Mettre à disposition ou réutiliser des corpus sonores et audiovisuels en SHS, par Florence Descamps

Introduction à la matinée de la journée du 19 septembre 2008 à Aix-en-Provence : « Collecter, organiser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales »

***

Dans le cadre du programme ARSHS (Archives de la recherche en sciences humaines et sociales) piloté par la MSH de Dijon, il a été décidé de consacrer un séminaire aux archives sonores et audiovisuelles. De fait, depuis le début du XXè siècle, les SHS ont su apprivoiser les nouveaux outils que leur offrait l’innovation technologique dans le domaine de la communication, de l’expression et de la représentation. L’utilisation du son et l’enregistrement de la parole ou de la musique, la captation d‘images fixes ou animées sont devenues des pratiques courantes chez les chercheurs et elles sont maintenant aujourd’hui transversales à l’ensemble des SHS : ethnographie, ethnologie, linguistique, dialectologie, anthropologie, géographie, sociologie, science politique, histoire contemporaine du XXe siècle… Le chercheur ne produit plus seulement du papier, des photocopies, des notes manuscrites ou des objets, mais des entretiens enregistrés ou filmés, des témoignages audiovisuels, des rushes, des films, des documentaires1

Ces documents sonores et audiovisuels, qui peuvent, dans la durée et selon l’usage qui en est fait, prendre le statut d’archives de la recherche, ont des spécificités, même s’ils n’en ont  pas le monopole exclusif :

• Constitués de sons et d’images, immatériels et non tangibles, ils ont recours à de très nombreux supports qui sont eux-mêmes en constante évolution technique et en obsolescence de plus en plus rapide : cylindres, disques-galettes, bandes magnétiques, cassettes, disques numériques, disques durs d‘ordinateur, videos, DVD etc. Ce qui pose avec acuité et dans l’urgence la question de l’accessibilité aux données, de leur « lisibilité », de leur conservation et de leur transmission. Aurons-nous toujours à notre disposition les « machines » capables de lire ces supports ?  On le sait, la réponse actuelle à toutes ces questions tient en un seul mot : NUMÉRISATION, expression qui à elle toute seule laisse deviner la nécessaire implication des techniciens du son et de l’image, des informaticiens, des spécialistes de l’internet et suggère l’accroissement constant et décisif des crédits budgétaires et financiers voués à l’entretien de ce patrimoine2.

• Les corpus oraux ou filmés de la recherche ne sont pas des sources homogènes, ils sont hétérogènes et composites : un entretien enregistré s’accompagne généralement d‘un compte-rendu analytique, d‘une traduction ou d‘une transcription, un film d‘un script… Ces documents devraient théoriquement être indissociables, car ils prennent sens les uns par rapport aux autres, et pourtant, par des vicissitudes imprévisibles, il leur arrive d‘acquérir une vie solitaire et autonome… Que faire d‘une transcription privée de son enregistrement original ? Quel est son statut documentaire ? Que faire d’un enregistrement non « documenté » ?

• Derniers nés dans la famille des outils d‘expression et de communication, placés longtemps dans une position de dévalorisation épistémologique et archivistique par rapport à l’écrit, le son et l’image animée n’ont fait l’objet d‘une reconnaissance académique que tardivement au XXe siècle, notamment en histoire, et ils ont souffert de moindres investissements méthodologiques que d’autres sources. Hormis la période fondatrice du premier XXe siècle, les corpus oraux ont été longtemps ignorés ou dévalorisés et ce n’est que dans le dernier quart du XXe siècle qu’ils ont fait l’objet d‘un réinvestissement scientifique3.

• Mais le plus important tient sans doute à leur caractère intentionnellement et artificiellement provoqué (au sens d’artefact) : ces sources sonores et audiovisuelles ont en effet été volontairement et délibérément produites, fabriquées pour la connaissance et en vue de la recherche en SHS, ce qui n’est pas le cas par exemple de ce que l’on pourrait appeler les archives administratives de la recherche. Toute une série de conséquences en découle :

