Avec et au-delà des archives, par Cyril Isnart

Avec et au-delà des archives : les conditions collaboratives d’une revisite.

Résumé de la communication présentée par Cyril Isnart lors de la journée d’étude du 19 septembre 2008 à Aix-en-Provence (Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : quelles collaborations mettre en œuvre ?).

***

Souvent l’hagiographie du travail ethnographique le présente comme une œuvre solitaire, un travail humble de transcription, une suite de rencontres interindividuelles dans lesquelles l’individu ethnographe se plonge seul, une lente maturation intellectuelle devant un ordinateur, parfois des échanges houleux en séminaire ou en colloque, où le travail du chercheur est mis sur la sellette.

Mais c’est évidemment une sorte d’idéalisation romantique, même si la solitude existe, car il existe toujours une sorte de « collaboration », de travail en commun, de mise sous le regard de l’autre, que cet autre soit les « informateurs », les « interprètes », les « éditeurs » ou les collègues.

Cependant, ces formes de collaboration relativisent une part seulement de l’hagiographie ethnographique, car malgré tout, un article, un livre, une conférence sont toujours considérés comme l’expression d’une individualité, d’un parcours de recherche, d’une inventivité individuelle que l’on a du mal à réduire à des processus collectifs, ne serait-ce que pour des raisons administratives de rédaction de CV.

Il serait donc plus juste d’évoquer un équilibre fragile entre œuvre individuelle du chercheur et collaboration, qui se traduit souvent par une frilosité à partager ses archives quand le travail de terrain est encore en cours ou que la production écrite vient à peine de paraître. Mais cet équilibre est nécessairement modifié quand le travail de l’anthropologue se fonde sur des médiums qu’il ne maîtrise pas lui-même, c’est-à-dire quand il est nécessaire d’introduire un intermédiaire entre les données et le chercheur. Ou si les données utilisées par les chercheurs appartiennent à un champ différent de la division sociale du travail scientifique.

Mais un problème de statut se pose d’emblée dans ces derniers cas. Les archives traitées par un documentaliste ou un archiviste ne sont en rien comparables, socialement parlant, à des notes de lecture ou de terrain sorties des papiers du chercheur qu’il conserve dans son bureau ou ses cartons :

  • D’un côté il y a des archives, un type d’objet ayant un statut administratif particulier, qui est conservé par des personnes payées pour cela, qui sera rendu public, et éventuellement qui servira à des chercheurs, des conservateurs, des artistes, des muséographes ou des particuliers.
  • De l’autre, vous avez du matériel de travail, en quelque sorte de la matière première pour intellectuel, qui est conservé par lui dans le but de produire une connaissance argumentée1. Et est-ce bien déjà ou encore des archives ?

Cette différenciation de statut des objets partagés entre chercheur et spécialiste revient en quelque sorte à la différence de statut social que Dominique Poulot a mis en lumière (Poulot 1997), quand l’Etat de la Révolution Française a fait passer les biens immobiliers et mobiliers de l’Eglise du statut d’objet cultuel à celui d’objet patrimonial, et que plusieurs corps de métiers sont apparus pour s’occuper de ce qui est devenu le « patrimoine » (conservateurs, historiens d’art, marchands de tableaux), et que finalement les religieux et les nouvelles autorités ont du collaborer. Ce glissement de statut provoque certaines transformations des deux côtés de la frontière, mais que se passe-t-il au juste dans le processus de recherche, quand des spécialistes se rencontrent autour d’archives ou de matériaux susceptibles de le devenir ?

Pour répondre à cette question, je prendrai le risque d’être égocentrique, même s’il s’agit ici d’évoquer la collaboration. Je parlerai d’abord de mon point de vue, qui est situé du côté de la recherche et je prendrai un exemple d’ethnographie de terrain et de travail d’archives sur/au-delà/avec lesquelles (je ne sais trop comment dire) je travaille depuis 2005. Plus précisément, je voudrais mettre en lumière le phénomène de pluralisation du statut des archives dans un processus de recherche, en montrant comment chacune des parties prenantes, travaillant sur les archives, en façonne des natures et des qualités différentes. J’adopterai un procédé assez sommaire et rustique, la forme de la chronique, sans m’interdire des ellipses et des retours en arrière, pour montrer quelles collaborations ont été mises en place, avec quels résultats et quelles dynamiques elles ont entraîné.

Un fonds d’archives

Le travail que je mène porte sur les archives d’une enquête ethnomusicologique, réalisée par Bernard Lortat-Jacob entre 1967 et 1968, dans cinq villages et hameaux d’une vallée transfrontalière entre la France et l’Italie, la vallée de la Roya dans le département des Alpes-Maritimes. Il a effectué cette recherche dans le cadre de ses premiers contrats de travail pour le Musée National des Arts et Traditions Populaires, sous la direction de Maguy Pichonnet-Andral et Claudie Marcel-Dubois.

Le fonds regroupe une quinzaine d’heures d’entretien avec des chanteurs et des chanteuses et, pour une grosse moitié, des enregistrements de chants en situation, lors des fêtes des villages2. Cette enquête était déposée au Musée national des Arts et Traditions Populaires, sans exploitation scientifique ou patrimoniale, mais la seule publication est un film daté de 1974, par Jean-Dominique Lajoux et Bernard Lortat-Jacob, Vievola. Chœurs et danses du col de Tende, au CNRS audiovisuel. La courte durée d’exploitation du terrain est essentiellement due au départ mouvementé de Bernard Lortat-Jacob pour le Musée de l’Homme et donc à l’abandon de l’enquête et du travail sur les archives sonores.

La plupart des chants sont exécutés en italien, mais les entretiens sont eux intégralement conduits en français. Il est nécessaire de rappeler que la vallée de la Roya constitue un contexte géographique, politique, linguistique et culturel particulier, en tout cas assez original, dans la mesure où au moment de l’enquête de Bernard Lortat-Jacob, la haute vallée de la Roya est le dernier territoire à avoir été rattaché à la France en 1947. Et l’on pourrait poser l’hypothèse d’une sorte de persistance du chant italien, sur un mode polyphonique assez commun (une voix entonne le chant, suivent les voix de basses et s’ajoutent éventuellement une deuxième et troisième voix à la tierce et à l’octave, cette dernière tenue par des femmes)3).

Le regard, et l’oreille, que l’ethnologue peut porter à ce genre de fonds sonore provoquent tout de suite si ce n’est des réticences, en tout cas un étonnement devant un objet d’une nature assez complexe et inhabituelle : une recherche avortée, un territoire français depuis peu où l’on chante en italien, des archives abandonnées, mises au jour aujourd’hui grâce à la politique de dépôt des copies des fonds concernant les régions par le Musée national des Arts et Traditions Populaires, pas ou peu de documentation (le cahier d’inventaire du musée), quasiment pas de travaux publiés.

Plusieurs solutions, pour interroger ce corpus, se présentent alors :

  • écouter les archives tout seul et reconstituer une ethnographie à partir de ces archives ;
  • écouter les archives tout seul, et partir sur le terrain ;
  • ou bien l’inverse, aller sur le terrain puis revenir un an après vers les archives ;
  • ou encore, ignorer les archives et travailler directement sur le contemporain.

Mais chacune de ces solutions de travail ne correspond pas à la réalité, en tout cas ni au déroulement de notre enquête, ni à une conception quelque peu réaliste du travail scientifique.

Il m’est en effet apparu nécessaire de travailler en commun sur les archives, avec des personnes qui s’y intéressent à titres différents d’ailleurs, et voir ce qu’il est possible d’en faire. Il y avait à l’origine une envie exprimée par Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, de jeter un coup d’œil sur des archives inédites d’un grand chercheur, qui concernaient la région de compétence de son institution.

Il existait par ailleurs le projet novateur de l’ACI, dirigée par le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (Université Paris X et CNRS), sur « Terrain et archives », qui menait une réflexion sur les usages des archives en anthropologie. Et ceci en parallèle à de nombreuses expériences individuelles ou collectives de revisites de terrain – qui n’utilisaient pas toutes les archives. Je pense notamment aux revisites des sociologues américains dans le quartier Italien de Boston étudié par Whyte dans les années 1930 (Boelen 1992) ou dans la ville de Middeltown de 1920 à 1990 (Caccamo 2000).

Ensuite, s’est mis en place un programme d’étude pluridisciplinaire de la vallée de la Roya, piloté par la Maison des Sciences de l’Homme de Nice.

Enfin, mais cela est apparu plus tard, travailler seul sur les archives aurait été vain, car cela aurait été sans compter, dans l’expérience même d’écoute et du terrain, sur la résonance profonde de ces archives sonores avec des thèmes très contemporains de la recherche anthropologique, ethnomusicologique et historique. En fait, le travail solitaire sur les archives s’est avéré pour ces multiples raisons, pas vraiment inutile, mais insuffisant.

Les documentalistes de la phonothèque de la MMSH

Mes premiers interlocuteurs ont été les documentalistes de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, avec qui nous avons effectué un travail de traitement documentaire de l’enquête et la mise en ligne du catalogue. D’abord en découpant les séquences sonores en sous-ensembles possédant une unité de lieu et de personne (grossièrement un entretien ou une séquence orale continue), en mentionnant systématiquement les données de contextualisation de l’enquête (lieu, date, ayant-droit, titre, etc.) contenues dans le cahier d’inventaire du Département de la Musique du Musée national des Arts et Traditions Populaires, puis en effectuant ensuite une analyse plus détaillée, en traitant chacun des chants enregistré avec les mêmes exigences4.

Les écoutes successives des archives, pour identifier le plus précisément possible les champs à renseigner, pour établir des correspondances dans le corpus ou identifier plusieurs langues ou informateurs, ont été une étape primordiale du travail collectif. Cette première collaboration a permis d’entrer de plain-pied dans l’ambiance de l’enquête ainsi qu’une familiarisation avec les données ethnographiques et musicales qui s’y trouvaient. Plus précisément, elle a permis de mettre au jour que le répertoire chanté dans la Roya était d’une banalité déconcertante, puisque pour l’anecdote, l’une des documentalistes d’origine napolitaine a reconnu certaines chansons et que le répertoire se rattachait finalement plus aux chants appris pendant le service militaire qu’au répertoire des chanteuses de tradition orale que Leydi et d’autres collecteurs ont pu enregistré depuis les années soixante en Piémont tout proche.

D’autre part, la mise en ligne de notre travail documentaire, via le site de la Phonothèque, a donné quelques surprises, j’en citerai une. J’avais déjà commencé le travail de terrain durant l’été 2006, quand la phonothèque reçoit une demande émanant d’un femme du village de Tende, qui demandait à avoir une copie des chants interprétés par sa grand-mère, qu’elle avait repéré sur Internet, en tapant son nom de famille sur Google. Il se trouve qu’à la fin de l’été, j’avais eu confirmation que cette grand-mère était toujours en vie et je souhaitais vivement la rencontrer, puisqu’elle était une des plus anciennes informatrices vivantes de l’enquête des années 67-68. J’ai pu avoir un entretien avec elle, elle a chanté les chants de 1967 et d’autres, et nous avons réalisé un petit récit de vie. Un an après cette entrevue, je reçois un nouveau mail de la petite fille qui m’annonce le décès de sa grand-mère, et sur sa demande, je lui envoie une copie de l’entretien et des photos. Au-delà de l’émotion, la mise en ligne a permis de retrouver plus facilement un témoin, et son témoignage de 1967 est aujourd’hui en libre accès, par le biais d’un contrat de diffusion signé par les ayants droit.

Le collecteur : Bernard Lortat-Jacob

C’est en mars 2006 que je rencontre Bernard Lortat-Jacob pour la première fois. Nous effectuons un entretien très long, mais pas enregistré, dans un premier temps, essentiellement pour s’apprivoiser. Puis, en fin de journée, nous commençons un entretien plus formel qui sera publié par la suite (Isnart 2006a et Isnart et Trubert 2007). Ici, la rencontre et le travail commun ont permis de mettre au jour des dimensions que je ne soupçonnais pas au commencement de l’écoute de l’enquête. C’est en fait un pan de l’histoire individuelle de ce chercheur et de l’histoire collective de sa discipline qui se dévoile et qui a permis de dégager le contexte scientifique, institutionnel et personnel de l’enquête de Lortat-Jacob dans la Roya.

D’abord, cette enquête est emblématique d’un moment de l’histoire de l’ethnomusicologie en France. Lortat-Jacob a quitté le Musée national des Arts et Traditions Populaires, après un clash entre lui et les tenantes de l’ethnomusicologie de la France, Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral. Pour atterrir au Musée de l’Homme, où il devait abandonner le terrain français et se consacrer au Maroc. On a là un témoignage fort de la dichotomie qui a existé en France entre deux institutions qui se partageaient ethnomusicologiquement la France et le monde.

Ensuite, il s’agit d’un exemple de pratique de l’enquête telle qu’on la conduisait dans cette institution, c’est-à-dire des missions de collectage relativement courtes, avec un choix des personnages représentatifs, dont le but était de rapporter au musée des éléments culturels significatifs. Et non pas des enquêtes ethnographiques longues, avec une immersion sur le terrain et une production scientifique, où les collectages musicaux ne relevaient pas seulement du désir patrimonial et des archives. Ceci dit, la méthode que Lortat-Jacob semble avoir suivie sur place est à mi-chemin entre une collecte sauvage et une intégration malinowskienne, tant il est vrai que le souvenir de l’enquêteur existe encore chez les plus anciens de ses informateurs alors que les collectes des revivalistes semblent ne pas avoir marqué les esprits.

Enfin, l’écoute commune des archives a permis l’apparition de nouvelles informations qui revenaient à la mémoire de Lortat-Jacob, des anecdotes, des évocations de personnages ou des situations d’enquête ou des éclaircissements sur le devenir institutionnel de ces archives.

En bref, cette rencontre avec le collecteur a ouvert finalement une recherche sur un corpus à documenter à une démarche problématique plus large, s’intéressant aux conditions, à l’histoire et au contexte de l’enquête de 1967-68. Elle a ainsi transformé les données des archives et les archives elles-mêmes. Les archives devenant alors un objet de mémoire au sens plein du terme, à la fois de remémorisation, à travers l’écoute commune avec le collecteur, à la fois productrice de nostalgie individuelle et de retour sur son parcours intellectuel et professionnel, mais aussi révélatrices d’oublis, de non dits, de points qui restent en suspens. Par exemple pourquoi avoir choisi la Roya comme terrain, pourquoi si peu d’interviews d’hommes, et au moment de notre rencontre, que faire de ces archives – et comment le faire –, de cette sorte d’embryon scientifique mort-né ? Les archives deviennent des objets de mémoire, support de souvenirs, mais provocateurs aussi d’interrogations et de sentiments contradictoires.

La revisite et ses acteurs locaux

Le troisième type de collaboration est liée au retour sur le terrain et rejoint la problématique de la revisite « avec des archives sous le bras ». Il s’agit des liens que nous avons noués avec les acteurs contemporains du village de Tende, dans lequel j’ai travaillé avec Jean-François Trubert, un jeune musicologue.

Sur le terrain, les archives se sont vite révélées un moyen efficace pour trouver une place et entamer une collaboration avec les Tendasques. Nous avons souvent mis en avant que nous venions à Tende après/à partir de/pour les archives des années soixante et du film Vievola. Et de fait, il y a eu, je ne peux pas dire un engouement, mais un intérêt d’une dizaine de personnes pour les archives, qui nous ont aidés à retrouver des informateurs de Lortat-Jacob, à transcrire des textes de chansons, à identifier des voix sur les archives.

Mais de manière implicite, en suivant les informateurs selon une sorte d’écoute flottante, nous revenions toujours au contemporain, à ce qu’il se passe maintenant par rapport à leur vécu des années soixante et des quarante années passées depuis le rattachement de la vallée à la France.

En revanche, la collaboration avec les informateurs anciens ou des descendants des informateurs de Lortat-Jacob a consisté essentiellement à faire entendre les voix des « anciens », c’est-à-dire des personnes âgées que l’on n’a toujours connues que comme des « vieux » ou qui ont disparu déjà depuis longtemps. L’étonnement à entendre un timbre de voix plus jeune ou l’émotion à entendre son époux, son frère, ou son père décédés, souvent pour la première fois depuis leur disparition, constituent, en soi, un très bel objet d’étude et donneraient accès aux mécanismes mémoriels et affectifs impliqués par la musique. Mais ce procédé de collaboration s’est par ailleurs révélé un prétexte à parler de la famille et du village, et de revenir encore une fois sur l’histoire récente, l’évolution économique, culturelle, affective de la communauté villageoise.

Dans nos rapports avec les gens ou pendant les entretiens enregistrés, les archives sont devenues des supports de discussion, comme des objets transitionnels, au sens que leur donne Winnicott (1969). Et finalement, un peu comme l’évoque G. Augustins dans sa contribution au colloque sur les ethnologues aux prises avec les archives il y a deux ans, où le travail sur les archives villageoises lui a permis de trouver une place au milieu des gens (Augustins 2008). Mais, de notre côté, elles nous ont toujours incités à dépasser le stade de l’apprivoisement et à passer aux questions que le terrain pose aujourd’hui, ici et maintenant.

Le musicologue : Jean-François Trubert

Ma collaboration avec Jean-François Trubert, musicologue, qui sortait comme moi d’un travail de thèse, concerne à la fois la publication des archives et la revisite du terrain.  Il y a eu une véritable rencontre entre nous, à la fois intellectuelle et amicale, mais ce qui est né de cette collaboration, c’est finalement la réunion du double point de vue, musical versus ethnologique, que l’on pouvait porter sur les archives de Bernard Lortat-Jacob et qui traverse encore de manière parfois polémique les débats sur le statut de l’ethnomusicologie.

Notre collaboration s’est d’abord focalisée sur le choix des extraits des archives à publier. Que devait-on privilégier dans le projet de publication? Devait-on mettre en avant le répertoire, avec les quelques perles que nous avions décelées, ou bien montrer le contexte social, culturel et historique avec des chants pas forcément rares ou bien interprétés, mais qui témoignaient de la façon de chanter de la Roya ? Nous avons pris le parti de choisir la deuxième des deux alternatives, puisque, après tout, la mise en avant de pièces socialement et culturellement significatives n’empêche aucunement l’appréciation esthétique.

A partir de là, la sélection des morceaux à publier a été confiée simultanément à Jean-François, à une documentaliste de la phonothèque, à Bernard Lortat-Jacob, à Benjamin Novarino, un chanteur du groupe marseillais Lo Cor de la Plana et à moi-même. Mais le projet n’était évidemment pas de publier des archives sans les remettre dans leur contexte scientifique, historique et culturel, d’où l’idée de publier un livre-CD, avec des textes courts mais éclairants. Un réseau institutionnel s’est formé autour du projet de publication, et je voudrais énoncer maintenant rapidement les partenaires et certains des enjeux, en tout cas ceux que j’ai pu deviner, pour ces parties prenantes qui ont participé pas seulement financièrement à la publication du livre-CD :

  • Le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerrannée (en tant que nouvel établissement public remplaçant le Musée national des Arts et Traditions Populaires et donc propriétaire des archives avec l’enquêteur) s’est investi très positivement dans le projet de publication de ses fonds, et notamment en la personne de Marie-Barbara Le Gonidec, responsable du Département de la Musique, ce qui est assez nouveau pour les fonds sonores provenant de l’ancien Musée.
  • La Maison des Sciences de l’Homme de Nice, qui avait un programme de recherche sur cette région de la Roya, dans lequel nous nous sommes glissés et qui saisissait l’opportunité d’une enquête originale et documentée sur plusieurs décennies.
  • Les Archives Départementales des Alpes-Maritimes, partenaire de la Maison des Sciences de l’Homme de Nice, qui pérennisent un service d’archives sonores et qui intègrent à leur fonds les entretiens et les collectages de l’enquête contemporaine de revisite sur un terrain dont ils ont la charge.
  • Le Musée Départemental des Merveilles, traitant essentiellement de préhistoire régionale  et plus marginalement d’ethnologie locale, basé à Tende, a été un acteur central de la sensibilisation à la démarche d’enquête auprès de la population, mais aussi un lieu de distribution de la publication5, offrant un nouvel aspect de la culture locale à valoriser.
  • Enfin, l’éditeur associatif, l’ADEM 06, qui est la structure départementale de diffusion et d’animation musicale, y voyait, à travers son conseiller scientifique Luc Charles-Dominique, un intérêt documentaire pour les musiques traditionnelles locales et les musiciens du revivalisme régional.

On le voit ici encore, les archives et le projet qui les accompagne appellent des modes et des buts de collaboration différents (finance, logistique, diffusion, valorisation, recherche) qui dévoilent de nouvelles façons de considérer le fonds d’archives et sa revisite, allant de la ressource scientifique à la ressource patrimoniale.

Conclusion

La conclusion tournera rapidement autour de deux mots que nous avons souvent entendu au cours de ces rencontres : patrimoine et sciences humaines.

Un fort mouvement de patrimonialisation indigène autour de la musique vocale, ou plutôt une mise en mémoire culturelle locale, s’est mis en place depuis une bonne quinzaine d’années maintenant. Il se traduit par l’organisation d’apéritifs musicaux les week-ends d’été avec distribution de carnets de chant, par les collectes des revivalistes occitans, par des enregistrements sonores et audiovisuels par des acteurs des fêtes locales, par du collectage de paroles de chants à travers la littérature italienne. Cette activité patrimoniale semble s’opposer à la pratique, ordinaire et toujours vivace, du chant de compagnie, selon l’expression de Lortat-Jacob, qui réunit des Royasques les jours de fête pour chanter sans recours aux archives pendant la performance.

