De la numérisation des sources à leur diffusion auprès des populations enquêtées. Le cas des archives sonores et audiovisuelles des enquêtes interdisciplinaires de Plozévet (1961-1965)

Monument "Les sonneurs" à Plozévet, travail personnel de Ackles29 via Wikimedia Commons

Communication dans le cadre du colloque Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices (30 novembre 2010, MMSH) par Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, Eugénie Ollivier, documentaliste audiovisuelle, Laure Welschen, chargée de politiques culturelles et patrimoniales1. Centre de recherches historiques de l’ouest (CERHIO – UMR CNRS 6258), Université de Rennes 2.

***

Au début des années 1960, Plozévet, petite commune du Sud Finistère, accueillait une grande enquête interdisciplinaire en sciences humaines et sociales, sans doute la plus grande du genre entreprise en France depuis l’après-guerre. Près d’une centaine de chercheurs auscultèrent les Plozévétiens sous presque tous les angles. Leurs travaux donnèrent lieu à des publications diverses, rapports, articles, thèses, livres2, certaines d’entre elles ayant, du reste, suscité des réactions de mécontentement d’une partie des « observés ». À cette occasion, une vaste documentation fut constituée sous forme textuelle, photographique, sonore et filmique. Notre propos concerne principalement :

  • les fonds photographiques de Jacques Windenberger, Jean-Claude Kourganoff, Alexandre Albenque, Georges Kérourédan ;
  • trois fonds sonores : entretiens de l’équipe d’Edgar Morin, collectage de chants bretons de Donatien Laurent, enregistrements sonores parallèles aux films ethnographiques de Robert et Monique Gessain ;
  • cinq films de Robert et Monique Gessain (2 heures et demie)3 et leurs rushes (une trentaine d’heures).

A) De l’action concertée de Plozévet au travail sur ses archives

Le contexte des enquêtes de Plozévet

Les enquêtes de Plozévet sont directement redevables de la nouvelle politique d’orientation et de financement de la recherche en France mise en place, en 1961, sous l’égide de la Délégation à la recherche scientifique et technique (DGRST)4. Dans ce cadre, le docteur Robert Gessain5 fut chargé d’établir un rapport sur les besoins des sciences sociales. Constatant que leurs chercheurs étaient trop habitués à travailler de façon isolée et artisanale, il prêcha pour l’organisation de rapprochements interdisciplinaires. Un plaidoyer à replacer dans le contexte de réorganisation de la politique scientifique nationale, et d’un développement sans précédent des sciences humaines et sociales. Une ardente obligation, toujours d’actualité, qui entendait opérer des rapprochements tant épistémologiques qu’institutionnels dans un paysage universitaire cloisonné.

L’intérêt du docteur Gessain pour l’interdisciplinarité relevait sans doute d’une curiosité personnelle. Médecin très tôt formé à la psychanalyse, profession qu’il exerça un temps, il avait aussi reçu l’enseignement diversifié des maîtres de l’Institut d’ethnologie de Paris. Son penchant datait aussi de ses premières expériences professionnelles. D’abord lors de la première expédition polaire de Paul-Émile Victor (1934-1935), qui, dans l’esprit des expéditions scientifiques, doublait l’exploit sportif à la recherche scientifique. Intégré comme médecin, il avait en charge les études anthropométriques des populations rencontrées. Ensuite, lorsqu’il fut responsable des études de « biologie de la lignée » à la Fondation française pour l’étude des problèmes humains fondée sous le régime de Vichy par Alexis Carrel6.

Appartenant à l’École d’anthropologie de Paris, au temps de cette Fondation il avait entrepris des travaux en vue d’analyser « l’influence du milieu sur le développement et la qualité biologique de l’individu ». Ses recherches portaient sur « l’étude physique et psychique de la population, son alimentation, le rythme du travail, l’organisation de la vie, les occupations, les loisirs, la natalité et la mortalité, l’hygiène infantile, l’émigration et l’immigration, les différentes classes sociales ». Conscient de la difficulté de mener de telles recherches dans le milieu urbain, il avait décidé de les commencer par l’étude de « groupes homogènes de population qui ont conservé un mode de vie quelque peu ancestral ». Une enquête pilote le conduisit dans la petite commune d’Apignac dans le département de la Loire, recherche qui n’eut pas de suites, la dissolution de la Fondation en 1944 mettant fin à toute extension.

L’Action concertée de Plozévet accomplit-elle ce projet une vingtaine d’années plus tard ? À s’en référer à ce qu’en dit Robert Gessain lui-même dans sa préface au livre d’André Burguière, il est plausible de le supposer7. Si ce projet ne fut pas présenté de la sorte, l’idée de favoriser le rapprochement entre les sciences biologiques et les sciences sociales, la volonté de focaliser les enquêtes sur l’étude transversale d’une population restreinte étaient très proches de ce qui avait été imaginé au temps de la Fondation d’Alexis Carrel pour la petite commune d’Apignac.

Pour définir ce groupe restreint, Robert Gessain s’appuyait sur une notion propre à l’anthropologie physique, plus exactement à la génétique des populations : l’isolat8, un concept, forgé par S. Wahlund en 1928, entendant caractériser l’homogénéité d’une sous-population dans un ensemble plus large, en termes de fréquences génotypiques9.

À la recherche de cet isolat, après examen de plusieurs régions françaises encore écartées des grands brassages modernes, le Finistère fut finalement élu. Car le docteur Jean Sutter y entreprenait une étude sur une pathologie handicapante, la luxation congénitale de la hanche liée à un taux assez important de consanguinité10. Puis, après visite de sept à huit communes, Plozévet retint l’attention de Robert Gessain. Les archives y étaient bien tenues, ce qui permettait des études longitudinales sur la population, sur les mariages, sur la parenté, sur l’histoire de la commune. Et les chercheurs pouvaient compter sur la coopération d’un maire, ancien directeur d’école, qui regardait de façon assez favorable le monde de la recherche11. Cependant, afin de contrôler la « singularité » d’un Plozévet, commune de 3 800 habitants à l’époque marquée par son dualisme politique fondamental « rouge/blanc », on demanda à un jeune ethnologue, Christian Pelras, de mener à Goulien, commune voisine plus petite et moins marquée, une « étude d’ethnologie globale »12. Ainsi débuta l’action concertée de Plozévet, dite « enquête pluridisciplinaire de Pont-Croix », commune située entre Plozévet et Goulien et disposant d’un hôtel chauffé où résidèrent certains chercheurs.

Cette orientation biologisante et le concept d’isolat faisaient-ils l’unanimité au sein des membres du Comité d’analyses démographiques et sociales (CADES) qui présidait les recherches ? André Burguière rappelle que le scepticisme de Claude Lévi-Strauss relatif à cette articulation bioanthropologique était vraisemblablement partagé par beaucoup de ses membres13. Ce d’autant plus que l’adoption d’une commune comme espace d’investigation ne semblait guère pertinente à tous. Dans le même article, il souligne que certains chercheurs doutaient de la validité et de la représentativité d’une telle unité spatiale. Dès lors, comment comprendre ce choix ? Il paraît vraisemblable que l’élection de ce projet tint beaucoup à la capacité de persuasion du docteur Gessain. Et sans doute aussi, au fait que les représentants des autres disciplines, n’ayant rien d’autre à proposer, se dégagèrent progressivement de l’affaire, tout en cherchant à préserver leur propre domaine. Mais, quel intérêt la DGRST pouvait-elle trouver à l’étude d’un isolat ? En quoi cet objectif croisait-il sa mission fondamentale ? Comment cette recherche pouvait-elle s’articuler avec les préoccupations socioécomiques du temps ? En fait, comme le rappelle Alain Chatriot, deux intentions ont motivé les recherches sur Plozévet :

  • l’une relative à la multidisciplinarité (recherche pure),
  • l’autre directement liée à des considérations économiques (recherche appliquée).

Cependant, on est en droit de se demander par quel artifice on est arrivé à articuler ces deux dimensions sous une même dénomination, l’enquête pilote de Plozévet ayant été définie comme « l’étude du monde agricole et rural français dans son adaptation aux conditions de la vie moderne »14, un objectif qui traduisait la préoccupation essentielle de ce monde politico-administratif, le devenir des campagnes étant devenu une inquiétude majeure.

C’est sur une telle ambiguïté que débuta l’action concertée de Plozévet, dont les premières conventions furent signées dès 1961, les dernières en 1965. Entre ces deux dates furent conduites des recherches en bioanthropologie et médecine, en géographie et histoire, en psychosociologie et sociologie, en ethnographie et ethnomusicologie, jusqu’à l’interrogation sur l’interdisciplinarité. Ce qui donna lieu à la publication d’une quarantaine de rapports et d’articles de synthèse, de deux thèses de 3ème cycle, et, sur le coup, de deux livres, celui d’Edgar Morin et celui d’André Burguière, qui avait été chargé de faire la synthèse des études. Au terme de son ouvrage, celui-ci se livre à une réflexion sur l’interdisciplinarité. Il lui apparaît que la tentative plozévétienne s’est conclue par un échec, et pas seulement parce que le mariage entre des sciences très éloignées les unes des autres s’est avéré impossible. Si l’incompréhension a marqué les rapports entre les sciences bioanthropologiques et les sciences sociohistoriques, au sein même de ces dernières, les rivalités, l’indifférence, l’absence d’échange et de curiosité réciproque ont fortement handicapé l’entreprise interdisciplinaire. In fine, les enquêtes de Plozévet apparaissent comme une juxtaposition de démarches monodisciplinaires, dont beaucoup sont restées dans la clandestinité de la littérature grise. Il conviendrait donc d’en mieux connaître l’histoire15. Cependant, ce retour s’avère difficile, beaucoup de témoins ayant disparu. Aussi, il serait nécessaire de recourir aux archives. Malheureusement, celles-ci sont très dispersées, voire pas déposées.

Un retour sur les archives

Aussi, depuis deux ans, une équipe s’est constituée dans le but de répertorier, de décrire et de documenter les archives de ces enquêtes, un travail au long cours rendu très ardu en raison de cette dispersion, de la pluralité de leurs lieux de dépôt et de leur diversité de format16.  C’est ainsi qu’est né le projet Plozcorpus dont la première phase s’est focalisée sur les archives de l’enquête de l’équipe d’Edgar Morin (voir : http://plozcorpus.tge-adonis.fr). Ce choix est, en partie, circonstanciel : Bernard Paillard, enquêteur de cette équipe, les avait sauvegardées au Centre d’études des communications de masse (CECMAS), devenu, in fine, le Centre Edgar Morin. Elles étaient donc à notre disposition. Il tient surtout au fait que cette étude et le livre qui en est résulté abordent de façon frontale la question de la modernisation. État des lieux d’une société rurale bretonne des années soixante, il permet, par comparaison avec les données actuelles, de mesurer le chemin parcouru. D’où le second projet, Plozarch, recherche-action avec les Plozévétiens, permettant de faire le point et de réfléchir sur les tendances avenir.

C’est dans ce cadre que se pose la question de la diffusion aux populations concernées de ces sources archivistiques. Si Plozcorpus et Plozarch fonctionnent en parallèle, ce dernier s’intéresse aussi à des sources archivistiques qui n’entrent pas directement dans la première phase de Plozcorpus. C’est notamment le cas des films, qui sont présentés à la population, ou des enregistrements de Donatien Laurent, qui, d’ailleurs, ont déjà fait l’objet d’une diffusion publique en 2002. Mais, Plozarch a ses limites documentaires : si nous pouvons projeter les films, nous ne disposons pas de leurs rushes et encore moins des sources photographiques, exemptées celles retrouvées dans le corpus Morin. À ce propos, il faut noter qu’un petit projet similaire au nôtre concerne le fonds photographique de Jacques Windenberger. Un collectif de photographes et de journalistes, le collectif Argos, entend revenir sur six territoires photographiés par Jacques Windenberger ; parmi ceux-ci, Plozévet. Un binôme journaliste-photographe y séjournera à deux reprises pendant dix jours (premier séjour dans la seconde quinzaine d’octobre  2010, puis en avril 2011), Jacques Windenberger reprenant contact avec Plozévet en mai 2011.

B) Le corpus sonore de l’enquête d’Edgar Morin : numérisation, traitement documentaire, mise à disposition

Les archives sonores de l’enquête de l’équipe d’Edgar Morin

Ce corpus sonore représente un élément du projet Plozcorpus. Il correspond aux entretiens réalisés entre mars et décembre 1965 par Edgar Morin et les membres de son équipe. Edgar Morin est le dernier chercheur de l’enquête interdisciplinaire à intervenir sur le terrain. De ce fait, il a pu bénéficier de l’éclairage de certains travaux antérieurs., pouvant être influencé par certains de leurs résultats. On retrouve notamment la focalisation sur certains aspects mis en évidence par les premiers chercheurs, par exemple la fameuse dualité politique rouge/blanc17. L’interrogation centrale d’Edgar Morin porte cependant sur les questions relatives à la modernisation, à une période de transformations rapides du milieu agricole et du monde rural. Une modernisation qui n’est pas questionnée que sous ses aspects techniques et économiques, puisqu’il est autant question du confort domestique, des vacances et des loisirs, de la culture de masse, des rapports parents/adolescents ou homme/femme, etc.

De ces entretiens enregistrés sur des magnétophones non professionnels (un Grundig et un Phillips), il reste 127 bandes magnétiques. Le travail sur ce corpus sonore estimé à 300 h soulève d’emblée différentes questions. D’outil de travail du sociologue, ces enquêtes prennent la dimension d’archives. Mais elles prennent aussi une dimension d’objet de mémoire, à la fois mémoire scientifique, mais aussi mémoire collective, familiale, voire individuelle. Quels écueils faut-il éviter dans la manipulation de ce type de source ? Tant en matière de numérisation qu’en matière de traitement et de valorisation documentaire ? La double dimension, archivistique et mémorielle, implique-t-elle deux traitements documentaires différents ? De quels droits faut-il disposer pour rendre accessible ce corpus sonore ? Disposons-nous des capacités financières et techniques pour mener à bien ce projet ?

Mise en œuvre

1) Inventaire

En commençant son enquête, Edgar Morin avait comme intention de constituer des archives sonores. Mais, dès l’inventaire, on prend conscience que ce corpus n’a pas été totalement pensé en tant que tel. En effet, bien qu’un système de cotation ait été mis en place, les informations inscrites sur les boîtes des bandes ne sont pas systématiques et surtout elles sont vagues  : aucun traitement archivistique ultérieur n’avait été imaginé. Cela pose un énorme problème pour inventorier les bandes et identifier les différents intervenants, lieux, date et, d’un point de vue technique, la vitesse d’enregistrement. Les informations détenues sont minces, partielles et surtout à vérifier et à confirmer. Malgré ces zones d’ombre, des notes d’Edgar Morin ainsi que deux ouvrages, Commune en France : La métamorphose de Plodémet, mais aussi le Journal de Plozévet : Bretagne, 1965 d’Edgar Morin18, permettent de comprendre et de nous informer sur le travail des chercheurs. Cette documentation donne ainsi des informations, notamment la méthode employée, les publics visés, les thèmes abordés au cours des entretiens. Nous apprenons ainsi qu’Edgar Morin préconise :

  • une méthode in vivo19 comprenant des entretiens approfondis (peu utilisée à l’époque), la « dérive sociologique » c’est-à-dire se laisser porter par le hasard, les événements et « l’observation participative » ;
  • des populations « stratégiques » : les jeunes, les autorités et les élites, des familles représentatives ;
  • des thèmes « stratégiques » : au thème principal de la modernisation s’ajoutent les thèmes de la mort, du confort, de l’alimentation, de l’actualité, de la conquête spatiale, des mœurs , etc. ;
  • des modes d’approche, notamment l’interview avec une première phase non directive et une seconde phase de questions tournant sur la notion de vie moderne.

Ces informations donnent une vue générale du contenu des entretiens. Avant de débuter les écoutes, un inventaire est réalisé sous forme de tableau reprenant les informations connues : enquêteur/enquêté, ancienne cote des bandes et nouvelle numérotation, lieux de collectage, durée, vitesse.

2) Numérisation

Les supports à numériser sont des bandes magnétiques qui sont pour la plupart des bandes Kodavox. Six bandes sont de marques diverses : Philips, Pyral, BASF et Sonocolor. La grande majorité de ces bandes magnétiques est de type quadruple (durée P 400), dont le diamètre varie entre 76 et 100 mm, et ayant une longueur de 110 à 240 m. Un rapide état des lieux est réalisé. Dans l’ensemble, les bandes sont dans un bon état, bien que quelques-unes soient gondolées (syndrome du vinaigre). Il apparaît cependant impératif de traiter les bandes afin de débuter les écoutes. Le CERHIO ne disposant pas de matériel de numérisation, une collaboration avec l’association Dastum20 est rapidement envisagée pour le traitement numérique des supports analogiques.

Dastum envisage la numérisation comme une sauvegarde. Ainsi, la numérisation est de qualité élevée avec la réalisation de fichiers bruts lourds pour la conservation en format wav, et leur déclinaison en une seconde génération de fichiers plus légers pour la diffusion en format .mp3. La procédure de sauvegarde implique également un respect absolu du contenu technique, artistique et patrimonial, quelle que soit la qualité intrinsèque du document source.

Après le dépôt des bandes, nous définissons de numériser les bandes au kilomètre, copie droite, sans création d’item, afin de conserver au mieux l’intégralité des entretiens. C’est pourquoi, un prénommage des fichiers sons est défini, reprenant le numéro d’inventaire de la bande (cote) et sa piste son : F001A. Le nommage final du fichier se fait lors de l’écoute. En effet, du fait de la nature du support, on ignore le contenu/la composition d’une bande ou du fichier numérisé. Par exemple, sur un fichier on peut avoir deux entretiens, ou encore un entretien est enregistré sur plusieurs fichiers. Il faut donc distinguer l’objet numérisé et son contenu intellectuel. Le système de nommage retenu est le suivant : F001A_ENQ_001 (nom du fichier et nom de l’enquête). Cette étape essentielle de nommage de fichiers s’avère complexe et réclame une certaine rigueur. Pour lire les bandes magnétiques Dastum utilise un magnétophone REVOX B77 MKII, relié à une carte son AVID 003 Rack Factory. Cette carte est elle-même reliée à un ordinateur Macintosh. En outre, le logiciel de traitement du son utilisé est Pro-Tools. Il agit, si besoin, sur le rééquilibrage de la vitesse, le reversing, le séquençage, la création de numéros uniques et l’export. Le fichier créé est au format  wav, en 16 bits/48 khz. Les fichiers de diffusion sont créés par conversion au format MP3, 44,1 Khz, mono, 126 kbps.

3) Analyse documentaire

Une fois la numérisation réalisée, les fichiers sons sont analysés. Le traitement documentaire est basé sur les recommandations du Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données21. La base de données est réalisée sous Excel. C’est lors de cette étape que l’on prend réellement connaissance du fonds et que l’on peut confirmer ou infirmer les informations collectées lors de l’inventaire. Lors de cette étape d’analyse, nous sommes à nouveau confrontés à des choix, notamment en matière d’indexation. Devons-nous créer un thésaurus ? Faut-il s’appuyer sur l’existant, par exemple RAMEAU, Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié de la BNF ? Finalement, pour des raisons de moyens, de nature des corpus (il faut rappeler que ce fonds sonore doit être mis en relation avec les autres sources de la même enquête), de la multiplicité et la diversité des thèmes abordés, une liste d’autorité est créée et enrichie au fur et à mesure de la description des documents.

4) Mise à disposition

Parallèlement à ces différentes étapes de travail, de nouveaux partenaires participent au projet Plozcorpus. Rappelons que ce projet a pour ambition de rassembler l’ensemble des données issues de l’Action concertée de Plozévet et de les partager à la communauté scientifique, mais aussi à un public plus large. Le Centre National pour la Numérisation de Sources visuelles pour le CNRS, CN2SV, collabore ainsi au projet. Il lui donne une nouvelle dimension en apportant des moyens techniques pour la diffusion et le stockage des données.

Fondé sur le concept « d’Archives ouvertes », c’est-à-dire de la mise à disposition des données issues de la recherche scientifique, Plozcorpus a pour principale difficulté la multiplicité de ses archives, leurs natures, et leurs lieux de conservation. Afin de palier ce problème, le CN2SV envisage la mise en place du protocole OAI-PMH, « Open Archives Initiative’s Protocol for Metadata Harvesting » ou « Protocole de collecte de métadonnées de l’initiative archives ouvertes ». Ce protocole informatique est un protocole d’échange de données permettant la mutualisation et leur diffusion. Tout en laissant à leur emplacement initial des données diverses et hétérogènes, le protocole les rend accessibles via, notamment, à un portail informatique.

Ce choix implique d’adapter la base de données initiale à de nouvelles normes. L’OAI-PMH repose sur le Dubin Core. Un ensemble de métadonnées décrivant en quinze caractéristiques la ressource numérique.

Tableau de correspondance :

Métadonnées DC simple Base de Données Notice
DC Identifier COTE F001B_ENQ_002
DC Rights Droits Domaine public avec restriction d’accès
DC Type Type de document Sound
DC Creator Enquêteur Edgar MORIN (Responsable de l’enquête) | [Anne Leroux ?] (Enquêtrice)
DC Contributor Informateur Attribuer un numéro
DC Coverage Lieu de collecte | Durée du document Plozévet|Finistère|1961-1975 | 00:52:09
DC Date Date d’enregistrement [1965-08-04]
DC Language Langue fre
DC Title Titre propre [Enquête auprès d’une directrice d’école]
DC Relation Matériel d’accompagnement (voir avec Laure)
DC Description Résumé L’informatrice décrit le fonctionnement de l’école libre. Puis, elle revient sur la mentalité et les mœurs des plozévétiens, des jeunes notamment. Elle aborde enfin les orientations politiques et religieuses de la commune.
DC Subject Descripteur Enseignement – Education | Ecole | Elève | Internat | Politique | Religion | mœurs | Enseignant | Exode rural | Agriculture
DC Publisher Bernard Paillard|CNRS-CERHIO|CNRS-MSHB|CNRS-TGE Adonis
DC Format (type MIME) audio/wav
DC Source Archives privées : ne rien mentionner
Set thématique “Parent” Vie sociale
Set thématique “Enfant” Ecole | Politique | Religion

Outre les questions documentaires, la possibilité de mettre à disposition des données sur Internet relance les questions juridiques d’accessibilité et de propriété intellectuelle. Actuellement, et tant que le travail d’analyse documentaire n’est pas achevé, il est convenu de mettre « sous embargo » ce fonds. Les notices documentaires seront disponibles sur le portail Plozcorpus. En revanche les entretiens ne seront pas accessibles afin de respecter la législation relative aux données personnelles. Il est bien entendu envisagé d’obtenir des informateurs ou de leurs ayants droit une autorisation d’exploiter leurs interviews (sous forme de contrat de cession de droits). Cette campagne de prospection sera possible lorsque la liste des informateurs sera complète et que les crédits nécessaires seront obtenus.

Les principales difficultés rencontrées lors du traitement de ce corpus résident dans les moyens dont nous disposons. Pour mener à bien ce projet, il faut en effet des moyens financiers et techniques. Les collaborations avec Dastum et le CN2SV favorisent le travail sur ce projet. Bien qu’essentiel, le travail documentaire reste une étape au projet. Il permet notamment d’entamer un travail de réappropriation des données par la communauté scientifique, voire le grand public.

C) Diffusion des sources sonores et audiovisuelles auprès des populations enquêtées : le projet Plozarch

Depuis avril 2010, une démarche de valorisation des données et des archives de l’enquête de Plozévet est mise en œuvre sur cette commune. Avant d’en évoquer le contexte, les acteurs, les objectifs et les corpus étudiés, il semble judicieux de replacer « historiquement » l’émergence de ce projet.

En 1991, face à la demande des Plozévétiens, une édition des films Gessain en cassettes VHS est réalisée puis rééditée en 1996. En 1999, dans son film Retour à Plozévet Ariel Nathan, interroge l’histoire des enquêtes et, surtout, à travers les souvenirs de certains des protagonistes d’alors, les relations entre « enquêteurs » et « enquêtés ». Puis, lors de la célébration de la loi de 1901, Plozévet est retenu par la Mission interministérielle pour sa première manifestation publique ; un parcours est organisé par les associations locales. 2002 marque le retour des chercheurs sur le terrain plozévétien avec l’organisation des premières Rencontres régionales CNRS « Sciences & Citoyens »22. Enfin, un colloque sur l’histoire et l’actualité de la Recherche coopérative sur programme de Plozévet est organisé en 200823. À cette occasion, la question des archives est soulevée.

Présentation de Plozarch, contexte et objectifs

Dans le cadre de sa politique pour le renforcement de la recherche, la Région Bretagne propose, depuis 2006, le programme ASOSC : action pour l’appropriation sociale des sciences. À travers ce dispositif d’aides financières, le service de la recherche et de l’enseignement supérieur entend favoriser le rapprochement entre le monde de la recherche et celui de la société civile, en développant des projets d’intérêts sociétaux, scientifiques et techniques, à dimension interdisciplinaire et régionale. Associant de manière étroite un laboratoire de recherche de l’université Rennes 2, le Centre de recherche historique de l’ouest (CERHIO) et la municipalité de Plozévet, le projet Plozarch (acronyme pour Plozévet-Archives) a été déposé et retenu dans sa première phase de 12 mois.

Certaines conditions corrélatives à ce projet ont sans doute retenu l’attention des instances évaluatives du Conseil régional de Bretagne. D’une part, la constance des initiatives autour de la mémoire des enquêtes de Plozévet menées tant par Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS et enquêteur de l’équipe Morin à l’époque que par Jean-Claude Stourm, adjoint au Maire de Plozévet, lui aussi ancien enquêteur. D’autre part, l’existence du projet Plozcorpus (cf. supra), piloté par des institutions garantes de l’intérêt scientifique de la démarche, le tout, corroboré par l’ensemble des initiatives citées en introduction.

Autour du thème « Retrouver son passé, se projeter dans l’avenir. Recherches citoyennes sur un demi-siècle de changements dans une communauté rurale : Plozévet en quête d’enquêtes », Plozarch a pour objectifs principaux :

  • la diffusion des connaissances produites lors des enquêtes de Plozévet ;
  • la valorisation des fonds d’archives composés de données écrites, iconographiques, sonores et audiovisuelles ;
  • la réactualisation de ces données  par les habitants ;
  • le développement de nouvelles enquêtes de terrain avec leur participation.

Pour cela, Plozarch se dote de moyens d’action :

  • la constitution d’équipe d’enquêteurs « recrutés » dans la commune et les environs, et la conduite d’enquêtes sur le terrain ;
  • la formation aux techniques d’enquête en sociologie et aux techniques audiovisuelles (prise de son, prise de vue) ;
  • l’utilisation du cyberespace et du web 2.0, avec la mise en œuvre d’outils collaboratifs en ligne (le WikiPlozarch) et d’un blog (http://plozevet.hypotheses.org) pour diffuser l’actualité du projet et le résultat des recherches.

Le projet Plozarch, sur les rails depuis plus d’un an, a déjà permis de mobiliser un grand nombre d’acteurs et de partenaires : un groupe d’enquêteurs volontaires d’une vingtaine de personnes a été constitué, des évènements publics organisés, des archives consultées, des formations vidéo proposées, des enquêtes sur le terrain réalisées et des résultats publiés sur le blog.

Mais, ce retour sur archives n’est pas sans poser de problèmes, tant il est nécessaire de s’interroger sur elles, sur leur disponibilité, et sur nos possibilités de diffusion. De quel type de données disposons-nous ? Où sont-elles conservées ? Sont-elles communicables à un large public ? Quelle réception leur réserve-t-on sur la commune ? Ces archives ont-elles véritablement acquis une valeur mémorielle ou patrimoniale chez les Plozévétiens ?

Les données sonores et audiovisuelles du corpus : présentation des fonds24

Dans le cadre de notre démarche de diffusion des sources, une réflexion a été engagée autour des films réalisés par Monique et Robert Gessain et sur deux corpus sonores, celui de Donatien Laurent et celui de l’équipe d’Edgar Morin.

1) Le fonds Gessain

Ce fonds est composé de 5 films « Les gens de Saint Demet », d’une trentaine d’heures de rushes et des enregistrements sonores. Ces documents ont été réalisés par Monique et Robert Gessain, tous deux anthropologues, dans le cadre du comité du film ethnographique du Musée de l’Homme. Les images ont été tournées par Roger Morillère entre 1961 et 1964 sur la commune de Plozévet, et les films montés par Roger Morillère et Philippe Luzuy à Paris à partir de 1965. Les films illustrent la découverte des savoir-faire et des traditions populaires d’une petite commune rurale de Bretagne à travers 5 thèmes : l’agriculture, les activités maritimes d’un village de pêcheurs, la vie du bourg, le costume et les gestes du repas25. Les films sont conservés au Musée de Bretagne, institution détentrice des droits de diffusion, et des copies ont été déposées à la Cinémathèque de Bretagne. Ce fonds est très connu par les Plozévétiens ayant déjà fait l’objet de diffusions en public, et suscitant toujours, à ces occasions, d’heureuses réactions, mais aussi des mécontentements face à certaines scènes jugées mensongères. Le travail sur ces données peut notamment être étayé par l’étude des scripts dactylographiés, dont nous avons copie.

2) Le fonds Laurent

Donatien Laurent, ethnologue et enquêteur à Plozévet pour le Musée des arts et traditions populaires26 (ATP) de 1964 à 1965, s’est intéressé à la tradition orale en Basse-Bretagne. Engagé lors des enquêtes de Plozévet pour en étudier la culture traditionnelle, il en a profité pour, parallèlement, collecter, avec un magnétophone de marque NAGRA, un certain nombre de chants traditionnels en langue bretonne de chanteurs et chanteuses de la région du pays bigouden. Ces bandes sont au Musée des arts et traditions populaires, propriétaire des droits d’exploitation, des copies sont déposées au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) de Brest27. Une partie du fonds a été numérisé grâce au soutien financier du ministère de la Culture ; c’est le cas des enregistrements concernant Plozévet. Ce corpus, composé de trois bandes, représente une cinquantaine de minutes d’enregistrements de chants et de conversation en breton, par trois chanteurs. Certains enregistrements ont fait l’objet d’un important travail de documentation et de valorisation. Dans son livre Chansons traditionnelles du pays bigouden28, Gilles Goyat s’attache ainsi à transcrire et à étudier les 16 chansons du répertoire d’une chanteuse plozévétienne, Catherine Madec.

3) Le fonds Morin

De cette recherche, portée par le Centre d’étude des communications de masse (CECMAS, devenu Centre Edgar Morin), il reste de nombreux témoignages écrits (livres, rapports, journaux de terrains, notes de travail) mais surtout un important fonds sonore, 127 bandes inventoriées correspondant à 300 heures d’entretiens, réalisés par Morin lui-même et par les membres de son équipe, de mars à décembre 196529. Le travail d’analyse et la lecture des transcriptions ou comptes-rendus d’entretiens nous livrent des informations essentielles sur les thèmes et les populations étudiés. Si la venue de Morin n’est guère passée inaperçue à Plozévet (polémique soulevée lors de la publication, en 1967, de Commune en France), beaucoup ignorent encore l’importance de la documentation accumulée et des données produites par son équipe. D’où la nécessité de valoriser cet ensemble et de définir la question des droits.

Ces trois fonds permettent d’illustrer une partie des recherches menées lors de l’Action Concertée de Plozévet. Témoignages rares de la manière dont on vivait à l’époque, les cinquante années écoulées depuis leur confèrent aujourd’hui une valeur mémorielle. Outre leur aspect patrimonial, ces données constituent une documentation considérable pour éclairer d’un jour nouveau d’éventuelles recherches sur la commune, sur l’histoire de l’enquête ou encore sur l’histoire des disciplines. Aussi, il semble nécessaire, voire incontournable, de les rendre accessibles aux chercheurs, mais aussi aux Plozévetiens. Alors, comment diffuser et valoriser un tel corpus ? La mission que se donne Plozarch est de proposer différentes formes de diffusion et de valorisation de ces corpus, tout en préconisant un retour sur le terrain afin d’étudier, par comparaison avec les données documentaires retrouvées dans les archives, les évolutions que la société plozévétienne a connues depuis les années soixante.

Pour des projets participatifs de diffusion, valorisation et réactualisation des sources

1) Projets de réalisations de Plozarch

Des grands axes de recherches ont été définis dans le prolongement des réflexions menées dans les années soixante : l’évolution des activités économiques et artisanales, de la vie politique, syndicale et militante, de la vie religieuse, de l’instruction, de l’habitat, du paysage, des arts, de la culture et des traditions populaires, des notions d’identité, patrimoine et territoire, etc. Après étude des données et enquêtes de terrain, le résultat de ces recherches contemporaines est posté sur le blog sous forme de reportages multimédias. Deux projets, de plus grande envergure, devraient permettre d’accroître la visibilité de ce travail :

  • la mise en circuit, en partenariat avec l’Office de tourisme du haut pays bigouden, d’un guide multimédia pour une découverte de Plozévet (été 2011) ;
  • l’édition d’un livre consacré à la lecture thématique des transformations de la société plozévétienne, illustré par des documents d’archives et les réalisations contemporaines (2013) ; livre accompagné du DVD.

2) Pour une projection et une diffusion publique

Le principe des « Rendez-vous de Plozarch », rythmant nos phases annuelles de projet, permet de diffuser les films et de revenir sur les archives des enquêtes. Ainsi la projection du film « Les Agriculteurs », en présence de Monique Gessain, a été l’occasion de retrouver l’histoire de l’agriculture locale. Cette projection devant une salle comble (300 personnes) s’inscrivait dans un programme plus large consacré à la mémoire filmée du monde paysan (Journées du patrimoine 2010 à Plozévet30), avec présentation de films et des conférences-débats. Si ce genre de diffusion rencontre un large succès, on peut cependant regretter le peu de réactions et d’interventions qu’elle engendre. Rares sont les prises de paroles dans la salle, d’où la difficulté d’avoir un retour d’expérience, un temps d’échange avec les informateurs de l’époque ou leurs descendants.

Aussi, il semble important de privilégier un rapport direct avec les informateurs du chercheur, nécessitant alors un véritable travail de prospection, puis d’entretien.

3) De la restitution d’une mémoire individuelle…

Le fonds sonore Morin fait l’objet d’une démarche dictée par plusieurs objectifs : effectuer un travail de documentation sur les données, régler la question juridique en obtenant les droits de diffusion des informateurs et favoriser un travail de mémoire et de réactualisation des sources. Grâce au travail méthodique d’analyse et d’indexation, une base de données des informateurs (noms, dates, lieux) a été établie31. Véritable document de travail, elle s’enrichit jour après jour, en fonction des rencontres et des informations collectées sur la commune par l’intermédiaire de la mairie, d’anciens chercheurs ou d’informateurs de l’époque et de personnes ressources. Une méthode s’ébauche peu à peu : identifier les informateurs de l’équipe Morin dont nous disposons d’un entretien (enregistré ou transcrit), le rencontrer (lui ou ses descendants), lui remettre une copie de son interview et (ou) lui faire écouter l’enregistrement.

Cette méthode permet de partager avec les personnes concernées un pan de leur mémoire et de leur histoire. C’est aussi une occasion d’obtenir des informations supplémentaires sur le contexte de production de la donnée. Mais, la démarche se révèle très « chronophage », et sans doute impossible à mener dans le temps qui nous est imparti. Au cas où notre mission serait limitée32, l’objectif pourrait se réduire à ne l’effectuer que sur un « échantillon » représentatif de l’enquête Morin (agriculteur, maraîcher, marin, commerçant, femme, jeune, enseignant, homme d’Église, militant syndical). Quant à la question des droits, elle mériterait une réflexion plus approfondie, notamment, si des contrats de cession doivent être rédigés.

À côté de cette démarche de « restitution », la diffusion des sources peut devenir support à de nouvelles formes de recherche et à un retour sur le terrain.

4) Les recherches – actions

Les données sonores et audiovisuelles produites lors de l’Action concertée nous laissent une véritable photographie de la société plozévétienne des années soixante. Que sont devenus, en 2010, le terrain, les personnes et les thèmes étudiés ? Pour répondre à ces questions nous avons ouvert plusieurs chantiers, la première année (2010) ayant été consacrée à l’étude des activités maritimes, à celle de l’artisanat et des nouveaux métiers, à celle des évolutions de l’habitat, avec, notamment, des interrogations sur les transformations de l’habitat dit traditionnel et sur les nouvelles tendances architecturales (maison en bois, une véritable novation pour un pays d’habitat en pierres), et à celle de la culture traditionnelle bretonne.

Présentons deux exemples :

  • Le film « Les pêcheurs de Pors Poulhan » réalisé par Monique et Robert Gessain permet d’appréhender les activités et les conditions de vie des populations vivant sur le littoral : pêche au poisson, à l’araignée, à la langouste, ramassage et brûlage de goémon, fabrication des casiers et des filets, jeux populaires, vie quotidienne, etc. Une relecture contemporaine de certaines de ces activités a été réalisée par notre équipe d’enquêteurs : rencontre avec la dernière vendeuse de poisson à Pors Poulhan, occasion rêvée de collecter quelques archives personnelles (photo, cartes postales et coupures de presse), interviews et montages vidéos sur le ramassage professionnel du bein-youd33 et sur le brûlage traditionnel du goémon. Chaque enquête est préparée en amont par l’étude des données disponibles sur le sujet, l’élaboration collective d’un guide d’enquête et/ou d’entretien sur le wiki du projet, la formation de groupe d’enquêteurs, la prise de contact avec les intéressés. L’enquête sur le terrain se fait souvent par deux ou trois personnes, et fait l’objet d’une transcription. Dans le cas de l’utilisation de la caméra, des séances de montage sont ensuite programmées. Une restitution publique de ce travail, mais en comité restreint aux personnes les plus directement concernées, est programmée, avec  projection du film sur « Les pêcheurs de Pors Poulhan » et celle des montages vidéos réalisés sur la collecte du bein-youd et le brûlage du goémon. Ce sera l’occasion de retrouver la mémoire des années soixante et d’interroger les transformations connues, depuis, par les gens de la côte. Avec la perspective d’un travail filmique et textuel sur le littoral.
  • Une enquête sur la culture traditionnelle et populaire est en cours de réalisation. Une première recherche sur les sonneurs de Plozévet a conduit à nous entretenir avec Jean-Michel Guilcher34, spécialiste de la danse traditionnelle et détenteur de quelques anecdotes sur Plozévet. La poursuite d’un tel travail nécessitera de travailler en partenariat avec le Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) de Brest, afin de valoriser les enregistrements sonores du fonds de Donatien Laurent concernant les chants bretons de tradition. Nous envisageons, lors d’un prochain « Rendez-vous Plozarch », une séance d’écoute publique, du type café sonore, de certains enregistrements de Donatien Laurent, en sa présence. Son retour sera d’autant plus intéressant qu’il sera en mesure de recontextualiser ses premiers enregistrements de jeune chercheur, grâce aux connaissances qu’il a acquises depuis, au cours de sa carrière. Parallèlement, nous allons engager un nouveau collectage de chants bretons, car, dans la commune, il existe toujours des personnes qui possèdent un répertoire ayant été appris antérieurement au revival culturel que la Bretagne a connu depuis les années soixante-dix.

Ces deux exemples ne préjugent pas des autres recherches-actions entreprises. Si chacune se déroule selon son rythme, mais, menées de front tout en se diversifiant, elles entrent dans une stratégie globale qui entend les regrouper autour de plusieurs grands axes dont, les évolutions du littoral, celles des campagnes, et celles des activités économiques, dont celles du bourg, ou les transformations de la culture traditionnelle.

Conclusions : Plozcorpus et Plozarch, leçons et inquiétudes

Plozcorpus a démarré à l’automne 2009, Plozarch en avril 2010. Ces quelques mois ne permettent pas d’établir un bilan définitif. Cependant, ils sont suffisants pour tirer quelques leçons. En nous engageant dans ces deux voies, nous ne soupçonnions pas la multitude des problèmes qu’il nous faudrait surmonter :

  • En premier lieu, il fut nécessaire de nous former aux techniques documentaires nécessitées par la mise en œuvre d’un portail OAI-PMH. Cette formation fut d’abord assurée par Stéphane Pouyllau du CN2SV, puis dans le cadre de l’URFIST de Rennes. Plus récemment, trois membres de l’équipe ont suivi l’ANGD « Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales ».
  • En second lieu, sur un plan technique strictement informatique, il s’est immédiatement révélé qu’aucune structure universitaire bretonne n’était en mesure de concevoir, de porter et de gérer un portail OAI-PMH. Celui-ci sera donc hébergé par la pépinière de sites du CN2SV, le stockage des archives numérisées étant confié au serveur de l’IN2P3.
  • Il s’est aussi très vite avéré que, parmi nos partenaires, rares étaient ceux qui comprenaient bien l’intérêt de l’OAI-PMH. Les archives des enquêtes de Plozévet étant disséminées dans diverses institutions, leur collaboration effective était pourtant impérative. Mais, notre demande de collaboration a pu, parfois, susciter certaines appréhensions et incompréhensions : d’aucuns ont pu penser qu’on cherchait à leur prendre leurs sources, alors qu’il ne s’agissait que de mettre en commun des ressources documentaires.
  • Par ailleurs, nous avons noté que, travaillant sur des « archives », nous rentrions quelque peu en concurrence avec leurs professionnels, d’où certaines difficultés dans le dialogue entre ceux qui parlaient en termes de « corpus » et ceux qui mettaient en avant les techniques et les préceptes de l’archivistique.

Espérons que dans le cadre d’un Plozcorpus 2, nous saurons surmonter ces questions.

En ce qui concerne Plozarch, nous mesurons combien la mise à disposition d’images, de sons et de films est un sérieux atout pour valoriser les recherches dont a fait l’objet la commune de Plozévet. La diffusion de ces corpus, sans doute plus attractifs que de longs rapports et articles, est attendue ; tout comme le fait de partir de nouveau sur le terrain avec dictaphone et caméra. La possibilité de « restituer » une part de la mémoire d’un individu, d’une famille, ou d’un groupe est satisfaisante ; et cette « restitution » permet bien souvent d’enrichir le contenu des sources en rencontrant ou en dialoguant avec les informateurs ou leurs représentants. L’utilisation d’archives sonores et audiovisuelles, une fois les questions juridiques réglées, permet, par ailleurs, de tisser des liens entre les différentes institutions détentrices et permet ainsi la naissance de projets partenariaux.

Cependant, la question de l’accessibilité et de l’état de conservation des supports ainsi que l’éternel problème des droits de diffusion restent un frein majeur dans cette démarche ; tout comme la question du temps, qui emporte avec lui son lot de souvenirs et de mémoire. La diffusion de ces données est certes attendue à Plozévet, mais par une minorité seulement. Un grand travail de sensibilisation à ces archives et à leur intérêt pour l’histoire, mais aussi pour l’avenir, reste à mener, notamment auprès des jeunes générations. Ce qui nous a engagés à proposer des actions en partenariat avec le collège de Plozévet. Pour l’heure, une seule enseignante s’y est montrée sensible. Gageons qu’à la rentrée 2011, notre idée aura fait du chemin. Il s’agirait, après projection, écoute, dépouillement de divers documents, de faire réfléchir des élèves sur les évolutions de la vie quotidienne depuis les années soixante, en interrogeant, enregistrant et filmant directement leurs grands-parents.

Plozcorpus et Plozarch sont donc deux expériences passionnantes, et au bout d’un an, le bilan est si encourageant que nous imaginons un Plozcorpus 2, puis un Plozcorpus 3, comme un Plozarch 2, puis un Plozarch 3. Plozcorpus 2 se consacrerait à la numérisation et à la documentation des archives des autres enquêtes dont nous avons identifié les lieux de dépôt, et, plus tard, Plozcorpus 3 se vouerait aux archives non encore inventoriées, notamment, à celle des chercheurs. De son côté, Plozarch 2 permettrait de valoriser l’ensemble du travail effectué par la création d’un dossier multimédia en ligne, tandis que Plozarch 3 viserait à pérenniser et élargir la démarche en l’institutionnalisant. De bien belles perspectives…

Cependant, elles se heurtent au cruel principe de réalité, ce fameux nerf de la guerre qui contrarie tant nos désirs de recherche. Il est d’autant plus éprouvant dans notre cas que ces démarches sont longues à mettre en place et à conduire à terme. Et, si elles ne trouvent que très difficilement les lignes budgétaires adéquates, toute rupture financière entre deux phases, voire à l’intérieur d’une phase, compromet irrémédiablement un projet. Car, malheureusement, ni Plozcorpus, ni Plozarch ne disposent d’un personnel statutaire suffisant. Or, seul celui-ci permettrait d’envisager l’avenir avec tranquillité. Une condition qui, surtout, assurerait celui des personnes contraintes de ne survivre que de CDD en CDD, malgré leurs compétences notoires35.

Bibliographie :

  • Bonnemason B., Ginouvès V., Pérennou V., Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données, Saint-Jouin-de-Milly (79380) : Modal (diff. FAMDT, 90 rue Jean-Jaurès, BP 136, F-79204 Parthenay Cedex), 2001. 186 p.
  • Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975.
  • Burguière A., « Plozévet, une mystique de l’interdisciplinarité ? », Cahiers du Centre de recherche historique, n° 36, octobre 2005, p. 231-263 [Numéro thématique : « Pour une histoire de la recherche collective en sciences sociales. Réflexions autour du cinquantenaire du Centre de recherches historiques »]
  • Chatriot A., Duclert V., Le gouvernement de la Recherche (1953-1969), Paris, La Découverte « Recherches », 2006, 418 p.
  • Drouard A. Une inconnue des sciences sociales La Fondation Alexis Carrel 1941-1945, Paris, INED, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1992, 560 p.
  • Goyat G., Chansons traditionnelles du pays bigouden, « Eur Vigoudenn o kana », 2ème édition revue et augmentée, Brest, Emgleo Breiz, 2008.
  • Guilcher, J. M., La Tradition populaire de danse en Basse-Bretagne, Paris, La Haye, Mouton and C°, « Études européennes I », 1963, 615 pages.
  • Mathieu N., Les transformations économiques et sociales de Plozévet 1820-1920, Paris, AUDIR, Hachette, 1973.
  • Morin E., Commune en France, la métamorphose de Plodémet, Fayard, 1967.
  • Morin E., Journal de Plozévet, Bretagne 1965 (préparé et commenté par Bernard Paillard), La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001.
  • Paillard B., “Plozévet : la méthode in vivo selon Edgar Morin”, Chemins de formation, n°10/11, Université de Nantes, 2007, pp.
  • Paillard B., « Une enquête pluridisciplinaire en sciences humaines. Plozévet (1961-1965) : son histoire, ses archives », La Gazette des archivistes, n° 212 , Paris, 2008, pp. 57-67.
  • Paillard B. Simon J.F., Le Gall L. (sous la direction de) : En France rurale, les enquêtes interdisciplinaires depuis 1960, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.
  • Pelras C., Goulien, une commune bretonne du Cap Sizun, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000.
  • Pérez, R., Ces algues qui nous entourent. Conception actuelle, rôle dans la biosphère, utilisation, culture, Plouzané, Éditions de l’Ifremer, 1997, 272 p
  • Sutter J., avec la collaboration de J-M. Goux, G. Desse, P.-R. Giot P-R., F. Reynès, La luxation congénitale de la hanche, Paris, Presses Universitaires de France, 1972.

Les films : Les Gens de Saint-Démet

Sur la trentaine d’heures de rushes, cinq films sont réalisés entre 1965 et 1968 par Robert et Monique Gessain, le directeur de la photographie étant Roger Morillère du Centre de formation aux recherches ethnologiques du Musée de l’Homme. Ces films étant tournés avec une caméra sans son synchrone, les sons sont enregistrés parallèlement sur magnétophone. Un lourd handicap au montage, qui explique le peu de place donné aux entretiens. Afin d’anonymiser, ces cinq montages s’intitulent « Les Gens de Saint-Démet », en référence à Saint Démet, saint patron de Plozévet.

Les pêcheurs de Pors Poulhan

Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm, ektachrome, 1965, 34 minutes.

On y suit la vie des habitants du petit port de Pors Poulhan. Une grande partie du film est consacré  au travail des goémoniers (collecte, séchage et brûlage pour en retirer des pains de soude vendu à la petite industrie locale). Le film se termine sur l’inauguration de la statue “La bigoudène” qui marque le limite nord du Pays bigouden.

Les agriculteurs

Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm, ektachrome, 1965, 48 minutes.

La vie des agriculteurs est décrite au fil des saisons, scandée par les travaux des champs. le film met en scène les anciens rites agraires christianisés comme les processions des rogations ou les offrandes de beurre à Saint Herbot, protecteur des bovins et pourvoyeur de bons produits laitiers. On y voit l’exercice de petits métiers paysans disparus ou en voie de disparition. Les problèmes de la modernisation de l’agriculture sont évoqués à la fin, en abordant essentiellement ses aspects techniques.

Le bourg

Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm, ektachrome, 1966, 48 minutes.

Le film sur le bourg commence par un enterrement, pour se poursuivre par un baptême, puis un mariage. Et l’on suit la vie villageoise dans ces rythmes quotidiens, hebdomadaires (marchés) et annuels, avec ses fêtes religieuses (la Toussaint, le pardon la Trinité et ses processions), et profanes (la kermesse de l’Amicale laïque, la course cycliste, le repas des anciens), ses lieux de labeurs (un atelier de fabrication de petits meubles bretons, une usine de conserverie) et de distractions (match de foot, jeux dans les villages).

Les gestes du repas

Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm, ektachrome, 1967, 33 minutes.

Il y est question de plats jugés typiques, comme les galettes de sarrasin cuites au feu de bois ou du youd-ker’ch (bouillie d’avoine) prise en commun. La nourriture paysanne est évoquée à travers l’abattage du cochon, celle de la ville par la préparation d’un pot-au-feu. Le film se termine sur l’allusion au fait que les goûts et pratiques culinaires sont en train de changer, les jeunes filles du collège apprenant désormais la cuisine.

Le costume

Réalisation Monique et Robert Gessain, film 16 mm, ektachrome, 1968, 20 minutes.

Ce film a surtout trait à la haute coiffe bigoudène, encore très largement portée à l’époque par les femmes de plus de cinquante ans, surtout au bourg. On en suit l’édification progressive sur la tête d’une femme. Par ailleurs, il est question des tailleurs, corporation très représentée à Plozévet. S’ils ne remplissent plus leur rôle traditionnel d’entremetteur pour les mariages et de colporteurs de nouvelles, s’ils ne réalisent plus les costumes traditionnels bigoudens, ils ont gardé une certaine notoriété à Plozévet.

Crédits photographiques : Affiches, hiver 2010, V. Ginouvès.

  1. Bernard Paillard, à l’origine des deux projets, Plozcorpus et Plozarch, en est responsable. Eugénie Ollivier est chargée de la documentation des archives sonores du fonds Morin et de l’élaboration des notices des fichiers numérisés. Laure Welschen coordonne à Plozévet le projet Plozarch, et, dans le cadre de Plozcorpus, est chargée de la documentation des archives textuelles du fonds Morin et de l’élaboration des notices des fichiers numérisés. []
  2. Morin E., Commune en France, la métamorphose de Plodémet, Fayard, 1967. ; Burguière A., Bretons de Plozévet, Flammarion, 1975. ; MATHIEU N., Les transformations économiques et sociales de Plozévet 1820-1920, AUDIR, Hachette, Paris, 1973 ; Pelras C., Goulien, une commune bretonne du Cap Sizun, Presses universitaires de Rennes, 2000 ; Morin E., Journal de Plozévet, Bretagne 1965, (préparé et commenté par Bernard Paillard), Éditions de l’Aube, 2001. []
  3. Les Pêcheurs de Pors Poulhan, Les Gestes du repas, Le Costume, Les Agriculteurs, Au Bourg. []
  4. Chatriot A., Duclert  V. , Le gouvernement de la Recherche (1953-1969), Paris, La Découverte « Recherches », 2006, 418 p. []
  5. Robert Gessain (1907-1986) est à la fois médecin, anthropologue et psychanalyste. Sa spécialisation dans le monde arctique fait suite à une première expérience : la traversée de l’Islandis du Groenland qu’il entreprend avec Paul-Émile Victor et deux autres compagnons (1935). Robert Gessain devient spécialiste des Eskimos d’Ammassalik, objet de sa thèse. Lors de son passage à la Fondation d’Alexis Carrel, il dirige l’équipe « Population », et y développe des études démographiques. Ce qui lui permet d’intégrer l’Institut national d’études démographique (INED) dès sa création. En 1958, il devient sous-directeur du Musée de l’Homme et, en 1966, directeur de son Centre de recherches anthropologiques. Initiateur de l’enquête de Plozévet, il en est le coordinateur. []
  6. Drouard A. Une inconnue des sciences sociales La Fondation Alexis Carrel 1941-1945, Paris, INED, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1992, 560 p. []
  7. « À l’origine, je souhaitais au fond qu’on étudiât à Plozévet les problèmes humains, c’est-à-dire l’ensemble de ce qu’Alexis Carrel comprenait en ces termes ». []
  8. Si en anthropologie on étudie de préférence de petites unités de population, celles-ci sont définies selon différents critères selon qu’on s’intéresse à la tribu, au village, à l’ethnie, etc. L’isolat présuppose que l’apparentement biologique est déterminant. []
  9. Un programme qui l’amenait à promouvoir au Centre d’étude anthropologique (CRA) au Musée de l’Homme ce type de recherches. Deux sites exotiques étaient retenus, au Groenland chez les Inuits d’Amassalik, au Sénégal chez les Bassari et les Bedik de la région de Kéroudou, ce dernier projet étant lui-même financé par le CADES, et deux autres, pour comparaison, en Bretagne à Plozévet et à Goulien. []
  10. Sutter J., avec la collaboration de J-M. Goux, G. Desse , P.-R. Giot P-R., F. Reynès, La luxation congénitale de la hanche, Paris, Presses Universitaires de France, 1972. []
  11. Une longue tradition scolaire a permis à de jeunes Plozévétiens d’embrasser une carrière universitaire ou scientifique. Ce que découvriront plus tard les chercheurs en s’apercevant qu’à l’époque 17 agrégés étaient issus de Plozévet, comme le recteur d’Académie, Henri Le Moal, et un membre de l’Académie des sciences, Henri Normant, bientôt rejoint par son fils, Jean. La commune avait aussi donné des lettrés de renom comme Pierre Trépos, compère de Pierre Jakez Hélias. []
  12. Pelras C., Goulien, commune bretonne du Cap Sizun. Entre XIXe siècle et IIIe millénaire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, 486 p., tableaux, cartes, figures, photos. []
  13. Burguière A., « Plozévet, une mystique de l’interdisciplinarité ? », Cahiers du Centre de recherche historique, n° 36, octobre 2005, p. 231-263 [Numéro thématique : « Pour une histoire de la recherche collective en sciences sociales. Réflexions autour du cinquantenaire du Centre de recherches historiques »]. []
  14. « Les manifestations d’insatisfaction du monde agricole et rural ont, à de nombreuses reprises, alerté l’opinion aussi bien que les pouvoirs publics. La division de la population selon l’habitat – rural ou urbain – ou selon l’activité – agricole ou non agricole – repose sur de nombreux critères. Le Comité a estimé qu’une des conséquences de recherche appliquée des plus évidentes de l’enquête sur le monde agricole et rural devait être la détermination scientifique de ces causes d’inadaptation et d’insatisfaction » (DGRST, Fonds de développement, 1961, p. 100), cité par Alain Chatriot et Vincent Duclert, « Fonder une politique de recherche : les débuts de la DGRST », in L’État à l’épreuve des sciences sociales, La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, sous la direction de Bezes P., Chauvière M., Chevalier J., de Montricher N., Ocqueteau F., Paris, La Découverte, 2005, p. 32. []
  15. Pour plus d’informations, voir Paillard B.,. Simon J..F., Le Gall L. (sous la direction de) : En France rurale, les enquêtes interdisciplinaires depuis 1960, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 393 pages. []
  16. Paillard B., « Une enquête pluridisciplinaire en sciences humaines. Plozévet (1961-1965) : son histoire, ses archives », La Gazette des archivistes, n°212, pp. 57-67. []
  17. À la suite de la parution de son ouvrage, une controverse s’est engagée avec le groupe des chercheurs en Histoire, ceux-ci reprochant à Edgar Morin un certain nombre d’erreurs historiques factuelles et, surtout, d’avoir pillé, sinon plagié, leurs études. Une querelle redevable de la mise sous embargo de la publication des résultats de chaque étude, jusqu’à la parution de la synthèse d’André Burguière , une règle qu’Edgar Morin avait d’autant moins respectée qu’il lui avait été signifié que la DGRST encourageait les publications. Cependant, l’accusation de « pillage » en dit long sur le climat régnant entre les chercheurs de cette enquête interdisciplinaire : aucun débat serein ne fut organisé entre eux, alors que des différences d’interprétations étaient tout à fait légitimes. []
  18. Voir note 1. []
  19. Paillard B., “Plozévet : la méthode in vivo selon Edgar Morin”, Chemins de formation, n°10/11, Université de Nantes, 2007, pp 34-46. []
  20. Dastum collecte et valorise du patrimoine oral et musical breton : http://www.dastum.net/ []
  21. B Bonnemason , V. Ginouvès , V. Pérennou , Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données, Saint-Jouin-de-Milly (79380) : Modal (diff. FAMDT, 90 rue Jean-Jaurès, BP 136, F-79204 Parthenay Cedex), 2001. 186 p. []
  22. En 1990, pour le cinquantième anniversaire du CNRS, François Kourlisky, alors Directeur général du CNRS, demanda à Edgar Morin, Directeur émérite au CNRS, d’imaginer une manifestation autre que les inévitables conférences officielles. Estimant que les citoyens étaient de plus en plus troublés par certaines applications techniques des connaissances scientifiques, il préconisa d’instituer des dialogues directs avec les chercheurs sur des thèmes « sciences et société ». Considérant que les jeunes devaient être un public prioritaire, il recommanda d’organiser des rencontres entre eux et des chercheurs. Ainsi, la première « Rencontre du CNRS d’Arc-et-Senans » réunit une centaine de chercheurs et quelque 400 jeunes sur le thème « Dans un monde qui bouge, quels nouveaux repères ».
    Après la troisième édition tenue en 1993 à Arc-et-Semans, cette manifestation, appelée depuis Rencontres CNRS « Sciences & Citoyens », puis rencontres CNRS Jeunes « Sciences & Citoyens » se tient désormais au Futuroscope de Poitiers. Réunissant plus de 500 jeunes et une centaine de chercheurs le premier week-end de novembre, elle s’organiser autour de dix ateliers où les données de la science sont mises en débat.
    En 2002, forte de ce succès national, la Mission à l’information scientifique et technique du CNRS (devenue depuis Direction de la communication scientifique et technique) décide d’organiser de telles rencontres dans les régions, sous l’égide de sa « mission jeunes ». Une occasion saisie par Bernard Paillard pour organiser, avec la délégation régionale du CNRS Bretagne – Pays de la Loire une telle manifestation à Plozévet. Devant le succès remporté, elle fut pérennisée. []
  23. Voir Paillard B. Simon J.F., Le Gall L. (sous la direction de) : En France rurale, les enquêtes interdisciplinaires depuis 1960, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010. []
  24. Notons que nous n’avons pas à notre disposition les fonds photographiques. Cependant, les quelques photos retrouvées dans les archives d’Edgar Morin sont exploitées : repérage des personnes et des lieux concernés, enquêtes relatives aux transformations de ces derniers. Ainsi, un ensemble de photographies représentant divers types d’habitat fait l’objet d’un tel traitement. Ce qui permet de suivre, à travers les modifications de ces maisons, l’évolution dans les conceptions de leur aménagement tant intérieur qu’extérieur, comme celle de l’art de vivre familial et le quotidien. []
  25. Cf, infra, page 22. []
  26. Devenu Musée des civilisations européennes et méditerranéennes (MUCEM). []
  27. Le fonds plozévétien de Donatien Laurent s’intègre dans un corpus plus vaste (700 bandes) représentant sa collecte de chansons bretonnes de tradition orale, réalisée en Basse-Bretagne, de 1955 à 1975, « auprès de personnes âgées et souvent monolingues ». CF : notice descriptive du fonds sur http://www.numerique.culture.fr/mpf/pub-fr/document.html?id=FR-DC-X0002_001, consulté le 8 octobre 2010. []
  28. Goyat G., Chansons traditionnelles du pays bigouden, « Eur Vigoudenn o kana », 2ème édition revue et augmentée, Brest, Emgleo Breiz, 2008. []
  29. voir supra []
  30. Voir : http://plozevet.hypotheses.org/1515 []
  31. voir supra []
  32. Rappelons que Plozarch doit se dérouler, théoriquement, sur une durée de 3 ans seulement, avec l’incertitude du renouvellement annuel. Il conviendrait donc d’envisager un Plozarch 2 permettant de perpétuer le contrat de la coordonatrice locale. Ce qui pose le problème crucial des lignes budgétaires sur lesquelles nous pourrions émarger. []
  33. Le bein-youd (bouillie d’algues en breton) est le nom local d’une petite algue rouge, le Chondrus cripus, qui pousse naturellement sur les roches de l’estran. Récolté manuellement lors des grandes marées de vive eau, il est vendu à la société américaine Cargill. On en tire un produit gélifiant, les carragénanes, aux utilisations diverses, et pas seulement dans l’alimentaire. Voir  Pérez, R., Ces algues qui nous entourent. Conception actuelle, rôle dans la biosphère, utilisation, culture, Éditions de l’Ifremer, 1997, 272 p. Et : http://plozevet.hypotheses.org/1863 []
  34. Guilcher, J. M., La Tradition populaire de danse en Basse-Bretagne, Paris, La Haye, Mouton and C°, « Études européennes I », 1963, 615 pages. []
  35. En outre, il faut noter que, sans l’éméritat que le CNRS a accordé à Bernard Paillard pour ces deux projets, ils n’auraient pas vu le jour.  Mais, cette situation ne pouvant garantir leur stabilité institutionnelle, une « relève » deviendra nécessaire. Si Aurélie Hess-Miglioretti, ingénieure d’études au CNRS, est co-responsable au CERHIO de Plozcorpus, l’avenir des deux projets serait mieux assuré si Eugénie Ollivier et Laure Welschen avaient des perspectives de travail autres que des contrats annuels, voire parfois moins, dont le renouvellement est toujours incertain. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.