  1. S’efface premièrement la distinction traditionnelle et bien établie en archivistique entre sources primaires et sources secondaires : ces entretiens enregistrés sont-ils les archives primaires d’un laboratoire d’ethnographie dont la mission consiste à produire des enquêtes qualitatives ou sont-ils les sources autobiographiques et rétrospectives d‘une histoire portant sur le passé d‘une communauté ou d‘un groupe social ? De fait, ces entretiens nous renseignent tout autant sur les pratiques de recherche et les chercheurs eux-mêmes que sur le fait social faisant l’objet de l’enquête.
  2. Dans le même temps se brouille le statut documentaire et juridique des sources orales et filmées produites en situation de recherche : élaborés par le chercheur pour les besoins de sa recherche selon une problématique bien déterminée et dans un contexte bien identifié, ces documents doivent-ils être considérés comme des archives publiques de la recherche (et à ce titre soumis à la loi du 15 juillet 2008 et au Code du Patrimoine), comme des archives privées de chercheurs individuels ou comme des œuvres de l’esprit (soumis à ce titre au Code de la Propriété Intellectuelle)4 ? La combinaison des différents droits et législations est sans nul doute possible, mais elle rajoute à la complexité des dispositifs et met l’utilisation de ces archives sous contrainte et sous surveillance.
  3. Troisièmement, ces sources sonores et audiovisuelles sont de provenances institutionnelles très diverses, contrairement aux autres archives de la recherche qui relèvent dans leur quasi-totalité des institutions publiques professionnelles, du moins au XXe siècle :
    – Les corpus oraux enregistrés peuvent en effet provenir d‘étudiants et de chercheurs solitaires (dans le cadre de leur thèse par exemple), de laboratoires de recherche ou d‘équipes de chercheurs publics réunis pour des enquêtes ad hoc.
    – Mais ils sont aussi produits par des institutions patrimoniales qui ont pour vocation la conservation ou la transmission des matériaux et des sources de la recherche future  et qui, depuis quelques années, dans le but de compléter la documentation-papier existante, se sont explicitement et activement impliquées dans la création raisonnée de collections d‘archives orales : Archives départementales et municipales5, musées de société et de pays, écomusées, services ministériels d‘archives, Musées d‘histoire ou d‘ethnologie, Archives Nationales, Bibliothèques, Phonothèques, BNF, INA6, etc.
    – Plus originalement encore, les sources sonores et audiovisuelles sont en grande partie produites par des organismes qui  n’appartiennent pas au secteur patrimonial public et qui relèvent de ce que l’on appelle inadéquatement la « société civile », c’est-à-dire soit de la sphère associative (associations culturelles, revivalisme, ethnomusicologie, littérature orale, défense des langues locales, associations communautaires)7 soit directement des organisations publiques (ministères, entreprises publiques, collectivités locales) ou des organisations privées (entreprises, syndicats, banques)8. Ces organismes que l’on pourrait qualifier de néo-patrimoniaux souhaitent délibérément et explicitement eux aussi contribuer à la création de corpus oraux pour la recherche en SHS ; et dans le cadre de leurs projets, il leur arrive d‘ailleurs très souvent de faire appel à des chercheurs ou à des laboratoires en SHS pour réaliser ces archives orales9.
    Il découle de cette situation un éparpillement, une dispersion extrême des corpus sonores et audiovisuels10, qui nuisent au recensement et au repérage des ressources11, ainsi qu’à leur accessibilité (comment consulter matériellement un corpus conservé dans une entreprise ou dans une association de quartier ?). Il s’ensuit également une très grande hétérogénéité dans les pratiques de collectage ou de production, dans la conservation et le traitement documentaire et dans les outils d‘exploitation ou de valorisation.
  4. Quatrièmement, ces sources orales ou filmées sont très souvent le résultat d‘une collaboration, elles sont co-produites et font intervenir une multiplicité d‘intervenants ou d‘auteurs12 : l’intervieweur-chercheur, le réalisateur du film, l’interviewé-informateur-témoin, l’institution productrice qui finance, l’institution patrimoniale qui conserve ou met à disposition du public… Tous ces participants ont des droits sur les documents produits et l’exploitation de « l’œuvre » ne peut se faire que dans le respect des droits des auteurs (droits moraux et patrimoniaux) et des personnes (protection de l’image, de la voix, du discours et de la parole, respect de la vie privée et de la réputation). Les choses se compliquent encore plus lorsque les co-auteurs appartiennent à des environnements différents, par exemple des enquêteurs publics d‘un côté et de l’autre, des « enquêtés » relevant de la sphère « privée »…
  5. Du fait que le chercheur fabrique ses propres sources, il arrive aussi que le chercheur assigne à ses entretiens de recherche sonores ou audiovisuels un simple statut d’outil ou de matériel, soulignant avant tout leur caractère inachevé, inabouti ; sa perception est que ces entretiens sont davantage des archives privées au sens de « papiers personnels » que des archives de la recherche publique. La question est alors de savoir comment « publiciser », comment « patrimonialiser » ces sources que le chercheur a tendance à « privatiser », comment faire revenir au sein des archives publiques ces matériaux que le chercheur considère comme « siens »13. On pourrait, pour les archives scientifiques des chercheurs, s’inspirer de la procédure des « protocoles de remise » qui vient d‘être officiellement légalisée par la loi du 15 juillet 2008 et qui permet à des archives de ministres ou de l’exécutif, temporairement détournées du domaine public, d‘y revenir après un délai de raison14… Des protocoles de conservation et surtout d‘exploitation des corpus oraux seraient mis en œuvre, au cas par cas, avec les chercheurs pour les inciter à déposer leurs archives et les mettre à disposition des autres chercheurs, voire du public.

