Les archives des universités : enjeux de la collecte et de la sauvegarde des archives, par Hélène Gay

Les archives des universités : enjeux de la collecte et de la sauvegarde des archives. L’exemple de Montpellier.

Communication présentée par Hélène Gay lors de la journée d’étude du 19 septembre 2008 à Aix-en-Provence (Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : quelles collaborations mettre en œuvre ?).

***

Dans le cadre des journées d’études  sur le thème « Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche : quelles collaborations mettre en œuvre ? » nous1 avons été sollicitées pour traiter de la place des archives des sciences humaines et sociales dans les universités françaises.

L’état récent de la collecte des archives universitaires conservées dans les dépôts d’archives définitives (Archives départementales et nationales pour l’essentiel) reste à dresser. Celui des archives des sciences humaines et sociales, piloté par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, est en cours. Grâce à la collaboration de la Direction des archives de France, un premier questionnaire a été établi auprès des services d’archives définitives. Il doit faire l’objet d’un dépouillement puis d’un traitement parallèlement à celui qui est actuellement mené auprès des établissements dotés d’un service d’archives au sein des universités, grands établissements et organismes de recherche créés sur l’ensemble du territoire2.

Par ailleurs, les fonds encore conservés provisoirement voire définitivement dans les services d’archives nouvellement constitués au sein d’une petite vingtaine d’universités3 sont maigres et ne sont pas tous dotés d’instruments de recherche qui autoriseraient leur consultation selon la loi relative aux archives du 16 juillet 20084.

En outre, les services d’archives universitaires créés et donc susceptibles de mettre en place une politique de collecte ne couvrent pas encore tout à fait le quart des établissements publics d’enseignement existants sur l’hexagone.

Enfin, l’objet d’étude que l’on nous a soumis, celui des archives des sciences humaines et sociales, n’est pas aisé à appréhender ni en tant que corpus de disciplines constitutives du domaine couvert par l’appellation sciences humaines et sociales, ni en tant que « fonds » d’archives5.

Notre propos va donc porter sur l’état de la collecte et de la gestion des archives par des services compétents dans les universités en France. Nous nous appuierons sur les maigres éléments dont nous disposons :

  • une enquête très ancienne qui dresse un bilan de dix ans de versements d’archives des administrations et des établissements scolaires datée de 1981 mais qui est la dernière en date à notre connaissance6,
  • et l’autre, toute récente, qui porte sur le fonctionnement des services d’archives en université, premier volet d’une enquête menée dans le cadre d’un travail du réseau professionnel d’archivistes nommé AURORE et restituée dans son premier état en juin 2008. Ce réseau, créé l’hiver 2007, présente quelques originalités qui méritent d’être exposées.

Nous aborderons ensuite les enjeux de la collecte et de la sauvegarde des archives universitaires à travers nos missions et actions dans nos établissements et présenterons brièvement les fonds que nous pouvons d’ores et déjà mettre à disposition des chercheurs.

État de collecte et de gestion des archives universitaires

Les services d’archives constitués en université étaient encore dérisoires en 2006. On en dénombre en 2008 une quinzaine, avec des rattachements hiérarchiques, des statuts, notamment ceux des responsables des archives et des modes de fonctionnement (moyens, collaboration avec les AD, …) des plus variés.  Quant aux missions de ces services de proximité, elles ne sont que rarement formalisées et reposent généralement sur la seule gestion des archives intermédiaires en vue de privilégier l’accès à des informations récentes et de se couvrir en cas de contentieux.

Faute d’archivistes, les archives des SHS ont bien souvent disparu des bureaux et greniers, entresols et caves, mais sans doute moins des bureaux de leurs producteurs. Une petite quantité a sans doute été versée dans les services d’archives départementales, dans la série J, (archives privées) ou ETP7, et aux Archives nationales dans la série AP. Ont également été versés dans d’autres séries, les autres types d’archives universitaires cités ci-dessous.

Deux sources, les enquêtes de 1981 et 2008

L’enquête de 1981

Cette enquête8 fait état de versements en provenance de 44 établissements et concernant majoritairement les 5 anciennes facultés (31 soit 70% des établissements).  Il s’agit de versements globaux sur des périodes étendues et non de versements réguliers. 31 fonds comportent des documents antérieurs à 1885 (décrets Goblet accordant aux facultés la personnalité civile et les autorisant à recevoir des subventions et organisant un Conseil et assemblées des facultés). 16 documents sont postérieurs à 1967.

Les catégories de documents versés ont pu être regroupées sous quatre grandes rubriques : administration générale, scolarité, personnel et intendance (respectivement représentées dans 25, 35, 15 et 5 établissements).

  • Administration générale : la part la plus grande revient aux procès-verbaux des conseils et assemblées de professeurs (14 cas sur 25) qu’on pourra également retrouver dans les fonds des rectorats et aux budgets et pièces financières ou comptables (13 cas sur 25). On trouve ensuite les rapports des doyens au ministre sur la situation de l’établissement, les procès-verbaux et discours des séances de rentrée, la correspondance reçue et envoyée et les collections d’arrêtés rectoraux.
  • Scolarité : les inventaires recensent les registres d’inscription et d’immatriculation, les dossiers d’étudiants (28 cas sur 35) ainsi que les pièces portant sur l’organisation et la sanction des examens (26 cas sur 35) : sujets, copies, procès-verbaux d’examens, listes d’enregistrement, registres de délivrance des diplômes. Représentent également une part importante des versements, les dossiers de bourses.
  • Personnel : dossiers individuels.
  • Intendance : Ce terme englobe les dossiers de constructions universitaires et les inventaires du mobilier et des collections.

Force est de constater la quasi-totale absence de dossiers, pourtant répertoriés par la circulaire  de 1970 touchant à l’organisation générale de l’enseignement et de la recherche, tels que les procès-verbaux et dossiers d’instituts, dossiers scientifiques de laboratoires, papiers privés de professeurs, etc. En effet, ces documents souvent de peu d’importance matérielle sont conservés sur place, et l’intérêt de leur conservation à long terme n’apparaît pas toujours. Il est certain que c’est l’aspect administratif de l’établissement d’enseignement qui est souvent privilégié par la nature même des documents versés. Toutefois, les comptes-rendus des conseils et assemblés de facultés et les rapports de doyens permettent une étude des structures universitaires, tandis que les documents de « scolarité », exploités de façon statistique, donnent une image du recrutement social des étudiants et de la condition étudiante.

Il faudra cependant toujours recourir également aux archives versées par les rectorats, ainsi qu’à celles qui émanent du ministère ».

Une enquête fonctionnelle, réalisée par le Groupe Aurore

Le groupe Aurore (Archivistes d’Universités, de Rectorat et d’Organisme de REcherche) a souhaité, début 2008, connaître la position des archivistes dans les universités, les rectorats et les laboratoires de recherche. Une enquête a été diffusée auprès des membres pour établir un diagnostic des services d’archives concernés. Cette enquête s’intéressait aux aspects suivants : la situation organisationnelle, les champs d’actions, les moyens techniques et financiers, les réalisations archivistiques (classement, diffusion des répertoires) et la valorisation.  Les résultats ont été présentés le 30 juin lors de la journée d’études Aurore à Paris.

25 établissements ont répondu : 7 organismes de recherche, 5 rectorats, 11 universités. Les résultats décrits ci-dessous sont donnés pour les services d’archives universitaires dont l’histoire est courte. En 2008, les services d’archives universitaires identifiés sont au nombre de 8. Les plus anciens à Mulhouse, Toulouse, Paris VII9, créés en 2001. De 2001 à 2006 5 universités se dotent d’un service : Angers, Compiègne, Montpellier I et III, Paris10. Depuis, Créteil, Nanterre, Paris I et VI, ainsi que le CNRS, ont ouvert des postes11. Néanmoins, les universités non dotées de service d’archives sont majoritaires. Cela ne veut pas dire pour autant que leurs archives soient plus mal tenues. Elles peuvent collaborer avec les services d’Archives Départementales, avoir des espaces de stockage sains, etc.

Les motivations d’un recrutement

L’urgence de la situation, la saturation des locaux, les risques flagrants de détérioration sont les principaux arguments de recrutement. Les Archives Départementales, autorité de tutelle, interviennent parfois et poussent les universités à se doter d’un service d’archives, Caen par exemple.

Le recrutement se fait moins dans une perspective de mise en place d’une politique d’archivage (application des missions de l’archiviste) que dans celle de gérer les archives intermédiaires de la décennie en cours ou de faire face à un arriéré. L’établissement, en situation d’urgence, doit préserver d’éventuels sinistres les archives soumises à une durée d’utilité administrative (c’est le cas des dossiers d’étudiants, documents des conseils…)

Les établissements publics recrutent majoritairement des professionnels, niveau Bac + 5, avec un diplôme d’archivistique. A noter que le Muséum d’Histoire Naturelle a une équipe constituée de 2 ingénieurs de recherche. En 2008, le nombre de contractuels est équivalent aux titulaires. Les contrats de niveau catégorie A sont de durées insuffisantes pour la tâche qui incombe à l’archiviste, et les renouvellements sont fréquents. Ce qui en dit long sur la volonté politique de pérennisation des services.

Lorsqu’une université constitue une équipe, il ressort de l’enquête que le chef de service, professionnel des archives est secondé par des personnels administratifs issus du corps de l’AASU ou ITRF catégorie B ou C. Ils rejoignent le service sans compétences nécessaires. L’archiviste est alors doublement responsable : de la conservation des fonds et de la formation du personnel.

Le rattachement et le positionnement de l’archiviste dans son établissement.

En raison du caractère transverse de la fonction, le rattachement hiérarchique au secrétariat général est majoritaire. Cette position permet à l’archiviste de dialoguer avec l’ensemble des acteurs des universités : personnels administratifs et enseignants-chercheurs. Les autres cas de rattachement sont la bibliothèque universitaire, les moyens généraux, le service de communication mais ils ne semblent pas judicieux.

Quelles sont les attentes des universités en matière de collecte ?

Il n’a pas été demandé, au cours de l’enquête, si l’archiviste a une lettre de cadrage définissant ses attributions. Les universités se bornent aux bases de l’archivistique : la collecte d’archives administratives, la communication. Le tri et le classement des archives anciennes sont attendus pour désengorger les espaces de stockage. Le tout avec peu de moyens financiers, 15 services n’ont pas de budget propre.

La qualité des locaux est très variable, insalubrité, rayonnages peu adaptés, tous se plaignent du manque de place. Il faut néanmoins noter des avancées : l’Université de Technologie de Compiègne construit sur le campus un bâtiment dédié aux archives, Montpellier I possède une salle correctement aménagée dédiée aux archives du personnel, Toulouse 1 possède également une salle de bonne qualité d’une capacité 2km  linéaire.

Malgré ces contextes, l’archiviste travaille ! L’enquête montre qu’il est en contact régulier avec son autorité de tutelle, les Archives Départementales ou les Archives nationales –pour les universités parisiennes. Il soumet les bordereaux d’élimination, rédige un rapport annuel. L’action principale reste les versements d’archives, pour lesquels la situation est partagée : 12 établissements versent des archives définitives, 2 ont effectué des versements ponctuels. Lorsque les conditions matérielles le permettent les archives sont conservées sur place. L’arriéré est souvent conséquent et le temps consacré au traitement est assez variable. Tous les services rédigent des instruments de travail, des répertoires, mettent des données en ligne. Les chercheurs, tellement rares, sont accueillis avec bonheur.

La valorisation : un enjeu pour l’université ?

Au même titre que la collecte et la conservation, la valorisation est une mission clef pour un service d’archives. Actuellement, les services travaillent prioritairement pour l’administration et peu pour la recherche. Les outils Intranet et Internet permettent la mise à disposition des bordereaux, des tableaux de gestions, des instruments de recherche. On ne peut pas parler d’enjeu en matière de valorisation mais plutôt d’actions ponctuelles (expositions, publications12,) réalisées à la demande de la direction ou…plus souvent sur proposition de l’archiviste.

On déplore un trop faible nombre de services d’archives universitaires mais dans le même temps, on observe une constante augmentation des postes ouverts sur lesquels des professionnels de l’archivage sont recrutés. Ainsi les universités, malgré le peu de moyens attribués à cette fonction, ont tout à gagner en développant un archivage organisé, réglementaire. De plus, l’archiviste, en se positionnant comme « constructeur de la mémoire de l’établissement » se doit d’être un interlocuteur privilégié pour les chercheurs qui souhaitent valoriser l’histoire de leurs travaux.

Présentation du réseau Aurore

Le réseau Aurore a été créé en février 2007. Il rassemble les archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et ceux d’un centre d’archives, d’animation et de recherches sur mouvements étudiants (CAARME). A l’automne 2007, le réseau Aurore s’est constitué en groupe de travail au sein de l’Association des archivistes français13. Il s’est doté d’un bureau ayant fonction de groupe d’animation.

Ses objectifs sont :

  • Mettre en réseau les archivistes ou les personnes en charge d’archives dans les services intégrés, les services de proximité ainsi que dans les différentes structures de l’enseignement supérieur et de la recherche,
  • Échanger ses connaissances et expériences
  • Élaborer des outils de travail et de réflexions collectives, les diffuser et les promouvoir (tableaux de gestion thématiques, plans de classement),
  • Contribuer à la professionnalisation de la fonction archives dans les différents secteurs (échanges d’informations allant jusqu’à l’animation de stages de formations)
  • Favoriser le dialogue interprofessionnel avec les archivistes d’autres secteurs tels que les Archives municipales, départementales, régionales, nationales et d’entreprises, ainsi qu’avec les collègues travaillant dans le domaine plus général de l’information,
  • Initier des projets de recherche et de coopération avec les chercheurs de toutes disciplines travaillant principalement à partir de fonds d’archives.

Un premier outil commun a été conçu sous la forme d’une liste ouverte à l’ensemble des collègues chargés des archives dans chacune des structures et permet des échanges sur toute sorte d’interrogations ou d’informations.

Le groupe est dorénavant constitué d’une soixantaine de membres et se propose d’aller plus loin en constituant des groupes de travail sur des thèmes précis ou des préoccupations archivistiques actuelles comme l’archivage électronique, l’élaboration de tableaux de gestion des documents d’archives, la publication d’inventaires des fonds.

Certains d’entre nous veulent initier des projets de recherche et de coopération avec les chercheurs sur des fonds d’archives qu’ils jugent d’intérêt tel que les dossiers des étudiants étrangers14, l’histoire du Musée des Moulages de l’Université Paul-Valéry…

Le groupe de travail AURORE a vocation à devenir une réelle force de proposition.

Il tend à mener une réflexion sur sa spécificité, celle des services d’archives de proximité et sur les pratiques que cela induit :

  • Mieux connaître la production de documents avec rédaction de tableaux sur mesure ou connaissance des pratiques informatiques des établissements pour proposer des solutions d’archivage normées.
  • Assurer des formations par le réseau professionnel de la formation continue.

Ce réseau est susceptible de favoriser la création et/ou la pérennisation de service d’archives par une diffusion de nos actions, par des invitations à nos journées d’études (la prochaine aura lieu à Montpellier le 12 juin et portera sur « La conservation des archives électroniques : enjeux et perspectives ».

Les enjeux de la collecte et de la sauvegarde des archives universitaires

C’est par une collecte raisonnée et systématique des archives administratives et d’enseignants – chercheurs que les établissements universitaires construisent leur mémoire.

La collecte

Les entrées que l’on peut proposer : le versement, le don, le legs, le dépôt.

Dans le cadre de ses fonctions au sein de l’université,  l’enseignant peut à tout moment contacter le service archives.

Le versement

Le versement d’archives est un acte administratif en interne. Il liste l’ensemble des archives remises au service d’archives, qui en est co-responsable avec le producteur. Le service archives est responsable des conditions de conservation, le producteur reste propriétaire intellectuel.

Le don

Les Archives peuvent recevoir des donations, consacrées par un acte notarié dans «la forme ordinaire des contrats» (article 931 du Code civil) ou bien des dons manuels, par simple remise matérielle des archives concernées. Dans ce dernier cas, c’est l’échange de lettres entre le donateur et le récipiendaire qui formalise le don.

Le don est une manière de récupération simple qui permet le tri et les éliminations avec l’accord du donateur.

Le Legs

Les Archives peuvent recevoir des legs de particuliers. Les legs doivent nécessairement figurer dans un testament. Les legs au bénéfice des collectivités publiques sont exonérés de tout droit de mutation.

Le legs, puisqu’il est signifié dans un testament, sous entend que la personne propriétaire des archives est décédée. Or une part importante d’un versement d’archives scientifiques est le contexte et l’analyse. Un classement d’archives nécessite une étude historique du fonds, l’origine de sa constitution. Et c’est le producteur, le créateur des documents, qui est le plus a même d’en parler. Je ne saurais trop conseiller aux collecteurs d’archives scientifiques de prévoir des entretiens avec le chercheur.

Le Dépôt

Un particulier ou une association peut déposer leurs archives dans un service d’archives public. Le dépôt n’entraîne pas de transfert de propriété. Il fait l’objet d’un contrat qui précise les modalités de conservation, de traitement, de communication, de reproduction et d’utilisation des documents ainsi que les conditions d’une éventuelle reprise des éléments déposés.

La méthodologie archivistique

En archivistique nous entendons par méthodologie : les critères de tri, le plan de classement, l’analyse, la rédaction du répertoire, les critères d’indexation… le tout en tenant compte du fonds versé, de l’historique, des outils élaborés précédemment dans le service. L’archiviste s’attache à respecter le plus possible la spécificité du fonds tout en l’inscrivant dans l’histoire de l’établissement. Pour une meilleure lisibilité du fonds, il est pertinent de travailler en collaboration avec le producteur des documents, spécialiste de son domaine. Une collaboration efficace permettra d’éviter des éliminations préjudiciables, ou d’élaborer un classement logique… L’archiviste fait un travail de mise en forme, publie les inventaires. Ces outils permettent les consultations et les recherches.

Présentation des actions et des fonds des services d’archives

Archiviste de formation, j’exerce depuis 2006 dans le milieu universitaire. A l’Université Toulouse 1 Sciences Sociales, puis à l’Université Paul-Valéry Montpellier III. Cette partie présente mes actions qui visent à mettre en place des services d’archives efficaces au sein des établissements. Pour se faire, je m’appuie sur la réglementation archivistique, ma connaissance du métier et j’essaye d’impliquer le plus possible l’ensemble de la communauté universitaire, l’archivage étant l’affaire de tous.

Une première expérience à l’Université Toulouse 1 Sciences Sociales

En 2006, face à un arriéré important et grâce à la volonté d’un vice-président sensibilisé aux problèmes d’archivage, l’Université de Toulouse 1 Sciences Sociales inscrit sur son budget le financement d’un contrat pour un(e) archiviste de catégorie B. Les Archives de la Haute Garonne sont chargées du diagnostic, du recrutement et ont la responsabilité scientifique du projet. Durant un an, deux personnes résorbent un arriéré d’1,5 km linéaires composé de thèses, d’un fonds de bibliothèque, de dossiers de scolarité. Des répertoires sont publiés et mis à la disposition du personnel de l’université. L’université étant dotée d’une salle d’archives saine et suffisante, les archives définitives sont conservées sur place.

Les difficultés principales viennent de la méconnaissance du métier : il faut informer, faciliter l’accès aux archives, veiller aux éliminations, obtenir des versements sans heurter, ni empiéter sur le temps de travail des collègues. L’appui de la direction étant diversement accueilli. Mais le service se développe et des opérations de valorisation voient le jour pour célébrer la mémoire de l’établissement : une exposition en mémoire du doyen Marty, une publication en 2005 d’un livre sur le patrimoine pictural (collection de portraits de doyens et d’enseignants conservés dans une salle inscrite à l’inventaire des monuments historiques)15.

Le cas du fonds Borde, des archives scientifiques.

Monsieur Borde était un professeur d’économie, fondateur de la cinémathèque de Toulouse, membre du Parti Communiste Français en tant qu’attaché culturel. Ayant constaté la lente détérioration des documents, sa veuve a souhaité verser l’ensemble des dossiers à l’université. Le fonds est constitué de critiques de films des années 1960, des cours d’économie, de notes de recherches, de correspondance. Par un acte de donation, les tris et les éliminations éventuelles étaient autorisées. Ce fonds est désormais classé et le répertoire est accessible sur le site de l’université16. Il est intéressant de participer à la conservation de tels documents. Cela est encore plus pertinent lorsque le producteur est présent et peut aider au classement, à l’historique et à la publication.

Le service d’archives de l’université Montpellier III Paul-Valéry

Durant l’année 2006, alertée par les Archives Départementales, l’université recrute, en collaboration avec Montpellier I, une archiviste contractuelle qui travaille très sérieusement sur l’arriéré. C’est en 2007 que l’université  ouvre au concours ITRF un poste d’ingénieur d’études archiviste. La situation est la suivante : un arriéré de 1 700 m linéaires dans les bureaux et salles d’archives, des locaux saturés voire inondables, aucune procédure d’archivage. Tout un travail administratif se met en place.

Mais qu’en est-il de l’action envers les chercheurs de l’université?

Partant de l’idée que l’université montpelliéraine est l’une des plus anciennes de France, un travail de repérage est en cours sur les fonds anciens, en collaboration avec l’archiviste de Montpellier I.

– Dans la sous-série 1T, fonds Préfecture, inspection académique, rectorat sont conservées les archives scolarité, de gestion des bâtiments, correspondance avec les autorités locales.17

– La sous-série 5 ETP, Université Paul-Valéry, correspond à la période d’après-guerre jusqu’aux années 1980 (mais parcellaire). Du conseil d’administration aux copies, en passant par les inscriptions, ce fonds semble un peu hétéroclite mais sera complété par les archives en cours de classement par le service.18

Deux enseignants-chercheurs ont déposé des documents de la période 1968, une belle collection de tracts.

Comment organiser la collecte ?

A Paul-Valéry, les fonds collectés proviennent essentiellement de l’administration. Dans le domaine archives scientifiques, ce sont des actions de sensibilisation qui sont menées, pour avancer dans la constitution de la mémoire de l’établissement.

Une intervention au CEVU19 a permis de rappeler la réglementation en matière d’élimination et d’échantillonnage des copies. Elle est insérée dans la charte des examens. Cette intervention a soulevé des problématiques telle que la conservation des copies électroniques.

Il est proposé une aide technique pour classer, et verser les documents importants pour le chercheur et pour l’université : les cours, les sujets d’examens, mémoire de l’enseignement. Dans ce cas, l’enseignant est un appui important pour le service des archives.

Un exemple de valorisation : l’exposition « Mai 1968, quand la Faculté des Lettres s’éveille… »

Cette exposition présentait une série de documents rassemblés par le secrétaire général en poste lors des évènements. Le fonds est composé de correspondance rectorat – ministère – faculté, de tracts, d’affiches locales, d’articles de journaux. Grâce à l’aide des historiens, nous avons pu reconstituer la chronologie des évènements et apporter un nouvel éclairage : sur les événements, en particulier sur les contraintes de l’administration, les relations avec le rectorat… De cette exposition pourraient naître des projets : collecte d’archives de l’époque, interviewes d’anciens étudiants, récits confrontés à la version administrative, publication de tracts sur le site du GERME20.

Le service d’archives, lorsqu’il dispose de documents classés et inventoriés, peut se positionner comme initiateur de projets : l’histoire des enseignements, la mémoire des laboratoires, la représentation de la recherche dans les universités…

Conclusion

Dans l’intérêt de l’histoire et de la recherche, il faut plaider auprès des présidents, vice-présidents et des secrétaires généraux, en faveur de la création de services d’archives et diminuer si possible les actions ponctuelles visant notamment au classement de fonds par des non spécialistes, ce qui entraîne presque toujours une déperdition d’énergie et de moyens (classement de fonds par des non-archivistes redoublant le temps d’encadrement du travail, voire de reprise ultérieure du classement par les archivistes).

L’administration des Universités a aujourd’hui les outils nécessaires au développement et à la pérennisation de services d’archives. Il est possible de profiter de la création des PRES et des Campus pour y parvenir, en proposant à ces occasions, une possible mutualisation des moyens.

Au-delà d’une organisation administrative, c’est dans l’intensification de la collaboration entre enseignants-chercheurs et archivistes que le sauvetage de la mémoire doit être envisagé. Deux axes de travail existent. Premier axe, la collecte et la sélection de fonds d’enseignants – chercheurs, sachant que les institutions n’ont pas les moyens de tout collecter et que, quand bien même les auraient-elles, la valeur et la pertinence des fonds doivent être estimées par des spécialistes du domaine. Le  deuxième axe pourrait prendre forme dans l’aide aux petits services d’archives à accroître leurs visées patrimoniales notamment en collaborant ponctuellement et « sur un pied d’égalité » à la valorisation de fonds ou d’actions archivistiques ou de recherche : classement en collaboration de fonds à l’instar des travaux de Françoise Parot et de Thérèse Charmasson21 sur la collecte et la conservation des fonds de psychologues ; production d’articles sur la présentation de fonds ; participation à des colloques, séminaires et journées d’études…

A l’aube du XXIème siècle, face au volume d’informations produit par la communauté universitaire les archivistes ont toute leur place dans un établissement pour être un lien entre l’administration et les enseignants, en assurant la collecte, la conservation et la valorisation de la recherche.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’http://www.imageson.org/document1067.html.

  1. Cette intervention a été présentée grâce et avec Stéphanie Méchine, archiviste au rectorat de Paris. []
  2. Cette enquête, ouverte à la demande du directeur de la MSH de Dijon, est menée depuis deux ans en collaboration, pour les versements d’archives définitives, avec la Direction des archives de France (DAF). []
  3. Il arrive que des services d’archives universitaires assurent eux-mêmes la conservation des documents qu’ils collectent aux termes d’accords avec les Archives départementales, dont les dépôts sont parfois saturés. []
  4. Loi n° 2008-696 du 15 juillet 2008 parue au JO n°164 du 16 juillet 2008. []
  5. Nous faisons allusion ici à la variété des archives nécessaires à l’étude des sciences humaines et sociales (archives du ministère de l’enseignement supérieur et, dans une moindre mesure de l’éducation nationale, sont-ce celles des enseignants-chercheurs et/ou de celles des laboratoires des universités, mixtes, universités/CNRS, et/ou de celles des instituts des SHS ) et à leur statut d’archives publiques ou privées sur lequel il ne convient pas toujours d’insister pour parvenir à les collecter. []
  6. Archives des administrations et des établissements scolaires : bilan de dix ans de versements, dans Histoire de l’éducation, n° 18 (avril 1983), p. 49-81, repris dans Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement. Textes présentés par Th. Charmasson, Paris, CTHS, 2005, p. 345-378. []
  7. Sous-série 5 ETP, Université Paul-Valéry, AD de l’Hérault []
  8. Archives des administrations et des établissements scolaires : bilan de dix ans de versements, dans Histoire de l’éducation, n° 18 (avril 1983), p. 49-81, repris dans Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement. Textes présentés par Th. Charmasson, Paris, CTHS, 2005, p. 345-378. []
  9. Université de Haute Alsace, Toulouse 1 Sciences Sociales, Paris VII Diderot. []
  10. Université d’Angers, Université de Technologie de Compiègne, Université Montpellier I, Université Montpellier III Paul-Valéry, Paris Dauphine []
  11. Paris XII Val de Marne,  Paris X Nanterre, Paris I Panthéon Sorbonne, Paris VI Jussieu []
  12. Guides de sensibilisations, chronologies, expositions virtuelles, expositions, mise en ligne de fonds sonores… []
  13. Voir la présentation du réseau dans l’AAF, Aurore : un nouveau groupe de travail sur l’enseignement supérieur, n°86, septembre-octobre 2007, p3. []
  14. Voir le livre de Caroline Barrera, Etudiants d’ailleurs, histoire des étudiants étrangers, coloniaux et français de l’étranger de la Faculté de droit de Toulouse (XIXème siècle – 1944) Ed. Presses du Centre Universitaire Champollion []
  15. Toiles, gravures, fusain et sanguine… Une galerie de portraits à l’Université. Presses de l’Université des sciences sociales. 2006 ISBN2-915699-21-6 []
  16. Sur le site de l’université Toulouse 1 Sciences Sociales, Mission Archives, Fonds privé Raymond Borde []
  17. Archives Départementales de l’Hérault []
  18. idem []
  19. CEVU Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire []
  20. GERME : Groupe d’Etude et de Recherche des Mouvements Etudiants []
  21. Les archives scientifiques, préservation, typologie et utilisation, dans La Gazette des archives, n°179, 1997. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire