Recréer l’histoire : appropriation et usages publics du passé

Depuis une trentaine d’années, le champ de l’histoire publique s’est imposé comme une aire disciplinaire à part entière, qui questionne aussi bien les pratiques historiennes institutionnelles que le statut épistémologique et social de l’autorité de l’historien et le rôle des publics comme acteurs potentiels de la fabrique de l’histoire. Aujourd’hui cependant les enjeux originaires des débats liés au développement de l’histoire publique se sont profondément modifiés,dépassant le cadre initial de l’articulation entre production de connaissance savante et savoir public. L’irruption du tournant mémoriel à l’échelle internationale depuis les années 1990 a ouvert de nouvelles perspectives, car les demandes publiques de mémoires ont permis l’accès de nouveaux acteurs, en donnant aussi à voir de nouvelles tensions, voire des « guerres de mémoires » concurrentes, qui disent des régimes d’appropriation publique de l’histoire clivés ou antagonistes. Par ailleurs, l’articulation entre savoir, pouvoir et démocratie a pris une importance inédite, et elle se trouve désormais au cœur des débats actuels de l’histoire publique. La prise en considération des publics non-académiques comme acteurs à part entière de la production de l’histoire formule un nouvel horizon d’engagement citoyen et ouvre la possibilité d’une pratique de l’histoire en régime participatif, voire en régime de démocratie directe. Des pratiques d’histoire publique peuvent aussi se revendiquer comme contre-histoire et afficher un savoir historique alternatif comme contre-pouvoir. L’organisation de cette École thématique vise à analyser les enjeux historiographiques, poli- tiques, sociaux et culturels émergents dans le champ de l’histoire publique, mais aussi à identifier les nouveaux acteurs et à cartographier le renouveau des modes contemporains d’appropriations collectives du passé.

Programme

Lundi 21 janvier, matin

Ouverture :  Michel BERTRAND, Directeur de la Casa de Velázquez

Introduction : Jesús IZQUIERDO MARTÍN, Universidad Autónoma de Madrid et Nicolas MORALESEHEHI – Casa de Velázquez

Conferences :

Catherine BRICE, Historienne, Université Paris Est-Créteil, Pourquoi tenter l’histoire publique ?

Maryline CRIVELLO, Historienne, Aix-Marseille Université, Une histoire à soi. Reconstitutions historiques et pratiques sociales du passé

Jean-Yves LE NAOUR, Historien, cinéaste et scénariste, France, Sortir de la tour d’ivoire. L’université, l’histoire et le “grand” public

David FERNÁNDEZ DE ARRIBA, Historien, web Historia y Comics, España, Cómic histórico, pretérito en viñetas

Noelia ADÁNEZ, politologue, co directrice du programme radiophonique Contratiempo et collaboratrice de Onda Cero, España, Ondas y democratización del pasado: radio, historia y públicos

Lundi 21 janvier, après-midi : ateliers pratiques

Mardi 22 janvier, matin, conferences

Nicolas OFFENSTADT, Historien, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Institut d’histoire moderne et contemporaine, Sur le rôle des historiens de métiers dans l’espace public

Alfons CERVERAE, Écrivain, Espagne, ¿Qué músicas oscuras esconde este silencio?

Fernando SÁNCHEZ CASTILLO, Artiste, Espagne, Seamos Francos

Federico PEÑATE DOMÍNGUEZ, Universidad Complutense de Madrid, Videojuegos y verosimilitud: una aproximación cultural a lo lúdico en historia

 

Plaquette du programme.

Coordination : Jesús IZQUIERDO MARTÍN (Universidad Autónoma de Madrid), Nicolas MORALES (EHEHI – Casa de Velázquez)

Organisation : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Universidad Autónoma de Madrid

Dates de l’École thématique : 21-22 janvier 2019 (inscriptions close depuis le 3/12/2018)

Lieu : Casa de Velázquez  C/ Paul Guinard, 3 — 28040 Madrid 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.