Se pose alors la question de notre rôle ou notre fonction, en tant que chercheur, dans la dynamique contemporaine du chant qui est une activité culturelle objet de patrimonialisation. C’est une question qu’il est aujourd’hui d’autant plus urgent à poser que nous avons fait surgir les plus anciens témoignages sonores du chant dans la région. On peut cependant poser la question dans un autre sens et porter un regard moins a priori critique sur notre implication : quel type d’objet les archives des années soixante sont-elles devenues aujourd’hui, après leur diffusion et leur publication ? Une source pour des petits enfants de quarante ans qui écoutent aujourd’hui leurs grands-parents décédés sur Internet ; une source patrimoniale qui pourrait être exposée durablement au musée local et pas seulement diffusée comme un objet commercial ; une réserve musicale pour les chanteurs d’aujourd’hui ; une bonne raison de ressentir de la nostalgie pour une ambiance, un village, des personnes connues, une manière de faire la fête qui n’existent plus ?

En tout cas, les archives de Bernard Lortat-Jacob ont produit de nouveaux questionnements, et c’est sans doute pour ces questions qu’elles nous sont aujourd’hui le plus utiles.

Cyril Isnart, Chercheur associé à l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative, UMR 6591, CNRS, Université de Provence.

Contact : isnart<@>mmsh.univ-aix.fr

Bibliographie :

  • AUGUSTINS Georges 2008 in Georges Augustins, Claude Mercier et Jean-Louis Guilleron, « Les temps de l’archivage de terrain. Les documents intermédiaires, du papier à l’ordinateur », Ateliers, 32, L’ethnologue aux prises avec les archives, [En ligne], mis en ligne le 19 août 2008. URL : http://ateliers.revues.org/document2552.html. Consulté le 12 octobre 2008.
  • BOELEN M. 1992, « Street Corner Society: Cornerville Revisited », Journal of Contemporary Ethnography, 21, 11–51.
  • CACCAMO R. 2000, Back to Middletown: Three Generations of Sociological Reflection, Stanford, Stanford University Press.
  • ISNART C. 2006a, « Les archives, le terrain et l’écriture. Entretiens avec Christian Bromberger et Bernard Lortat-Jacob », Terrain et archive, 22 juin 2006, [En ligne] http://lodel.imageson.org/terrainarchive/document164.html. Consulté le 12 octobre 2008.
  • ISNART C. 2006b, « Les archives sonores de l’enquête de Bernard Lortat-Jacob dans la vallée de la Roya  (1967-1968) », Terrain et archive, 26 juillet 2006, [En ligne] http://lodel.imageson.org/terrainarchive/document189.html. Consulté le 12 octobre 2008.
  • ISNART C. à paraître, « Le chant des origines. Performance, frontière et mémoire migratoire dans les Alpes » in Ethnologie française.
  • ISNART C. et TRUBERT J.-F. 2007, Musique du col de Tende. Les archives de B. Lortat-Jacob 1967-1968, livre-Cd, Nice, Adem06.
  • POULOT D. 1997, Musée, nation, patrimoine.1789-1815, Paris, Gallimard.
  • WINNICOTT D. W. 1969, « Objets transitionnels et phénomènes transitionnels » in De la pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Payot, pp. 109-125,

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document1053.html.

Cette hypothèse, formulée à partir de l’écoute des archives, ne tient pas longtemps après un retour sur le terrain, où l’on se rend compte que la pratique du chant est liée à l’histoire migratoire récente et à la force mémorielle des pratiques musicales (Isnart à paraître)

  1. Ce qui n’exclut évidemment pas que le chercheur ait une relation patrimoniale avec ses archives, ni que le conservateur n’y voie pas des données de travail intellectuel. []
  2. Pour un exposé du contenu de ce fonds et de l’histoire de l’enquête, voir Isnart et Trubert 2007 ou Isnart 2006a et 2006b. []
  3. Cette hypothèse, formulée à partir de l’écoute des archives, ne tient pas longtemps après un retour sur le terrain, où l’on se rend compte que la pratique du chant est liée à l’histoire migratoire récente et à la force mémorielle des pratiques musicales (Isnart à paraître []
  4. http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr/ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire