Utilisation croisée de corpus oraux sur la guerre d’Algérie, par Hélène Bracco

Utilisation croisée de corpus oraux sur la guerre d’Algérie.

Communication présentée par Hélène Bracco lors de la journée d’étude du 19 septembre 2008 à Aix-en-Provence (Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : quelles collaborations mettre en œuvre ?).

***

Pour le présent travail, il m’a été nécessaire d’avoir recours à la mémoire orale, les archives écrites m’ayant en grande partie fait défaut. Ce travail s’articule sur trois recherches qui s’étagent sur seize années, et concernent les sujets suivants :

  • les Européens qui n’ont pas quitté l’Algérie à son indépendance
  • les actes de refus civils et militaires dans la guerre d’Algérie
  • les soldats (appelés du contingent) algériens dans l’armée française en guerre d’Algérie.

De la nécessité de la mémoire orale

En ce qui concerne la guerre d’Algérie, plusieurs paramètres entrent en jeu :

De la part de l’Etat en guerre (ou de l’après guerre), il faut compter avec une réticence à aborder l’Histoire dans toutes ses dimensions (par exemple en ce qui concerne les Pieds-Noirs n’ayant pas fait partie de l’exode présenté comme général en 1962).  Il faut compter aussi avec la manipulation d’information quant aux objectifs d’une guerre que l’Etat nommait “maintien de l’ordre”, et avec la censure, notamment celle concernant les archives :

En 1992, quand mon sujet de DEA a été accepté, (“Etre Européen et choisir de rester vivre en Algérie indépendante”, études arabes et islamiques, option histoire, université de Provence, dir Robert Ilbert) il s’est avéré très vite que je n’aurais pas accès à des archives écrites. Les archives des Européens qui sont restés en Algérie sont pour le moment frappées d’interdit. Je reçus en septembre 1993 une lettre du Ministère des Affaires Etrangères à qui j’avais demandé depuis le mois de mai des renseignements sur les Européens restés en Algérie après 1962. J’en donne ici la conclusion :

La loi sur les Archives du 3 janvier 1979 prévoit un délai trentenaire pour la documentation des documents postérieurs à 1963. Par ailleurs, les dossiers datant de 1962 et 1963 susceptibles de vous intéresser sont ceux de l’immatriculation des Français, et, en vertu de la loi et des décrets d’application, ils ne sont communicables qu’après un délai de cent ans.”… J’étais déjà rentrée d’Algérie ! ( DEA obtenu en 1993 et édité en 1999 par les éditions Paris-Méditerranée sous le titre : L’autre face, “Européens” en Algérie indépendante).

De la part des acteurs de l’Histoire, il faut compter avec la mémoire de la clandestinité et de la prison (par exemple dans l’aide apportée aux Algériens pendant leur guerre de libération).

Voici quelques exemples de cette mémoire clandestine :

Une Algérienne, qui avait la nationalité française par son père, qui a été responsable de l’Union des Femmes Algériennes en Algérie, m’a raconté comment des femmes algériennes et européennes, au moment de la guerre d’Algérie, se réunissaient la nuit sur les tombes dans des cimetières, pour faire des sortes de meetings en faveur de l’indépendance algérienne. Elle raconte avec beaucoup d’humour que les hommes s’arrachaient les cheveux quand ils voyaient sortir leurs femmes. Elles ont fait partie de ces réseaux qui ont risqué leur vie pour l’indépendance. Certaines ont été arrêtées et condamnées à mort. J’ai pu voir à Alger un film d’une collection privée d’un cinéaste algérien qui avait filmé ces femmes dans la prison de Barberousse à Alger, où elles racontent leur expérience de combattantes européennes, aux côté d’Algériennes, en faveur de l’Algérie (Baya Jurquet, entretien réalisé à Marseille le 10/01/1993 ; dépôt d’enquête à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) à Aix en Provence sous le n° 839).

