Ex-voto peints de Provence [introduction] – 1

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS) propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.

L’ex-voto, abréviation de l’expression latine ex voto suscepto (suite au vœu accepté), désigne un don fait par un fidèle à un personnage céleste en remerciement d ’une protection demandée (le vœu) et obtenue. L’ex-voto relève du rapport essentiel entre l’homme et la divinité ; on le retrouve ainsi, sous des formes variées dans diverses religions. Durant la période antique, les Grecs et les Romains avaient leurs sanctuaires à ex-voto. Dans l’Occident médiéval chrétien la pratique de l’ex-voto est fréquente dans les lieux de pèlerinage ; elle persiste dans les siècles suivants et jusqu’à l’époque contemporaine.

L’ex-voto prend des formes diverses, mais affirme toujours un lien évocateur de la nature de la protection obtenue, ce qui le distingue du cierge polyvalent et éphémère que le pèlerin allume dans le sanctuaire. L’ex-voto peut être un objet devenu inutile à la suite de la guérison, comme le bâton ou la béquille du paralytique, ou une figurine en cire, en bois ou en métal qui rappelle la partie du corps guérie miraculeusement (le bras, la jambe, l’oreille, les yeux, les seins…). Certaines de ces figurines votives représentent un personnage en prière et deviennent ainsi l’effigie substitut du donateur auprès du protecteur céleste.

Lithographie (vers 1860) représentant la statue de Notre-Dame de Lumières à Goult, entourée d'ex-voto de divers types.

Ph. 1. Lithographie (vers 1860) représentant la statue de Notre-Dame de Lumières à Goult, entourée d’ex-voto de divers types.

C’est dans les dernières années du XVIe siècle que la pratique de l’ex-voto peint semble avoir pénétré en Provence, en provenance d’Italie où elle existait depuis plus d’un siècle. Le premier tableau votif daté concerne la chute d’un enfant en 1591 à l’église des Saintes-Maries-de-la-mer, le 25 mai, un jour de pèlerinage. Mais jusqu’aux années 1660, les ex-voto peints restent assez rares en Provence ; une cinquantaine de cette époque, à peine, nous sont parvenus. Ces premiers tableaux concernent essentiellement deux régions en relation directe avec l’Italie : Marseille, et son port qui commerçait régulièrement avec ceux de la côte ligure, et le Comtat, terre papale. Il faut attendre la deuxième moitié du XVIIe siècle, et ce que l’on a appelé l’invasion dévote, pour que l’ex-voto peint s’ancre dans les pratiques des Provençaux. La renaissance, ou la création de nouveaux sanctuaires de pèlerinage, comme Notre-Dame de Grâce à Rochefort près d’Avignon, Notre-Dame de Lumières à Goult, Saint-Jean de Garguier près de Marseille, Notre-Dame de Consolation à Hyères, Notre-Dame des Anges à Pignans, Notre-Dame de Pitié à Roquebrune-sur-Argens favorisent le don d’ex-voto peint, lié aux « miracles » qui s’accomplissent dans ces sanctuaires.

Au XVIIIe siècle, la pratique de l’ex-voto peint se répand en Provence, touchant alors des sanctuaires de moindre renommée et de fréquentation locale. La décennie révolutionnaire intervient alors que le nombre d’ex-voto peint ne cessait d’augmenter. Jusqu’en 1792 la production votive se situe au même niveau que celle des années antérieures. La pratique votive, affaire de laïcs, semble peu affectée par la crise religieuse de 1790-91, sans doute d’autant moins que la majorité des prêtres provençaux prêtent le serment constitutionnel. Mais c’est la fermeture des lieux de culte, et la déchristianisation qui met un coup d’arrêt à la pratique de l’ex-voto peint : en net déclin en 1793, elle s’interrompt en 1794. Elle reprend ensuite discrètement, dès avant la signature du Concordat, mais ce n’est qu’à partir de 1812 que la reprise est nette. L’apogée se situe entre 1840 et 1880 : durant ces décennies la pratique pénètre même la Haute-Provence, qui jusqu’alors était restée souvent à l’écart. À cette époque, l’ex-voto peint apparaît comme l’une des formes de l’expression populaire de la culture religieuse en Provence. Pour le voyageur qui vient du nord, il peut même apparaître comme une spécificité régionale. Mais les deux dernières décennies du XIXe siècle marquent un tournant brutal. Le nombre d’ex-voto peints déposés dans les sanctuaires provençaux diminue considérablement, déclin qui se confirme et s’accentue au XXe siècle. Un autre support permet de rendre grâce d’un vœu exaucé : la plaque de marbre gravée qui envahit les murs des sanctuaires, où toute représentation a disparu, pour laisser place à une courte dédicace au saint protecteur, accompagnée d’une date et des initiales du donateur.

