Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles : introduction de la journée par Florence Descamps

Introduction au colloque Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices (30 novembre 2010, MMSH) par Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes qui anime un séminaire sur l’histoire orale et les archives sonores et audiovisuelles.

***

En ouverture de séance, je tiens à remercier les organisateurs de cette journée d’étude, la MMSH d’Aix et la MSH de Nice, et plus particulièrement Véronique Ginouvès, responsable de la Phonothèque de la MMSH, qui avec le dynamisme qu’on lui connaît trace son sillon en matière d’archives sonores et de témoignages oraux, et fait fructifier l’héritage de l’antique CREHOP des origines. J’en veux pour preuve la fidélité et la régularité avec laquelle elle réunit tous ceux des SHS qui s’intéressent à la source orale ; les journées d’étude qu’elle a organisées à la MMSH sont autant de bornes-témoins du chemin parcouru en matière de sources orales, auxquelles, vous l’aurez noté, s’ajoutent maintenant les sources audiovisuelles…

Il suffit de rappeler quelques dates de journées d’étude ou de colloque organisés à Aix-en-Provence par la phonothèque de la MMSH depuis dix ans :

Et aujourd’hui, ce colloque, organisé en collaboration avec la MSH de Nice, plus précisément le LASMIC, qui nous laisse espérer des rendez-vous réguliers, qui nous permettent d’avancer dans la réflexion et de capitaliser.

Le sujet de notre journée d’étude est donc : « Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? »

Ces questions manifestent une interrogation nouvelle au sein de la communauté scientifique, ou du moins rendent compte de sa plus grande acuité depuis quelques années : la redécouverte des enjeux collectifs de la recherche en SHS et du sort de leurs données qualitatives, après une période de grande individualisation des travaux. Cette réflexion est ponctuée de plusieurs initiatives ou bornes-témoins :

On peut d’ailleurs se demander : pourquoi cette interrogation plus pressante sur le partage et la conservation des données de la recherche en SHS ?

Une série de raisons alimentent selon moi ce mouvement et cette réflexion, et bien sûr, je n’ai pas l’ambition d’être exhaustive :

  1. Des motivations propres à la recherche et à la communauté scientifique (propension à la rétrospectivité et à la réflexivité des acteurs de la discipline, à un moment où les générations fondatrices des SHS de l’après-guerre disparaissent, historicisation de la recherche en SHS, fascination pour l’archive et pour l’archivisation des traces du passé) ;
  2. L’impératif patrimonial et la patrimonialisation, qui exigent bien sûr une meilleure conservation des données, mais instaurent aussi de nouveaux mots d’ordre tels que la diffusion et l’ouverture au public, le partage des contenus, l’appropriation et la restitution, des mots d’ordre qui par nature sont collectifs au sens où ils concernent des groupes sociaux ou des communautés et auxquels le monde de la recherche n’échappe pas plus que les autres secteurs de la société…
  3. Les exigences de la société de l’information et de la connaissance, qui promeut elle aussi des nouveaux principes, tels que la transparence, l’accès libre et direct aux informations et aux données, la revendication d’ouverture, l’exigence de vérifiabilité…
  4. La pression budgétaire et économique qui s’impose désormais au domaine de la culture, mais aussi au monde de la recherche en SHS (cf. les appels à projets, la recherche sur commande, les appels d’offres, etc.). Désormais, il faut que les investissements, y compris les investissements intellectuels soient rentables et qu’il y ait un retour sur investissement. Comme ces investissements humains sont coûteux, surgit rapidement l’idée que ces investissements devraient être mutualisés, cumulatifs, répliqués même, et que leurs résultats devraient être ordonnés à la collectivité.
  5. La demande sociale, celle qui émane des institutions, des collectivités locales, des associations, qui demandent toutes à être associées à la production des connaissances sur elles-mêmes et qui demandent que leur soient restituées les connaissances produites par la recherche.
  6. Les progrès des systèmes de transmission, de diffusion et de circulation des données et des contenus (informatique, numérique, internet), des outils de partage et de communication qui se multiplient et qui progressent sans cesse en termes de capacité et de rapidité, qui n’existaient pas avant et qui poussent sans cesse au mieux-disant…

Il y a certainement d’autres raisons, on pourra revenir sur ce sujet dans la discussion….

Voilà donc quelle est notre interrogation : la mise en partage des données et des contenus, entre chercheurs et entre différentes SHS, et la mise en partage entre enquêteurs, enquêtés et « société civile ».

Et de fait, notre programme reflète bien ces préoccupations puisque nos intervenants appartiennent aux différentes SHS : histoire, sociologie, anthropologie, ethnographie, ethnologie, linguistique, littérature, patrimoine… Il reflète aussi le dialogue entre le monde de la recherche et la société civile (les films amateurs, la mémoire familiale, le monde carcéral…). Polyphonie des points de vue et des regards sur l’archive sonore et audiovisuelle qui, sous sa forme de l’entretien enregistré ou filmé, est devenue une pratique transversale des SHS, sans pour autant être normalisée ni uniformisée d’une discipline à l’autre. Des corpus oraux qui oscillent, selon le statut qu’on leur assigne dans le cadre de la recherche, entre archives, matériaux de recherche, « contenus » ou « données », œuvres de l’esprit, objets de patrimoine… Avec des frontières qui sont devenues assez poreuses désormais.

Si on laisse maintenant de côté le « pourquoi », le titre de notre journée d’étude nous emmène clairement du côté du « comment » ? Comment partager les données ? Cette question nous emmène :

  • du côté de la technique et des nouvelles technologies du son et de l’audiovisuel ;
  • du côté des outils documentaires, des métadonnées et de l’analyse des corpus ;
  • du côté des règles, de la déontologie et du droit.

Ce qui permet de souligner combien la valorisation et l’édition des données qualitatives de la recherche en SHS exigent désormais des compétences professionnelles multiples : techniciens de l’image et du son, documentalistes, archivistes, ingénieurs de recherche, chercheurs, ingénieurs informatiques, éditeurs, juristes, etc. Il faut désormais penser les corpus sonores dans une chaîne de collaboration ou même dans une chaine de production intellectuelle, qui va de la production à sa diffusion.

Il n’en reste pas moins que l’informatique et internet permettent désormais à des chercheurs individuels de publier ou d’éditer directement leurs corpus sonores, oraux ou audiovisuels. Donc, le défi pour nous, me semble-t-il, c’est de faire en sorte qu’il existe des outils collectifs et collaboratifs, des « plates-formes » collectives, à forte valeur ajoutée, qui puissent être attractifs et efficaces, et présenter des avantages décisifs par rapport à une offre ou à un système plus individuel. Quels pourraient être ces avantages objectifs ? La pérennisation, et la transmission des corpus, la mise en réseau, la comparaison des corpus et le dialogue des corpus entre eux ; la documentation et le perfectionnement des méta-données ; la sécurisation juridique et la protection des auteurs et de leurs œuvres en regard de la propriété intellectuelle, la pluridisciplinarité ou l’interdisciplinarité des regards, « la revisitation »…

Il n’en reste pas moins que cette idée de mise en commun et de partage des ressources, et plus particulièrement de dépôt des corpus oraux qualitatifs, rencontre des freins, des résistances individuelles, qu’il faut sans doute identifier, si on veut pouvoir les faire disparaître ou tout le moins les atténuer, résistances qui selon moi s’enracinent dans la crainte :

  • du côté des témoins ou des informateurs, il peut y avoir la crainte de perdre son anonymat, crainte de se dévoiler, de s’exposer publiquement, de voir des informations confidentielles divulguées et non maîtrisées, crainte d’utilisations malhonnêtes ou tronquées, crainte d’un non-contrôle des usages des témoignages, crainte de voir des informations mal perçues ou mal reçues, crainte de se voir finalement objectivé, etc. Quels pourraient être les antidotes à cette crainte ? Le respect déontologique des personnes et de leur parole, l’esprit de responsabilité, la réflexion sur le caractère « sensible » des informations à court, moyen ou long terme ; la réflexion sur le métier de la recherche par rapport à celui du journaliste ; la prise en compte du facteur « temps » ; la réflexion sur la définition des accès à l’information (sélectif, spécialisé, grand public, etc.).
  • du côté des chercheurs, il peut y avoir la crainte de dévoiler ses pratiques de recherche, la crainte du jugement des autres et de ses pairs, la crainte du « pillage », la réticence psychologique à se dépouiller de ses sources ou de son œuvre, la difficulté à envisager que les corpus oraux puissent vivre d’une vie autonome, détachés de leur auteur initial… Crainte aussi de nuire involontairement aux témoins en rendant publiques des informations accordées au départ dans un cadre confidentiel et de trahir la confiance ou « le pacte d’entretien » d’origine. La solution consiste sans doute à laisser du temps au temps ! On peut aussi imaginer déposer ses corpus oraux ou audiovisuels une fois qu’on a terminé de les exploiter et qu’on passe à un autre sujet… Mais sans doute cela ne suffit-il encore pas ! Pour déposer ses propres données, il me semble qu’il faut trois autres critères : une prise de conscience patrimoniale1, qui fait dire que les matériaux qu’on a collectés ou constitués sont des traces d’un temps définitivement disparu ; il faut aussi un interlocuteur en qui on ait une totale confiance (une institution dotée de la continuité et d’un ensemble de règles stables, fiables et déontologiques) ; enfin, il faut sans doute ressentir une forme de « réceptivité sociale »…
  • du côté des institutions, les craintes ne sont pas totalement absentes non plus : crainte d’être dépouillé ou de se faire désapproprier si on « ouvre » trop largement l’accès aux ressources, crainte d’être complices de diffamation ou d’atteintes à la vie privée si la diffusion n’est pas bien maîtrisée, désir de contrôle, crainte de la lourdeur de la gestion des droits de propriété et d’usage, crainte des ayant droits.

En face de ces craintes, il me semble qu’il y a autant de chantiers à ouvrir :

  • Inventer les outils documentaires pour permettre la diffusion, mais surtout pour améliorer la description, la comparaison et l’analyse à la fois rapide et fine des corpus, et former les « producteurs-auteurs » des corpus oraux ou audiovisuels
  • Ouvrir le chantier juridique et déontologique concernant la diffusion des contenus, du côté des enquêteurs, des enquêtés, des chercheurs et des conservateurs… Définir des « bonnes pratiques » !
  • Investir dans de la réflexion sur la diffusion : diffuser quoi ? diffuser comment ? diffuser pourquoi ? diffuser pour qui et pour quels publics ? selon quelles règles ?
  • Investir dans la réflexion sur la restitution aux populations enquêtées ou observées : comment le faire ? avec quels outils ? En étudiant quel impact a ce partage ou cette restitution sur les populations concernées. Et aussi, en étudiant quel impact la restitution de la recherche vers les groupes sociaux étudiés a à son tour sur la recherche elle-même (interactions).

Au vu de la complexité de tous ces chantiers, on devine aisément que la clef de la réussite se trouve dans un travailler-ensemble.

Crédits photographiques : merci à Raphaël Parejo-Coudert, association Txoke.

  1. cf. La rupture patrimoniale de Michel Rautenberg, Editions à la croisée, 2003. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.