Ni Grand tour, ni Orientalisme. Photographies et Méditerranée : un regard métis ?

Ibsamboul, Colosse Médial (Enfoui) du Spéos de Phrè Nubie, Palestine et Syrie, 1849/51, par Maxime Du Camp, via Wikimedia Commons

9 mai 2000, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
Salle Georges Duby
MMSH – 5 rue du Château de l’Horloge – BP 647 – 13094 Aix-en-Provence
Tél. : 04 42 52 42 77/68 ­ fax : 04 42 52 43 75

Journée organisée en partenariat par les Rencontres photographiques d’Arles et le Pôle Image-Son et Recherches en Sciences Humaines de la MMSH.
(Séminaire “Image fixe”, responsable Philippe Jockey).

Présentation

D’une rive à l’autre de la Méditerranée se pose la question de la construction historique et anthropologique des images. Comment l’image a-t-elle pris forme et quel est son statut au cœur des grandes aires culturelles – juive, chrétienne et musulmane – du monde méditerranéen ? Ce travail d’archéologie du savoir est un préalable indispensable dès qu’on souhaite aborder la question de l’image contemporaine en Méditerranée.

La naissance de la photographie coïncide avec le rite du “grand tour”, ce grand voyage des Occidentaux en quête de connaissance et d’exotisme. Si les lieux et les monuments ont fasciné dans un premier temps ces voyageurs photographes comme Maxime du Camp en 1849, lors de son voyage en Égypte, aux côtés de Flaubert, le cadre oriental s’est ensuite métamorphosé en univers de l’image interdite. L’art photographique a construit des mythes et des fantasmes autour des harems et des corps de femmes dans la tradition des peintres orientalistes. Mais dévoiler ces êtres et ces terres méditerranéennes n’allait pas de soi.

Tenter une histoire comparée du regard à partir de la photographie permet d’en appréhender les métamorphoses ainsi que les variations. Quelle est l’autonomie de la photographie par rapport à l’héritage pictural et littéraire ? Peut-on parler d’un orientalisme photographique ? Quelles en furent alors les conséquences sur les choix, les cadrages, les sujets ?

La photographie contemporaine, comme l’apparition de supports nouveaux, vidéo ou multimédias, modifient-elles les perspectives esthétiques et thématiques ? Au rebours du XIXe siècle, le XXe siècle a-t-il, depuis l’autre rive de la Méditerranée, généré un regard nouveau, porté par ses photographes sur nos propres traditions ?

Programme

  • 10h00 Modérateur : Thierry Fabre (Responsable du Pôle EUROMED à la MMSH)
    Samer Mohdad (photographe), A propos de Mes Arabies : la photographie arabe et sa place dans l’histoire.
  • 11h00 Débat
  • 14h00 Modérateur : Jacques Defert (Délégué Général des Rencontres de la Photographie d’Arles)
    Gérard Réveillac (photographe, CCJ), Archéologues et photographes : autour d’un regard : le fonds Legrain.
    Mounira Khémir (Université de Paris VIII), L’Orient des photographes au XIXe siècle.
  • 16h30 Débat suivi d’un goûter.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document476.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.