Le chercheur et ses sources audiovisuelles : enjeux éthiques et scientifiques dans le cas de commandes publiques, par Corinne Cassé

Communication dans le cadre du colloque Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices (30 novembre 2010, MMSH) par Corinne Cassé, directrice de l’association Paroles Vives (Marseille).

***

Si le multimédia existe depuis l’apparition de la photographie et du film, ces derniers étaient plutôt destinés à quelques chercheurs, diffusés dans un cadre restreint et rarement aux populations enquêtées. On assiste depuis plusieurs années en ethnologie et plus largement dans toutes les sciences humaines et sociales, au développement accru de la production de matériaux multimédia de qualité, directement sur le terrain. L’accessibilité, d’un point de vue technique et en terme de coût des nouvelles technologies facilite ces pratiques au niveau individuel.

Aujourd’hui le chercheur est amené à devenir autonome dans cette production en développant ses compétences techniques pour quatre raisons qui nous paraissent essentielles :

  • le croisement des données issues de sources diverses, qui devient indispensable à l’analyse scientifique ;
  • l’obligation croissante de citer l’intégralité de ses sources ;
  • le cahier des charges des commanditaires d’études prévoyant, en sus d’un rapport écrit, tous les matériaux analysés ;
  • enfin, une présentation des analyses et des matériaux collectés aux populations enquêtées.

Par ailleurs la recherche concerne d’autres espaces que celui de la recherche académique : le secteur privé (associatif, le monde de l’entreprise), les collectivités territoriales, les réseaux de professionnels spécialisés font appel aux compétences scientifiques pour produire de la donnée. Dans ces cas, la restitution des matériaux collectés est une condition importante, voire essentielle, de la commande.

Cette accélération de pratiques de captation n’est pas forcément accompagnée d’une dynamique équivalente en terme de conservation et de diffusion de la donnée. Les outils de conservation (logiciels, services spécialisés, réseaux compétents, modalités de partage et de convention partenariale) demandent à être mieux connus et mieux utilisés par les chercheurs. Mais, en amont, les pratiques relatives au partage éventuel de la donnée, et donc la question de son statut, doivent être réinterrogées par la recherche.

L’association Paroles Vives propose trois exemples de chantiers distincts pour illustrer ses avancées et réflexions sur les questions soulevées par le colloque.

Quelques exemples de chantiers de collectage de paroles

  1. En 2005 l’association Paroles Vives répondait à la commande de la conservatrice du musée d’archéologie d’Istres1, Martine Sciallano2. Intéressée par l’insertion dans son espace muséographique d’expositions temporaires sur l’histoire et la culture locales elle désirait sauvegarder l’histoire d’un site en mutation, la friche industrielle de Rassuen. La commande consistait en une collecte de la mémoire ouvrière de cette usine de produits chimiques puis d’engrais, ayant participé au développement du hameau depuis la fin du 19ème siècle. Une dizaine d’entretiens ont été collectés3, numérisés, documentés par l’association, sauvegardés sur CD et déposés au musée d’Istres et sur le serveur de la MMSH. Les thématiques couvraient la vie et les carrières des ouvriers et des cadres, l’immigration italienne et maghrébine, les mouvements sociaux et les différentes productions (savon, produits chimiques, engrais). Une collection de copies de photographies du comité d’entreprise de l’usine accompagne ces entretiens. Les droits patrimoniaux ont été obtenus pour l’ensemble de ces archives. Un service multimédia du financeur de ces travaux4, le Syndicat d’Agglomération Nouvelle Ouest Provence, fut investi durant le terrain ethnographique pour la production d’un documentaire. En dehors des matériaux de terrain, l’association a produit pour le Musée un scénario d’exposition multimédia qui, suite à un changement de postes au sein du musée, n’a pu malheureusement aboutir.
  2. L’année suivante, l’association entreprit, en collaboration étroite avec la direction des archives départementales des Bouches-du-Rhône5 et la phonothèque de la MMSH, le collectage de la mémoire arménienne des descendants de rescapés du génocide de 1915 dans les Bouches-du-Rhône. Ce chantier aboutit au dépôt de plus de 160 heures d’enregistrement de récits. Les thématiques traitent des souvenirs transmis au sein des familles, de la notion d’identité et de culture arméniennes, de la composition d’une identité plurielle et de sa transmission aux générations futures. Une annexe méthodologique accompagne ce dépôt ; elle décrit les choix de l’association, du commanditaire de l’étude et du comité scientifique supervisant le chantier concernant la constitution du panel d’informateurs,  la grille d’enquête, le format de numérisation et du traitement documentaire. Ces entretiens sont accessibles en salle de lecture des AD13 et sur le serveur de la phonothèque de la MMSH6. Les services juridiques du Conseil Général et des archives ont produit à l’occasion de ce chantier un contrat de cession de droits adaptés à leurs besoins et aux besoins du partenaire technique, la phonothèque de la MMSH. L’intégralité des droits ont été obtenus pour les 162 heures.
  3. Dernier exemple, en 2008 l’association était retenue dans le cadre d’un marché public CG13, pour la réalisation d’enquêtes ethnographiques pour le compte du Museon Arlaten. Ses thématiques d’enquêtes concernaient  l’élection de la Reine d’Arles, des groupes folkloriques et de tradition et le monde de la bouvine7. Ces enquêtes participent aux collections dédiées au musée et intégreront dans le futur ses expositions et ses publications multimédia. Les droits obtenus couvrent cette exploitation et la diffusion, sous certaines conditions, via le serveur de la phonothèque de la MMSH.

Comment partager des enregistrements d’entretiens ethnographiques ?

Acquérir les droits patrimoniaux suffisants

Le partage de telles archives repose sur plusieurs conditions :

  • l’acquisition des droits auprès des premiers producteurs (les témoins sources de l’information) ;
  • la communication claire et explicite sur l’usage potentiel de ces données et les partenaires futurs de la restitution ;
  • enfin un traitement informatique et documentaire interopérables pour identifier le fonds.

Sur la question du traitement documentaire nous avons toujours procédé selon les préconisations du “Guide d’analyse documentaire du son inédit” publié par l’AFAS8 et ce pour deux raisons : nous souhaitions indexer nos collections selon des outils standards et interopérables, et ce guide était utilisé au sein de la phonothèque de la MMSH qui fut, à chaque chantier, notre partenaire technique privilégié dans ce domaine.

Au cours de nos trois chantiers, nous avons systématiquement informé nos témoins de notre démarche de patrimonialisation et de prospection ethnographique. Si toute la complexité de cette dernière n’était pas intégralement exposée, les deux termes étaient intimement liés dans un ensemble logique. Pour certaines personnes, si la légitimité de leur histoire en tant qu’objet culturel commun n’était pas acquise, la signature d’un contrat se comprenait comme la condition permettant à un service patrimonial d’effectuer son travail. De ce point de vue, les informateurs ont tous manifesté leur soutien à leur institution locale, identifiée comme pôle de valorisation culturelle en territoire. Ce fut le cas pour le musée d’Istres et le Museon Arlaten d’Arles. Le cas d’une institution plus éloignée d’eux, comme la MMSH, demandait plus d’explications. À l’inverse, dans l’exemple particulier de la mémoire arménienne, dans un contexte d’anniversaire du génocide et d’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, la portée forte d’une démarche patrimoniale et le désir des témoins de déposer, primaient sur les détails de fonctionnement et l’identité des institutions dépositaires des archives.

Nous avons découvert, lors de nos terrains successifs, le caractère innovant d’une signature systématique de contrat de cession de droits patrimoniaux sur l’oralité. En effet, renseignements pris auprès d’institutions patrimoniales diverses, l’écriture d’un contrat est parfois reléguée aux questions subalternes, voire non traitée. La communication de l’archive est faite alors sans contrat. L’institution préfère une telle exploitation, au risque de devoir annuler la diffusion d’une archive à la demande d’un témoin. Partant, tout le processus de réflexion et d’écriture autour d’un tel contrat est négligé.

Pour notre part, nous avions eu connaissance des travaux d’un juriste, Ludovic Le Draoullec et de ses modèles de contrats destinés à l’utilisation des corpus oraux. Ces travaux nous ont servi de base de discussion lors de la mise en place de nos chantiers avec chacun de nos commanditaires qui, tous, exigeaient cette condition d’enquête. ll faut noter ici un paramètre important de la commande : le prix du chantier étant négocié à la qualité mais aussi à la quantité d’archives livrées, la rémunération de nos enquêteurs étaient conditionnée par l’acquisition d’entretiens libres de droits.

Dans le cas des archives départementales, le collectage d’objets et papiers familiaux, vue la complexité de gestion de leurs droits, fut rejeté. Leur service juridique interne et celui du département, ont, suite à nos travaux, développés des modèles de contrat adapté à leurs usages. Cette création fut utile lors de nos chantiers suivants, par exemple pour le Museon Arlaten où nous avons été en mesure de proposer des contrats adaptés.

Une hypothèse peut se discuter ici : la place du chercheur et de sa propre opinion vis-à-vis du contrat de cession de droit semblent primordiaux dans l’acquisition de ceux-ci. L’utilisation d’un contrat est très contextuelle. Sa passation dépendra bien plus d’un contexte de collectage et de la rencontre interpersonnelle informateur-collecteur, plutôt que du sujet de l’enquête. Il apparaît, dans l’exemple des enquêtes sur Arles, alors que le musée et la phonothèque étaient liés par convention, que les refus de droits pour la phonothèque notamment se sont produits lorsque la place de la celle-ci n’était pas assez précise dans les représentations du chercheur ou que la place du musée primait. L’un des partenaires de restitution prenait alors le pas et l’équilibre de partenariat était rompu. Dès lors, l’intervention d’un des partenaires dans une démarche de restitution est illégitime pour le témoin qui veut réserver l’exclusivité de son archive à un périmètre territorial ou institutionnel.

Une autre entrave à la diffusion des archives peut-être la crainte d’une institution dépositaire de ne pas avoir la primeur de l’exploitation de ses collections. Peut-être devrions nous mieux communiquer et développer des argumentaires dans ce domaine sur les moyens de protection existants, les expériences positives de partenariats précédents, pour ne pas laisser les services patrimoniaux face à leurs inquiétudes. Le travail en réseau, permettant l’échange de données mais aussi d’outils appropriés et innovants, semble encore faible et peu développé. Lors de nos chantiers nous avons expérimenté l’utilité de vraies concertations avec nos commanditaires sur le sujet des partenariats, des places et rôles de chacun, de l’utilisation des contrats de droits et des formats standards. Chaque fois que ces concertations étaient possibles, l’ensemble du travail s’en est trouvé facilité. Chaque fois que les concertations ont été ajournées ou trop rares, les difficultés se sont multipliées dans la communication avec le commanditaire, avec l’équipe des enquêteurs et, in fine, avec les informateurs sur le terrain.

L’intérêt pour une restitution finale de l’archive et sa communication doit être discuté en amont des terrains de collectage et doit faire consensus entre  le maître d’ouvrage, le maître d’œuvre et les chercheurs sur le terrain.

Le parti pris d’une institution préférant utiliser une archive sans droit plutôt que de la laisser au placard peut se comprendre : parfois selon l’ancienneté des collections, le coût que représente la recherche des ayants droits est rédhibitoire. Par contre la création de collections nouvelles sans acquisition de droits est plus incompréhensible de notre point de vue et pour une raison scientifique. Le contrat, au-delà d’autoriser l’utilisation d’une archive, peut en effet participer à la consolidation du statut du témoin et de son investissement dans une démarche complète de dépôt, de transmission volontaire et éveillée. De transmetteur passif il deviendrait actif dans la co-construction du sens avec le chercheur. Il n’est pas à craindre qu’une telle démarche déprécie la valeur du témoignage. De même qu’il n’est pas certain qu’une attitude passive soit garante de spontanéité ni d’objectivité. La signature d’un contrat n’est pas tant un problème d’espace à aménager sur le terrain mais peut-être plutôt un problème de légitimité d’une transmission de savoirs contractualisée. En effet, les arguments opposés à la signature d’un contrat parlent “d’intimité relationnelle” au cours des enquêtes, de “connivence” avec le témoin… Qualité de rapports qui semblent incompatibles avec la représentation d’un contrat. Dans notre démarche le contrat est synonyme de respect de l’individu et de ce qu’il produit, pour d’autres le contrat est une forme de violence et d’interférence dans le relationnel de l’enquête. En ce qui nous concerne il faut noter un paramètre important dans l’évolution de notre pensée méthodologique. Jamais auparavant, dans nos travaux de recueil de parole, en tant que chercheur, nous n’avions été à ce point confrontés à la nécessité d’acquérir des droits patrimoniaux sur les enregistrements. Cette acquisition conditionnelle à notre paiement, nous a permis tout un ensemble d’évolution sur la notion même de patrimoine et de statuts de « producteurs/propriétaires de savoir ».

Les conditions de diffusion

Indexer et contextualiser les contenus

Nos matériaux ont été créés et transférés dans des formats compatibles et légers : copie de  sauvegarde aux normes recommandées par la Bibliothèque Nationale de France9 et copie de consultation au format compressé. Les espaces physiques de dépôt ont dû évoluer au cours de nos chantiers : aux mètres linéaires nécessaires aux dépôts de CD audio et CR-Rom ont succédé les disques durs externes.

L’indexation s’est faite selon des procédures standardisées10, au plus près des besoins de nos commanditaires. L’objectif étant que ces matériaux puissent, dans le futur, intégrer des méta bases, être transférés sur d’autres supports ou être moissonnés. Cette mise à disposition du grand public dépend des autorisations et des possibilités techniques des institutions dépositaires.

Les procédures de protection de leur intégrité et de leurs droits avaient été négociées en amont. Les enregistrements n’ont subi aucune censure, aucune transformation. Leur copie est possible à certaines conditions et les institutions dépositaires se portent garantes de ces conditions. Le fait que les entretiens soient livrés dans leur version brute a nécessité une préparation spécifique du terrain. Les chercheurs collecteurs devaient garder cette caractéristique à l’esprit de façon permanente et permettre l’enregistrement de toutes les paroles sans qu’elles soient inhibées ou que leur diffusion ultérieure puisse entraîner une gêne pour le locuteur.  Ceci a représenté un vrai défi méthodologique, surtout lorsque l’expérience professionnelle des enquêteurs n’avait produit que des entretiens réservés au strict usage du chercheur.

Les besoins, les risques, les contraintes et les bénéfices de l’échange

Notre besoin principal en tant que chercheur concerne l’accès aux informations disponibles sur nos thématiques de recherche. Ces informations sont issues de diverses sources : de bibliographies spécifiques ou au sein d’un corpus d’archives réalisées au cours d’anciens terrains selon d’autres angles d’approche et d’autres méthodologies. Chacune de nos disciplines peut critiquer la constitution d’un fonds et attendre des données spécifiques qu’elle analysera à sa façon. Ainsi une discussion récente avec une chercheuse en histoire sur l’utilisation d’un récit de vie révèle un besoin plus important de données relatives à l’identité et au parcours personnel du locuteur depuis sa petite enfance. Cette situation du témoin n’est peut-être pas aussi développée au cours de toutes les enquêtes ethnographiques que j’ai pu réaliser. En tout cas, dans le cadre de mes recherches personnelles je n’ai pas toujours été prête à les communiquer intégralement.

Pourtant une nouvelle utilisation de sources produites par d’autres exige un accès à la totalité du contenu des travaux (analyse scientifique et documents associés), à l’écoute des enquêtes, à la consultation des grilles d’entretiens, des notes de terrain, au visionnage des films et fonds iconographiques divers.

Cette mise à disposition des matériaux dans la perspective d’une seconde analyse demande d’échanger sur les usages de nos archives d’une discipline à l’autre et sur leurs modalités de production.  Une discipline ne peut-elle n’utiliser que les archives produites par ses pairs ? Ou peut-elle accéder à d’autres archives produites autrement ? Dans les deux cas, les choix méthodologiques du producteur et l’objectif de recherche spécifique les rendent incomplètes à d’autres chercheurs. Mais elles conservent néanmoins leur potentiel en terme d’ouverture de terrain et/ou d’éclairage de problématiques nouvelles.

L’appropriation de nos matériaux par un tiers présente des risques qui peuvent être multiples et de différents ordres : le détournement du sens, la violation des droits, la manipulation des données par des influences politiques locales ou au sein de réseaux sociaux locaux, enfin, dimension plus affective, la destitution du chercheur de son statut d’unique dépositaire et utilisateur des données. Mais il ne faut pas écarter la crainte légitime d’une incompréhension ou d’une critique de ses travaux par les populations enquêtées invalidant les résultats. De même la critique d’une autre communauté scientifique hors de notre propre chapelle qui, à la lumière des matériaux bruts, peut remettre en cause notre méthodologie de prospection et notre analyse. Il me paraît important de mesurer le risque que peut représenter pour un chercheur la critique de ses outils et de ses analyse comparer aux enrichissements de la discipline.

D’autres facteurs limitent la communication intégrale de nos données : la protection de l’anonymat des personnes lorsque celui-ci est demandé ou lorsque la rencontre est trop informelle.

Enfin, une analyse scientifique n’est pas intemporelle. Sa qualité est liée au contexte personnel du chercheur lui-même, mais aussi au contexte historique, social de son institution de rattachement, de son commanditaire et de l’état de la recherche elle-même. Les options méthodologiques et les financements disponibles en témoignent. La possibilité de nouvelles analyses des sources dans un temps ultérieur révèlent de manière flagrante la relativité d’une conclusion scientifique.

D’un point de vue matériel les contraintes liées aux formats numériques sans cesse en évolution et aux formats propriétaires (question de la compatibilité des formats), représentent un véritable casse-tête pour le chercheur habitué à la gestion en interne de ses données et de leur support. La numérisation et le traitement documentaire des archives représentent un coût considérable au moins équivalent à celui de la prospection. La plupart du temps, les budgets visent le collectage lui-même et tiennent rarement compte de cette seconde mi-temps. De surcroît l’étape du traitement documentaire pouvant être différée, il y a éloignement des matériaux de recherche de leur contexte de collectage ce qui rend plus complexe leur traitement car la relation entre les documentalistes et les chercheurs est difficile.

La qualité sonore au moment de la captation demande du matériel sophistiqué, une dextérité d’utilisation et une certaine formalisation de l’enregistrement. Du point de vue objectif du terrain, certaines situations d’enquêtes ne permettent pas d’enregistrement formel. Dans ce cas il n’y a pas de prise de rendez-vous, pas de signature de contrat.

L’acte de penser la constitution d’archives ne peut être ultérieur à la construction de l’objet de recherche. L’un et l’autre sont intimement liés et la nature même de l’objet de recherche, ou son angle d’approche peuvent dépendre du projet de constitution d’archives ouvertes. Cette situation est inconfortable. Elle représente une préparation et une réalisation spécifiques de son terrain, une négociation supplémentaire avec ses informateurs, l’écriture de documents contractuels spécifiques au sein d’un réseau qui peut se complexifier dans le temps : le chercheur, le commanditaire, l’informateur, le centre de conservation, les responsables de la diffusion… On peut comprendre que face à ces risques et contraintes l’option de refaire un terrain déjà visité soit choisie.

Pourtant les atouts et les bénéfices d’une mutualisation des données sont importants. Tout d’abord dans la perspective de refaire un terrain qui tiendrait compte des expériences passées. Lors de nos chantiers nous rencontrons de plus en plus souvent des informateurs déjà visités et qui n’ont  jamais eu connaissance de ce que leurs propos étaient devenus. Une fois passée la surprise de l’intérêt que suscitaient leurs connaissances et l’éveil de leur propre intérêt pour leur patrimoine immatériel, le couperet tombe : les sciences sociales finalement ne changent rien, leur utilité reste obscure, voir douteuse et la motivation à participer aux collectages s’amoindrit.  Le risque d’épuiser les terrains est réel surtout dans le cas de nos études de proximité.

Les collections d’archives de la recherche et leur mise à disposition représentent des bénéfices en terme d’informations, de pédagogie, de communication et de diffusion des savoirs aussi forts que la littérature scientifique dans un autre registre.  Mais au-delà de ces dimensions et nous basant sur nos propres expériences, nous nous posons les questions suivantes. Les recherches de financements et la collaboration avec des institutions diverses, les avancées technologiques bousculent les disciplines. Elles s’accompagnent classiquement de changements de pratiques, de changement de mentalités, de réflexions de fond sur nos disciplines, leurs objets et le statut de leurs sujets. L’inconfort apparent et temporaire que cela peut représenter ne doit pas nous effrayer. Cela ne nous permet-il pas de réinterroger nos relations au terrain, notre propre accès au savoir, quelle que soit sa source,  de mieux connaître l’espace des sciences sociales et leur action dans leur société en connaissant les besoins des autres ? D’envisager l’incomplétude de nos méthodes en approchant les objectifs des autres disciplines et leurs méthodologies ? Somme toute, l’option de constituer les archives ouvertes de nos recherches ne représente t-il pas un nouveau moyen de faire évoluer nos sciences ?

> Du même auteur : Interroger l’histoire et l’actualité des descendants d’Arméniens.

Crédit photo : Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0) http://flickr.com/photos/thomasfrederick/206227407/

  1. SAN Ouest Provence : http://www.ouestprovence.fr/index.php?id=212 []
  2. Aujourd’hui conservatrice au musée d’Hyères (Var). []
  3. Accès aux notices documentaires des enregistrements : http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr/Record.htm?idlist=8&record=19108828124919260009 []
  4. La commande de matériaux ethnographiques et d’un scénario d’exposition s’élevait à 1500 euros. []
  5. Commande des archives départementales 13, financement Conseil Général, ACSE, Ministère de la Culture : 40000 euros. []
  6. Accès à l’intégralité des enquêtes : http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr/Record.htm?idlist=19&record=19109831124919270139 []
  7. Montant du marché :  25000 euros. []
  8. Bonnemason Bénédicte, Ginouvès Véronique, Pérennou Véronique,  Guide d’analyse documentaire du son inédit, pour la mise en place de banques de données, Modal, Afas, Paris, 2001. []
  9. Format  wav : 44,1 kHz et 16 bits. []
  10. Guide d’analyse documentaire du son inédit []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.