ODSAS : Online digital sources and annotation system for the social sciences, par Laurent Dousset

ODSAS : Online digital sources and annotation system for the social sciences. Sources numériques et système d’annotation en ligne pour les sciences sociales

Communication présentée par Laurent Dousset lors de la journée d’étude du 19 septembre 2008 à Aix-en-Provence (Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales : quelles collaborations mettre en œuvre ?).

***

ODSAS : Online Digital Sources and Annotation System.

L’ambition du projet ODSAS est de proposer une plateforme de sauvegarde et d’archivage multifonctionnelle des données de terrain que rapportent les chercheurs, en particulier les anthropologues, de leurs terrains.

Cette ambition répond à une demande forte ressentie parmi les anthropologues de notre centre. Trop de données ethnologiques finissent inexploitées et souvent inconnues dans les « cartons », car les chercheurs n’emploient que rarement la totalité de leurs données dans leurs analyses et leurs publications. Les publications n’offrent souvent guère la possibilité de reproduire, et donc de pérenniser les données brutes, mais se limitent aux analyses, aux conclusions et aux propositions théoriques. Une grande quantité de données originales sont ainsi souvent perdues pour les générations de chercheurs à venir.

Mais l’ambition d’offrir une plateforme de sauvegarde des données ethnologiques répond également à une transformation du paysage politique de la recherche ethnologique. Les groupes et sociétés dans lesquels les anthropologues enquêtent développent une prise de conscience considérable par rapport aux données culturelles que les chercheurs recueillent et stockent. Il s’agit de la portée que les données culturelles peuvent exercer sur l’existence politique et économique des groupes concernés. Les données ethnographiques deviennent des preuves potentielles de l’existence différentielle de sociétés ou sous-sociétés au sein d’Etats et d’Etats-Nations qui paraissent homogènes mais qui se construisent sur un arrière-plan hétérogène. Dans le contexte des rapports de force entre les administrations centrales et étatiques et les communautés locales dans lesquelles les anthropologues enquêtent, les données ethnographiques deviennent un argument potentiel mis au service d’une exigence de la différence culturelle reconnue et légitimée. Il s’agit, pour les communautés locales et parfois les administrations centrales, de mettre l’ethnologie au service de l’aspiration à l’autonomie politique des communautés. Le développement d’une plateforme technologique sur laquelle des données ethnologiques brutes peuvent être sauvegardées, et donc réutilisées dans d’autres contextes que ceux de la science, participe ainsi au rapatriement de ses données vers les groupes et sociétés dont elles sont à l’origine ; rapatriement que ces groupes et sociétés exigent d’une manière de plus en plus soutenue.

L’archivage numérique : besoins et problèmes

Le développement d’une telle plateforme, comme l’archivage de matériel ethnographique en général, rencontre toutefois des problèmes considérables. Ces difficultés doivent être surmontés afin de rendre un tel projet viable et pérenne.

Confidentialité et sensibilité des données

Le premier problème, aussi le plus considérable, est celui de la confidentialité et de la « sensibilité » des données. Les matériaux ethnographiques bruts contiennent pour leur grande partie des informations personnelles. Ils mentionnent et citent des individus particuliers, identifiables et localisables, avec leurs discours, leurs opinions, leurs défauts et leurs côtés positifs. Ils rapportent les histoires de vie des acteurs, font le détail des conflits et des alliances qui les lient à leurs communautés, ou énumèrent et chiffrent les échanges commerciaux qu’ils pratiquent. L’archivage, et surtout la mise à disposition de ces données, ne peuvent être considérées comme des procédures simples, sans enjeux. La publicité de ces informations risque de mettre les individus en danger réel, danger social ou même de vie. Elle risque également de perturber la confiance établie entre le chercheur et les locaux qui se livrent et qui livrent ainsi des données qui le concernent personnellement. Une plateforme archivant de telles données ne peut faire l’impasse sur ces problèmes de confidentialité et doit prendre en compte la nécessaire protection des personnes.

Le problème est similaire pour ce que nous appelons la « sensibilité » des données. Nous employons ici une traduction littérale du terme anglais, « sensitive information », qui est devenu monnaie courante pour exprimer ces difficultés. Archiver et rendre publiques des informations sont des procédures qui peuvent nuire aux ambitions politiques et économiques de la communauté hôte lorsque ces données deviennent accessibles à des opposants. Les Etats-Nations et leurs administrations, mais aussi d’autres groupes locaux rivaux, peuvent s’emparer de ces données, peuvent les analyser à leur manière et peuvent enfin les mettre à leur propre service dans une ambition d’anéantissement des intentions d’autonomie des communautés. En cherchant et en soulignant des contradictions internes à la société ou à certaines déclarations individuelles qui surviendraient dans les données ethnographiques elles-mêmes, les groupes opposés mettent ainsi indirectement l’anthropologue au service des conflits locaux, régionaux et même nationaux.

Ces processus ne créent pas seulement un danger potentiel mais ont été observés et vécus par nous mêmes dans de nombreux cas où les données sociologiques furent trop librement mises en circulation. Archiver — et donc d’une manière ou d’une autre rendre un jour publics — des matériaux ethnographiques, c’est ainsi se confronter à des responsabilités considérables. Celles sur la confidentialité des données personnelles et la protection des individus, et celles qui concerne plus globalement l’autonomie et le développement désiré par les communautés hôtes. N’oublions pas que, au contraire des historiens (ou du moins une grande partie d’entre eux), les sujets sur lesquels les anthropologues enquêtes sont contemporains. Une plateforme technologique ne peut faire l’impasse sur ces difficultés.

Difficultés techniques

D’autres problèmes, plus techniques ou mécaniques, doivent également être résolus avant de pouvoir créer une plateforme d’archivage ethnologique.

Le premier concerne la faisabilité du travail d’archivage lui-même. Afin que des données ethnographiques soient compréhensibles et exploitables, aujourd’hui comme demain, l’archivage ne peut être entrepris que par le chercheur lui-même, celui qui a rassemblé les données et qui les a rapporté sous une forme ou une autre. Il n’y a guère opération plus difficile que celle d’essayer de lire, de comprendre et d’exploiter les carnets de terrains, par exemple, d’un collègue anthropologue. Chacun possède son codage, chacun rédige à sa manière des phrases ou des mots qui, à l’évocation, lui permettent de reconstruire des observations dont il n’était pas possible de noter l’intégralité in situ.

