversité, variation, pratiques et représentations (colloque, octobre 2012)

23 mai 2012
Par

Langues, Cultures et Médias en Méditerranée : diversité, variation, pratiques et représentations
Ouarzazate (Maroc), 15-17 octobre 2012

Conférences plénières :

  • Henri Boyer (Université Montpellier 3) : « Comment la publicité télévisée française met en scène les identités ethnosociolinguistiques : continuités et évolutions » (provisoire)
  • Miloud Taifi, (Université Sidi Mohammed Ben Abdellah, Fès) : « Linguistique de l'usage et usage des médias »

Organisé pour la première fois au sud de la Méditerranée, en mai 2010, le colloque « Langues et médias en Méditerranée » relance sa seconde édition à Ouarzazate sous la thématique « Langues, Cultures et Médias en Méditerranée : diversité, variation, pratiques et représentations ». Il aura lieu à la Faculté Polydisciplinaire de Ouarzazate (Université Ibn Zohr-Agadir) du 15 au 17 octobre 2012.

Ce colloque bisannuel permet aux chercheurs méditerranéens et du monde entier s’intéressant à la diversité, aux variétés et variations des langues, des cultures et des médias, d’échanger leurs idées, de partager les résultats de leurs travaux liés aux notions de diversité, de variation, de pratiques et de représentations dans les écrits, les discours et les moyens de transmissions et de, là, discuter les apports de leurs recherches aux sciences humaines et sociales, notamment la linguistique, la sociolinguistique, l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie culturelle, la psychologie, la psychologie sociale, la philosophie, les sciences de l’information et de la communication et les autres domaines connexes.

L’étude des langues et des médias en Méditerranée est une occasion d’observer les variations, les mutations et le(s) changement(s) socio-linguistique(s). D’une part, les variétés de l’arabe, de l’arabe dialectal, de l’amazigh au Maghreb et dans le monde arabe se sont côtoyées et développées  parallèlement au français, à l’anglais et à l’espagnol. D’autre part, le français métropolitain, par exemple, au-delà des parlers, des sociolectes et géolectes existants, a vécu la même situation avec les différents français du monde (le français canadien, maghrébin, européen, africain, asiatique et américain). Le même phénomène peut s’observer dans le cas de l’anglais, de l’espagnol et de leurs variantes. Cette diversité des langues a poussé à parler des notions de variété et de variation impliquant, par là, l’évolution et la diversité des cultures et des espaces.

Cette approche des langues écrites et/ou parlées, officielles, étrangères, seconde ou d’ « intégration » en Méditerranée doit prendre en compte les critères contextuels et sociohistoriques qui ont commandé le processus d’existence, de stabilisation et/ou de déstabilisation, de mutation des langues  et de migration des groupes dans le temps et dans l’espace (littérature, textes juridiques et administratifs, textes religieux, formes parémiques et sentencieuses, etc.), influençant, par là, l’identité ou les identités méditerranéennes. A cela, on peut ajouter le statut et le poids des langues en coexistence, ce qui mène à parler de langues dominantes et dominées, supérieures et inférieures, et, de là, à comprendre le processus de construction des représentations socio-linguistiques (Robert Laffont, Henri Boyer, Louis-Jean Calvet, Ahmed Boukous,…).

Le traitement des langues d’usage, aujourd’hui, ne doit surtout pas laisser de côté les médias, la mémoire et les langues des médias. Au-delà des caractéristiques purement linguistiques, comme l’utilisation des emprunts, de l’alternance codique, des mixtes de langues, des langues des jeunes, les langues des médias en Méditerranée (du moins au sud) se distinguent par leur hybridité, leur hétérogénéité et leur interculturalité, et reflètent l’image d’un espace mixte, divers, mais complet de part sa culture, sa nature et sa géographie. Cette image d’un espace multiculturel est une occasion de s’interroger sur l’interculturel, sur l’identité et ses représentations. C’est aussi une autre façon d’approcher les médias, leur genre, leurs discours et leur communication, leurs stratégies et leurs liens avec le culturel, le politique, le social, l’idéologique, les croyances et leur influence sur la réception, la construction des événements et le changement des pratiques sociales et culturelles (printemps arabe par exemple). Les médias sont-ils une arme dangereuse ou une forme de libération des esprits, des langues et des plumes ?

Thèmes de la rencontre

  1. Situation des langues écrites et/ou orales en Méditerranée: variation, diversité, mixité et représentations socio-linguistiques
  2. Espaces, langues, médias, textes, discours, cultures et identité
  3. Langues et médias : grammaire, sémantique, phonétique, pragmatique, phraséologie, parémiologie et figement
  4. Langues et médias : imaginaires, mémoires et représentations
  5. Médias, discours et pratiques : réalités, enjeux et perspectives (nouveaux enjeux, nouvelles langues et nouveaux médias)
  6. La formation aux langues et aux médias : dispositifs, méthodes, labellisations et représentations

Soumission des propositions

Les propositions de communications doivent se faire en document attaché Word ou RTF. Le document doit contenir un titre et un résumé accompagnés des coordonnées institutionnelles et d’une brève biographie de l’auteur. Les propositions feront l’objet d’une double évaluation anonyme. Les propositions de communication sont à envoyer à : abdenbilachkar@yahoo.fr

Calendrier

25 mars 2012 : dernier délai de soumission des résumés
15 avril 2012 : réponse des évaluateurs
16 avril 2012: début des inscriptions au colloque
10 mai 2012: envoi des actes pour évaluation
15 octobre 2012: début du colloque

Frais d’inscription

100 euros (1000 dhs pour les Marocains) avant le colloque (120 euros le jour du colloque). Ces frais incluent les pauses café, les repas et la documentation.
Une publication des actes et prévue après sélection du comité scientifique

Comité scientifique

  • Michael ABECASSIS (Université d’Oxford, UK)
  • Otmane Ait OUARASSE (Université Ibn Zohr, Agadir)
  • Ahmed AMRANI (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès)
  • Abderrahmane AMSIDDER (Université Ibn Zohr, Agadir)
  • Teddy ARNAVIELLE (Université Paul Valéry, Montpellier 3)
  • Safia ASSALAH RAHAL (Université Benyoucef Benkhedda, Alger)
  • Henri BOYER (Université Paul-Valéry, Montpellier 3)
  • Farouk BOUHADIBA (Université Essenya, Oran)
  • Ayoub BOUHOUHOU (Université Cadi Ayyad, Marrakech)
  • Fouad BRIGUI (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès)
  • Maryline CRIVELLO (Université de Provence, Aix-Marseille)
  • Hanane DARHOUR (Université Ibn Zohr, Agadir)
  • Hassan HMAYZ (Université Ibn Zohr, Agadir)
  • Bahija KHADIRI YAZAMI (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès)
  • Abdenbi LACHKAR (Université Ibn Zohr, Agadir)
  • Abdelouahed MABROUR (Université Chouaib Doukkali, El Jadida)
  • Bruno MAURER (Université Paul Valéry, Montpellier 3)
  • Joseph MC GONAGLE (Université de Manchester, UK)
  • Miloud TAÏFI (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fès)
  • Ali SABIA (Université Mohamed Premier, Oujda)
  • Ahmed SABIR (Université Ibn Zohr, Agadir)
  • Jacques/Jawhar VIGNET-ZUNZ (IREMAM, Aix-en-Provence)
  • Jamel ZENATI (Université Benyoucef Benkhedda, Alger)

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Actus

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.