Mémoires filmées, mémoires retrouvées, par Lisa D’Orazio

Communication dans le cadre du colloque Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices (30 novembre 2010, MMSH) par Lisa D’Orazio, UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse.

***

Il apparaît désormais établi que le patrimoine englobe aussi bien des formes matérielles (architecture, objets, arts plastiques) qu’intangibles (danses, chants, coutumes, légendes, savoir-faire, connaissances). En effet, si longtemps la notion de patrimoine a été réduite à ses composantes tangibles (sites aménagés, bâtiments, objets d’art, collections archéologiques et muséologiques), nous assistons à une sensibilité croissante pour ses composants immatériels. Nous avons choisi pour notre part de nous intéresser à un aspect de ce patrimoine immatériel, à savoir les films amateurs déposés depuis 10 ans à la Cinémathèque de Corse. Ces films mis à notre disposition par cet organisme sont exclusivement des films de famille, réalisés entre 1930 et 1980 en 16, 8 ou 9 mm. Tournés en Corse, au Maroc, en Algérie, dans divers pays d’Europe, ils s’inscrivent pleinement dans le processus d’élaboration d’une mémoire collective. Car aujourd’hui, dans un contexte de profondes transformations économiques et sociales, la conservation et la transmission des héritages matériels et immatériels revêtent ainsi, dans la culture occidentale pour le moins, un enjeu mémoriel et identitaire de plus en plus affirmé. Cependant il est intéressant de s’interroger sur la manière de traiter de ce patrimoine immatériel ? La question reste en effet d’actualité.

La volonté de conserver et de traiter des films amateurs ne se fait pas sans interrogations. L’on peut ainsi se demander quels choix sont faits par les acteurs de la construction d’une mémoire et d’une identité corses ? En gardant à l’esprit, comme l’affirme Dominique Wolton, qu’il s’agit d’une « identité relationnelle » celle de l’ouverture, celle « d’une Corse, vue comme un point de rencontre »1. Dès lors, comment pouvoir définir si tel ou tel film a un intérêt patrimonial ? Les lieux, le thème traité, le fait que le réalisateur soit corse ou pas, telles sont les questions qu’impose le traitement de ces films ? Il s’agit en effet de s’interroger sur la pertinence historique et patrimoniale de ces films. Pourquoi exclure certains films qui peuvent paraître non congruents avec une certaine image de l’île ? Quel est alors l’impact « identitaire » de ce type de film ?

Pour répondre à ces interrogations, nous nous intéresserons au travail d’archivage et de valorisation de ces films amateurs menés au sein de la Cinémathèque de Corse (Cette cinémathèque créée par l’association « La Corse et le Cinéma » fondée par Jean-Pierre Mattei, cinéphile érudit, comprend plus de 3000 films, archives, affiches et photos). Mais aussi au travail mené par l’UMR LISA 6240  et par la Médiathèque culturelle de la Corse et des Corses de l’Université de Corse, soutenue par la Collectivité territoriale de Corse. Le propos s’articulera donc sur les questions de construction de « l’identité », de patrimonialisation et de mémoires partagées en Méditerranée.

1. Collecter, inventorier, identifier ces mémoires filmées

Le travail sur les fonds amateurs existant à la Cinémathèque de Corse a débuté en décembre 2009 dans le cadre d’un post-doctorat mené au sein de l’UMR LISA 6240. Celui-ci s’intègre aux contenus documentaires rassemblés en collections et classés par sujet, par thème et par axe de recherche (conformément aux travaux effectués au sein de l’UMR 6240 LISA) de la Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses (M3C). Celle-ci est un outil de diffusion des savoirs anciens, populaires, folkloriques et scientifiques tout comme un instrument de recherche efficace mis au service des enseignants, des chercheurs et des étudiants de troisième cycle qui effectuent leur cursus à l’Université et est conçue au sein de l’Unité Mixte de Recherche CNRS 6240 LISA (et non pas au Service Commun de Documentation), comme outil de collecte, diffusion et valorisation des données établies dans le cadre des travaux du thème « Identités, cultures : les processus de patrimonialisation ». Elle inclut une banque générale de données qui valorise la caractérisation territoriale et les données capitalisées par le biais d’une approche interdisciplinaire.

La politique d’acquisition de la Médiathèque culturelle de la Corse et des Corses fonde ainsi son activité numérique à partir de documents dits « organiques ou du moins préexistants (fonds, collections) »  ou « de corpus « inventés » par des chercheurs » issus de leurs propres travaux de recherche (rapport de fouilles, contenu d’enquêtes). L’ensemble est réparti de manière cohérente afin de proposer à terme une base de données thématique sur la Corse. Cette banque  de données qui permet la structuration et le stockage des informations, s’appuie donc sur la mise en œuvre de logiciels de consultation et d’outils de diffusion qui tiendront une place importante dans notre projet. En effet, un système d’information patrimoniale dans lequel figurent notamment des données de type « patrimoine social » requiert une certaine évolutivité et une gestion multifonctionnelle.

Le but de ce travail mené avec la Cinémathèque de Corse et l’UMR LISA, est, grâce à l’identification d’images au contenu historique pertinent, de constituer une base de données et un catalogue pour cette Médiathèque culturelle de la Corse et des Corses afin de préserver cette mémoire. Cependant, dans le cadre de notre projet, il faut souligner que l’objectif n’est pas tant de constituer un fonds audiovisuel que de renseigner les utilisateurs sur l’existence d’un fonds audiovisuel (100 heures de films amateurs allant de 1930 à 1980) à la Cinémathèque de Porto-Vecchio dont la Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses sert de passerelle ou de portail transitoire puisqu’elle est supposée faire la recension de la plus grande partie possible du fonds corse existant actuellement.

Nous avons effectué pour cela un inventaire des sources disponibles à la Cinémathèque au moyen de fiches types réalisées avec l’équipe de la Médiathèque. Ce travail permettra donc, suite à l’inventaire et à la collecte de ces fonds, de réaliser la numérisation d’extraits pertinents qui seront contextualisés et classés par thèmes. C’est donc un travail d’élucidation que nous avons mené dans un premier temps. Il s’agira par la suite de numériser des extraits de ces fonds très riches et de les rendre consultables sous forme de notices et de fichiers vidéo en ligne. Ces extraits seront sélectionnés selon leur pertinence.

Par la suite, ces documents s’intègreront dans le projet de la Médiathèque conçue comme un outil de visualisation et d’aide à l’analyse des phénomènes culturels, anthropologiques, archéologiques, historiques, littéraires et linguistiques étudiés depuis vingt ans à l’Université de Corse. En conformité scientifique avec le thème de recherche de l’UMR CNRS 6240 LISA intitulé « Identité, culture : les processus de patrimonialisation », la sélection des objets documentaires à traiter s’effectuera ici selon le choix natif et préétabli de réunir l’ensemble des ressources du savoir relatif à la Corse, son identité, sa culture, son patrimoine.

Ainsi, le but du travail sur ces sources sera alors avant tout le regroupement des données, des savoirs et des productions répertoriés et analysés de manière à en accroître la lisibilité et l’accessibilité pour les chercheurs comme pour les différents usagers. Il s’agira de constituer un patrimoine audiovisuel qui pourra nourrir la recherche future et alimenter notre mémoire collective. Notre but final est avant tout la transmission de cette mémoire en partenariat avec l’UMRS CNRS 6240 LISA et la Cinémathèque de Corse.

2. De la difficulté à traiter de fonds amateurs

Aujourd’hui encore, l’intérêt de ce type de sources est discuté dans le cadre de la recherche. On peut se demander, lorsque l’on réalise un tel travail d’inventaire, quelle valeur scientifique peut-on accorder à ces sources ?

Les sciences humaines ont fortement étendu leurs objets d’étude et les documents qu’elle convoque à ses fins, notamment lorsque l’on prend l’exemple de l’histoire. Marc Ferro fut un précurseur dans ce domaine2 ainsi que Pierre Sorlin3. Ceux-ci démontrèrent notamment que le cinéma pouvait être un moyen d’élaborer une « contre analyse de la société » et de construire une « contre histoire » en marge des discours officiels4. Cependant, pendant longtemps, les réticences et suspicions à l’égard des images animées demeurèrent tenaces. Par ailleurs, les choses n’évoluèrent considérablement qu’à la fin des années 1970 sous l’impulsion de l’IEP (Institut d’Etudes Politiques) de Paris comme en témoigne l’ouvrage paru en 1983 écrit par Jean-Noël Jeanneney, professeur à l’Institut, et par Monique Sauvage, chargée de recherche à l’INA (Institut National de l’Audiovisuel), intitulé Télévision, nouvelle mémoire : les magazines de grands reportages5. Les historiens ont alors pris conscience de l’intérêt des documents audiovisuels, mais aussi d’une étude centrée sur la télévision pour des domaines de recherches tels que la mémoire ou l’histoire des pratiques culturelles contemporaines.

Néanmoins, ce genre de travaux demeure encore marginal. Concernant le film amateur, il a fallu attendre ces dernières années pour que de nombreuses rencontres professionnelles, notamment dans le cadre des cinémathèques, permettent de prendre la mesure de l’importance du patrimoine audiovisuel dans la constitution et la transmission d’une mémoire collective contemporaine partagée. Autrefois réservées au secteur professionnel,  ces archives lorsqu’elles ont été préservées, sont devenues une source inestimable pour celui qui souhaite étudier, comprendre  et transmettre les éléments clés d’une mémoire des XXe et XXIe siècles.

Concernant la Corse, la Cinémathèque a joué un rôle important dans la conservation et la valorisation de ces sources, notamment en permettant des recherches dans ce domaine. L’on peut citer l’ouvrage de Pascal Génot sur La Corse au regard du film amateur, Porto-Vecchio et sa région6. Ce type de travail sur ces sources, nous permet alors d’approcher les représentations, les sensibilités et l’imaginaire collectif des Corses. Car à travers les films amateurs c’est une histoire contemporaine de l’île que l’on appréhende par touche.

3. Le film amateur : des questions de « mémoire » et « d’identité »

Si le cinéma amateur est créateur d’un système de représentation, il est aussi vecteur de mémoire. Par mémoire, on entend évidemment tant les mécanismes de rappel et de recouvrement du souvenir, que les processus dynamiques et génératifs de relecture des représentations sociales collectives, étroitement liés à la question des identités présentes, que les souvenirs eux-mêmes7. Désormais stockable sans limites d’espace ni de durée, la mémoire peut également être partagée comme jamais auparavant. Dès lors, la « mémoire » surgit comme un « sémiophore »8, considérée comme un signe, un « objet visible de toute signification », qui constitue le support d’une identité individuelle ou collective qu’il faut à tout prix préserver sous peine quasi d’anéantissement9. En d’autres termes, la possession de « mémoire » apparaît comme vitale pour nos sociétés contemporaines. Par conséquent, le recours à la mémoire semblerait être un moyen efficace pour fabriquer du « collectif », elle apparaît comme un pilier privilégié sinon principal de l’identité. Nous pouvons cependant nous demander dans quelle mesure ce cinéma contribue à forger la mémoire d’une région et l’identité ? Car la mémoire est en effet un élément essentiel de ce qu’on appelle désormais l’identité individuelle ou collective, dont la quête est une des activités fondamentales des individus et des sociétés d’aujourd’hui.

Nous assistons ainsi à une « demande de mémoire » qui explique, en partie, le succès de ces images amateurs auprès du public, images qui  traitent de récits de vie, de la mémoire de communautés, de pratiques en voie de disparition… Par conséquent ces films amateurs, même s’ils sont le reflet d’une mémoire individuelle s’inscrivent donc dans un processus de mise en scène d’une mémoire collective. Réalisés entre 1930 et 1980, ils offrent certes un regard régional sur des savoir-faire, des pratiques, la famille, la politique et le sport. Sont en effet nombreuses, les scènes de loisirs, mais aussi les meetings politiques, les kermesses ou diverses rencontres qui permettent à une communauté de se retrouver.

En outre, ces films n’ont pas qu’un impact régional, ils ont aussi une dimension méditerranéenne. En effet, la Corse, étant une île de migrants, fut au cœur des processus de décolonisation qui touchèrent la France. De nombreux fonds traitent de cette thématique. Le fonds le plus important, à ce propos, est celui de Marcel Santoni, originaire de Pietroso. Cet homme, ancien résistant, a vécu aux colonies (Maroc, Sénégal) où il travaillait dans la haute administration. Ces films montrent cette vie des Corses aux colonies (Amicales, Réunions) mais aussi les mutations de son village qui se modernise à chacun de ses retours en vacances. Antoine-Fortuné Carcassi, originaire de Bocognano est, lui aussi, un de ces Corses des colonies. Policier en Tunisie, il filme le quotidien mais aussi la fin du protectorat. Ces films montrent nettement la montée des tensions. Enfin, la famille Arrighi-Guerrini, originaire d’Ajaccio a vécu au Niger et en Indonésie. Leurs films montrent aussi le quotidien d’une famille de Corse aisée dont le père travaille dans la haute administration.

Actuellement ces scènes revêtent une importance particulière pour le chercheur, car le contexte actuel est, par conséquent, marqué par une « boulimie de mémoire ». Cette thématique revêt une importance particulière au niveau mondial, mais elle est encore plus prégnante en Méditerranée et en Corse. Il s’agit, il est vrai, d’un espace de civilisations simultanées et superposées dont l’originalité réside dans une riche combinaison d’affrontements, de convergences et d’influences croisées10. Il est d’ailleurs à noter, selon le mot de Thierry Fabre11, que le monde méditerranéen est régi, par un « trop plein de mémoire ».

L’île est une de ces mémoires difficiles et conflictuelles qui existent de part et d’autre du bassin méditerranéen. Pour conclure, l’on peut donc affirmer que la construction d’une « mémoire collective » et la sauvegarde d’une identité sont des éléments majeurs de réflexion en Méditerranée et en Corse12. Dans ce contexte, le cinéma amateur est alors un enjeu mémoriel.

Conclusion

Désormais, l’utilisation de films amateurs par différents acteurs culturels insulaires (cinémathèque, chercheurs, télévision, musées, etc.) va croissant. Elle tend à devenir un élément habituel de la recherche, de la diffusion et de l’exposition, comme le sont aujourd’hui l’enquête orale, l’usage d’archives audiovisuelles professionnelles ou de photographies d’époque. Corollaires et initiatrices de cet intérêt pour le film amateur, les cinémathèques comme la Cinémathèque de Corse et Cinémémoire, ainsi que les universités de Corse et de Provence, ou un projet scientifique comme l’ANR IMASUD vont renforcer ce mouvement. Car, si hier encore, il fallait faire la preuve de l’intérêt des films amateurs, de nos jours, ils sont reconnus comme une source scientifique à part entière. Les chercheurs doivent désormais partager ces images, partager cette mémoire.

Bibliographie sommaire

Photographie, film et vidéo de famille

  • Auer M. et Ory M., Histoire de la caméra ciné amateur, Les éditions de l’amateur, 1979.
  • Esquenazi J-P., « Le film de famille, vérité du cinéma », Médiascope, n°6, décembre 1993.

Corse

  • Arrighi J-M., Jehasse O., Histoire de la Corse et des Corses, Perrin 2007.
  • Arrighi J-M. (dir.), Le Mémorial des Corses, chronique de fin de siècle, 1981-2000, SARL le Mémorial des Corses, Ajaccio, 2001.
  • Arrighi P. (dir.), Histoire de la Corse, Privat, Paris, 1971.
  • Carrington D., La Corse, Etude, Arthaud, Paris, 2008.
  • D’Orazio L., La Corse au petit écran. Construction d’une identité méditerranéenne : imaginaire, culture et politique (1955/2007), sous la direction de B. Cousin et M. Crivello, Université de Provence, 2009. (http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00483807/fr/)
  • Dottelonde P., Histoire de la revendication corse. 1959-1974, Thèse de troisième cycle de l’IEP Paris, 1984.
  • Ettori F., Ravis-Giordani G. (dir.), Corse : écologie, économie, art, littérature, langue, histoire, traditions populaires, Encyclopédies régionales, Édition Christine Bonneton, Bordeaux, 1979.
  • Génot P., La Corse au regard du film amateur, Porto-Vecchio et sa région, éditions A. Piazzola, Cinémathèque de Corse, Ajaccio, 2003.
  • Griscelli S., L’image de la Corse et le voyage dans l’île (1840-1860), doctorat, Poli J-D. (dir), Université de Corse, 2007.
  • Jeoffroy-Faggianielli P., L’image de la Corse dans la littérature romantique française, PUF, Paris, 1978.
  • Martinetti J., Lefèvre M., Géopolitique de la Corse, Armand Colin, Paris, 2008.
  • Mattei J-P., La Corse et le cinéma, tome  I  – 1897-1929, Editions A. Piazzola, Cinémathèque de Corse, Ajaccio, 1996.
  • Mattei J-P., La Corse,  les Corses et le Cinéma. 50 ans de cinéma parlant, tome II – 1929-1980, Editions A. Piazzola, Cinémathèque de Corse, Ajaccio, 2008.
  • Meistersheim A., Figures de l’île, DCL Editions, Ajaccio, 2001.
  • Pomponi F. (dir.), Le Mémorial des Corses, SARL le Mémorial des Corses, Ajaccio, 1982.
  • Ravis-Giordani G. (dir.), L’île miroir, La Marge, Ajaccio, 1989.
  • Serpentini A-L., Dictionnaire historique de la Corse, Albiana, Ajaccio, 2006.
  • Thiers G., Papiers d’identité, Albiana, Ajaccio, 2008.
  • Venturini M-M., « Les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) au service du développement territorial dans la construction des savoirs », Communication et Organisation, n° 27, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, juin 2005.
  • Verdoni D., « Inventaire et valorisation des patrimoines socioculturels, La Corse : ethnographie contemporaine » Ethnologie française, 2008.
  • Vergé-Franceschi M., Histoire de la Corse, Le Félin, Paris, 1996.

Cinémathèque de Corse

Cinémathèque de Corse, Espace Jean-Paul de Rocca Serra, BP 50, 20537 Porto-Vecchio, cedex

Biographie

Ingénieur de recherche à l’UMR CNRS 6240 LISA, Université de Corse Pasquale Paoli pour le projet M3C (Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses) au sein du thème de recherche ICPP (Identité et Culture : les Processus de Patrimonialisation), Lisa D’Orazio travaille actuellement sur les films amateurs à la Cinémathèque de Corse à la suite d’un Post-doctorat à l’UMR CNRS 6240 LISA de l’Université de Corse mené sous la direction de Mme le Professeur Dominique Verdoni. Docteur en histoire, elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Mme le Professeur Maryline Crivello et M. le Professeur émérite Bernard Cousin, intitulée « La Corse au petit écran. Construction d’une identité en Méditerranée : imaginaire, culture et politique (1955/2007) » à l’Université de Provence en 2009.
Mail : lisa.dorazio@laposte.net

> Crédit photo : Super 8 movie camera standard model in 1975 – Automatic exposure, Reflex and Zoom – personal picture via Wikimedia Commons.

  1. Conférence de Dominique Wolton à Ajaccio, juin 2010. []
  2. M. Ferro, Film et histoire, collection L’histoire et ses représentations, Éditions de l’EHESS, Paris, 1984. []
  3. P. Sorlin, Esthétique de l’Audiovisuel, Nathan, 1992 []
  4. Idem []
  5. J-N. Jeanneney et M. Sauvage, Télévision, nouvelle mémoire : les magazines de grands reportages 1956-1968, op. cit. []
  6. P. Génot, La Corse au regard du film amateur, Porto-Vecchio et sa région, éditions A. Piazzola, Cinémathèque de Corse, Ajaccio, 2003. []
  7. K. Pomian, L’ordre du temps, Gallimard, Paris, 1984, p.22. []
  8. Idem []
  9. Idem []
  10. T. Fabre, Les Représentations de la Méditerranée, Maisonneuve et Larose, Paris, 2000. []
  11. Idem []
  12. Idem []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.