ALIA – Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs, par Muriel DUCHEMIN-CHEMOUNY

Page d'accueil du site ALIA (Atelier Littéraire d'Ici et d'Ailleurs)

Présentation d’une bibliothèque audiovisuelle numérique destinée au libre accès à un patrimoine littéraire sur Internet. 

Communication dans le cadre du colloque Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices (30 novembre 2010, MMSH) par Muriel DUCHEMIN-CHEMOUNY, Ingénieur-chercheur à l’ESCoM-FMSH depuis 2008, spécialisée dans le traitement de ressources multimédias plus spécifiquement audiovisuelles (description, indexation, publication, (re)publication). Coordinatrice du projet ASA-SHS (Atelier Sémiotique Audiovisuel en Sciences Humaines et Sociales) et responsable du site ALIA (Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs).

***

Introduction

Cette communication a pour objectif de présenter concrètement l’élaboration d’une bibliothèque audiovisuelle numérique en ligne, ALIA, développée dans le cadre d’un projet soutenu par l’ANR (Agence nationale de la recherche), projet général intitulé – Atelier sémiotique audiovisuel en sciences humaines et sociales (ASA-SHS).

1. Le projet ASA-SHS – atelier sémiotique audiovisuel en sciences humaines et sociales

ASA-SHS est un projet de R&D, sélectionné et financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) dans le cadre de son Programme Blanc Edition 2008. Développé par l’ESCoM, Equipe de Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, il a officiellement démarré le 1er janvier 2009. Sa durée de vie est de 36 mois (date de clôture prévue le 31 décembre 2011).

La spécificité de ce projet est de s’attacher à prendre en compte la structure même du document audiovisuel, en se focalisant sur la description approfondie du contenu sémiotique des documents audiovisuels, sur leur indexation, en vue de publications spécialisées sur trois portails web thématiques. Ces trois « ateliers » – ARC-Atelier « À la Rencontre des Cultures », ADA-Atelier des Arkéonautes et enfin ALIA3-Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs, travaillent sur trois corpus vidéo propres à trois domaines de connaissances (cultures du monde, archéologie, littérature) constitués de vidéos sélectionnées dans le fonds des Archives Audiovisuelles de la Recherche.

2. Le contexte : les archives audiovisuelles de la recherche (AAR)

Grâce à des projets de recherche antérieurs – européens notamment – l’ESCoM (Equipe de Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias), dirigée par Peter Stockinger – et les AAR ont pu, depuis 2001, produire un important fonds audiovisuel de quelque 5000 heures d’entretiens (chercheurs, professionnels, personnalités des médias, etc.), de colloques, de séminaires, de reportages, de spectacles filmés. Ce fonds a formé la matière à partir de laquelle ont pu être développées et expérimentées des premières approches de description5, d’indexation et de publication de documents audiovisuels. Celles-ci ont été possibles grâce à un environnement de travail adapté et à l’élaboration d’outils informatiques appropriés, tel le logiciel ESCoM-INA Interview développé en collaboration avec l’INA (Institut national de l’audiovisuel).
À partir de ce travail de recherche axé sur l’analyse sémiotique d’un contenu audiovisuel, ont pu être constitués des corpus thématiques, des dossiers hypermédias, etc., destinés à des usages et des utilisateurs divers : la recherche, l’enseignement formel et informel, les médias, les professionnels, etc.

3. L’atelier littÉraire ALIA

3.1. Objectifs

Le portail web ALIA vise à constituer une bibliothèque audiovisuelle numérique, en libre accès sur Internet, de façon à diffuser et surtout valoriser un patrimoine littéraire audiovisuel en ligne :

  • Exploiter, enrichir, valoriser des documents audiovisuels très riches et variés, appartenant au domaine littéraire, et constitués d’entretiens de chercheurs du monde scientifique international des sciences humaines et sociales, d’écrivains, de personnalités des médias, du monde du spectacle, en passant par des conférences, des manifestations culturelles ;
  • Adapter des ressources audiovisuelles existantes à des publics variés : principalement universitaires, enseignants, étudiants, afin de leur offrir un environnement de travail dont les ressources sont efficacement exploitables ;
  • Constituer des modèles de publications spécialisées destinées à des usages multiples, aussi divers que sont la recherche elle-même, l’enseignement et l’éducation, l’apprentissage tout au long de la vie, l’édition multimédia ou encore le journalisme scientifique.

3.2. Genres de publications spécialisées

Un net accent est mis sur l’usage pédagogique des vidéos. Ainsi, nous privilégions certains genres de publication tels que :

  • Le dossier pédagogique, adapté à une exploitation pédagogique particulière, c’est-à-dire à un niveau pédagogique et une thématique du domaine bien précis (« portefeuille de lecture pour master en littérature comparée », « portefeuille de découverte en littérature persane pour adultes », etc.) ;
  • Le parcours narratif, proposant des parcours « raisonnés » (chronologique, thématique, etc.) à travers un ensemble de segments audiovisuels extraits de vidéos différentes ;
  • Le documentaire virtuel, suivant une lecture linéaire d’un film composé de parties d’un ensemble de films, selon des principes de construction (montage) documentariste ;
  • Le dossier bilingue, adapté à l’exploitation du document audiovisuel dans un but d’apprentissage d’une langue. Ce dernier s’adresse en priorité au portail thématique ARC – À la rencontre des cultures.

4. Analyse sémiotique dans le projet ASA-SHS : un aperçu général

L’analyse sémiotique se fait grâce à l’outil informatique ESCoM-INA Interview, que nous avons évoqué plus haut, divisé en deux « ateliers de travail » :

  1. un atelier de segmentation permet de diviser la vidéo en autant de séquences que le souhaite l’analyste, en tenant compte du choix éditorial final,
  2. un atelier de description/indexation permet d’analyser la vidéo, dans son intégralité ou selon un choix de segments.

4.1 Les types d’analyses

Il y a trois types d’analyses d’une vidéo :

  • l’analyse « de base » d’une vidéo brute, appelée « vidéo source », non segmentée en chapitres, consiste à ne renseigner que le minimum de paramètres indispensables au niveau de l’analyse elle-même et au niveau du document audiovisuel (les « Généralités » – intitulé de la vidéo, domaine de connaissance, langue de la vidéo, etc. -, les « Mentions » – copyrights -, une Classification de base du contenu d’une vidéo – i.e le domaine de connaissance concerné -, les « Acteurs » – toute personne ayant participé à la réalisation de la vidéo) ;
  • l’analyse « de base » d’une vidéo segmentée en chapitres, comprend les paramètres généraux de l’analyse de base, plus une description courte de chaque segment rédigée en une phrase et une description longue en un court paragraphe.
  • l’analyse « approfondie » se fait pour une vidéo que l’on a découpée en autant de segments que l’analyste le souhaite. Le choix des segments sur lesquels portera l’analyse est déterminé par la forme de publication envisagée : dossier pédagogique, thématique, parcours narratif, etc.

4.2 Les trois niveaux d’analyse d’une vidéo

Dans notre approche, nous distinguons trois niveaux d’analyse d’une vidéo :

  • la méta-description qui fournit quelques explications indispensables sur le travail de l’analyse et de l’indexation d’une vidéo ou d’un de ses segments ;
  • la description de la vidéo source « telle quelle » ;
  • la description d’un segment, d’une partie spécifique de la vidéo source.

Analysons maintenant ces trois niveaux :

1. La méta-description (voir fig.1) est la présentation de l’analyse/indexation effectuée pour le document audiovisuel dans son ensemble ou pour l’une de ses parties (« segments »).

Fig.1 : Méta-description

Elle permet d’indiquer l’orientation de l’analyse du document audiovisuel, et d’en signifier l’usage et le destinataire visé, en vue d’une publication spécialisée sur le site-atelier.

Elle comprend cinq rubriques ou formulaires de description/indexation :

  • « Généralités » indique l’intitulé de la vidéo « source », le domaine de connaissance auquel elle appartient, le genre d’analyse choisi par l’auteur de la description (« de base » de la vidéo non découpée ou découpée, « analyse approfondie » d’un ou de plusieurs segments), et surtout donne un résumé du contenu et des objectifs de l’analyse/description en fonction des usages et des destinataires visés ;
  • « Mentions » correspondent aux mentions légales, aux copyrights relatifs à l’analyse ;
  • « Références » correspondent à la bibliographie (documents numériques ou papier) utile à l’analyse en vue d’une publication spécialisée (dossiers pédagogiques en ligne, cours en ligne, dossiers thématiques en ligne, etc.) ;

Enfin, les deux rubriques « Propriétés » et « Historique » renseignent sur le nom de l’analyste et l’historique de ses interventions.

2. La description de la vidéo source « telle quelle » (voir fig. 2)

Fig. 2 : Atelier de description ESCoM/INA Interview au niveau de la vidéo

Outre les rubriques d’ordre général telles que l’intitulé de la vidéo, son genre (entretien, conférence, événement culturel, adaptation d’une œuvre littéraire, etc.), les mentions légales concernant chacun des participants de la vidéo source et l’analyste, plusieurs rubriques spécifiques sont consacrées à la description sémiotique du document audiovisuel.

Du point de vue du contenu et de l’articulation du discours :

  • la « Classification » indique les domaines et disciplines (les sciences humaines et sociales, les sciences de l’ingénieur, les sciences de la nature, etc.), les systèmes de signes, les régions du monde, etc., auxquels le contenu de la vidéo se rapporte.
  • le « Plan thématique » est le cœur de l’analyse. Il contient l’ontologie du domaine littéraire – développée dans le cadre du projet ASA-SHS – et permet d’indexer tous les mots-clés en rapport avec le contenu de la vidéo et de les décrire via des schémas de description propres à chaque branche de cette ontologie.

Du point de vue du discours audiovisuel :

Trois rubriques lui correspondent : les plans visuel, acoustique et discursif :

  • les « Plan visuel » et « Plan acoustique » contiennent chacun des schémas de description permettant de renseigner sur le type d’objet visuel ou acoustique, l’instance réelle du type d’objet visuel ou acoustique et les techniques visuelles ou acoustiques présentes dans la vidéo.
  • le « Plan discursif » permet de décrire le type de discours à l’œuvre dans le document audiovisuel, avec trois grands choix possibles – discours monologique, dialogique, rapporté –, eux-mêmes subdivisés en plusieurs genres de discours.

Du point de vue des usages et des destinataires visés, pour une publication spécialisée :

  • les « Usages » indiquent dans quels contextes (éducation, recherche, socioculturel, patrimoine, communication numérique), le document analysé peut être utilisé et par quels destinataires – classés selon des critères d’âge, de niveau de connaissances, de catégorie sociale.
  • Les « Ressources » correspondent à des sites web, de préférence libres d’accès, – institutionnels, associatifs, médiatiques, spécialisés, ou bien des sites personnels de chercheurs, de scientifiques, d’artistes, etc. ; des documents audiovisuels, numériques, et toute autre ressource susceptible d’enrichir, de compléter, d’illustrer sous quelque forme que ce soit la vidéo analysée.

3. La description d’un ou de plusieurs segments de la vidéo « source »

Les mêmes rubriques énoncées au niveau de la vidéo source se retrouvent au niveau du segment audiovisuel et peuvent être renseignées de la même façon, en fonction du type de publication indiquée au départ par l’analyste au niveau de la méta-description.

5. Démonstration d’une analyse sémiotique propre au domaine littéraire, à l’aide de l’outil informatique Escom-INA Interview

Il s’agit de constituer un dossier pédagogique pour adulte portant sur les Mille et une nuits, à partir de deux documents audiovisuels : un entretien scientifique et une adaptation théâtrale filmée.

5.1 Présentation et processus de traitement des documents audiovisuels

a) Le corpus

Deux documents audiovisuels, d’une durée approximative d’une heure et demi chacun, choisis dans le corpus audiovisuel d’ALIA :

  • d’une part un entretien scientifique avec un chercheur, spécialiste de la littérature arabe, traitant des aspects sociaux-culturels de cette littérature1, et dont un passage est focalisé sur le recueil de contes des Mille et une nuits ;
  • d’autre part une adaptation théâtrale filmée d’un des contes des Mille et une nuits sous forme d’une narration avec un accompagnement musical2.

L’analyse sémiotique de ces vidéos est conditionnée par le choix éditorial de départ : la publication d’un dossier pédagogique adapté à un usage et un niveau pédagogique donnés et une thématique du domaine bien précise.

b) le processus de traitement de l’entretien et de l’adaptation théâtrale à l’aide de l’outil informatique ESCoM-INA Interview

Il comprend deux phases comme nous l’avons expliqué précédemment :

  • d’une part, la segmentation de la vidéo avec l’atelier de segmentation (fig. 3)

Fig. 3 : Atelier de segmentation ESCoM/INA Interview

L’entretien doit être soumis à cette phase de façon à ne garder que les séquences thématiques pertinentes pour le dossier pédagogique.

En effet, comme le sujet traité dans la vidéo porte sur les aspects sociaux-culturels de la littérature arabe classique, nous choisissons d’en extraire exclusivement trois séquences focalisées sur la thématique des Mille et une nuits.

  • L’adaptation théâtrale, quant à elle, est intéressante dans son intégralité en tant qu’exemple d’adaptation contemporaine d’un conte des Mille et une nuits. Elle est segmentée suivant les différentes étapes de la narration du conte.

5.2 Les rubriques d’analyse/description au niveau de la vidéo et/ou du segment

Comme nous l’avons indiqué précédemment, est précisé dans chaque méta-description de ces documents audiovisuels son usage dans le cadre d’un dossier pédagogique sur les Mille et une nuits visant un public adulte de niveau « faux débutant ».

Dans le cas d’un entretien, en général les plans visuel et acoustique ne présentant pas de nombreuses variations, leur description en est simple et rapide : gros plan, plan rapproché sur le chercheur, voix d’homme ou de femme), c’est pourquoi, nous ne nous y attarderons pas dans cet exposé. En revanche, dans le cas d’un spectacle, par exemple, ces plans révèlent leur intérêt du fait des multiples prises de vue, de la présence de nombreux objets à décrire, des lieux, etc. ; et des sons, des voix, des bruits extérieurs, plus les éventuels ajouts au moment du montage du reportage (insert de photos, d’un commentaire en voix « off », etc.). Toutes ces caractéristiques sont indexées et décrites le plus systématiquement possible grâce aux formulaires spécifiques.

Plan thématique : le cœur de l’analyse (voir fig.4)

Le « Plan thématique » est essentiel dans le cas d’un entretien où la focalisation se fait sur le contenu du discours oral. Grâce à l’ontologie développée spécialement pour le domaine littéraire ALIA et au vocabulaire contrôlé ASA, il est possible d’indexer et de décrire très finement – via des formulaires de d’indexation/description – des mots-clés, des expressions, des termes en langue originale transcrits, des termes alias, etc., correspondant à des normes internationales.

Fig. 4 : Ontologie du domaine de connaissances littéraires

Dans l’entretien sélectionné abondent les références historiques de lieux, de temps, des noms d’auteurs anciens ou de chercheurs contemporains, d’ouvrages, parfois mentionnés par le chercheur en langue arabe. Chaque concept, œuvre, auteur, personnage littéraire, lieu, période, spécificité culturelle, peut être indexé grâce à l’ontologie du domaine littéraire, via le schéma de description correspondant, et écrit dans les multiples transcriptions existantes grâce au champ dévolu aux termes « alias ».

L’adaptation théâtrale, quant à elle, renvoie également à des références littéraires implicites (allusion à un poème de Shakespeare ou à un autre conte des Mille et une nuits, par exemple) qu’il convient d’indexer selon le même processus.

Chaque concept, œuvre, auteur, personnage littéraire, lieu, période, spécificité culturelle, peut être indexé grâce à l’ontologie du domaine littéraire, via le schéma d’indexation/description correspondant.
Pour ce faire, des formulaires de description détaillée, sont à remplir champ par champ (identification d’une œuvre, de l’auteur, du genre littéraire, description synthétique du sujet, etc.), à partir de listes de vocabulaire normalisé ASA.

Fig. 5 : Aperçu général du formulaire de description/indexation

C’est cette indexation extrêmement fine qui va permettre ensuite à l’internaute de trouver dans le document audiovisuel le passage vidéo exact qui l’intéresse, grâce à la contextualisation très précise des termes.

Fig. 6 : Formulaire de description (détails)

Remarques sur l’indexation du nom de l’œuvre :

  • Dans le cas des Mille et une nuits, le titre même de l’œuvre présente des difficultés d’indexation qui ne peuvent être résolues qu’en les replaçant dans le contexte des propos du chercheur. Etant constitué d’apports oraux et écrits et ayant été traduit et adapté à de nombreuses reprises sous ce même titre, le terme Mille et une nuits pourra être indexé plusieurs fois selon qu’il s’agira soit de traductions diverses, soit d’un recueil en arabe de telle ou telle époque, voire d’adaptations de l’œuvre.
  • De plus, il est possible d’indiquer les titres équivalents à celui des Mille et une nuits, en français et dans d’autres langues et qui entrent dans la même catégorie que celle que l’analyste a défini dans le formulaire, ainsi que les termes alias, lorsqu’on indexe l’œuvre dans la langue d’origine.

Plans visuel et acoustique

Pour ce qui est de l’adaptation théâtrale, l’intérêt de la description des plans visuel et acoustique est évident : changements de plans, objets significatifs divers sur la scène, dans la salle de spectacle, description des instruments, du public, etc. ; chant, sons instrumentaux, voix, bruits, etc.
Chaque plan possède son formulaire de description (voir fig. 7 : détails du formulaire du plan visuel)

Fig. 7 : Détails du formulaire du plan visuel

Ressources

Le choix des ressources – sites institutionnels, médias écrits, audiovisuels et numériques, œuvres littéraires (papier ou numériques), œuvres artistiques ou littéraires (spectacles filmés en ligne, etc.) – se fait, de préférence, en fonction de l’accessibilité en ligne du document : soit audiovisuel, soit audio, soit numérique. Certaines ressources sont communes aux deux genres d’événements audiovisuels puisque la thématique est la même, ici les Mille et une nuits.

Cependant, dans le cas de l’adaptation théâtrale, il est possible de renvoyer à d’autres exemples d’adaptations théâtrales, voire cinématographiques des Mille et une nuits, contemporaines ou anciennes et à des sites ou des documents en lien avec la littérature orale – tel le CLiO (Conservatoire contemporain de littérature orale) par exemple -, ainsi qu’à des sites, des documents sur les instruments de musique présents dans la vidéo.

Ces ressources sont elles-mêmes décrites précisément et indexées via les formulaires.

Conclusion : un pôle de mutualisation des savoirs

L’exposé, dans ses grandes lignes, du traitement sémiotique d’un document audiovisuel, à travers cette présentation de l’atelier ALIA, mériterait une analyse plus approfondie et surtout une expérimentation systématique à plus grande échelle. Cette expérimentation a déjà été menée antérieurement par des chercheurs, des doctorants, des institutions, dans d’autres contextes de recherche, en collaboration avec l’ESCoM.

Bénéficiant de l’environnement informatique de l’ESCoM et des versions antérieures du logiciel ESCoM/INA Interview comme outils de description et d’indexation – certains ont créé leur propres portails audiovisuels thématiques et constitué un corpus de vidéos indexées, décrites,  et éditées sous forme de diverses publications thématiques.

Un exemple probant de la réussite de cette collaboration – et remarqué par la Cité de la Musique -, est le portail de la culture azerbaïdjannaise Azeri buta, développé par Aygun Eyyubova – chercheuse azerbaïdjanaise à l’ESCoM-FMSH (Paris), docteur en Langues, Littératures et Sociétés – dans le cadre de son projet de recherche consacré au patrimoine culturel azerbaïdjanais. En effet, ce portail offre notamment une riche collection de documents audiovisuels et sonores sur la musique d’Azerbaïdjan.

Un autre exemple du succès remporté par les travaux de l’ESCoM concernant le traitement des archives audiovisuelles, est la visite du président de la fondation canadienne Trudeau dans nos bureaux afin de prendre connaissance des outils informatiques et de l’environnement de travail. En effet, Pierre-Gerlier Forest s’est montré fort intéressé pour l’appliquer à la gestion des archives de sa fondation.

Actuellement, dans le cadre de l’atelier littéraire et des deux autres portails thématiques du projet ASA-SHS – « À la rencontre des cultures » et « L’Atelier des Arkéonautes » –  d’une part nous développons les ontologies de domaines de connaissance et les outils de description/indexation grâce au comité de pilotage du projet chargé de valider en amont nos modèles et permettre ainsi de les stabiliser ; et d’autre part, nous les expérimentons grâce à la collaboration de quelques partenaires investis dans ce projet.

Ainsi en est-il de Laurent Gervereau, responsable du projet Décrypt’images – portail web consacré au décryptage des images. Historien, théoricien des images politiques, de la photographie et de l’art contemporain, Laurent Gervereau et son équipe – composée de la responsable de la « Mission nationale « Images, information et multimédia » pour la Ligue de l’enseignement », Christine Menzaghi, de Patrick Baïda, directeur d’Oroleis, « l’Education par l’image et le son », de membres du CNC les Archives françaises du film – se sont engagés à tester la validité des modèles d’analyses/descriptions sur une sélection de documents audiovisuels, choisis en commun accord avec nous, en vue de publications pédagogiques.

De même, Francis Cransac, organisateur des Rencontres littéraires d’Aubrac, en collaboration avec Philippe-Jean Catinchi, journaliste au Monde, fait appel à l’ESCoM chaque année pour filmer le festival pendant quatre jours. Des conférenciers du monde entier – chercheurs (CNRS, EHESS, Sorbonne, etc.), artistes, personnalités – se succèdent sur l’estrade de la salle des fêtes de Saint-Chély d’Aubrac, dans l’Aveyron. Des noms comme Jean-Claude Carrière (cinéaste, écrivain), Olivier Germain Thomas (France culture), Régis Boyer (Sorbonne), Noël Dutrait (traducteur du prix Nobel de littérature Gao Xingjian), Jean Baumgarten (CNRS), Pierre Jourde (écrivain), Emmanuel Pierrat (avocat, écrivain, éditeur), Shiwaki Shinoda (Université de Kobe, Japon), entre autres, captivent l’auditoire. Puis, l’analyse sémiotique des vidéos commence…

Dans le même temps, des institutions, telles que la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, nous ont contactés pour envisager une éventuelle collaboration afin de gérer leurs archives sonores.

Dans les prochains mois, les modèles, expérimentés dans les trois ateliers puis stabilisés, devraient être étendus au site web des Archives Audiovisuelles de la Recherche en Sciences Humaines et Sociales.

À terme, l’intérêt de ce projet serait la création d’un pôle de mutualisation des connaissances, où les institutions publiques ou privées, aussi bien que les laboratoires de recherche, les associations, ou bien à titre individuel les chercheurs, étudiants, etc., entrerait dans cet espace de mise à disposition des savoirs, après adhésion à une charte définissant précisément la qualité, les compétences scientifiques, ou professionnelles attendues.

L’avenir nous dira peut-être si une telle initiative est possible…

  1. Le document complet, intitulé « Les aspects socioculturels de la littérature arabe classique », est accessible en ligne à l’adresse suivante : http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/ALIA/1972 []
  2. L’adaptation filmée, « L’Amour impossible » d’après les Mille et une nuits » est disponible intégralement à l’adresse suivante : http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/ALIA/FR/_video.asp?id=1742&ress=5500&video=121341&format=91#22301 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.