La mise en contexte, la rédaction de légendes aux images et d’explications aux graphiques, le création de l’ordre chronologique des documents et des données, l’identification des documents et leur mise en relation nécessitent des connaissances fines sur le groupe hôte, le lieux de l’enquête et les processus qui ont guidés l’enregistrement de ces données. Une personne tierce ne pourra que difficilement accomplir cette tâche de manière satisfaisante. Bref, il est préférable, sinon nécessaire, que le chercheur puisse lui-même archiver ses propres donnés.

Or, le travail du chercheur n’est pas celui d’archiver pour les générations futures les données qu’il a récoltées, mais de les exploiter, de les analyser et d’en publier les conclusions. Faute de temps — c’est aussi simple que ça — le chercheur donnera la priorité à l’analyse, à la théorisation et à la publication de ses données plutôt qu’à l’activité qui consiste à les préparer pour les générations futures.

Autre problème, matériel encore, est celui de l’hétérogénéité des matériaux. Les anthropologues ramènent de leurs terrains de données dont les supports sont disparates, car cette discipline s’intéresse moins au support des données sociales qu’à leur contenu qualitatif, et ce contenu qualitatif mérite d’être enregistré sous ses diverses formes d’apparition. Images numériques ou papier, films, enregistrements sonores, notes manuscrites, notes tapées et électroniques, copies d’archives, coupures de journaux, d’ouvrages, de catalogues, cartes surdimensionnées, croquis et plans etc. sont des exemples de supports que l’ethnologue récolte et utilise dans ses analyses et qui peuvent tous renvoyer à un et même phénomène social que l’anthropologue étudie.

Tous font partie de ces données qui, pour être exploitables dans le futur, doivent être archivées ensemble, en relation les unes avec les autres, sur une même plateforme, cohabitant de manière relationnelle et sans rupture. Un rituel, pour ne citer qu’un exemple, est décrit (notes écrites), filmé, enregistré (extraits sonores). L’espace sur lequel il a lieu fait l’œuvre d’un croquis et des parties ou objets particuliers sont photographiés. Afin de le remettre dans son contexte historique et culturel, ce rituel doit être documenté par des archives et par des analyses anthropologiques précédentes. Enfin, les acteurs du rituel, afin de mieux comprendre leurs fonctions, doivent être décrits dans le cadre de leur champ social par le biais de généalogies, par exemple. Nous voyons donc que le rituel en question ne peut être convenablement documenté et analysé que si les processus permettent une multiplicité des modes d’enregistrement, de support et de restitution.

Les réponses d’ODSAS

Avec ODSAS, nous tentons de répondre au mieux à ces différents problèmes en développant une plateforme qui, tout en archivant les données, est orientée vers les responsabilités et ambitions des chercheurs et de leurs groupes hôtes plutôt que vers une logique d’archivage et d’identification documentaire neutre et objective. Les réponses que nous apportons à ces différents problèmes sont relativement simples. En voici, brièvement, les principes.

Au dépositaire, c’est-à-dire au chercheur, est attribué un espace privatif sur cette plateforme, espace dans lequel il gère lui-même, et sans intervention extérieure autre que technique si nécessaire, ses archives. Il y gère lui-même les autorisations d’accès qu’il pense possible ou utile à accorder à des tierces personnes. En d’autres termes, le dépositaire, qui est pour la grande majorité des cas également l’anthropologue qui a récolté les données, en reste le propriétaire légal, intellectuel et matériel. C’est sur lui qui retombe la responsabilité et le droit de juger quelles sont les données et documents qui peuvent ou qui, au contraire, ne doivent pas être rendus publics. C’est à lui d’estimer lesquelles de ses données sont sensibles ou confidentielles ou, au contraire, lesquelles peuvent être accessibles sans causer de préjudice. C’est à lui également qu’incombe la tâche de réévaluer ses choix en fonction de situations qui évoluent, et de rendre publics des documents qui ne l’étaient pas auparavant ou, au contraire, de limiter l’accès à des documents qui jusque là étaient publics.

Il peut ainsi, au sein de sa ou ses collections, créer des ensembles de documents qu’il jugera privés et confidentiels, d’autres pour lesquels il pourra attribuer des droits d’accès limités, par exemple à d’autres chercheurs ou à la communauté hôte, et d’autres encore qu’il rendra totalement publics.

La conséquence de ce droit absolu et irrévocable du chercheur par rapport à son propre matériel est une frustration indéniable du visiteur public par rapport à ces collections et archives en ligne. Les collections sont annoncées, le visiteur sait qu’elles existent, mais il ne peut y accéder sauf autorisation explicite du propriétaire. Cette frustration, compréhensible, est la conséquence immédiate et inévitable d’un compromis entre nécessité d’archivage et nécessitée de protection et de confidentialité des données et des acteurs.

Afin de rendre l’archivage effectif et productif, afin que le chercheur s’engage dans cette procédure qu’il considère par ailleurs être une perte de temps par rapport aux définitions premières de son activité, il est nécessaire que cet archivage, et donc la plateforme que nous développons, apporte une réelle plus-value scientifique.

Il est nécessaire que l’investissement en temps et efforts occasionné par l’archivage et le renseignement des données archivées sur une plateforme numérique entraine par ailleurs un gain d’efficacité dans le domaine de l’analyse, de l’exploitation et de la publication des données. L’archivage ne doit pas constituer une procédure dont la finalité est l’archivage lui-même. Il est donc nécessaire que la plateforme propose des outils de manipulation, d’organisation, de regroupement, de mise en relation des objets qui ne sont pas aisément faisables par le chercheur lui même. Il est nécessaire que la plateforme reflète une pré analyse scientifique, ou propose le support de cette pré analyse, toute en répondant aux interrogations personnelles (et imprévisibles) du chercheur ; et sans que ces manipulations modifient pour autant la souche brute des données, et donc l’archive en elle lui-même.

Ces manipulations sont ce que nous appelons des annotations, domaine sur lequel nous reviendrons plus loin dans ce texte. Notons pour le moment seulement que l’annotation est toute information qui constitue une couche sémantique à l’objet en question sans remplacer ou modifier l’objet original. Notons aussi que chaque objet peut être associé à diverses annotations, à diverses couches sémantiques, et que chaque annotation peut elle-même devenir un objet source qui peut lui-même être annoté. Nous y reviendrons.

Afin de rendre l’archivage « complet » et relationnel — ici est sous-entendue l’idée que ce n’est que la relation entre les informations qui leur procurent du sens —, il faut que la plateforme puisse gérer, de manière transparente et sans considérablement diversifier l’expérience de navigation de l’utilisateur d’un plan à un autre, une interface identique pour tout type de support d’information. Films, sons, images, graphiques ou textes sont traités de manière différentielle par la plateforme en arrière plan, mais sont rassemblés à un niveau identique dans le contexte de son interface avec l’utilisateur, le chercheur en particulier.

Enfin, dernier point, il faut que la plateforme puisse également fonctionner comme un outil de mutualisation des efforts. L’anthropologie moderne est une science en réseau et de réseaux. Ces réseaux scientifiques, d’échanges et de collaborations sont nationaux et internationaux. Le nombre de chercheurs qui travaillent en collaboration avec des collègues à l’autre bout du monde est croissant. Il faut donc que la plateforme puisse proposer un outil de travail personnalisable à distance, mutualisé, grâce auquel des chercheurs même distants puissent collaborer, discuter, manipuler et organiser le matériel sans que la plateforme perde son objectif premier, celui d’être un lieu d’archivage de données ethnologiques. Ici encore, ces collaborations doivent pouvoir s’exprimer sans modifier la source brute des données et tout en conservant les travaux qui résultent de ces collaborations sous forme de couches sémantiques qui enrichissent le sens qui est donné à un objet particulier, à un moment donné par des chercheurs donnés.

Réalisation d’ODSAS (version béta)

Deux modèles de développement

Le fait que le titre de cette sous-partie de notre exposé contienne la mention « version béta » est significatif. Il existe deux types, deux modèles de développement informatique et donc de développement d’une plateforme telle que nous l’envisagions. Ces modèles ne se retrouvent que rarement dans leur état pur et la réalité est toujours une combinaison de leurs principes. Mais la tendance vers l’un ou l’autre de ces modèles se fait ressentir dès les toutes premières phases des projets et se maintient en arrière-plan tout au long de leur durée de vie :

  • Le premier modèle, que nous appellerons « planificateur », se fonde sur une pré-étude, une étude faisabilité, l’articulation et la rédaction des besoins et des résultats escomptés. Les premières étapes de ce mode de mise en place des outils informatiques se construisent sur papier, par la réflexion et la discussion, avant d’écrire les premières lignes de code.
  • Le second modèle, que nous appellerons « évolutif», mais que l’on pourrait aussi appeler « intuitif », commence au contraire par des lignes de codes à partir d’une idée brute et approximative. Les discussions et réflexions prémonitoires sont limitées. Le programmeur crée du code, crée des ébauches de plateformes sur lesquelles les utilisateurs accèdent dès le tout début, dès les premiers jours d’existence du projet. Ils renvoient leurs critiques, leurs besoins, leurs idées au programmeur qui adapte la plateforme au fur et à mesure des problèmes, questions et besoins. La conception est donc contemporaine à la programmation, et la conception est le produit de l’utilisation par des utilisateurs « tests ». La plateforme est ainsi évolutive dès sa toute première étape, dès sa naissance. A aucun moment du développement n’est-elle un produit final, même si elle est déjà disponible et accessible.

Les deux modèles vivent avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Avantages et inconvénients du modèle planificateur

Le modèle planificateur est plus professionnel en ce sens qu’il fait l’état des besoins à un moment donné et propose des solutions envisageables. Même si les discussions et études préliminaires prennent parfois un temps considérable, le développement de la plateforme elle-même est normalement plus rapide et aboutit d’emblée à un résultat tangible et exploitable. Il se fonde sur un cahier des charges contre lequel le résultat peut être évalué.

La visibilité publique du résultat entraine d’emblée, dès sa mise en ligne, une satisfaction considérable, même si sa mise en ligne est plus tardive qu’avec le modèle « évolutif ». Le produit, lorsqu’il est visible, est un produit fini et utilisable.

Ce type de modèle permet également d’intégrer un nombre de participants considérable dans la pré-étude et la conception de l’outil.

Les inconvénients de ce modèle sont par contre sa rigidité et l’absence d’interaction continue entre le groupe de concepteurs, les utilisateurs et la mise en place ou programmation. Une fois le projet défini sur papier, les acteurs impliqués dans les discussions et les études préliminaires sont déconnectés de la réalisation de la plateforme à proprement parler. Les échanges entre concepteurs et développeurs sont souvent minimes. La seule référence pour les développeurs est le cahier des charges. Or, souvent les idées et les besoins potentiels surviennent lorsque le projet évolue de manière palpable et utilisable.

Le modèle planificateur, aussi économique et professionnel qu’il puisse paraître, produit souvent une plateforme qui ne satisfait pas totalement car rigide et peu évolutive. Le risque est qu’il est rapidement dépassé et que sa durée de vie est donc courte.

Avantages et inconvénients du modèle évolutif

A l’inverse, le modèle « évolutif » ou « intuitif » est à la fois plus chaotique et déconcertant, mais aussi plus adaptatif et plus satisfaisant à terme. Il permet un échange et une réévaluation permanente entre les besoins, les idées, les nécessités et les contraintes de leurs réalisations. Il ne vit que par le travail simultané et constant entre utilisateur « test » et développeurs. La distinction entre concepteur et développeur n’est plus une distinction dans le temps ; elle n’est pas une distinction des étapes de la réalisation du projet, mais devient une distinction dans la nature de l’implication et du point de vue des acteurs. Les avantages sont considérables car ce modèle permet une réactivité immédiate et une satisfaction rapide des visions et besoins des utilisateurs.

Ce modèle permet également une mise à disponibilité rapide et crée immédiatement la preuve de l’existence publique du projet.

Il permet également de démarrer les travaux et le développement sans devoir être certain d’avoir à disposition toutes les ressources financières, logistiques et humaines pour l’accomplir, puisqu’il peut se permettre d’aller aussi loin qu’il pourra sans risque de faire disparaître la totalité du projet : ce qui aura été mis à l’œuvre sera disponible, même si ce qui est disponible n’est pas tout ce qui avait été envisagé.

