Quand l’Ina s’invite à la MMSH, ateliers de découverte des postes Inathèque de la médiathèque

Dans le cadre de mon stage d’un mois dans le secteur archives de la recherche de la MMSH, j’ai pris l’initiative de proposer à l’équipe de la médiathèque une revalorisation des postes Inathèque installés en ce lieu depuis 2016. Suite à des échanges fructueux avec ma tutrice de stage, Véronique Ginouvès, nous avons convenu d’organiser deux journées de découverte des archives de l’Ina accessibles à la médiathèque, les 7 et 14 février,1 autour d’une présentation la matinée et d’ateliers le reste de la journée. Ces journées s’adressaient à un public large, pas seulement des historiens mais tout étudiants ou chercheurs en sciences humaines et sociales désireux d’en savoir plus sur ces sources audiovisuelles, soit pour les utiliser dans leur recherche, soit par simple curiosité.

Une brève histoire de l’Ina : comment les postes Inathèque sont-ils arrivés à la médiathèque ?

La présentation a été l’occasion de rappeler de manière synthétique l’histoire de l’Institut national de l’audiovisuel mais aussi de la télévision. Elle a surtout permis de répondre à la question que tout non-initié peut se poser en arrivant à la médiathèque : “Comment ces postes Inathèque sont-ils arrivés ici ?”.  L’Ina est crée en 1975, suite à l’éclatement de l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française), et se voit confier la préservation de tous les programmes de radio et de télévision diffusés respectivement depuis 1933 et 1949. D’abord tourné vers les professionnels qui réutilisent ces archives dans leur production, l’institut s’ouvre aux chercheurs avec l’extension du dépôt légal à la radio-télévision par la loi du 20 juin 1992. Les centres de consultation Inathèque leur offrent un accès aux fonds de ces deux médias mais aussi bientôt aux chaînes du câble-satellite et de la TNT, puis aux médias du Web à partir de 2011 dans le cadre d’un double dépôt légal partagé entre l’Ina et la BnF. Cet accès se répartit d’abord entre la “maison-mère” de l’Ina sur le site François Mitterrand de la BnF à Paris et six délégations régionales (Marseille, Lyon, Toulouse, Rennes, Lille et Strasbourg). En 2012, dans une volonté de décentralisation et d’accès facilité à ses archives, l’Ina installe des postes de consultation multimédia (PCM) dans des bibliothèques municipales, des médiathèques ou des centres de recherche.

L’interface des PCM : quel accès aux archives de l’Ina à la MMSH ?

C’est ainsi qu’en janvier 2016 deux PCM sont installés à la médiathèque de la MMSH, permettant aux étudiants et aux chercheurs un accès aux fonds de l’Ina (Télévision, Radio, Web et CNC), soit 12 millions d’heures de documents radio et télévision  et 1 million d’heures enregistrées chaque année, 1 million de documents photographiques, 13 000 sites web média, 120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal et  34 000 titres de cinéma dans le cadre d’un partenariat avec le CNC. Les deux postes permettent une consultation autonome de ces fonds mais aussi un certain nombre de fonctionnalités intéressantes pour un projet de recherche : l’enregistrement de notices élaborées par les équipes de l’Ina et qui regroupent les informations de diffusion et de production d’une émission, mais aussi la saisie d’imagettes c’est-à-dire de captures d’écran des archives visionnées et qui viendront illustrer un travail de recherche2.

L’interface des PCM permet également de filtrer sa recherche à l’aide de descripteurs divers, mais aussi de la borner à une période chronologique spécifique ou de la limiter à une base de données particulière (TV nationale, TV régionale ou TV satellite).3 Comparés aux SLAV4 (Station de lecture audiovisuelle) présentes dans les délégations régionales, les PCM permettent un accès à la même quantité d’archives (12 millions d’heures pour les SLAV contre 7 millions pour les PCM, mais 44 000 h « seulement » sur Ina.fr). Pour aider la recherche sur les PCM, un catalogue de l’Inathèque est accessible à tous en ligne, son interface est similaire à celle des postes et donc simple d’accès. À l’aide de mots-clés, de descripteurs et de bornes chronologiques, il permet d’avoir accès à l’intégralité des notices sur chaque archive conservée par l’INA. Le but est de cibler à l’avance les émissions sur une thématique donnée pour se faire une idée de la faisabilité d’un projet de recherche ou pour préparer la consultation sur les PCM.

Capture d’écran de la page d’accueil du catalogue en ligne de l’Inathèque, http://Inatheque.Ina.fr/

Les PCM de la médiathèque sont accessibles à toute personne justifiant d’un objet de recherche – chercheurs, étudiants ou enseignants de toutes disciplines ainsi que des professionnels. Ils sont également ouverts au grand public, la médiathèque a d’ailleurs reçu à de nombreuses reprises des personnes qui souhaitaient simplement retrouver l’archive d’une émission à laquelle eux ou un proche avaient participé. Pour consulter ces archives à la MMSH, il suffit simplement de réserver l’un des deux postes par mail, par téléphone ou directement auprès de Christian Champaloux, documentaliste en charge des PCM. Ils sont également accessibles librement si personne ne les a réservés.

Un PCM de l’Ina à la médiathèque de la MMSH. Photo prise par Anissa-Claire Adgharouamane le 27 juin 2016 au cours de l’atelier pratique.

L’apport des archives de l’Ina à la recherche et au grand public :

La présentation s’est terminée par une évocation de cas concrets d’utilisation des archives de l’Ina dans le monde des sciences humaines et auprès du grand public. Il peut s’agir de travaux scientifiques comme l’ouvrage Website Story. Histoire, mémoires et archives du Web de Sophie Gebeil5, maître de conférences en histoire contemporaine à Aix-Marseille Université, mais aussi des interfaces qui lient cette dimension scientifique à une accessibilité au grand public. On peut mentionner notamment la fresque Sudorama, fruit d’une collaboration entre l’Ina, le laboratoire de recherche TELEMMe et la Région Sud, qui retrace l’histoire, la culture et l’actualité du territoire à partir de plus de 500 vidéos depuis les années 40, sur des thèmes variés.6

“La machine à remonter le temps” : ateliers de découverte des PCM de la Médiathèque

Les ateliers organisés durant le reste des deux journées auront été l’occasion pour les participants de mettre en pratique les fonctionnalités que je leur avais présentées. Les ateliers duraient une trentaine de minutes, voire plus lorsque les participants avaient plus de temps et étaient curieux de continuer à explorer les possibilités offertes par les PCM. Ils étaient personnalisés en fonction de leurs thématiques de recherche qui étaient assez variées : étudiants en archéologie, en civilisation arabo-musulmane, en sciences de l’information et des bibliothèques, doctorants en sociologie, chercheurs en anthropologie. Le contact avec les PCM aura permis à ces différents acteurs du monde universitaire de mieux comprendre la nature de ces sources audiovisuelles et la manière de les utiliser au mieux dans un travail de recherche en complément de la documentation écrite traditionnelle. Dans le cas d’une étudiante en archéologie travaillant sur le site antique de Glanum à Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône), la consultation des archives de l’Ina sur une période courant des années 1950 à nos jours7 lui aura permis de constater l’évolution de l’accessibilité au site, mais aussi sa mise en valeur par l’image à travers notamment des vues aériennes de Glanum.

Atelier pratique avec deux étudiantes du Master Métiers des archives, des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. Photo prise par Véronique Ginouvès le 14 février 2024.

En somme, ces deux journées auront été très enrichissantes, tant pour leurs participants que pour moi-même. La présentation des archives de l’Ina, de leur histoire et de leur utilisation, aura permis au personnel de la médiathèque de mieux comprendre ces sources audiovisuelles et d’en conséquence mieux accompagner les usagers dans leur consultation sur les PCM. Les étudiants, doctorants et chercheurs auront pu eux aussi mieux comprendre les enjeux liés à ces archives et comment celles-ci pouvaient enrichir leurs travaux en leur offrant d’autres formes de représentations du monde, de la société, des individus. Pour ma part, l’organisation de ces ateliers aura été l’occasion de prendre des initiatives et des responsabilités au cours de mon stage. Ils auront été formateurs en ce qu’ils m’ont permis de me confronter à des démarches de transmission pédagogique, de médiation culturelle mais aussi de vulgarisation scientifique. Cela m’a amené à développer de nouvelles capacités de réflexion et d’expression qui, sans nul doute, pourront être valorisées dans la suite de mon cursus universitaire et de mon orientation professionnelle.

Lucas DULERMO, étudiant en Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine ; Parcours 2 le monde moderne et contemporain à l’université d’Aix-Marseille.

Pour citer cet article : Lucas DULERMO, “Quand l’Ina s’invite à la MMSH, ateliers de découverte des postes Inathèque “, Pôle Image-Son, mis en ligne le 28 février 2024 [En ligne] https://imageson.hypotheses.org/4006,

 

 



Citer ce billet
Mission interdisciplinarité(s) (2024, 28 février). Quand l’Ina s’invite à la MMSH, ateliers de découverte des postes Inathèque de la médiathèque. Pôle Image-Son. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vx58

  1. Une présentation similaire a également eu lieu le 20 février pour des étudiants en licence d’anthropologie dans le cadre de travaux de groupes encadrés par Giulia Fabbiano, anthropologue rattachée à L’Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (Idemec). []
  2. Ces imagettes sont libres de droit et peuvent ainsi être utilisées dans le cadre d’un mémoire, d’une thèse ou d’un article. Il est cependant nécessaire d’en indiquer le titre ainsi que la provenance, comme pour tout document iconographique. En outre on peut citer ici les règles juridiques rappelées par le service consultation de l’Inathèque à chaque export de notices ou imagettes : “Règles juridiques : Toute reproduction, représentation et d’une manière générale toute exploitation commerciale ou non commerciale des documents communiqués par l’Ina est strictement interdite, à l’exception du droit de citation précisé à l’article L.122-5-3°a) du code de la propriété intellectuelle En qui concerne les données d’audience de MEDIAMETRIE, elles ne peuvent être librement diffusées ou reproduites sans autorisation de MEDIAMETRIE. []
  3. La télévision nationale correspond aux chaînes “historiques” de la télévision française : TF1, France télévisions, Arte, M6, Canal +. La télévision régionale correspond aux antennes de France 3 en régions. La télévision satellite regroupe toutes les chaînes captées par satellite et inclut donc des canaux très hétérogènes : chaînes régionales (France O), à dimension internationale (France 24, TV5 Monde), des chaînes d’information en continu (BFM TV, CNews, France Info), thématiques (Toute l’Histoire, Public Sénat), mais aussi des chaînes étrangères (BBC World, CNN International, Al Jazeera). []
  4. En outre, les PCM n’offrent qu’une consultation autonome des fonds de l’INA là où les SLAV des délégations permettent une consultation experte accompagnée par des professionnels de l’Ina. Une carte des différents centres de consultations en France et en outre-mer est disponible sur cette page web de l’Inathèque : http://www.inatheque.fr/consultation.html []
  5. Les recherches de Sophie Gebeil se concentrent sur des questions de mémoire vues à travers les archives du Web notamment avec les projets PICCH (Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage) ou RESAW (Research infrastructure for the Study of Archived Web materials) organisés à l’échelle internationale. Un colloque aura lieu les 11 et 12 mars, à l’INSPE d’Aix-en-Provence, autour des usages du Web dans l’enseignement et la recherche, en présence du professeur Niels Brügger pionnier dans l’utilisation de ces archives. []
  6. Le site web propose des parcours thématiques ainsi que des interfaces spécifiques pour les lycéens (filières générale et professionnelle). []
  7. La consultation du catalogue de l’Inathèque en préalable à un travail sur les PCM permet de constater que 126 émissions sont archivées par l’Ina autour du mot-clé “Glanum” entre 1955 et 2022. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search