Ph. 2. Sur les murs du sanctuaire de Notre-Dame de la Garde à Marseille, les plaques de marbre côtoient les ex-voto peints

Ph. 2. Sur les murs du sanctuaire de Notre-Dame de la Garde à Marseille, les plaques de marbre côtoient les ex-voto peints.

Généralement les ex-voto peints sont des tableaux de petite taille, inférieure à 35 x 45 cm. Ces dimensions suffisent à représenter l’espace céleste et la scène humaine qui cohabitent dans la composition de l’image. Des raisons de coût interviennent certainement aussi dans le choix de formats réduits, puisque la plupart des dons émanent de milieux modestes. Les grands tableaux, quoique peu nombreux, sont cependant présents parmi les ex-voto individuels provenant de milieux sociaux les plus aisés, ou de tableaux offerts par des communautés de pénitents ou d’habitants.

À la fin du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle, des Provençaux pensant avoir bénéficié d’une protection céleste ont utilisé l’ex-voto peint, tableau de petite dimension déposé le plus souvent dans une chapelle de pèlerinage, pour « rendre leur vœu », de préférence au don traditionnel d’un objet ou d’un cierge. La nouveauté réside dans le recours au tableau, qui dès le début représente d’une part le donateur et de l’autre le protecteur céleste, dans ses nuages. Parmi les premiers donateurs, on rencontre surtout des nobles et des bourgeois, voire des clercs ou des communautés d’habitants. Si la petite bourgeoisie adopte d’emblée cette pratique, les milieux populaires sont dans les premiers temps très peu représentés.

Ce sont  les régions en contact commercial ou culturel avec la péninsule italienne, où la peinture votive existait dès de XVe siècle, qui ont acclimaté l’ex-voto à la Provence, constituant les premiers pôles de son essor : région comtadine, avec Avignon la ville qu’administrait le vice-légat du Pape, et terroir marseillais, avec son port ouvert sur la Méditerranée. L’essor de l’ex-voto peint est lié au contexte religieux de l’époque, celui de la Réforme catholique, qui voit se multiplier ordres religieux, sanctuaires de pèlerinages… et miracles.

On n’a pas de preuves attestant que le clergé ait encouragé le dépôt d’ex-voto peints. C’est alors cependant que l’image votive est la plus proche de l’iconographie religieuse, qui envahit les églises dans cette période de Réforme catholique triomphante. L’ex-voto de simple action de grâces en est le meilleur exemple : dans un décor absent ou dépouillé à l’extrême, face à la Vierge ou au saint occupant le haut du tableau, les donateurs sont agenouillés les mains jointes. L’ex-voto qui est objet d’action de grâces, remplaçant d’autres objets (béquilles, figurines en cire ou en métal), montre le côté spirituel de cet acte gratulatoire : la prière.

A cette époque, deux ex-voto sur cinq  relèvent de ce modèle; mais les autres ne s’en éloignent guère. Qu’ils figurent une scène de maladie, ce qui est le plus fréquent, d’accouchement ou d’accident, l’événement lui-même n’apparaît souvent qu’au second plan, alors que le devant de la scène est occupé par des personnages en prière, comme sur les tableaux de simple action de grâces. Le décor de la scène humaine est réduit au strict nécessaire pour sa compréhension : le lit du malade, ou l’arbre d’où tombe la victime. Le malade lui-même se joint parfois, par un geste des mains, à la prière de l’entourage.