Les inconvénients sont aussi considérables que les avantages. Le travail de développement est accru. Le programmeur devra adapter, reprendre et modifier des fonctions et procédures logicielles à plusieurs reprises. Les aspects visuels et les éléments de l’interface qui a un moment furent pensés efficaces s’avèrent à des étapes ultérieures peu ergonomiques ou même logiques et doivent donc souvent être entièrement reconçues.

Ce modèle nécessite ainsi des échanges constants entre concepteurs, utilisateurs et développeurs, et donc une disponibilité certes intermittente mais longue dans le temps.

Il ne peut fonctionner convenablement que si les relations humaines entre les concepteurs, les utilisateurs et les développeurs sont productives, et si les uns et les autres comprennent les contraintes liées à la fois au développement technique de la plateforme et aux exigences scientifiques qui en sont la finalité.

ODSAS : le choix du modèle évolutif

Le modèle que nous avons choisi pour développer ODSAS, que nous avons en quelque sorte été contraints de choisir pour des raisons diverses sur lesquelles il n’est pas nécessaire de revenir ici, est ce second modèle « évolutif ».

Le développement à proprement parler est plus long, mais en concertation avec l’évolution des besoins des utilisateurs premiers, c’est-à-dire les anthropologues qui ont accepté d’archiver dès les premiers jours d’existence du projet leur matériel.

Il est par contre plus réactif et dès les premiers jours de travail sur le projet, il fut visible et accessible sur le réseau. C’est donc la raison principale pour laquelle la mention « version béta » accompagne la description de l’état de développement de notre plateforme. Elle est disponible en ligne, elle est accessible, elle propose déjà un grand nombre de fonctions, mais elle ne peut nullement être comprise comme un produit finit, correspondant à un état des lieux que nous aurions décidé en amont du projet. La plateforme évolue tous les jours.

A la réalisation de la plateforme ont participé diverses personnes à des niveaux différents.

Nous distinguons deux projets, même s’ils constituent deux facettes de la même ambition. Soulignons que les deux projets sont co-financés par le TGE Adonis :

1/ Le premier porte lui-même le nom ODSAS et concerne le développement informatique à proprement parler. Ce projet est encadré par le CREDO (Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie). L’auteur de cet exposé est aussi le responsable et le programmeur de cet aspect de notre plateforme.

2/ Le second volet, nommé ADAP (Archives Digitales Asie-Pacifique), concerne plus particulièrement les numérisations du matériel et la collaboration des chercheurs dans la conception et le développement de la plateforme. ADAP est encadré par la MAP (Maison Asie Pacifique) avec les participants principaux suivants :

  • Louise Bertaux-Pichard (MAP, collections Asie)
  • Pascale Bonnemère (CREDO, collections PNG)
  • Lorenzo Brutti (CREDO, collections PNG et co-responsable ADAP)
  • Laurent Dousset (CREDO, collections Australie et co-responsable ADAP)
  • Maurice Godelier (CREDO, collections PNG)
  • Pierre-Léonce Jordan (CREDO, collections filmiques et collection Vanuatu)
  • Pierre Lemonnier (CREDO, collections PNG)
  • Helena Meininger (CREDO, collection Equateur)
  • Serge Tcherkézoff (CREDO, collections cartes)
  • Marc Tabani (CREDO, collection Vanuatu) nous a rejoint il y a quelques semaines.

Dans le cadre d’ADAP, près de 30000 objets ont été numérisés depuis février 2008, dont la grande majorité est disponible en ligne sur la plateforme. Des dizaines d’heures de films ethnographiques ont également été numérisés et seront rendus disponibles dès le premier trimestre 2009.

Les fonctionnalités existantes

Cette partie de notre exposé liste les fonctionnalités disponibles dans la version béta qui se trouve en ligne. Elle fait également allusion aux fonctionnalités qui sont en cours de préparation. Nous commencerons par illustrer la structure générale de la plateforme.

Structure générale

La structure générale de la plateforme est composée de trois parties :

Le stockage brut des objets originaux

La première partie est le stockage brut des objets originaux. Sous objet original doit être entendu tout fichier numérique non-modifié de sa source et comprend des images, films, sons et fichiers textuels sauvegardés sur le serveur.

Chaque objet reçoit un nom unique et est stocké dans une organisation hiérarchique perméable. La perméabilité signifie ici que le matériel est physiquement organisé et regroupé selon des collections (par exemple Australie, Viet Nam etc.) qui contiennent elles-mêmes des ensembles (tel ouvrage, telle expédition etc.), qui eux-mêmes contiennent les objets originaux. La hiérarchie est perméable car tout objet d’un ensemble ou d’une collection peut-être référencé dans un autre ensemble ou dans une autre collection sans pour autant modifier son emplacement physique sur le serveur.

La hiérarchie répond donc à une organisation de stockage physique, et non pas à une organisation sémantique, logique ou historique du matériel.

Figure 1 : structure générale de la plateforme avec ses trois parties : les objets physiques, les annotations (MySQL) et les modules d’interface (PHP)

La base de données

La seconde partie est la base de données, dans notre cas MySQL. Elle comporte un certain nombre de tables qui enregistrent les annotations qui concernent les objets originaux. En d’autres termes, c’est dans une base de données relationnelles que la sémantique qui contextualise les objets est stockée. Ces annotations concernent les données suivantes :

  • Les données descripteurs de base de l’objet. Il s’agit de renseignements primitifs, comme le lieu, la date, l’identité, la localisation physique, la localisation géographique etc. de l’objet en question. La structure de ces informations répond aux méta-tags du Dublin Core. Ces descripteurs primitifs peuvent être édités par le propriétaire de l’objet ou par ceux auxquels le propriétaire aurait donné un accès total à son matériel. Ces champs descripteurs contiennent également les coordonnées géographiques de sorte à pouvoir localiser l’objet ou l’ensemble d’objet sur une carte satellitaire via une interface avec GoogleEarth/GoogleMap.
  • Annotations à proprement parler. Chaque utilisateur qui en a l’autorisation peut ajouter des informations et descripteurs libres qui intéressent l’objet en question. Ces annotations peuvent être publiques (tous ceux qui ont accès à l’objet peuvent les lire et y répondre, ou y ajouter une couche sémantique supplémentaire en rectifiant (sans supprimer les versions précédentes, les informations, par exemple) ; ou elles peuvent être privées, et dans ce cas seul l’auteur peut visionner, chercher et retrouver les objets en fonction de ses annotations.

Figure 2 : Mise à jour des annotations (extrait d’écran). L’auteur peut décider si cette annotation est une note personnelle ou si elle peut publiquement accompagner l’objet.

Figure 3 : Dès que des descripteurs de base ont été renseignés par le propriétaire/utilisateur de l’objet ou de l’ensemble, une table des matières devient disponible pour l’ensemble en question.

Les annotations géométriques :
Nous appelons annotations géométriques toute information que l’utilisateur crée par la simple utilisation de l’interface. Il s’agit de l’historique des modifications graphiques de la représentation des objets dans l’interface. Nous considérons que les manipulations graphiques d’un objet sont en elles-mêmes des annotations à partir du moment où elles sont identifiables (qui a fait quoi avec quel objet à quel moment ?). S’il l’utilisateur crée une rotation de l’objet, s’il agrandit l’objet, s’il crée un négatif/positif de l’objet etc., ces manipulations sont enregistrées et participent à la création d’un environnement sémantique qui accompagne l’objet lui-même.

Figure 4 : Les fonctions de manipulation géométrique de l’objet (extrait d’écran). De gauche à droite : revenir à l’image d’origine, rotation, noir et blanc, négatif/positif, plus clair, plus sombre, plus grand, plus petit, enregistrer cette configuration, enregistrer toutes les images de cet ensemble selon cette configuration. D’autres annotations géométriques sont en cours de préparation (Photographie Laurent Dousset, Lamap [Malekula],Vanuatu, 2008).

Les annotations relationnelles :
Chaque objet peut être relié à n’importe quel autre objet, et cette relation peut être accompagnée d’une annotation sémantique. La relation entre deux objets se fonde sur un descripteur de lien qui illustre une sémantique relationnelle et qui enrichit le contexte de chacun des objets reliés. Ici encore, ces liens peuvent être publics ou privés. S’ils sont privés, seul l’auteur du lien les apercevra (les autres utilisateurs verront l’objet sans qu’il y ait la relation en question). La mise en relation des objets permet une navigation facile et personnalisable entre les objets, les ensembles et les collections ; navigation entièrement crée par l’utilisateur pour lui-même pour ces besoins ou pour un public plus général, selon son choix.

Figure 5 : Deux fichiers ont été reliés (extrait d’écran). Cliquer sur l’image ou le titre de l’annotation liante permet de naviguer d’un objet à l’autre quelque’ en soit la collection ou l’ensemble. Cliquer sur l’onglet à droite permet d’ajouter une nouvelle relation vers un autre objet, texte, ou séquence de film/son.

Les annotations temporelles sur des fichiers diachroniques :
Ce type d’annotation n’est utilisable que pour les objets pour lesquels le facteur diachronique, le temps, est important. Il s’agit des films ou des fichiers sons qui constituent une entité composite d’information séquentielle, or chaque séquence peut à elle seule être significative. Les descripteurs y reçoivent ainsi, en plus de l’identification et du contenu sémantique, un descripteur temporel qui permet de retrouver la séquence, le moment particulier qui concerne l’information. Lorsque le film est visionné, les annotations enregistrées par les divers utilisateurs apparaissent sur l’écran au moment voulu, tel un sous-titrage, au choix du visiteur. Ces annotations permettent également, au travers du moteur de recherche, de retrouver le moment et le lieu exact de l’occurrence d’un mot ou d’une annotation complète dans un film ou un son sans devoir visionner la totalité du film.

Figure 6 : Annotations temporelles (extrait d’écran). Cet écran comporte quatre blocs. En haut à gauche se trouvent les commandes de visionnage et le compteur temporel. Au milieu se trouve le film ou le fichier son lui-même. A droite la commande et le défilement des annotations (des annotations fictives ont été entrées pour cet exposé). Le bloc en bas n’apparaît que pour les utilisateurs autorisés ou propriétaires de l’objet ; il permet d’ajouter des annotations à un moment donné de la chaine temporelle du film ou du son. Ces annotations apparaîtront au moment voulu du film dans le bloc de droite.

Les scripts, le programme et l’interface

La troisième partie de notre plateforme concerne les scripts, le programme à proprement parler, et l’interface qu’ils produisent. Codés en PHP (avec quelques routines en Perl), ces scripts gèrent les interfaces entre la base MySQL et les objets originaux, et entre la base, les objets originaux et l’utilisateur (client).

Ces scripts sont programmés de manière modulaire et orientés objets (« object-oriented », autant que PHP le permet).

Des fonctions ou ensembles de fonctions parentes sont organisées sous forme de classes qui fonctionnent de manière indépendantes les unes des autres. Chaque module peut ainsi être réimplanté dans d’autres environnements et même dans d’autres plateformes sans modifications considérables. Les fonctions décrites ci-dessous sont donc gérées par de tels modules.

PHP gère (ou gérera) également d’autres formes de restitution des données et tout particulièrement des descripteurs et annotations qui accompagnent les annotations :

  • La première est la possibilité, pour le chercheur enregistré, d’exporter sous format RTF (donc réutilisable) les pages et groupes de pages qu’il a constitués en travaillant, manipulant et reliant les objets. Il pourra ainsi tirer profit de son travail en ligne en vue d’une publication, par exemple.
  • La seconde sera la préparation d’une duplication de la base MySQL dans des répertoires XML de sorte à ce que l’information puisse être moissonnée par des moteurs XML, par exemple ceux qui obéissent aux normes de l’OpenArchives.

Figure 7 : Vue d’ensemble de l’écran d’un objet. De gauche à droite : Première ligne : Ajouter un objet à l’ensemble, ouvrir l’objet dans une nouvelle fenêtre à sa taille d’origine, chercher dans les noms de fichiers, chercher dans les annotations, aller à l’objet précédent, aller à l’objet suivant, aller à la table des matières de l’ensemble. Seconde ligne (bloc de gauche) : Table des matières iconographique de l’ensemble et naviguer dans cette table des matières, (bloc central) l’objet lui-même et les fonctions géométriques déjà décrites, (bloc de droite) colonne des annotations sémantiques avec en haut les descripteurs de base (qui s’étendent au fur et à mesure des renseignements fournis), au milieu les annotations textuelles et en bas les liens vers d’autres objets.

Gestion des utilisateurs

Comme nous l’avons souligné, une bonne gestion des utilisateurs et de leurs droits d’accès est une fonction essentielle afin de répondre aux problèmes de confidentialité et de « sensibilité » des données que nous avions exprimés en introduction à cet exposé.

Quatre types généraux d’utilisateurs sont disponibles dans la plateforme ODSAS.

  • Le superuser : il s’agit de l’administrateur général qui crée les utilisateurs de niveau b.
  • Les propriétaires : chacun de ces utilisateurs et défini comme propriétaire d’une ou de plusieurs collections, ou ensembles ou objets. Il gère les objets, peut en ajouter de nouveaux, gère les descripteurs de base, peut ajouter, éditer, modifier ou supprimer ses annotations et crée les utilisateurs de niveau c.
  • Les utilisateurs autorisés : ces utilisateurs ont accès «  d’auteur » d’annotations et de relations entre objets à des collections, ensembles ou objets selon les autorisations fournies par les propriétaires de niveau b. Ils peuvent participer à l’annotation des objets. Ils constituent le groupe de travail temporaire ou permanent sur un ensemble d’objets.
  • Les utilisateurs publics : ils n’ont pas de droits d’annotation ou de mise en relation d’objets, mais ne possèdent que le droit à visionner et à manipuler les objets (sans pouvoir enregistrer ces manipulations) si les objets sont rendus publics par les utilisateurs de niveau b.

La définition et l’attribution des droits se font par l’interface publique. Dès que le visiteur s’est enregistré, des fonctions supplémentaires apparaissent sur l’interface lui permettant d’atteindre des fonctions particulières qui permettent de gérer l’utilisation et les droits.

Gestion des collections et des ensembles

Les utilisateurs de niveau a et b peuvent modifier les informations générales qui accompagnent et décrivent les collections et les ensembles. Ces informations sont disponibles au moteur de recherche, tout comme les annotations lorsqu’elles sont publiques. Il s’agit là de descripteurs de base de type Dublin core enrichis par des descripteurs sémantiques.

Dans la version actuelle d’ODSAS, seul l’utilisateur de niveau a peut instaurer une nouvelle collection et créer des ensembles au sein de cette collection. Les versions prochaines de la plateforme permettront aux utilisateurs autorisés de créer eux-mêmes de nouvelles collections ou de nouveaux ensembles au sein de collections existantes et de télécharger des documents originaux afin de peupler les ensembles (pour le moment ils ne peuvent qu’ajouter des objets individuels à des collections et ensembles existants). La gestion des objets eux-mêmes deviendra ainsi totalement décentralisée et autonome. Cette fonction sera mise en ligne dès que l’ensemble des filtres de conversion et de vérification des divers formats des fichiers originaux téléchargés par les propriétaires seront disponibles.

Gestion des objets et des annotations

Les utilisateurs de niveau a, b et c peuvent manipuler les objets et les annoter. Les manipulations sont géométriques en ce qu’elles modifient la géométrie interne des fichiers, et obéissent à un certain nombre de fonctions qui doivent améliorer le visionnage de l’objet, ou qui doivent personnaliser la manière dont l’objet doit être montré à l’utilisateur.

Les fonctions actuelles sont la rotation, transformation de l’objet en noir et blanc, éclaircir ou assombrir l’objet, la transformation en positif/négatif, l’agrandissement ou la miniaturisation. D’autres fonctions, comme l’annotation graphique (pouvoir surligner en couleur des parties de l’objet, par exemple) seront ajoutées.

Ces modifications et manipulations peuvent être enregistrées de sorte à ce que l’utilisateur auteur de ces manipulations puisse visionner à chaque visite l’objet tel qu’il l’a définit. Mais cet enregistrement est lui-même une couche d’annotation et ne modifie pas l’objet original, ni l’objet tel qu’il peut être vu par d’autres visiteurs.

Dans ce même registre tombent les annotations textuelles à proprement parler. Les utilisateurs de niveau a, b et c peuvent informer l’objet en renseignant les descripteurs prédéfinis, ou en l’enrichissant de texte libre (une annotation sémantique). Ce texte participe à la constitution d’un champ sémantique qui enveloppe l’objet et qui permettra au moteur de recherche de l’identifier. D’autres utilisateurs peuvent ajouter de nouvelles annotations qui répondent à des annotations déjà existantes et construire ainsi une pyramide ou un système de couches d’annotations sémantiques autour de l’objet. Il en est de même avec les relations entre les objets, une fonction qui fut déjà décrite dans le chapitre précédent. L’ensemble de ces mises à jour et renseignements utilisent le protocole AJAX de sorte à ce que la mise à jour d’une partie de l’écran ne rappelle pas le rechargement de toute la page, accélérant considérablement l’expérience de navigation pour l’utilisateur.

Figure 8 : Formulaire de mise à jour des descripteurs de base (extrait d’écran). De nouveaux champs et descripteurs peuvent être globalement définis par les utilisateurs de niveau a.

Protection et diffusion

Nous avions commencé notre exposé en essayant d’expliquer les problèmes fondamentaux qui accompagnent l’archivage de matériel ethnographique. Il engage la responsabilité du chercheur en matière de confidentialité et de « sensibilité » des données. Les données ethnographiques sont différentes des données historiques (histoire ancienne, s’entend) ou des données de la sociologie quantitative. Nous avions souligné que ces problèmes sont l’une des causes majeures à l’origine d’une résistance de la part des chercheurs eux-mêmes à mettre à disposition leurs sources et données. Il est donc nécessaire que la plateforme développée puisse répondre à ces problèmes, qu’elle puisse offrir un moyen d’archivage et de mise à disposition au moins potentiel du matériel tout en répondant aux questions déontologiques associées à l’archivage ethnographique lui-même.

Afin de pouvoir répondre à ces questions déontologiques, notre choix fut de définir le dépositaire comme étant également le propriétaire du matériel, et de lui confier le droit et même l’obligation de déterminer les droits d’accès au matériel. En d’autres termes, nous avons décidé que ce n’est pas à la plateforme ou à ses gestionnaires de décider de la nature politique et personnelle, confidentielle et sensible du matériel.

La plateforme dispose donc, pour les utilisateurs propriétaires (utilisateurs de niveau b), de différents réglages d’attribution des droits d’éditions et de visibilité :

  • Le propriétaire peut en premier lieu décider si une collection entière, si un ensemble entier ou si un objet singulier peut être vu par le public anonyme, ou, de manière plus restreinte, s’il est accessible à un groupe utilisateurs particulier et défini.
  • Le propriétaire peut constituer un « groupe de travail », c’est-à-dire un ensemble de personnes, a priori des chercheurs collègues ou collaborateurs sur un projet collectif, auquel il attribue le droit de visionner et de collaborer un corpus donné.
  • Le propriétaire d’une collection ou d’un ensemble peut donc créer et définir de nouveaux utilisateurs auxquels il pourra attribuer certains droits.

Figure 9 : Les utilisateurs propriétaires peuvent par simple click attribuer des droits d’accès à leurs ensembles à d’autres utilisateurs, et révoquer ces droits à tout moment. Ils restent « maîtres » de leurs ensembles et collections.

Il s’en suit que, le propriétaire étant maître de sa collection ou de son ensemble, il est aussi le seul à décider quels sont les objets qu’il veut archiver. Aucune sélection, aucun choix préalable et aucun filtrage de la part des concepteurs, programmeurs ou responsables de la plateforme n’est effectué. Il n’y a, avons-nous décidé, pas de documents bons à archiver et d’autres qui ne le seraient pas. Il n’y a pas de bonnes archives ou de mauvaises archives. Il n’y a que des questions auxquelles l’archive peut, ou au contraire ne peut pas apporter des éléments de réponse.

C’est au chercheur de décider ce qu’il pense nécessaire d’archiver, et ceci sans présumer des questions et des thématiques que les chercheurs de demain pourront construire au sujet du matériel. Le chercheur, à partir du moment où il est reconnu comme tel et qu’il dispose d’un espace qui lui a été attribué par le superuser sur le serveur, peut disposer comme il l’entend de ses archives.

La seule restriction à laquelle il se soumet est qu’il ne peut ni techniquement ni moralement révoquer, est l’obligation de préservation d’un objet, d’un ensemble ou d’une collection entière. Même s’il décide de n’attribuer aucun droit d’accès à aucun utilisateur, il ne peut retirer ses contributions de la plateforme et ne peut demander leur destruction. Ses contributions scientifiques sont ainsi préservées et assujetties au concept même d’archives. En fonction de la législation en vigueur en France et la législation des pays dans lesquels le matériel fut récolté, ainsi qu’en fonction des décisions testamentaires du propriétaire, il deviendra public à partir d’un certain nombre d’années.

L’auteur de chaque annotation ou relation entre objets pourra également décider si l’annotation ou le lien entre des objets sont personnels ou publics. Dès lors où ils ont été rendus publics, ils gardent ce statut. Si l’auteur défini l’annotation ou le lien comme étant personnel, alors lui seul verra apparaître cette annotation ou ce lien sur l’écran de l’objet en question, et lui seul pourra décider de ce qu’il doit advenir de sa contribution. Cette particularité peut s’avérer utile lorsque le propriétaire travaille sur un ensemble particulier et que les annotations qu’il produit ne sont que temporaires, des aides mémoires qui doivent servir à la constitution d’un corpus plus élargi. Les annotations, si le propriétaire ou auteur en décide ainsi, peuvent par la suite et à tout moment devenir publiques.

La contrepartie à la protection forte du matériel, des objets et des annotations est une visibilité amoindrie. La plateforme disponible sur un serveur liste une grande quantité d’objets, d’ensembles et de collections dont la majeure partie reste pour le moment inaccessible par l’utilisateur lambda. Afin de pallier cette frustration évidente, toutes les informations d’un objet et d’une collection ne sont pas retenues ou cachées. En effet, habituellement, lorsqu’un utilisateur n’a pas accès à une partie d’une base de données ou d’une page, l’accès lui est simplement refusé dans son intégralité : soit vous avez accès, ou vous n’avez pas. Nous avons choisi d’autoriser l’utilisateur à accéder la page en question, celle qui héberge l’objet, mais de masquer les informations sensibles ou confidentielles : l’objet principal et les annotations privées. Le visiteur, peut malgré les restrictions, visionner le contexte physique et sémantique dans lequel se trouve l’objet qu’il désire visualiser (voir les deux figures ci-dessous).

Figure 10 : Liste des ensembles d’une collection (extrait d’écran). Lorsqu’un utilisateur lambda consulte la liste des collections et ensembles, cette liste est accompagnée de plusieurs icones. La première, le cadenas, lui signifie qu’il n’a pas accès à cet ensemble et que cet ensemble est verrouillé. Afin de pouvoir l’accéder, il doit contacter le propriétaire et négocier avec lui les droits d’accès. Si l’ensemble lui est accessible, le cadenas est remplacé par un lien d’accès à l’ensemble. La seconde icône, le « i », affiche des informations générales sur l’ensemble, les descripteurs de base (variables selon le taux de renseignement par le propriétaire/auteur). Ces informations sont disponibles même si l’ensemble n’est pas accessible. La troisième icône, lorsqu’elle s’affiche, renvoie le visiteur vers la table des matières de l’ensemble. Cette table des matières est construite automatiquement dès le moment où le propriétaire informe les objets par des annotations ou descripteurs de base. Cette table des matières est disponible même lorsque le visiteur n’a pas l’autorisation nécessaire pour visionner l’ensemble. La quatrième icône, le globe, apparaît lorsque le propriétaire ou les auteurs ont renseigné des coordonnées géographiques pour l’ensemble en question. Ce lien renvoi vers une carte GoogleEarth en temps réel. Il est également disponible lorsque le visiteur ne possède pas tous les droits nécessaires.

*

Figure 11 : Lorsqu’un utilisateur lambda navigue vers la page d’un objet « privé », l’objet lui-même n’est pas montré. A la place apparaît une image-type d’excuse. Ceci permet au visiteur d’apercevoir le contexte dans lequel se trouve l’objet en question. En particulier, il peut visionner les images miniatures de la table des matières iconographique (bloc de gauche), et il peut voir les annotations et liens vers d’autres objets si le propriétaire ou les auteurs ont décidé qu’ils sont publics.

En conclusion à cette partie, soulignons que nous avons tenté de trouver un compromis autant que possible acceptable entre déontologie anthropologique et visibilité publique. La plateforme permet au visiteur de comprendre qu’un objet avec sont champ sémantique construit existe, mais ne lui permet pas d’accéder aux données les plus sensibles de cet objet.

Plus-value pour le chercheur

Un autre problème évoqué en début d’exposé fut celui de la plus-value pour le chercheur. Le temps nécessaire pour archiver et informer/organiser ces archives est considérable. Les chercheurs ne peuvent se donner à cette tâche si elle n’apporte pas une réelle plus-value organisationnelle ou analytique. Il fallait donc développer une plateforme dans laquelle l’archivage lui-même produit un gain de temps pour ou dans l’analyse du matériel.

Nous avons ainsi conçu une plateforme qui permet au propriétaire d’organiser son matériel, de le mettre en relation, de créer des pages analytiques virtuelles qu’il pourra réutiliser. L’archivage est en même temps un moyen d’organiser l’information et de l’enrichir en vue de l’analyse et de la publication.

Notons à ce sujet les fonctions particulières suivantes :

  • L’utilisateur peut facilement partager des ensembles ou des objets individuels avec d’autres chercheurs ou les mettre à disposition aux groupes et sociétés hôtes et contribuer ainsi au rapatriement des données ou documents. Il peut constituer un groupe de travail temporaire ou permanent qui annote les objets ou qui surimpose des annotations à des annotations existantes, créant une pyramide sémantique d’annotations en couches.
  • L’utilisateur peut modifier les objets géométriquement et enregistrer ses préférences. Il peut par exemple décider, à partir de son domicile où la connexion au réseau est plus lente, que les objets soient reproduits à taille plus modeste, accélérant de fait considérablement le temps de travail. Il peut améliorer la qualité de l’image sans modifier l’original archivé.
  • L’utilisateur peut annoter des objets et associer ainsi ses photographies avec ses notes de terrain ou d’autres sources d’informations. Il peut attribuer des termes et des phrases libres qui lui permettent de retrouver des objets ou de regrouper des ensembles d’objets de manière temporaire ou permanente selon sa propre classification terminologique et ses propres typologies.
  • L’utilisateur peut annoter des films et retrouver les séquences exactes qui correspondent à une chaine sémantique, ce qui implique un gain de temps considérable dans l’analyse des documents filmiques et dans leur réutilisation dans leur mise en perspective avec d’autres objets ou textes.
  • L’utilisateur peut relier de manière temporaire ou permanente des objets de collections ou ensembles différents ou identiques, il peut annoter la signification de cette mise ne relation et il peut rechercher ces relations, ou les regrouper.
  • L’utilisateur peut, enfin, exporter les pages ainsi constituées dans des fichiers de format RTF et les réutiliser dans un traitement de texte dans le cadre de la préparation d’une publication, par exemple (cette fonction est en cours de finalisation)

Conclusion

Notre plateforme, en constante évolution, suscite des intérêts importants de la part de la communauté scientifique. Des chercheurs nationaux comme internationaux de grande renommée ont proposé (ou sont en cours de discussion) de faire d’ODSAS la plateforme d’archivage de leur matériel scientifique. « Nous n’avons chez nous, pour citer un professeur australien qui va rejoindre ODSAS, aucun système qui nous permette d’archiver et de réutiliser le matériel tout en garantissant la confidentialité quand elle est nécessaire ».

Si la progression suit la même courbe qu’elle a connue au cours de cette première année d’existence d’ODSAS (depuis Janvier 2008), la plateforme hébergera d’ici peu des centaines de milliers d’objets uniques et irremplaçables pour les SHS en général et l’anthropologie et son histoire en particulier. Ce côté positif de notre projet doit toutefois être contrebalancé par ce qui risque être une prémonition négative, comme nous allons essayer de l’expliquer ci-dessous.

La plateforme ODSAS telle qu’elle est disponible en ligne est une version béta, donc une version fonctionnelle mais toujours en évolution. D’autres fonctions viendront s’ajouter ou viendront à être modifiées et améliorées. Nous pensons tout particulièrement à addition de fonctions géométriques supplémentaires, par exemple la possibilité de surligner virtuellement en transparence des parties d’images ou de texte, d’ajouter des éléments graphiques sur des images (des cercles, du texte, des lignes etc.) et ceci toujours sans modifier l’original lui-même. Nous pensons également à un module qui construirait une pré-analyse à partir de la carte sémantique virtuelle qui encadre les ensembles ou les collections.

Les possibilités d’amélioration et d’innovation sont quasi illimitées. Cette évolution et progression au fur et à mesure que les idées et besoins voient le jour n’est possible que parce que nous avons choisi un modèle de développement qui n’est pas « planificateur » mais qui est « évolutif » ou « intuitif ». Seul ce modèle permet de produire et de maintenir un outil qui pourra rester en phase avec les besoins de la recherche et l’évolution technologique. Seul ce modèle possède la capacité d’adaptation nécessaire à la pérennisation des projets. La contrepartie de ce modèle est bien évidemment la nécessité d’efforts considérables et quasi permanents, et d’un échange constant entre les utilisateurs, les propriétaires des objets et la programmation elle-même. En d’autres termes, il n’est pas possible de désaliéner une telle plateforme de ses concepteurs et programmeurs.

Ce modèle n’est donc faisable que si le groupe de concepteurs, programmeurs et utilisateurs « tests » est limité en nombre au sein de petites ou moyennes équipes, et si le système d’information global dans lequel les multiples plateformes numériques des SHS s’insèrent est lui-même décentralisé. Il est nécessaire que des projets comme ODSAS puissent, tout en s’insérant dans des programmes plus généraux du numérique dans les SHS, maintenir leur indépendance créative et leur réactivité. La mise en place de méta portails partagés qui contraindraient des petits projets (mais dont le potentiel de croissance est majeur, comme pour ODSAS) à se conformer à des structures et politiques générales et imposées limiterait lourdement la capacité d’évolution de la plateforme, et la rendrait ainsi d’ici peu obsolète car trop lourde et peu adaptative. Un méta-portail, aussi nécessaire qu’il soit, ne peut être que fédérateur et fédératif, et non pas centralisateur s’il ne veut pas étouffer les initiatives des uns et des autres.

Laurent Dousset
CREDO (UMR 6574) – Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie, Marseille

Une version plus courte de cet exposé fut présentée dans le cadre du colloque « Collecter, organiser, valoriser les archives de la recherche en sciences humaines et sociales« , MMSH Aix en Provence, 18 et 19 Septembre 2008.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document1071.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire