La source orale à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Par Véronique Ginouvès (phonothèque).

A la fin des années 1970, un historien et un ethnolinguiste1 ont souhaité créer une phonothèque au sein de leur laboratoire2, dans le souci de permettre à ceux qui documentaient leurs recherches à partir de l’enquête orale de créer un lieu de conservation de leurs sources scientifiques. L’objectif était aussi, à plus long terme, de constituer un corpus de documents sonores, pouvant avoir une valeur d’information ethnologique, linguistique, historique, musicologique ou littéraire relevant de l’espace méridional français. Depuis 1997, cette phonothèque est insérée au sein de la MMSH et elle est riche de presque 4000 heures d’enregistrement. Aujourd’hui en grande partie grâce au plan national de numérisation, 1500 heures de son ont été numérisées3.

En quoi cette numérisation a-t-elle permis de valoriser la source orale ? C’est ce que je vais essayer de vous présenter en vous présentant les trois axes qui me semblent essentiels :

1. Le dépôt des chercheurs

La volonté de Philippe Joutard et de Jean-Claude Bouvier, à l’origine de la création de la phonothèque, était d’offrir à ceux qui documentaient leurs recherches à partir d’enquêtes de terrain non seulement un lieu de conservation mais aussi un lieu où la source orale pouvait enfin être accessible.

Ils partaient d’un paradoxe qui n’étonne pourtant personne : les bibliographies des ouvrages scientifiques classiques sont vérifiés de façon draconienne, les publications qui s’appuient sur des données quantitatives sont généralement tenues de publier les chiffres et les sources mobilisées pour le raisonnement, mais celles qui s’appuient sur des entretiens ne donnent en général comme unique trace que le texte rédigé par le chercheur, publié dans l’ouvrage ou la revue.

Plus largement, les publications scientifiques qui s’appuient sur les sources orales ne les décrivent le plus souvent que de manière allusive, et n’indiquent aucun moyen d’y accéder. Il est ainsi souvent très difficile à un lecteur de pouvoir vérifier la relation entre ce qui est dit dans les entretiens et ce qui est affirmé dans la publication.

A côté du risque de la perte ou de la destruction des matériaux, on peut ajouter le fait qu’il devient impossible de réaliser ultérieurement des exploitations comparatives à partir de corpus d’entretiens réalisés à des époques différentes. J’ajouterai que cette situation est d’autant plus préoccupante que ces enregistrements concernent le plus souvent des récits de vie de gens ordinaires, ceux dont l’histoire ne se trouve pas toujours dans les archives classiques. Malgré la démarche volontaire de ces chercheurs, jusqu’en 2000 les dépôts se sont le plus souvent limités à ceux des chercheurs qui étaient en quelque sorte « militants » de la source orale et qui avaient conscience de son intérêt.

A la Phonothèque de la MMSH, la numérisation a clairement engendré une relance des dépôts d’archives chez les chercheurs. Est-ce la possibilité de voir enfin chez les chercheurs une issue dans l’organisation de ce fatras d’enregistrements conservés le plus souvent à leur domicile ? Ou tout simplement, n’est-ce pas que grâce à numérisation et à son label « Pôle associé »4 la phonothèque a gagné en lisibilité ? Toujours est-il que les dépôts s’étaient taris depuis les années 1990 et que depuis 2000 la phonothèque reçoit désormais chaque année plus de 150 heures qui émanent de chercheurs de la MMSH mais aussi d’institutions extérieures souvent impliquées dans la sauvegarde du patrimoine régional.

Autre aspect intéressant : de plus en plus, lorsque les chercheurs font appel à la phonothèque pour déposer leurs fonds sonores, ils s’interrogent sur le dépôt des sources constituées au moment de la recherche : carnets de terrain et notes manuscrites, photographies, cartes-postales, affiches, tracts, brochures, ouvrages…5

Ce mouvement s’amorce au moment où une réflexion sur les archives de chercheurs se dessine de façon assez précise au sein du réseau des Maisons des Sciences de l’Homme et en particulier avec la Maison René Ginouvès de Nanterre6, où on a pris conscience de la nécessité d’identifier et de localiser ces fonds. Cette réflexion part du postulat que l’histoire des disciplines en sciences humaines et sociales s’élabore aujourd’hui principalement à partir des documents édités qui ne représentent qu’une partie des informations recueillies par les ethnologues, les historiens, les sociologues ou les linguistes. Les archives sonores inédites viennent enrichir l’ensemble des données publiées pour participer à une reconstitution de l’évolution de la recherche, à partir des documents de terrain. Sans la numérisation, l’avancement de cette réflexion ne pourrait se faire.

2. Une plus grande consultation du public

Heureusement l’Internet n’est pas le seul lieu où l’on peut valoriser des documents numérisés. Depuis le lancement de la numérisation l’accueil du public a été multiplié par 4 à la phonothèque (d’une dizaine mensuelle à une soixantaine).

La numérisation a complètement bouleversé l’utilisation de la source orale qui était restée confidentielle jusqu’à la fin des années 1990. Le traitement documentaire de l’archive sonore a évolué parallèlement à la pratique de la numérisation des données. Jusqu’ici, l’absence de traitement capable de répondre aux interrogations des chercheurs limitait le recours aux sources orales. Les phonothèques traitaient leurs enregistrements manuellement ou se contentaient de les entreposer en s’attachant essentiellement aux techniques de conservation. Aujourd’hui, on observe un changement radical du statut de l’archive sonore qui désormais se place quasiment sur le même plan que sur celui de l’écrit ou de l’image. Ceux qui avaient la patience d’écouter la totalité d’un récit de vie pour repérer un proverbe, un chant, une anecdote enfouie au milieu de 4 heures de discours se comptaient sur les doigts de la main. Aujourd’hui, le son n’est plus seulement une information « en continu » puisqu’il est possible de le « feuilleter ». C’est cette révolution, ce changement de statut, qui a bouleversé la consultation dans les phonothèques et multiplié les publics.

Malgré tout, cette source sonore inédite demeure complexe et je crois qu’il convient de procéder avec précaution pour la mise en ligne sur Internet. Avant tout la question éthique doit être posée : toutes ces paroles d’anonymes comment peuvent-elles être entendues, comment peut-on les écouter dans le respect du contexte qui a généré leur enregistrement ? Tous les chercheurs qui travaillent à partir d’enregistrements de terrain savent que plusieurs paramètres sont à prendre en compte7 : d’abord l’enquête orale ne peut être une source unique. Elle doit être confrontée aux témoignages matériels, à l’écrit, à l’image et aux pratiques. Elle gagne aussi à être réunie à d’autres sources orales, sinon, ramenée à un collecteur particulier, elle perd une part de sa valeur de mémoire collective et de mémoire patrimoniale. La relation humaine qui se crée au moment de la consultation à la phonothèque permet de passer outre : le consultant signe au préalable un contrat qui lui permet de prendre conscience de l’ensemble des droits inhérents à l’enregistrement qu’il souhaite entendre, les documents textuels ou les images qui l’accompagnent sont consultables en même temps et le contextualisent…

La consultation sur place commence seulement à se développer, et c’est grâce à la numérisation qu’elle a pu commencer à exister. Quand à la communication électronique, plus que la mise en ligne de corpus de plusieurs heures, je crois beaucoup plus à l‘élaboration de scénarios pour susciter l’intérêt de l’écoute, à des projets de réutilisation de ces corpus ou de réécriture à partir des fonds numérisés. C’est vers cette direction que nous essayons d’aller dans le cadre d ‘un programme de recherche développé à la MMSH : le Pôle Images-Sons et Recherches en Sciences Humaines.

3. Des projets de réutilisation de corpus ou de réécriture des chercheurs à partir des fonds numérisés

Le Pôle Images-Sons et Recherches en Sciences Humaines se définit comme un lieu d’échanges scientifiques autour de l’image fixe ou animée et des documents sonores. Il s’agit d’un pôle de compétences transversal aux laboratoires de la MMSH qui vise à faciliter les recherches pluridisciplinaires et diachroniques en s’aidant des techniques offertes par le multimédia. Ce pôle est dévolu à la recherche et propose le développement d’une réflexion et d’une production scientifique à partir de documents iconographiques ou sonores. Il souhaite aussi offrir une plus grande visibilité des travaux dans ce domaine.

Cette opération a été lancée par Maryline Crivello, historienne, dès 1997. J’évoquais auparavant les réticences des chercheurs à déposer leurs sources, là le Pôle a dû faire face à celles des chercheurs qui hésitaient à mettre leurs recherches en ligne. Pour arriver à vaincre ces appréhensions, qui n’étaient pas toujours clairement exprimées, le Pôle s’est orienté vers deux directions qui ont su convaincre les chercheurs les plus réticents.

Tout d’abord, la réécriture d’articles déjà publiés sur papier repris sous forme électronique. En collaboration avec un webmaster, le chercheur travaille sur une nouvelle mise en page. L’écriture du premier texte est repensée et formalisée en fonction du potentiel multimédia, enrichi par des documents cartographiques, iconographiques ou sonores8. Le chercheur introduit dans son texte des valeurs ajoutées formelles, documentaires et esthétiques qui lui sont propres. Ce projet a pris pour nom « Le Recueil », il est accessible en ligne sur le site du Pôle images et sons. Il ne s’agit ni d’une revue électronique, ni d’une banque de données documentaires. Il est pensé pour être une collection partagée de documents habilement ouvragés. Son objectif est de contribuer à expérimenter une écriture multimédia collective en sciences humaines et à d’élargir le champ de réception du travail des chercheurs et des éditeurs.

Mais le Recueil est un travail de longue haleine, de conviction et d’appropriation par les chercheurs des technologies électroniques. Pour le moment, seul deux articles ont été rédigés, deux autres sont à venir. Or, le Pôle souhaite aussi offrir une masse critique conséquente de contenus en ligne qui respecte la variété des usages émergeant et à venir tout en respectant les critères qui incombent aux publications scientifiques. Dès 2000 nous avons donc commencé à travailler en collaboration avec un réseau encore embryonnaire qui aujourd’hui est devenu un pôle d’excellence dans le domaine, Revues.org. Cette fédération de revues en Sciences Humaines en ligne nous permet selon un mode de travail collaboratif de disposer et de participer au développement d’outils conforme à l’idée que nous avons d’un Web scientifique ouvert, standard et pérenne (Web dynamique, citabilité des ressources, XML, OAI).

Nous avons constitué des procédures claires et précises de dépôt et de conservation de nos archives sonores et le Plan national de numérisation nous a aidé dans cette démarche. Nous avons réussi à susciter des dépôts réguliers par les chercheurs des sources orales de leurs travaux. Il nous est permis de rajouter l’étage de la valorisation à l’édifice de la conservation de notre patrimoine scientifique.

Dès 2004, des projets en lien avec les archives sonores numérisées verront le jour sur le site Imageson.org. Les formes prises pourront être diverses, de la plus simple à la plus complexe :

  • La mise en ligne d’enregistrements en lien avec le texte de la publication qui les analyse lorsque les problèmes de droit sont réglés ;
  • Une présentation de corpus d’archives de chercheurs en lien avec la base de données de la phonothèque. Je pense ici au dépôt qui a été fait par Francine Lancelot de l’ensemble des sources de sa thèse ;
  • Une édition raisonnée de séminaires dans le domaine de l’image et du son avec le renvoi aux références bibliographiques lorsque la conférence a été publiée, et le cas échéant à l’écoute de la conférence. Je pense ici  à l’ensemble des séminaires organisés par le pôle mais aussi à certains programmes comme celui sur les « Récits collectifs » où les intervenants travaillaient pour la plupart à partir d’enquêtes orales ;
  • Une valorisation en lien avec des chercheurs qui souhaitent retravailler leurs enquêtes de terrain dans le cadre d’une nouvelle publication. Je pense par exemple à un fonds sur les exclus, qui a fait l’effet d’une numérisation en 2003 dans le cadre du plan national de la MRT, et sur lequel Jean-Noël Pelen, ethnologue, Jacques Guilhaumou, linguiste, et Béatrice Mésini, sociologue, souhaitent retravailler pour présenter une édition en ligne de leur rapport.

Les projets de mise en ligne ne nous dispensent pas de notre devoir de conservation et d’archivage des enregistrements sonores mais ils sont nécessaires pour permettre de constituer un ensemble cohérent de ressources mis à disposition de la communauté. De la source documentaire jusqu’au projet éditorial, il devrait être possible de remonter le fil de la recherche de façon claire et lisible afin que les sciences humaines, qui sont produites aujourd’hui dans le contexte qui est le nôtre, se dotent des moyens de validation de leur propre production. Quelles que soient les procédures de validation qui seront mises en place, elles devront s’adapter aux outils numériques qu’elles auront choisi d’adopter.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document543.html.

  1. Les deux fondateurs de la phonothèque sont Philippe Joutard, historien, et Jean-Claude Bouvier, linguiste, très vite d’autres chercheurs y ont déposé leurs fonds, en particulier, Jean-Noël Pelen, ethnohistorien, et Christian Bromberger, ethnologue. []
  2. D’abord au sein du groupe CREHOP [Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux] puis du GdR [Groupe de recherche] 097 qui a intégré ensuite l’UMR TELEMME [Temps, espaces, langages, Europe méridionale, Méditerranée]. []
  3. Depuis 2000, outre la numérisation sur site, la phonothèque bénéficie d’un financement du Ministère de la Culture (Mission Recherche et Technologie) pour sous traiter la numérisation de ses archives sonores. []
  4. Depuis 1999, la Phonothèque de la MMSH est pôle associé avec la Bibliothèque nationale de France dans le domaine de l’ethnomusicologie et de la littérature orale dans le cadre d’un réseau de phonothèques. []
  5. Deux évènements entre lesquels d’autres dépôts ont été faits : en juin 2001 Francine Lancelot, ethnologue et chorégraphe qui avait soutenu sa thèse en 1973 au Musée national des Arts et traditions Populaires sous la direction de P. Greimas, a souhaité déposer l’ensemble de ses sources à la phonothèque de la MMSH (archives sonores mais aussi films, images fixes, textes manuscrits et imprimés). Une maîtrise (histoire contemporaine) a déjà été soutenue en 2002 à partir de l’exploitation de ces documents. En octobre 2003, Christian Bromberger en me déposant des enregistrements sur le foot , a souhaité que je prenne également en dépôt les photographies de ses terrains iraniens, italiens et marseillais. []
  6. La phonothèque a organisé des journées sur ce thème à la MMSH en collaboration avec la Maison René Ginouvès dans le cadre du programme Images, sons, recherches en sciences humaines et sociales en juin 2002 http://www.mmsh.univ-aix.fr/pisrsh/atelier2.htm []
  7. Jean-Noël PELEN (1992). []
  8. Cf. introduction au « Recueil » par Maryline Crivello []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.