J’ai rencontré dans mon panel de personnes qui ont considéré avec faveur la lutte des Algériens deux prêtres : Mgr Scotto, qui a caché des nationalistes algériens, qui a pris la nationalité algérienne après l’indépendance et qui se définit comme “curé pied-noir, évêque algérien” ; et le cardinal Duval, un des premiers prêtres à s’élever contre la torture pratiquée par les Français en Algérie, et que les Pieds-Noirs avaient surnommé Mohamed ! Il a pris aussi la nationalité algérienne. Il m’a raconté comment, à un moment où le quartier de Bab-el Oued avait été encerclé et bouclé par l’OAS,  et où le ravitaillement n’arrivait plus,  un prêtre très astucieux de sa paroisse avait imaginé de faire passer le ravitaillement dans le corbillard (entretien réalisé à Alger le 19/04/1993 ; dépôt d’enquête à la phonothèque de la MMSH n° 837).

Il faut affronter encore l’auto-censure : le silence des soldats FSE (Français de souche européenne) à leur retour d’Algérie, la gêne et la prudence des soldats FSNA (Français de souche nord-africaine) dans l’armée française en guerre contre les leurs, car, comme le confirme  Charles-Robert Ageron, le silence qui pèse sur la guerre d’Algérie n’épargne pas les appelés Français musulmans :  “S’agissant des combattants de la guerre d’Algérie, on a certes beaucoup écrit sur ce que fut “la guerre des appelés” métropolitains, celle des Pieds-Noirs, voire celle des harkis. En revanche, le comportement des militaires réguliers FSNA n’a guerre retenu de jugements français, de témoignages algériens ou d’études historiques critiques” (AGERON Charles-Robert : Les militaires algériens dans l’armée française de 1954 à 1962 in : Des hommes et des femmes en guerre d’Algérie, dir Jean-Charles Jauffret, revue Autrement 2003)

Aujourd’hui, ces appelés “à part” font l’objet d’une extrême réticence de la part des associations et mouvements divers qui archivent leur parcours : en 2004, l’UNC (Union nationale des combattants d’Afrique du Nord) me fit part de son embarras : “Il n’y a pas que des Algériens qui ont fait la guerre d’Algérie, nous ne voulons pas de discrimination” . Pour supplément de difficulté sont regroupés sur le même fichier et sont classés “nouveaux conflits” : les anciens combattants indigènes de la guerre d’Algérie, ceux de la 2ème guerre mondiale, les combattants extérieurs (Côte d’Ivoire…). De même, l’ONAC (Office national des anciens combattants) douta de pouvoir me trouver des dossiers personnels ou des interviews : “Tous étaient Français à l’époque, donc il n’y avait pas de séparation, en situation coloniale tous étaient soumis à la conscription. La recherche de patronyme ne sera pas évidente, car des Européens ont pris des noms de guerre ou la nationalité algérienne. Si on trouve des dossiers personnels, il faudra la dérogation de la personne, après quoi le “délégué à la mémoire des combattants” devra les lire et les expurger avant de les confier !”  Elle me conseilla de pas négliger de chercher vers les supplétifs, dont certains ont été conscrits avant de se reconvertir. Je pus en faire plus tard la vérification.

Je me dirigeai alors vers la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) à Aix en Provence, et j’y découvris un réservoir important qui, faute de pouvoir faire moi-même des interviews, me livra soixante-dix heures d’écoute où  je pus sélectionner des témoignages de militaires réguliers FSNA, mêlés à ceux de supplétifs (MATHIAS Gregor : enquête orale auprès des engagés et auxiliaires militaires français musulmans dans la guerre d’Algérie 1954-1962, DEA “Mondes africain, arabe et asiatique” dir Jean-Louis Triaud, Université de Provence 1998). J’y trouvai, grâce au répertoire minutieux de Gregor Mathias, des appelés qui, une fois le service militaire accompli, entraient dans les supplétifs ; et parmi ces derniers, certains devaient faire leur service régulier une fois leur engagement terminé.

Un témoin, enfin !… Il me fallut attendre le mois de mai pour rencontrer, à Paris, le seul témoin qui accepta de me donner une interview. Il se déplaça à son tour pour me rencontrer. Le parcours de ce témoin correspondait entièrement à ma recherche. Son témoignage oral, des interviews réalisées par Gregor Mathias et des dossiers du CAOM (centre des archives d’Outre-Mer à Aix en Provence), où  je pus obtenir des dérogations, servirent d’ossature à mon travail (Hélène Bracco, “Un appelé du contingent, Bachir Hadjadj”, in La France en guerre, 1954-1962, éditions Autrement, Paris 2008).

Des mémoires orales croisées

Il me fut vite possible de croiser des mémoires orales entre elles. Voici l’exemple d’un parcours qui se déroula comme un fil d’Ariane :

J’écoutais minutieusement les interviews de Gregor Mathias à la MMSH, et je transcrivais tout ce qui touchait aux militaires réguliers algériens. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre deux témoignages d’officiers qui me renvoyèrent à un travail datant de quelques années sur les actes de refus dans la guerre  d’Algérie (Hélène Bracco, Pour avoir dit non, actes de refus dans la guerre d’Algérie 1954-1962, éd Paris-Méditerranée, Paris 2003). En 2003, j’avais interrogé un officier algérien qui avait démissionné en 1957, entraînant avec lui 52 autres officiers algériens de l’armée française. Cet officier se nomme Abdelkader Rahmani (dépôt MMSH, n° d’enquêtes 2294  à 2296).  Son livre : L’affaire des officiers algériens, écrit en prison et paru au Seuil en 1959, avait fait “l’effet d’une bombe dans les Etats-majors”, et avait aussitôt été interdit. Je l’ai trouvé au CAOM d’Aix en Provence en 2006 dans un carton accordé sur dérogation, avec l’estampille “à détruire après lecture.” Ce livre, attestait du cas de conscience de ces officiers :

“Nous avons rempli notre devoir de soldats sur tous les fronts où la France nous envoyait la défendre… Des officiers algériens continuent à servir la cause française face à leurs compatriotes, peut-être même à leurs parents, et tombent au service de la France en Algérie…”

“Nous ne pouvons plus supporter que nos parents soient massacrés par des hommes portant un uniforme qui est aussi le nôtre. Nous  représentons les officiers algériens et nous savons qu’ils vont, contre leur gré, combattre leurs frères. Nous avons le courage et l’honnêteté d’en informer la France avant qu’il ne soit trop tard.”

“J’instruis des hommes qui vont tuer mes frères de sang, saccager ma province… Peut-on refuser à un Algérien d’avoir un drame de conscience ?” (L’affaire des officiers algériens)

Ce témoignage me renvoyait à celui de mon témoin Bachir Hadjadj :

“J’avais envie de lui crier (au docteur G, le médecin du bataillon, un Pied-Noir d’Alger) que si, lui, considère qu’il est de son devoir de faire son service militaire, et que l’ennemi qu’on lui désignera sera son ennemi, par contre, pour moi, celui que l’on me désignera comme comme ennemi est mon propre frère !”… “On ne demande pas à des gens de lutter contre leurs frères…”

“Je n’émergeais de ces périodes de solitude que pour voir honte de moi-même, de me sentir tout petit d’avoir porté – bien malgré moi, je me le répétais – l’uniforme du système qui était en passe de me détruire, qui avait fait le plus de mal aux miens” (on pourra lire l’expérience de FSNA de Bachir Hadjadj dans une partie de son livre édité par Albin Michel en avril 2007 sous le titre :  Les voleurs de rêve – cent-cinquante ans d’histoire d’une famille algérienne ; préfacé par Jean Lacouture). Paru après les entretiens.

“On ne m’a pas demandé mon avis, conclut Bachir H. On m’a fait porter l’uniforme de l’armée qui a réprimé mon peuple parce qu’il réclamait trop de justice. On l’a fait sans aucune considération pour ce que je ressentais. Je prends cela pour du mépris à mon égard et à l’égard des miens.”  (entretien, 1/06/2005, n° d’enquête 2349).

Ce cas de conscience renvoyait en choc de retour à ceux de certains interviewés de Gregor Mathias :

“Je me demandais ce que je faisais dans l’armée française, j’étais en train d’attraper un réputation anti-arabe. C’est notre propre race finalement !”  (n° d’enquête F652)

“Je suis devenu sous-officier. Je m’appliquais à ne pas avoir à me faire pardonner quelque chose.”  (F631)

“A Mourmelon on était 500 militaires tous mélangés. “Je ne veux pas faire la guerre contre mes frères… Ah mais qu’est-ce que vous voulez, je suis obligé de la faire cette guerre !”  (F 660)

“Pendant les classes, à Tarbes, on parlait entre nous. On pensait qu’il valait mieux aller en Allemagne, partout, plutôt qu’en Algérie. Après six mois, les quatre Kabyles, dont moi, sont passés brigadiers. On nous a dit qu’on allait partir en Kabylie, chez nous. “Mais on va combattre les nôtres, chez nous !”. On a refusé. On  a vu le capitaine et on lui a expliqué. On avait peur après les 28 mois de service, peur des représailles du village. Le capitaine a dit qu’il ne pouvait rien faire.”  (F 633)

“Fin 1954, je suis arrivé à Marseille. J’avais entendu parler du PPA, des Messalistes. J’avais le cul entre deux chaises : je suis de culture française, j’étais Français dans ma tête. Il y avait à revendiquer, mais c’était aux gouvernants de le faire ; ils n’ont rien fait.”  (F652)

“L’autorité a toujours été respectée. Mais il ne faut pas se leurrer, notre coeur était de l’autre côté.”  (F 648, appelé puis harki)

En  novembre 2003, Michel Bracco interrogeait  à Aix en Provence, lors de l’émission de radio “L’attraction”, la veuve du général de Bollardière, démissionnaire de l’armée française pour protester contre la torture (émission déposée à la MMSH sous le n°  2340). Le 1er mars 1957, le général de Bollardière entrait en forteresse, et croisait un autre officier qui en sortait, en transit pour la prison de Fresnes. Ce dernier  venait d’être inculpé d’entreprise de démoralisation de l’armée : il s’était rendu coupable d’avoir écrit au Président de la République, René Coty, pour lui offrir ses services de médiation entre l’armée française et le peuple algérien, en vue de faire cesser la guerre. A sa boutonnière, la Légion  d’Honneur, acquise sur les champs de bataille. Aux poignets, les menottes. “J’échouai au Fort Saint-Denis, écrira-t-il, dans la cellule où le général de Bollardière m’a succédé. Une bonne poignée de mains entre huit gendarmes, dont quatre pour moi qui m’emmenaient à Fresnes enchaîné, et quatre pour lui… Or, la mise des menottes est formellement interdite en cas d’arrêts de forteresse.”

Mais cet officier est soumis à un traitement de faveur… Car lui, il est Algérien… C’est le lieutenant Rahmani ! (L’affaire des officiers algériens).

Le silence qui plombe encore les consciences  a verrouillé la transmission de monsieur Rahmani à ses enfants : les répercussions de l’acte de refus de leur père sur sa carrière et sa retraite n’étaient pas connues d’eux au moment des interviews (entretiens avec les quatre enfants d’Abdelkader Rahmani, du 19/06 au 30/06/2003, dépôt d’enquêtes n° 2297 à 2299).

Lors de mon exposé, la contrainte de temps ne m’a pas permis de citer un autre exemple de mémoires croisées.

La mémoire orale croise la mémoire écrite…

Voici le cas d’un soldat du refus, Michel Ré, que j’ai interrogé de 1999 à 2003. Du 30 mars au 18 avril 1958, il est en permission dans sa ville de Sénas, après un premier séjour en Algérie. Lors d’une manifestation des Jeunesses Communistes, il annonce qu’il ne retournera plus en Algérie, ou que s’il y retourne, il refusera de se battre :

“Moi je pense que ce qu’on fait là-bas déshonore la France, et que le devoir d’un soldat français, c’est de servir l’armée française, bien entendu, mais en aucun cas de torturer, de massacrer, et surtout pas de faire la guerre au peuple algérien qui se bat pour son indépendance (entretien,  5/11/1999, dépôt MMSH n° 2304).

Cinq de ses camarades ont déjà refusé. A l’issue de sa permission, aidé du secrétaire départemental des Bouches du Rhône de l’UJCF, (Union des jeunes communistes français), il écrit au Président de la République, expliquant que dans un des préambules de la Constitution française, “il est dit que la République française ne prendra jamais les armes contre un peuple qui lutte pour son indépendance et sa liberté dans un but de conquête.” Son acte relève alors du refus d’obéissance. Le 29 août 1958, Le Tribunal Militaire de Constantine le condamne à deux ans de prison, à partir de la date de son refus. Jusqu’au 8 décembre, il reste à la prison civile de Constantine.

Le 8 décembre, il est expédié au bagne de Lambèse, au pied des Aurès, avec trois de ses camarades. Il y restera jusqu’à fin avril 1958. Michel Ré se souvient :

“On l’appelait Sanglier. Un bonhomme qui faisait un mètre quatre-vingts, rien que du muscle. A force de cogner il m’avait envoyé dans les pommes. Je me suis réveillé en cellule. Tout ce que j’avais, c’était deux couvertures par terre, et deux dessus – et Lambèse, c’est à quinze cents mètres d’altitude”  (entretien n° d’enquête 2304).

Dans son ouvrage Algérie, récit anachronique, (éd Bouchène, St Denis 1998) Daniel Timsit témoigne :

“La situation s’est dégradée en automne 1957… Régime de famine, fièvre typhoïde, une bonne centaine de personnes sont mortes à Lambèse. Mortes… Nous maigrissions à vue d’oeil. Il n’y avait plus de cantine. La nourriture était infecte… Pour vous dire, “Sanglier” était le surnom du prévôt du quartier pénitencier. Il a tué des gens de ses propres mains”.

A l’automne 1958, le garde des Sceaux Edmond Michelet envoie une commission d’enquête dirigée par Simone Veil,

“celle qui était dans les camps de concentration, qui était avec de Gaulle. Elle a dit au directeur : “Je veux voir les quatre détenus français. Vous les sortez et moi, un par un, je vais les interroger”  (entretien  n° 2304).

“Je me souviens, écrit Timsit qui bénéficie aussi de cette mesure, elle m’a fait sortir des rangs et elle m’a demandé : “Comment ça se passe ici ?” … Je lui ai raconté les gens qui étaient morts à l’isolement, je lui ai raconté dans quelles conditions nous vivions. A mon avis, c’est la commission de sauvegarde qui a dû nous aider…”

C’est ainsi qu’ils sont renvoyés en France. Michel Ré n’a pas rencontré Daniel Timsit, et ne connaissait pas son livre.

… retour au croisement des mémoires orales entre elles

Michel Ré et ses camarades se retrouvent à la prison des Baumettes, à Marseille, du 1er mai  à novembre 1959. La 5ème République s’est installée dans un climat d’opposition à la guerre d’Algérie.

“Je suis arrivé le 1er mai aux Baumettes. Le Secours Populaire a fait une fête, pour essayer de nous faire libérer. On nous a d’abord mis avec les détenus de droit commun. On a protesté, et on a été mis avec les politiques. Là on a pu organiser des manifestations, des animations théâtrales dans l’après-midi. On a même fait une grève de la faim contre les tortures et les sévices qu’on faisait dans les prisons de Rennes. Aux Baumettes on y est restés jusqu’au mois de novembre. Au mois de septembre on nous a proposé de partir en Corse, et on a refusé. Mais au mois de novembre ils ont relancé la demande et alors là on a fini par accepter, parce qu’on a su que c’était Edmond Michelet qui l’avait demandée pour nous regrouper… “  (entretien n° 2304).

Baya Jurquet et Christiane Marcy, expriment, à quelques années d’intervalle, et sans se connaître, leur point de vue sur la famille de Michel Ré, et sur sa mère en particulier :

“Pendant qu’il était en prison en Algérie, la mère de Michel Ré  –  je crois que c’était une femme de la paysannerie de là-bas, du coin, gens humbles, et combien je les respecte – elle avait honte de sortir dans son patelin. Elle ne sortait plus faire les commissions, elle ne comprenait pas le geste de son fils, qui lui était déjà engagé politiquement ; pour elle, son fils  en prison, c’était le déshonneur. Avec le Secours Populaire, nous les femmes on a organisé un groupe pour aller la voir le jour de la fête des mères. Il a fallu qu’on lui explique, qu’on la mette en confiance. Je l’ai prise par le bras, et je lui ai dit “Maintenant on va aller faire le marché” ; ça a été sa première sortie. On a passé la journée avec elle. Là elle s’est détendue,  elle a retrouvé son oxygène de femme parmi les autres femmes de son coin. Mais après on ne l’a plus vue. Moi j’ai l’impression qu’elle ne militait pas du tout, elle n’était pas connue des militantes de Marseille ; ça ne veut pas dire qu’elle ne s’intéressait pas, mais elle ne comprenait pas assez la situation  (Baya Jurquet, 1/04/2000, Marseille,

n° d’enquête 2308. Baya Jurquet, expulsée d’Algérie en 1956, accueillait à Marseille les femmes et les fiancées des soldats emprisonnés).

Christiane Marcy connaît la famille Ré depuis longtemps, ils étaient voisins à l’époque de la guerre, leur ferme était relativement proche de sa maison. Elle était jeune quand Michel Ré a refusé.

“Ceux qui sont partis n’étaient pas de notre génération, ils étaient plus âgés que nous. Les relations étaient très étanches à ce moment-là. Moi je n’ai jamais discuté avec un jeune homme du village qui partait en Algérie. Il est vrai qu’on était internes, coupés de la vie du village, et en plus on habitait une ferme à l’extérieur du village… C’est vrai que la famille – comme d’autres familles italiennes – était marginalisée. Ils étaient pauvres. Bien que propriétaires, ils n’ont pas été vraiment intégrés. La mère ne sortait pas, on ne la voyait pas dans le village, à l’encontre des autres femmes italiennes qui se retrouvaient à l’église, au marché, ou lors de fêtes… C’était l’époque où il y avait deux messes. Si elle y  venait, c’était en catimini  (20/04/2007, Aix en Provence, n° d’enquête 2309).

Tous ces entretiens sont déposés à la phonothèque de la MMSH  et peuvent être écoutés (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr). Un catalogue les accompagne. Ceux de mon premier ouvrage ont été numérisés par Corinne Cassé, et j’ai assuré moi-même ceux de mes deux derniers livres. La numérisation et l’écoute m’ont permis de retrouver d’autres paroles, qui ont fait écho à d’autres plus lointaines, et en somme de croiser des mémoires de personnes qui ne se connaissaient pas toujours. Leurs mémoires renvoyaient à la même Histoire.

Notes :

Le livre d’Abdelkader Rahmani L’affaire des officiers algériens a été réédité par l’auteur en 2004 aux éditions Trois Mondes. Un film : Combattre, en deux épisodes, a été produit en 2004 par le réalisateur Georges Mourier (production La Lanterne). Il est actuellement disponible sur DVD.

Le livre et le film peuvent être commandés chez monsieur Rahmani : “La Berbérie”, 37120 Jaulnay.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document1056.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire