Interroger l’histoire et l’actualité des descendants d’Arméniens, par Corinne cassé et Laetitia Nicolas

Interroger l’histoire et l’actualité des descendants d’Arméniens : la création d’une collection sonore aux archives départementales des Bouches-du-Rhône et à la phonothèque de la MMSH.

Communication présentée par Corinne cassé et Laetitia Nicolas lors de la journée d’étude du 19 septembre 2008 à Aix-en-Provence (Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : quelles collaborations mettre en œuvre ?).

***

Première partie de la communication : Corinne cassé

Présentation rapide du corpus

En avril 2008, nous avons déposé, auprès des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône (AD13) et de la phonothèque de la MMSH, une collection d’archives sonores inédites comprenant des entretiens avec les familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920 (voir le corpus).

Le projet a obtenu le label « Arménie mon amie » des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du CG13, de l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’Égalité des chances (ACSE) et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre d’un plan national de numérisation d’archives.

Cette collection numérique a été collectée et traitée sur une période totale de 8 mois en deux phases : fin 2006 et fin 2007.

Le corpus se compose de 106 enquêtes, soit 162 heures d’entretiens recueillies auprès de 126 personnes, dont 50% environ représentent la troisième génération (personnes âgées entre 40 et 50 ans), quelques représentants de la 1ère génération, les plus jeunes sont de jeunes adultes. La moitié de nos informateurs appartiennent à la catégorie des professions intermédiaires, les autres se répartissent de manière égale entre la catégorie des cadres et des ouvriers/artisans. 40% des entretiens environ ont été réalisés dans la ville de Marseille, les autres communes se situent dans l’est et le nord-est des Bouches-du-Rhône.

Huit personnes, toutes ethnologues, ont été embauchées sur ce chantier. 6 ont été chargées du collectage et deux du traitement documentaire.

> Le corpus « Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône » sur le site de la Phonothèque.

Méthodologie du projet

Le projet est né en 2005. Nous suivions l’actualité des associations arméniennes à Marseille, commémorant les 90 ans du génocide arménien par le jeune état turc. En prévision de l’année de l’Arménie, nous avions l’intention d’étudier le développement de la culture arménienne et son héritage sur l’ensemble des Bouches-du-Rhône. De ce fait, il était logique de prendre contact avec les AD13 en tant qu’institution publique pérenne de conservation et de restitution à un large public et ayant une identité forte sur un territoire large.

Par la suite, les besoins concernant le traitement documentaire d’archives sonores et les conditions essentielles de mise à disposition du public nous ont orientées vers la phonothèque scientifique de la MMSH comme pôle compétent et pionnier dans ce domaine.

Nous avons donc suivi la méthodologie de traitement des données préconisée par le pôle associé BNF et recommandé dans le guide de traitement documentaire des archives sonores co-édité par l’AFAS et la FAMDT (http://afas.imageson.org/document313.html).

En amont de la campagne de collectage elle-même, une plate-forme méthodologique et un lieu d’échanges de données ont été mis en place sur Google documents afin d’assurer la cohésion du corpus entre les différents enquêteurs : s’y trouvaient la grille d’entretien, les carnets de terrain de chacune des enquêtrices et les commentaires relatifs au traitement documentaire.

L’ensemble de la campagne de collectage a été encadrée par un comité de pilotage composé de représentants des partenaires techniques et scientifiques :

  • François Gasnault, directeur des AD13
  • Véronique Ginouvès, documentaliste, responsable de la phonothèque de la MMSH
  • Dominique Serena-Allier et Françoise David, conservateur du Museon Arlaten et son adjointe
  • Martine Hovanessian, anthropologue, URMIS Paris
  • Emile Témime et Marie-Françoise Attard-Maraninchi, historiens, EHESS et MMSH
  • Corinne Cassé, ethnologue, responsable de Paroles Vives

Méthodologie de l’enquête ethnologique

Le format d’enregistrement

Les enquêtes ont été enregistrées sur mini-disc et sur carte SD au format .WAVE (44.1kHz/16 bits) et transférées sur cédés de consultation (qualité de support Gold et de gravure correspondant aux normes d’archivage recommandées par la BnF).

Une copie de sauvegarde de ces fichiers  a été faite sur disque dur externe remis aux AD13.

Le choix des informateurs

Le choix de nos interlocuteurs s’est fondé sur trois critères, ils devaient :

  • être d’origine arménienne (les époux de descendants d’Arméniens ont été également retenus lorsqu’ils participaient consciemment ou non à l’entretien et la transmission de données culturelles),
  • être volontaire pour faire un dépôt de témoignage,
  • les personnes et leur famille devaient avoir un lien particulier avec les Bouches-du-Rhône depuis l’arrivée des aïeux dans les années 1920 (comme y avoir résidé et travaillé plusieurs années par exemple).

Prises de contact

  • Les réseaux institutionnels
  • Les réseaux relationnels informels
  • La distribution de prospectus
  • L’immersion sociale
  • L’annuaire téléphonique

Nous avons utilisé des contrats originaux de cession de droits patrimoniaux avec chaque informateur. Ce contrat a été co-rédigé entre les AD13 et les services juridiques du CG13 et l’association Paroles Vives. Il prévoit la mise à disposition des enregistrements auprès du grand public (y compris via Internet) dans un cadre non commercial.

La grande majorité des informateurs a été particulièrement touchée de la démarche. S’ils ont bien compris la constitution d’un objet définitif, l’entretien enregistré, la perception des finalités du collectage reste globalement assez confuse. Ceci est peut-être dû à la présence de plusieurs acteurs : Paroles Vives, le Conseil Général 13, les Archives départementales, la MMSH.

Par ailleurs, il est difficile pour les informateurs d’envisager la pérennité de la collection et de ses supports. La perspective du statut d’archive publique de leur parole, donnée à une seule personne, l’enquêtrice, est source d’émotions et de satisfaction. Toutefois ils répondent à la question « Pourquoi avez-vous accepté ce témoignage ? »  en exprimant leur volonté d’apporter des éléments de compréhension sur l’histoire quotidienne de leurs aïeux et la légitimité de leur rattachement à la culture arménienne.

Thématiques de la grille d’entretien

(Ce choix méthodologique laissait libre l’enquêteur dans la conduite de son entretien et l’adaptation de la grille aux personnes rencontrées. Toutefois, la couverture systématique des thématiques retenues permet de croiser les entretiens plus facilement.)

  • pratiques culturelles et cultuelles,
  • événements de la vie quotidienne, familiale, associative, religieuse,
  • relations hommes/femmes et intergénérationnelles,
  • savoirs faire culinaires, organisation domestique,
  • pratique et connaissance de la langue arménienne et pratiques artistiques comme le chant et la danse traditionnels.

Le déroulement de l’entretien

L’entretien se déroulait en trois phases :

  • Histoire familiale
  • Histoire personnelle de l’informateur
  • Représentations et perspectives

***

Deuxième partie de la communication : Laetitia Nicolas

Contextualisation des enquêtes

Nous désirions rendre compte du contexte de l’enquête, du traitement documentaire et de leur valeur scientifique. Dans cet objectif, nous avons produit une annexe méthodologique descriptive du chantier réalisé et des moyens humains et techniques mobilisés. Chaque étape du projet y est décrite avec ses points positifs, ses difficultés et les solutions apportées.

Pour faire le lien avec ce que vient de dire Corinne Cassé, je vais plus spécifiquement vous parler du traitement documentaire de ce fonds que j’ai réalisé au sein de la phonothèque de la MMSH. En effet, une des façons de donner accès à l’ensemble de ces documents est d’en assurer un traitement documentaire le plus pertinent qui soit, c’est-à-dire un traitement qui soit à la fois assez informatif pour le grand public mais également riche pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qui souhaiteraient ré-utiliser ce fonds sonore. Alors même si je suis aussi par ailleurs ethnologue, il est important de préciser que mon intervention dans ce projet s’est uniquement située au niveau de l’étape documentaire, et donc je n’ai pas du tout participé au terrain.

Cependant, le fait que je pratique l’anthropologie influence d’une façon particulière ma façon de travailler sur les archives sonores en général, et en particulier ma façon d’écouter ce corpus spécifique. Un des grands intérêts de cette collecte et une de ses originalités, réside dans le fait que sa mise à disposition, par son intégration dans plusieurs bases de données (celle de la phonothèque de la MMSH et celle des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône) et son accès libre, a été prévue en amont, dès le montage du projet. De plus, la possibilité de pouvoir échanger directement et presque simultanément avec les enquêteurs a été un véritable atout et dans le domaine des archives sonores, il s’agit d’une situation assez inédite.

Du rôle de l’anthropologue et de l’archiviste

En effet, habituellement lors de l’archivage et du traitement d’enregistrements, la part du sensible, faute d’informations scientifiques, entre beaucoup en jeu. Écouter les enquêtes des autres, et en assurer la description, relève autant du sensoriel que du scientifique car « entrer dans une enquête » revient à se glisser dans une intimité que l’on n’a pas partagée, d’autant plus qu’un certain nombre d’éléments font défaut. Je pense par exemple à des indications très simples comme le lieu et la date d’enregistrement ou les noms des informateurs, mais je pense encore à des éléments plus généraux tout aussi importants comme le contexte de réalisation de l’enquête ou du corpus qui est très rarement mentionné.

De même, il est rare d’avoir accès aux documents de terrain proprement dits accompagnant l’enregistrement, à savoir les guides d’entretien, les photographies, les films ou les notes de terrain.

Enfin, en bout de chaîne, les documents de synthèse qui renseignent sur la façon dont les données récoltées ont été interprétées et analysées ne sont eux-mêmes pas toujours accessibles. Dans le cas de ce projet sur les Arméniens, une des innovations a été de mettre à la disposition de l’archiviste le guide d’entretien mais aussi les carnets de terrain des enquêtrices. Ainsi, prendre garde à mettre tout le matériel de terrain à disposition avait donc un double objectif : renseigner suffisamment les documentalistes mais également conserver une trace du déroulement de l’enquête.

Cependant, l’attention à la contextualisation des enquêtes suffit-elle à garantir un bon traitement documentaire, en particulier lorsqu’elle est faite par des personnes qui ne connaissent pas, dans notre cas, les méthodes anthropologiques ? Il est peut-être important alors de travailler sur une certaine sensibilisation aux modes de production des sciences qui laissent des traces sonores, surtout si elles sont conservées dans des structures patrimoniales dont les sciences humaines ne sont pas nécessairement l’objet central, comme les services d’archives départementales par exemple.

A l’inverse, un ethnologue, lors de son dépôt, peut également anticiper ce dont le documentaliste aura besoin pour traiter correctement son fonds, faisant alors émerger l’importance de l’idée « d’ensemble documentaire » (ce qui par ailleurs complique l’archivage). Finalement on peut alors se poser la question de savoir qui est la personne la plus habilitée à s’exprimer et à donner ses impressions sur cet ensemble d’informations. Est-ce le documentaliste ou l’archiviste qui dispose de méthodes de travail quels que soient les types de documents et leur producteur, ou bien est-ce l’enquêteur qui dispose d’éléments de contextualisation, et sur sa méthode d’enquête, souvent inaccessibles à l’archiviste et pourtant indispensables puisque même une écoute attentive où le sensible n’est pas bridé ne peut tout inventer ?

Le traitement documentaire des archives sonores

Que faire alors de toutes ces informations une fois devant sa notice documentaire comportant un grand nombre de champs précis à remplir ? Elles figurent dans la description et dans l’indexation (par le choix de mots-clés évocateurs et adaptés), sous forme de notes ajoutées dans un champ clairement séparé afin de ne pas brouiller les pistes ou bien sous la forme de résumés « critiques » intégrant directement un avis soit subjectif (tant sur le contenu que sur l’ambiance ou la qualité) soit objectif grâce à des informations vérifiées. Ce seront les clés d’accessibilité aux documents, voire l’occasion d’un débat avec le collecteur et d’une suite donnée par d’autres chercheurs. C’est là que la relation directe avec l’enquêteur permet par exemple de conforter, ou non, les impressions ressenties à l’écoute (l’entretien a été arraché difficilement, il s’est très bien déroulé, il a été refait car perdu une première fois, etc.), de relativiser les propos énoncés par les informateurs (on apprend qu’il n’était pas seul même s’il est le seul à parler, on connaît son métier, ses engagements), et de porter son attention sur quelques points intéressants à analyser. De plus, dans le cas d’un corpus comportant une grille d’entretien identique, ce qui a été le cas des Arméniens, une écoute comparative devient possible : à l’intérieur même du corpus par la mise en regard des enquêtes entre elles mais également à l’intérieur d’un service d’archives (comme par exemple ici avec la recherche sur le mot-clef « génocide » dans la base Ganoub et les résultats obtenus).

Cette écoute que l’on pourrait qualifier de « scientifique » présente bien entendu un intérêt en termes de contenu, mais pas toujours là où l’on s’y attend. Elle permet de comparer des données si l’on travaille sur un sujet similaire, mais peut également être instructive « dans les marges ». En effet, le génie de l’informateur est parfois d’aller dans des recoins très perturbants sur le moment pour le collecteur, l’attirant dans le hors sujet. Pourtant ces biais, qui ne sont pas toujours pris en compte au moment de l’entretien, sont potentiellement intéressants. Ce sont eux qui, s’ils ont été correctement repérés et indexés, pourront aussi lors d’une réécoute, offrir de nouvelles perspectives d’analyse (pour des personnes issues d’un autre domaine des sciences humaines) et de nouveaux terrains (pour les ethnologues).

Que mettre à disposition, sous quelle forme et pour qui ?

La mise à disposition en accès libre impose de faire un certain nombre de choix. D’abord des choix au niveau de ce qui est conservé. Dans le cas de ce projet sur les Arméniens absolument tous les enregistrements ont été conservés et, en dehors de sons gênants à l’écoute, les enregistrements n’ont subi aucune transformation conservant alors l’ensemble des données (propos de l’informateur, ambiance sonores, couacs…).

De plus la mise à disposition ayant été prévu dès le départ, une bonne qualité sonore a été visée au moment même des enregistrements limitant les documents inexploitables.

D’autres choix ont été également opérés quant au type des données mises en accès libre à tout public, pour cela je renvoie à la réflexion sur la signature de contrats avec les informateurs.

Enfin si l’on veut que ce corpus sonore soit utilisé, des actions de référencements ont été engagées afin de la rendre « visible ». C’est par exemple le cas sur le site du Portail Numérique du Ministère de la Culture, ou encore le portail européen Michael. Mais surtout, cette collection présente l’intérêt d’être intégralement accessible en ligne à l’aide de streams accessibles sur chaque notice.

> À lire également : « Quand l’ethnologue crée une source pour la mettre à disposition du public dans une phonothèque de recherche » (carnets de la Phonothèque).

Crédit photo : Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0) http://flickr.com/photos/thomasfrederick/206227407/

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document1033.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire