Autour de « Varian Fry”

Varian Fry and Miriam Davenport, c.1940, via http://en.wikipedia.org

11 mars 2003, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
9h-12h, salle Georges Duby
MMSH – 5 rue du Château de l’Horloge – BP 647 – 13094 Aix-en-Provence
Tél. : 04 42 52 42 77/68 ­ fax : 04 42 52 43 75

Avec la participation de Jean-Claude Bringuier, réalisateur, et de Jean-Marie Guillon, Historien.

Présentation du documentaire diffusé sur France 3 (2002) : Varian Fry et le Centre américain de secours. Marseille 1940 – 1941

Varian Fry arrive à Marseille à la mi-août 1940. C’est un journaliste libéral, spécialisé dans les affaires internationales. C’est aussi un quaker. Il est porteur de plusieurs listes d’intellectuels et d’artistes menacés par les nazis qu’il s’agit de faire sortir de France ou de convaincre de partir. Cette mission lui a été confiée par l’Emergency Rescue Committee (ERC) créé en juin à New York, à l’initiative d’Allemands antinazis, avec le soutien de personnalités et d’institutions américaines de premier plan. Elle doit être courte.

À Marseille, Fry découvre une autre réalité. Il décide de rester, monte une équipe, invente un mode d’action. Il doit composer avec l’administration, déjouer la surveillance de Vichy, imposer son action aux diplomates américains, la faire accepter par ses mandataires, jongler avec les règles fluctuantes d’attribution de visas, choisir parmi les réfugiés qui l’on doit aider. Il faut secourir, informer, héberger. La villa Air-Bel recueille les artistes et écrivains en attente d’exil. Tous les moyens sont bons pour faire partir et, très vite, aux possibilités légales, le CAS en ajoute d’autres, clandestines.

On estime à 1 200 le nombre de réfugiés qu’il a fait sortir de France, et à 4 000 ceux qui ont reçu son aide. Fry est finalement expulsé au début septembre 1941. Le Comité continue cependant autour de son adjoint, Daniel Bénédite, avec une équipe réduite, jusqu’au 2 juin 1942.

Le CAS n’a pas été la seule association d’assistance, ni même la plus importante. Il est aujourd’hui la mieux connue, servi par un héros, Varian Fry, des compagnons aussi exceptionnels (Albert Hirschman, Mary-Jane Gold, Jean Gemaelhing, Stéphane Hessel, etc.) que sa « clientèle » (André Breton, Victor Serge, Hans Sahl, etc.). Le CAS est un révélateur : du début des années noires en France, du rôle exceptionnel de Marseille alors, de la naissance de la Résistance, des diverses facettes de l’Amérique, et, plus généralement, de l’action humanitaire et de ses limites.

Jean-Claude Bringuier, « Varian Fry »

Le film de Jean-Claude Bringuier est un des signes de l’intérêt récent porté à Fry et à son action en France. Fry a été oublié chez lui, comme chez nous, jusqu’aux années 60, y compris par ceux qu’il avait aidés. La “ filière américaine ” n’est sortie du petit cercle des initiés, acteurs et historiens, que récemment. C’est pour lui rendre un hommage public et manifester sa reconnaissance que le Conseil général des Bouches-du-Rhône a organisé en mars 1999 deux expositions et un colloque qui réunissait les derniers compagnons de Fry. À partir des témoignages enregistrés alors, Jean-Claude Bringuier a cherché à comprendre et à faire comprendre. Il le fait avec la sensibilité et l’engagement personnel qui caractérisent son oeuvre. Son film a été diffusé à la télévision, sur FR3, d’abord dans le cadre régional, puis sur la chaîne nationale, en 2002.

> À lire : Daniel Bénédite, « Le Centre américain de secours après le départ de Varian Fry », revue Agone, 38-39 | 2008, [En ligne], mis en ligne le 03 mai 2010. URL : http://revueagone.revues.org/225. Consulté le 12 juillet 2012. DOI : 10.4000/revueagone.225

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document445.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search