Le milieu du XVIIIe siècle voit cette pratique progresser encore en Provence. Géographiquement, une nouvelle zone est touchée, le Var Occidental où l’ex-voto peint trouve place désormais dans de multiples chapelles de terroir. Parallèlement, une démocratisation s’affirme. Parmi les donateurs, nobles et clercs sont de moins en moins nombreux. Les élites prennent alors un certain recul envers le miraculeux, surtout quand celui-ci est trop quotidien : en des discours à peine différents, il est assimilé à la superstition aussi bien par les hommes des Lumières que par certains prélats réformateurs. Mais la petite et moyenne bourgeoisie reste très attachée à l’ex-voto peint alors que les milieux populaires adoptent massivement ce nouveau type d’action de grâces. Parmi les types de scènes, celui qui occultait l’événement pour ne retenir que la prière d’action de grâces, recule dès 1740, et de manière plus nette encore après 1760. La maladie conserve sa place, mais les accidents divers, et particulièrement ceux de la route et de la mer, ou les chutes se multiplient.

Si l’attitude de prière traditionnelle reste la plus fréquente, elle est déjà abandonnée par de nombreux hommes des milieux populaires, représentés dans des postures moins figées. Le domaine profane pénètre avec eux sur l’image votive. Point de bouleversement donc, mais l’amorce d’une mutation que va accélérer l’ébranlement révolutionnaire.

Pendant la décennie révolutionnaire, le don d’ex-voto peint ne s’est interrompu, en Provence, qu’au plus fort de la lutte antireligieuse, en 1794. L’ex-voto de la période révolutionnaire n’est guère différent de celui des années précédentes. À peine y note-t-on un pourcentage légèrement supérieur  de scènes de guerre ou de violence. La violence qui nous est montrée ne s’exerce pas toujours contre les blancs : ainsi peut-on voir un homme à cocarde tricolore échappant de justesse aux balles d’un bandit ou d’un adversaire. Mais loin du grand vent de l’Histoire, l’ex-voto continue de refléter les soucis quotidiens, que ce soit la santé de l’enfant ou les risques engendrés par l’effondrement d’une charpente, sur un tableau de l’année 1800 à Martigues où la date est indiquée en utilisant le calendrier révolutionnaire : « an 8 ».

Avec la restauration du culte catholique, le don de l’ex-voto peint connaît une nette reprise. L’apogée se situe entre 1830 et 1880. La période est également celle de la plus grande extension géographique de cette pratique, jusqu’à la Haute Provence. Presque totalement abandonnée par les élites, elle concerne encore la petite et moyenne bourgeoisie, mais ce sont les milieux populaires qui fournissent la majorité des donateurs. Cependant le contenu de l’image votive évolue.

C’est tout d’abord la surface de l’espace céleste qui se réduit considérablement, jusqu’à parfois disparaître, notamment sur les ex-voto marins. La convergence des regards entre personnages célestes et humains se fait plus rare. À côté de cela la scène humaine s’étoffe. Le décor y est plus abondant. La simple action de grâces, après 1820, devient exceptionnelle et les images de la vie quotidienne envahissent l’ex-voto. Tout le tableau s’organise désormais autour de la victime ou du malade. Hommes et femmes s’affairent auprès de lui, et ceux ou celles qui prient se tournent également souvent de son côté. Mais, autre signe de l’effacement de l’aspect religieux, les personnages en prière sont beaucoup moins nombreux qu’avant la Révolution. L’évolution est particulièrement nette chez les hommes où l’attitude de prière est désormais très minoritaire. La progression du sentiment de l’enfance se lit sur les scènes votives : action de grâce consécutive à une heureuse délivrance, enfant en personnage principal, malade ou victime de l’accident.

Au XIXe siècle, l’évolution de la sociologie des donateurs fait basculer l’ex-voto peint dans le domaine de la culture populaire. Et celle-ci va profondément modifier le contenu de l’image votive, même si son schéma d’ensemble, la dualité des espaces, est conservé. Le décor de la scène humaine envahit l’image, alors que l’espace céleste se rétrécit. À l’atmosphère recueillie des ex-voto des XVIIe et XVIIIe siècles, fait place la diversité des situations de la vie quotidienne, en des scènes animées. Le geste spontané de l’invocation, les bras levés au ciel, supplante parfois celui de la prière contrôlée, à genoux mains jointes.

L’écrit gagne en ampleur  et en visibilité sur l’ex-voto : à côté des mentions traditionnelles (mention votive, de l’année, du prénom et du nom), on précise parfois le jour ou les circonstances de l’événement. À la fin du XIXe siècle, le don d’ex-voto peints devient beaucoup plus rare. L’écrit n’a jamais été si présent sur l’image, et l’essor contemporain des inscriptions peintes et des plaques de marbre votives interdit d’interpréter l’abandon de l’ex-voto peint uniquement en termes de relâchement des pratiques religieuses traditionnelles.

La désaffection pour l’ex-voto imagé ne se traduit pas uniquement par la baisse de leur production. C’est le modèle lui-même qui est mis en cause sur les ex-voto qui continuent à être déposés. Le tableau est parfois abandonné au profit d’autres techniques : broderie, photographie, lithographie. L’absence, désormais, de peintres spécialisés fait que le donateur est plus souvent l’auteur de son tableau. Les mentalités ne semblent plus se satisfaire de la traditionnelle représentation de l’intervention céleste sous les traits de la Vierge dans son nuage, penchée sur les malheurs humains. L’image votive devient très différente et diverse ; elle perd de sa cohérence.

Au XXe siècle, un tiers des ex-voto évacue toute représentation céleste, mais à l’inverse un don votif sur sept se limite à une scène religieuse. En d’autres termes sur près de la moitié des ex-voto, la dualité des mondes a disparu. La scène humaine est, elle aussi, profondément modifiée et n’a souvent plus aucun rapport avec l’événement ayant suscité la grâce ; on se contente souvent d’un simple bouquet ou d’un paysage. Tout autant que les personnages célestes, les personnages humains font les frais de cette mutation : ils sont en moyenne deux fois moins nombreux qu’auparavant. Mais parmi ceux qui subsistent, l’abandon de la position de prière est encore plus net qu’au siècle précédent. Il y a donc à la fois prolongement d’une évolution et rupture, car c’est le modèle iconique traditionnel de l’ex-voto peint qui est alors  totalement brisé. En revanche, dans la période récente, un nouveau regard est porté sur l’ex-voto peint qui est redécouvert comme un élément important de notre patrimoine.

Dans les billets suivants on trouvera une présentation des sanctuaires provençaux à ex-voto et une analyse du contenu des images votives : l’espace céleste, les diverses scènes humaines, les peintres d’ex-voto, les tableaux les plus récents.

Bernard Cousin,  UMR Telemme (Aix-Marseille Université – CNRS)

 

Documentation et bibliographie

La documentation est fondée sur les quatre mille ex-voto peints provençaux qui ont fait l’objet de ma thèse : Bernard Cousin, Le miracle et le quotidien. Les ex-voto provençaux, images d’une société, Sociétés, mentalités, cultures, Aix-en-Provence, 1983, 339 p.

Les textes et photographies de ce site sont extraits de mon livre : Bernard Cousin, Le regard tourné vers le Ciel. Ex-voto peints de Provence, Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2017, 222 p.

***

J’ai également publié de nombreux articles sur les ex-voto, abordant chaque fois un des aspects particuliers de ce document. Certains sont disponibles en ligne :

“L’espace céleste dans les ex-voto peints de Provence occidentale”, Cahiers de la Méditerranée, 1976, p. 49 à 53. https://www.persee.fr/doc/camed_0395-9317_1976_num_13_1_1720?q=bernard+Cousin

“Ex-voto provençaux et histoire des mentalités”, Le monde alpin et rhodanien, numéro spécial “Religion populaire”, 1977, p. 187 à 212. https://www.persee.fr/doc/mar_0758-4431_1977_num_5_1_1040?q=bernard+Cousin

“L’ex-voto, document d’histoire, expression d’une société”, Archives de sciences sociales des religions, 1979, p. 107 à 124. https://www.persee.fr/doc/assr_0335-5985_1979_num_48_1_2191?q=bernard+Cousin

“Peintres d’ex-voto provençaux” (en collaboration avec Arnaud Ramière de Fortanier), Le monde alpin et rhodanien, 1979, p. 473 à 493. https://www.persee.fr/doc/mar_0758-4431_1979_num_7_1_1083?q=bernard+Cousin

“Longue durée et temps court: l’impact de la Révolution française sur l’ex-voto peint”, Annales historiques de la Révolution française, 1980, p. 280 à 293. https://www.persee.fr/doc/ahrf_0003-4436_1980_num_240_1_4368?q=bernard+Cousin

“Les quatre époques mémorables de Jean-Joseph Aubergy”, Les intermédiaires culturels, (actes du colloque d’Aix-en-Provence, 1978), Publications de l’Université de Provence, 1981, p.471 à 477. https://imageson.hypotheses.org/378

“Espace et sacré sur l’ex-voto peint provençal”, L’espace et le sacré, (actes du colloque de Rennes, 1982), Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1983, p. 349 à 356. https://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1983_num_90_2_4690?q=bernard+Cousin

“La vie au village représentée et transfigurée: les ex-voto d’Eusèbe Nicolas”, Images de Provence, (actes du colloque du Centre Méridional d’Histoire, Marseille 30 mai – 1er juin 1991), Publications de l’Université de Provence, 1992, p. 307 à 320. https://imageson.hypotheses.org/425

« De l’ex-voto peint à l’image in memoriam », dans R. Bertrand, A. Carol, J.N. Pelen, Les narrations de la mort, PUP, 2005, p. 161-170. https://books.openedition.org/pup/7252

« La représentation de l’au-delà sur les ex-voto peints », dans Pierre-Yves Le Pogam (sous la direction de), Imaginer et représenter l’au-delà, Actes du 132e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques, éditions du CTHS, 2010. 162 – 171.

On peut accéder à un fonds de plus de trois mille ex-voto provençaux en consultant le « mur d’ex-voto » créé à La Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en Provence sur le site :  http://cths.fr/ed/edition.php?id=5410http://ex-voto.mmsh.fr/exvoto_js.html

Autres publications sur les ex-voto provençaux :

« Autour de Notre-Dame de Vie », Annales de la société scientifique et littéraire de Cannes et de Grasse, tome LVIII, 2013.

Duperray Ève, Tourne-toi vers elle. Les ex-voto de Notre-Dame de Lumières, Arles, Actes Sud – Département de Vaucluse, 2014.

Ex-voto du terroir marseillais, Catalogue de l’exposition des Archives de la ville de Marseille, Marseille, 1978.

Ex-voto marins de Méditerranée, Catalogue de l’exposition de Collioure – Antibes – Marseille, Paris, Musée de la Marine, 1978.

Ex-voto et Pénitents en Provence et dans le Comté de Nice, Catalogue de l’exposition du Palais Lascaris, Nice, 1987.

Les ex-voto du pays d’Aix, Catalogue de l’exposition du Musée du Vieil Aix, Aix-en-Provence, 2008.

Reynaud Félix, Ex-voto marins de Notre-Dame de la Garde, Marseille, La Thune, 1996.

Reynaud Félix, Ex-voto de Notre-Dame de la Garde. La vie publique, Marseille, La Thune, 1997.

Sinicropi Gilles, Valcluse. La Notre-Dame du pays de Grasse, Nice, Serre, 2014.

« V.F.G.A. Ex-voto des Alpes Maritimes », Cahier des Alpes-Maritimes, n° 12, 1995.

 

La mise en ligne des billets sur les ex-votos provençaux a été effectuée par Véronique Ginouvès, UAR3125 CNRS, en mars 2024.

 

Crédits photographiques : photographie 1. Lithographie (vers 1860) représentant la statue de Notre-Dame de Lumières à Goult, entourée d’ex-voto de divers types. Photographie 2. Sur les murs du sanctuaire de Notre-Dame de la Garde à Marseille, les plaques de marbre côtoient les ex-voto peints.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
bcousin (13 mars 2024). Ex-voto peints de Provence [introduction] – 1. Pôle Image-Son. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0jr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search