De tout cela, il ressort que sur les archives sonores et audiovisuelles de la recherche en SHS pèsent des contraintes particulières, notamment techniques et juridiques, et que l’archives sonore et audiovisuelle, tout en étant un objet archivistique mal identifié, est également un outil complexe et polysémique15.

Quatre grandes questions, qui intéressent par ailleurs l’ensemble des archives des SHS, nous semblent devoir être travaillées spécifiquement pour les archives sonores et audiovisuelles :

  1. celle de la collecte et de la production (pourquoi et dans quels objectifs produire des corpus oraux ou filmés pour la recherche en SHS ? Comment produire  des corpus qui soient utilisables par la recherche en SHS ? Selon quelles bonnes pratiques et selon quelles règles16 ? Quelle sélection doit-on faire parmi l’existant ? Selon quels critères collecter  et conserver ? ) ;
  2. celle de la conservation, de la reproduction et de la transmission (selon quelles règles, avec quels outils techniques et avec quelles collaborations professionnelles ?)17 ;
  3. celle de l’accessibilité, tant géographique que juridique18  et celle de la  documentation des corpus oraux et audiovisuels19 ; faut-il déposer les corpus sonores dans les institutions patrimoniales existantes au sein des institutions de recherche ou dans des phonothèques-médiathèques ?
  4. celle de l’exploitation (à quelles conditions peut-on espérer revisiter des corpus oraux constitués antérieurement ? Quels en sont les apports scientifiques ? Peut-on appliquer d‘autres usages à des corpus oraux fabriqués dans un but scientifique ? ).

Ces quatre questions seront abordées à travers dix communications, réparties sur deux demi-journées, l’après-midi s’intéressant plus particulièrement aux « outils collaboratifs » techniques existants et mis actuellement à la disposition des chercheurs.  La matinée sera consacrée quant à elle à la création de corpus sonores et audiovisuels en vue de la recherche en SHS et à leur (ré-)utilisation par les chercheurs eux-mêmes.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document1038.html.

  1. On se rappellera que le film ethnographique ou ethnologique a été « inventé » par Jean Rouch dès l’après-guerre. Sur la multiplication des corpus d‘entretiens filmés depuis 25 ans, F. Descamps, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d‘un projet d‘archives orales », La Gazette des archives, n° 196, p. 95-122. Le développement et l’abaissement des coûts de l’utilisation des techniques audiovisuelles, l’essor de la demande sociale en images animées font le succès des formations proposées par l’INA et par les nouveaux mastères professionnels en archives ou en documentation (celui de Paris XII par exemple). Les institutions de recherche en SHS se sont lancées également dans l’audiovisuel : cf. le pôle Image-son de la MMSH à Aix en Provence et plus récemment la création en 2007 du Mastère 1 d‘histoire orale à Paris X Nanterre en partenariat avec la BDIC. []
  2. Voir sur ce sujet la communication de S. Zillhart. []
  3. Chronologiquement,  Annales ESC, « Archives orales. Une autre histoire ? », n° 1, janvier-février 1980 ; D. Aron-Schnapper, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité Sociale, Association pour l’histoire de la Sécurité Sociale, Paris, 1980 ; J- C. Bouvier et alii, Tradition orale et identité culturelle, problèmes et méthodes, Paris, CNRS, 1980 ; P. Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983 ; J-P. Rioux, “L’histoire orale : essor, problèmes et enjeux », Clio, n° 75-76, 1983 ; IHTP, « Questions à l’histoire orale », Les Cahiers de l’IHTP, n° 4, 1987 ; D. Voldman Danièle (dir.), « La bouche de la vérité », Les Cahiers de l’IHTP, n° 21, novembre 1992 ; C. de Tourtier-Bonnazzi, Le témoignage aux Archives, Archives Nationales, Paris, 1992 ; « Les phonothèques entre recherche et culture », AFAS-CREHOP, Sonorités n° spécial 28-29, 1992 ; D. Loddo et R. Bouthillier, Les archives sonores en France, Paris, Modal, 2000 ; V. Ginouvès, V. Bonnemason et V. Perennou, Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place des banques de données, Modal, 2001 ; F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone . De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, CHEFF, 2001, réédition 2005 ; JN. Pélen et V. Ginouvès, « Les sciences humaines et le témoignage oral . De la source à l’archive », Sonorités, AFAS, n° 4, 2002 ;  A. Callu et H. Lemoine, Patrimoine sonore et audiovisuel français, Entre archive et témoignage, Guide de recherche en sciences sociales, Paris, Belin, 2005, et O. Baude (coord.), Corpus oraux. Guide des bonnes pratiques, Paris, CNRS Editions, 2006 ; F Descamps, Les sources orales. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Paris, Bréal, 2006. []
  4. F. Descamps, « L’entretien de recherche en histoire : statut juridique, contraintes et règles d’utilisation», in Histoire@Politique, n° 3, décembre 2007, revue d’histoire politique en ligne. []
  5. Sur ce sujet, voir la communication de F. Gasnault dans le même colloque. Le dynamisme des AD dans le domaine des archives orales est ancien (cf. le manuel des Archives Nationales en 1992), mais il est désormais largement égalé par celui des Archives municipales, notamment depuis le début des années 2000, notamment en milieu urbain. Cf. le colloque organisé par la section des Archives Municipales de l’Association des Archivistes Français, à Montpellier les 23-25 septembre 2008. []
  6. Sur ce mouvement d‘expansion des collections de témoignages oraux dans les institutions patrimoniales, A. Callu -H. Lemoine, op. cit. []
  7. Ces associations se regroupent en partie dans la Fédération des associations de musiques et de danses  traditionnelles (FAMDT), qui est un des pôles associés de la BNF. []
  8. Sur ce mouvement spécifique en France, F. Descamps, op.cit. []
  9. Cf. la communication de C. Cassé, ethnologue, qui a travaillé sur commande publique. Il en est de même pour les historiens et les politistes qui collaborent souvent à la création de corpus oraux dans les grandes organisations ou pour l’histoire politique : ministère des Affaires Etrangères, Education Nationale, Finances,  Armées, Intérieur, Association Georges Pompidou ou Institut François Mitterand etc. []
  10. Cf. le Guide Callu-Lemoine qui a tenté de saisir cette matière dispersée, mais n’a pu embrasser l’exhaustivité des corpus oraux, en particulier dans les centres de recherche et les laboratoires en SHS. A cet égard, les initiatives prises par le groupe ARSHS suite aux rapports Dubar-Demazière (2000) et Cribier-Feller (2003-2005) pour identifier et recenser les archives qualitatives de la recherche en SHS sont bienvenues et viennent combler une véritable lacune. []
  11. Cf. la communication de P. Cordereix dans le même colloque sur le précieux travail d’inventaire des collections folkloriques et ethnographiques que viennent de décider les pouvoirs publics au sein des quatre grandes institutions patrimoniales, BNF, Musée de l’Homme, Musée des arts et Traditions Populaires et Musée Guimet. []
  12. Si l’on prend le cas particulier mais fort courant de l’entretien de recherche, on considère habituellement qu’en tant qu’œuvre de collaboration, il a deux co-auteurs et que le CPI s’applique aux deux intervenants. Cf. F. Descamps, « L’entretien de recherche en histoire : statut juridique, contraintes et règles d’utilisation», in Histoire@Politique, n° 3, décembre 2007. []
  13. Sur les pratiques des chercheurs et les relations étroites qu’ils entretiennent avec leurs « archives » ou leurs données,  F. Cribier et E. Feller, « Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la société civile », Rapport présenté au Ministère de la Recherche en avril 2003, mis en ligne en août 2005 sur le site du LASMAS (CNRS-EHESS). []
  14. Article L. 213-4 de la loi du 15 juillet 2008 relative aux archives. []
  15. Cf. la communication de C. Isnart dans le même colloque sur les usages multiples de l’archive sonore et ses successifs statuts. []
  16. La littérature est désormais abondante sur la méthodologie de constitution des corpus oraux. Outre les ouvrages cités supra à la note n° 3, les Archives s’efforcent de rédiger des petits Guides à l’usage des collecteurs et des associations. A titre d‘exemple, citons l’Aide mémoire(s), Petit Guide de collecte de témoignages à l’usage des associations, rédigé par le Musée Gadagne et les Archives Municipales de Lyon ou le petit manuel rédigé par les AD de la Martinique à l’intention des collecteurs d‘archives orales. []
  17. On ne fera pas l’économie du recours aux professionnels du son et de l’image. Cf. M. Courty, Techniques sonores du témoignage et des archives : recueil du témoignage oral et conservation des enregistrements anciens, SHAT, Vincennes, 2003, 487 p. []
  18. La numérisation et la mise en ligne sur internet, on l’a dit, pourraient permettre d‘économiser l’étape de l’accessibilité géographique ; mais cette mise à disposition sera-t-elle exhaustive ? On peut en douter…. En revanche, la juridicisation des relations sociales et personnelles ainsi que le développement d‘une économie des biens culturels obligent à considérer les questions de droits comme une priorité. []
  19. Un gros effort reste à faire pour inciter les chercheurs à « documenter » leurs enquêtes avant de les déposer. Cf. B. Bonnemason, V. Ginouvès, V. Pérennou, Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données, AFAS-Modal, Parthenay, 2001. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire