Chroniques méditerranéennes, exemple d’une coopération audiovisuelle, 1995-2000 (résumé)

Chroniques méditerranéennes, exemple d’une coopération audiovisuelle, 1995-2000 (résumé), par Sabine QUILICI.

Maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Bernard Cousin et de Maryline Crivello.
Université de Provence, 2001.
Consultable à l’INA Méditerranée (Marseille) et à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence).

***

Depuis une cinquantaine d’années, nous assistons à un regain d’études concernant la Méditerranée. Un véritable discours sur la Méditerranée est mis en place par les intellectuels, les politiques ou encore les acteurs de la société civile. Il y a une redécouverte de ses enjeux stratégiques et géopolitiques mais aussi de l’identité et de la solidarité méditerranéennes. Ce discours aboutit ainsi à une vision d’une Méditerranée commune et unie.

C’est ainsi qu’en novembre 1995 est lancé le Partenariat euro-méditerranéen (PEM). L’objectif de ce processus de partenariat entre les États du Nord et du Sud de la Méditerranée est de faire apparaître le bassin méditerranéen comme une réalité géopolitique. Ce processus est fondé sur l’adhésion volontaire des États. Ils doivent aujourd’hui, à l’heure de la mondialisation, se penser autrement qu’en termes strictement nationaux. Le partenariat euro-méditerranéen va permettre une collaboration sur un pied d’égalité de ces États, et ce, dans différents domaines et notamment dans celui des médias. Par ce processus, la Méditerranée doit devenir un projet des deux rives.

En dehors des actions menées au sein du partenariat euro-méditerranéen, il existe des organismes qui ne bénéficient pas du soutien financier européen mais qui ont également l’ambition de créer une réelle coopération entre les professionnels de l’audiovisuel du Nord et ceux du Sud de la Méditerranée. Nous pouvons présenter ainsi le Centre Méditerranéen de la Communication Audiovisuelle (CMCA) et ses actions.

Le CMCA – organisation non gouvernementale – est un réseau méditerranéen de coopération audiovisuelle. Il regroupe les organismes de télévision, les producteurs et des acteurs audiovisuels du bassin méditerranéen au sens large.

C’est un outil destiné à favoriser les échanges afin que ses membres puissent co-produire (tous ensemble ou de façon multilatérale) des films documentaires, des magazines, ou des produits audiovisuels afin de promouvoir des valeurs culturelles communes pour le développement et la paix. Il se donne pour objectif permanent de participer activement au renforcement de la spécificité du secteur audiovisuel méditerranéen, notamment par une amélioration de la qualité des programmes proposés. Depuis sa création, le CMCA a contribué à la création de plusieurs séries documentaires. L’objectif de ces séries est de favoriser les échanges méditerranéens et le dialogue entre les pays, peuples et cultures. Depuis 1991, après les Fantômes du Monde Sous Marin (histoires d’épaves de bateaux en Méditerranée qui racontent l’histoire des échanges), Mémoire de l’Eau sur les problèmes et conflits autour de la gestion de cette ressource rare et, depuis 1998, les Chroniques Méditerranéennes.

Très vite, les télévisions membres du CMCA ont décidé de s’orienter vers le domaine de la vie privée, du portraits de personnages anonymes, témoins et acteurs de la réalité méditerranéenne actuelle et d’abandonner les thèmes d’actualités et les grands emblèmes culturels déjà connus.

Chroniques méditerranéennes est une série documentaire proposée par le CMCA, le centre méditerranéen de la communication audiovisuelle. Il s’agit de mettre en place une collection de documentaires de création de 26 minutes chacun, produits par des télévisions du bassin méditerranéen, autour d’une thématique commune.

Une première série des Chroniques méditerranéennes a été mise en place en 1997. La thématique retenue alors était l’aventure des vies privées ; une collection d’histoire et de vie de personnages ancrés dans la Méditerranée d’aujourd’hui. Les résultats très positifs de ce premier volet ont permis l’élaboration d’une seconde série. Le sujet choisi est la mère en Méditerranée. La mère représente le pivot central de la famille en Méditerranée. Un sujet qui permet de s’intéresser aussi bien à l’évolution du statut des femmes qu’à leurs nouvelles préoccupations et aux nouveaux domaines qu’elles investissent, ainsi qu’au rôle d’épouse et de mère qu’elles réussissent à préserver : de la persistance d’une mère palestinienne à encourager des mères à manifester pour la libération de leurs fils emprisonnés aux liens qu’une gitane grecque détenue réussit à maintenir avec sa famille, à la transformation des traditions locales dans une ville du sud de l’Espagne ou aux responsabilités nouvelles assumées par des femmes que leur esprit d’entreprise a conduit à intégrer des responsabilités professionnelles autrefois réservées à leurs maris. Dans de nombreux pays, l’image de la femme à la télévision reste stéréotypée et confinée à la sphère domestique. Cette série permet ainsi d’avoir d’autres représentations des femmes en Méditerranée en insistant sur :

  • L’engagement politique des femmes ;
  • Le rôle des femmes dans la gestion de l’entreprise ;
  • Le rôle des femme dans le progrès et la modernité.

La vision que nous donnent les Chroniques méditerranéennes sur les femmes méditerranéennes est une vision que nous pouvons dire inversée par rapport à l’image habituelle que nous avons des femmes du Sud et du Nord de la Méditerranée. Les femmes représentées dans les films de la rive Nord sont beaucoup plus traditionnelles. Ce sont toutes des femmes mariées avec des enfants. Elles habitent à la campagne ou dans des petits villages. Pour les unes, elles travaillent la terre et vivent dans une ferme, les autres perpétuent les traditions familiales en allant à la pêche. Par contre, les femmes du Sud sont des femmes émancipées de la tutelle masculine. Ce qu’elles ont entrepris, elles l’ont entrepris seules, sans l’aide ni l’avis de leur mari, père ou fils. Ce sont des femmes exceptionnelles, elles ont acquis un statut, une dignité. Les films de la rive Sud insistent sur l’importance capitale de l’éducation et de la pédagogie dans cette vaste entreprise de changement, d’innovation et d’émancipation. Ils mettent en lumière celles qui ont réussi à faire sauter quelques verrous.

Ce mémoire de maîtrise comporte, comme nous venons de l’évoquer, un triple aspect. Il s’intéresse dans un premier temps à l’histoire des relations internationales en Méditerranée depuis la mise en place du Processus de Barcelone. Il aborde, ensuite, les mécanismes de la mise en place et le contexte de réalisation d’un exemple de coopération audiovisuelle. Enfin, il fait une analyse interne des documentaires de la seconde série des Chroniques méditerranéennes. Cette analyse correspond à une étude des films, des images et du son.

Cette recherche appartient alors aux champs historiques suivants : Histoire des relations internationales, Histoire des médias et de la médiation, Histoire des représentations.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’adresse http://www.imageson.org/document81.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search