Attitudes de prière sur les ex-voto de Provence (4)

Si la grande majorité des ex-voto peints provençaux comportent une scène humaine qui représente le donateur dans la circonstance qui a motivé le vœu et justifié la protection céleste (accident, maladie…), un tableau sur sept échappe à cette règle, et ne fait figurer les personnages humains que dans une attitude de prière qui exprime le plus souvent le remerciement pour la grâce reçue. Ces ex-voto de « simple action de grâces » constituent le type de tableau votif à l’ancienne. En effet, s’ils représentent 40 % des ex-voto peints jusqu’en 1740, leur proportion diminue ensuite rapidement, tombant au-dessous de 20% au milieu du XVIIIe siècle, puis de 10% à partir de 1820.

Sur les ex-voto les plus anciens, le donateur, représenté agenouillé en prière, les mains jointes, est souvent un homme, image du dévot du XVIIe siècle, comme sur ce tableau de 1613.  C’est un noble, il porte l’épée ; il est agenouillé; le paysage se limite à une croix érigée sur le sol. Aux mains jointes du donateur font face les mains jointes de l’enfant Jésus, que Marie tient dans ses bras, et dont les pieds reposent sur la guirlande de nuages qui connotent le Ciel, comme s’il allait en sortir pour apporter son secours à l’homme qui l’implore.

Ph. 9. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Bois, 28 x 25 cm.

Ph. 9. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Bois, 28 x 25 cm.

L’ex-voto est aussi souvent une démarche familiale, comme le montre ce tableau des années 1660 où le père, la mère et leurs deux fillettes sont représentés dans la même attitude de prière, face à un espace céleste occupé par la Pietà. Nous sommes dans un milieu plus modeste, mais cependant de quelque aisance, comme en attestent les vêtements du couple et des filles, qui sur la robe portent le traditionnel tablier. En bas à droite figure la mention « ex-voto » ainsi que le nom des donateurs.

Ph. 10. Notre-Dame de Lumières à Goult. Toile, 47 x 52 cm.

Ph. 10. Notre-Dame de Lumières à Goult. Toile, 47 x 52 cm.

Le terrible fléau de la peste qui frappa à plusieurs reprises la Provence, et notamment en 1720-1722 a laissé des traces sur l’ex-voto. Il est à l’origine de la plupart des ex-voto collectifs, car à cette occasion c’était toute la population qui se trouvait menacée. Cependant ces tableaux ne montrent pas les malades ou les agonisants, mais prennent la forme d’une action de grâces collective : procession de la communauté d’habitants de la paroisse, ou prière de ces deux familles marseillaises, Figondi et Monblan, réunies sur le même ex-voto remis en 1721, dont la construction iconographique est particulière : l’espace céleste occupe tout le registre supérieur, alors que dans la partie basse du tableau, les orants se font face, les hommes à gauche, les femmes à droite.

Ph. 11. Notre-Dame de la Galline à la Nerthe. Carton, 25 x 31 cm.

Ph. 11. Notre-Dame de la Galline à la Nerthe. Carton, 25 x 31 cm.

Même s’il est moins fréquent, l’ex-voto de simple action de grâces existe encore au XIXe siècle. Quelques évolutions sont cependant perceptibles. Lorsqu’il est le fait d’un seul donateur, c’est un personnage féminin qui s’impose. C’est le cas de cette femme de milieu populaire, qui porte un tablier bleu sur sa robe, agenouillée les mains jointes dans l’attitude traditionnelle de prière, représentée dans un intérieur assez indéterminé ; le décor est très dépouillé : une fenêtre, un prie-dieu rudimentaire, en bois, sans accoudoir, une sorte de bahut dont le devant est orné d’un paysage peint et sur lequel est posée une statuette de saint, sous cloche de verre, le santibelli familier des intérieurs provençaux.

Ph. 12. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Bois, 27 x 35 cm.

Ph. 12. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Bois, 27 x 35 cm.

 

Mais les peintres d’ex-voto situent parfois ces tableaux de simple action de grâces au sein même des sanctuaires. Tout en plaçant ses personnages à l’intérieur de la chapelle de Notre-Dame des Lumières, le peintre de cet ex-voto de 1859 choisit un procédé spécifique pour bien signifier la démarche votive, il la représente. En effet, au pied de l’autel, au-dessus duquel une Vierge à l’enfant apparaît dans un halo lumineux entouré de nuages, on voit un couple agenouillé et un enfant qui tient à la main le tableau votif dont il vient faire don au sanctuaire. Rare exemple de composition en abîme, où le tableau votif figure sur l’ex-voto.

Ph. 13. Notre-Dame de Lumières à Goult. Carton, 24 x 31 cm.

Ph. 13. Notre-Dame de Lumières à Goult. Carton, 24 x 31 cm.

C’est une femme seule, agenouillée dans l’attitude traditionnelle de prière, que nous montre ce tableau votif du début du XXe siècle. Le personnage féminin est ici inséré dans un véritable décor extérieur, celui d’un jardin avec mur d’enceinte et portail, buisson fleuri et pots de fleurs. Au loin, en hauteur, le sanctuaire de Notre-Dame de Beauregard  à Orgon, où a été déposé le tableau, constitue l’arrière plan de la composition picturale ; mais ce n’est pas vers lui que se tourne le regard de l’orante, mais vers la Vierge à l’enfant qui semble lui apparaître entourée de nuées.

Ph. 14. Notre-Dame de Beauregard à Orgon. Toile, 53 x 44 cm

Ph. 14. Notre-Dame de Beauregard à Orgon. Toile, 53 x 44 cm

Quelquefois la remise d’un ex-voto peint dépasse la démarche individuelle ou familiale. C’est le cas notamment des confréries de pénitents. Ces associations de laïcs qui avaient des buts charitables, de dévotion, mais aussi de sociabilité, étaient nombreuses en Provence sous l’Ancien Régime. Chaque communauté d’habitants de quelque importance comptait alors une ou plusieurs confréries. Après un déclin dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et leur fermeture sous la Révolution, un certain nombre d’entre elles renaissent et prospèrent au XIXe siècle. Il est parfois  difficile de connaître le motif de leur ex-voto, comme pour celui déposé par les pénitents de Caumont au sanctuaire de Notre-Dame de Lumières, vers lequel on les voit processionner, bannière de la confrérie en tête. Au-dessous de l’image, la mention qui précise la date et le nom de la compagnie, apparaît comme une légende bien lisible, écrite en lettres majuscules claires sur fond bleu.

Ph. 15. Notre-Dame de Lumières à Goult. Toile, 60 x 90 cm.

Ph. 15. Notre-Dame de Lumières à Goult. Toile, 60 x 90 cm. (et image “à la une”)

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
bcousin (13 mars 2024). Attitudes de prière sur les ex-voto de Provence (4). Pôle Image-Son. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0ju


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search