Ex-voto de maladie (5)

La maladie est, de loin, la scène humaine le plus souvent représentée sur les ex-voto peints provençaux : elle concerne plus de 30 % des tableaux. Elle est aussi celle qui s’impose le plus régulièrement dans le temps : son importance ne varie guère du XVIIe au XIXsiècle ; seuls les ex-voto tardifs, du XXe siècle, marquent un recul. C’est aussi celle dont l’iconographie paraît la plus stéréotypée : un(e) malade alité(e), souvent entouré(e) de ses proches. Le tableau est remis au sanctuaire une fois la guérison obtenue, mais la peinture représente le moment du danger vécu, c’est-à-dire celui de la maladie, qui est aussi celui de l’invocation d’un protecteur céleste. Le personnage principal, celui pour lequel l’ex-voto a été remis, est généralement représenté « gisant au lit, malade », selon l’expression employée par les notaires dans les testaments, sous l’Ancien Régime. L’ampleur de l’entourage varie, ainsi que ses attitudes.

Le tableau remis à Notre-Dame de Lumières en 1668 est caractéristique des ex-voto de maladie du XVIIe siècle. Le malade, un homme, est alité dans un grand lit à tentures, nouées en position ouverte, avec matelas, oreiller, drap blanc et couvertures : nous sommes visiblement dans un milieu aisé. Il porte une chemise blanche et un bonnet rouge. Au pied du lit, tournées vers le personnage céleste, en l’occurrence la Pietà, une femme et une fillette sont agenouillées en prière, les mains jointes. Ce sont probablement la femme et la fille du malade, qui invoquent Marie pour sa guérison. Mais le malade lui-même participe à la scène : allongé, mais en position légèrement assise, il joint ses mains dans le même geste de prière que son épouse.

Ph. 16. Notre-Dame de Lumières à Goult. Toile, 31 x 40 cm.

Ph. 16. Notre-Dame de Lumières à Goult. Toile, 31 x 40 cm.

C’est  une ambiance très recueillie qui se dégage de l’ex-voto remis probablement au début du XVIIIe siècle à la chapelle Notre-Dame de Pitié à Roquebrune-sur-Argens. Pour seul décor, un grand lit à colonnes et courtines vertes dans lequel un homme est couché, avec un bonnet de nuit blanc. Au pied du lit, trois personnages, que l’on peut probablement identifier comme sa femme et ses deux filles. Elles sont agenouillées, les mains jointes, dans l’attitude traditionnelle de prière recommandée par l’Église, et tournées vers l’espace céleste. La mère lève les yeux dans cette direction, comme si elle pouvait apercevoir, au milieu des nuages, éclairée par une lumière qui descend du ciel, la Pietà, Vierge de pitié qui est la patronne du sanctuaire.

Ph.17. Notre-Dame de Pitié à Roquebrune sur Argens. Bois, 20 x 41 cm.

Ph.17. Notre-Dame de Pitié à Roquebrune-sur-Argens. Bois, 20 x 41 cm.

Au XIXe siècle, l’ex-voto pour maladie évolue profondément. Certes ce n’est ni la nature de la démarche votive, ni la structure de l’image, qui changent, mais dans ce cadre maintenu, combien de nouveautés ! L’image se fait précise, apportant des détails absents jusque là. Ainsi les peintres ne se contentent plus de représenter simplement un lit, mais nous font pénétrer dans la chambre du malade, dont on entrevoit le sol, les murs, les meubles, voire les objets qui s’y trouvent. L’entourage du malade aussi s’étoffe, les rôles se diversifient, notamment entre hommes et femmes, les premiers le plus souvent dans l’assistance au malade, les secondes dans la prière d’invocation. En conséquence, la gestuelle des uns et des autres évolue. La scène prend vie.

Le tableau remis en 1810 à Mazan apparaît comme une transition. Des ex-voto du siècle précédent, il conserve la disposition d’ensemble : d’un côté un malade gisant dans un lit à colonnes et courtines, de l’autre, agenouillés en prière, les mains jointes, et tournés vers la Vierge à l’enfant trois personnages, un homme et deux femmes. Mais la représentation de la chambre du malade est beaucoup plus détaillée qu’auparavant : au sol on distingue le carrelage, au mur, un miroir, une image pieuse et un petit crucifix-bénitier. Outre le lit, la chambre est meublée de trois chaises en paille et d’une table basse recouverte d’un napperon. Enfin, à côté du lit où le malade repose, les yeux fermés, se tient un prêtre, un livre dans une main, un crucifix dans l’autre.

Ph. 18. Notre-Dame la Brune à Mazan. Carton, 38 x 47 cm.

Ph. 18. Notre-Dame la Brune à Mazan. Carton, 38 x 47 cm.

Dans un village de l’intérieur varois, Le Val, en 1876, un jeune homme, Hypolite Ventre, est au plus mal. Il gît, les yeux clos, dans un lit placé dans une alcôve. Un médecin est à son chevet et lui prend le pouls. À côté, une femme semble expliquer la situation du malade à un autre homme, chapeau à la main, qui vient d’arriver dans la chambre. C’est probablement un deuxième médecin que l’on est allé quérir. Il était en effet fréquent que dans les cas désespérés le médecin traitant fasse appel à un confrère, qui pouvait venir de la ville. Une fiole et une tasse sont posées sur une table de nuit. Tous les autres personnages, quatre femmes et un homme, invoquent la Vierge, mais leurs attitudes sont différentes, seules deux des femmes sont dans la posture traditionnelle à genoux, mains jointes. Toutes les femmes sont vêtues d’une robe sombre, sur laquelle elles portent un tablier et un châle, dont les couleurs varient. Chacune a la tête couverte d’une coiffe blanche nouée sous le menton. C’est le vêtement habituel des villageoises sur les ex-voto à cette période.

Ph. 19. Notre-Dame de Paracol au Val. Carton, 46 x 57 cm.

Ph. 19. Notre-Dame de Paracol au Val. Carton, 46 x 57 cm.

Quelques années plus tard, le 15 août 1881, un autre jeune homme, Casius Arnaud, est lui aussi gravement malade. Il est allongé dans un lit placé dans une alcôve aux tentures blanches, les yeux clos. La scène est représentée en plan plus serré, avec un trait précis, les personnages sont moins nombreux, mais les détails sont bien visibles. Sur la table de nuit en bois recouverte de marbre, très fréquente en Provence à cette époque, on distingue nettement un bol et un flacon de médicament, avec une étiquette sur le verre. Au fond de l’alcôve, la mère, qui porte un châle sur les épaules et une coiffe banche, a l’air abattue. À droite, le père, vêtu comme un paysan endimanché a la tête penchée et le regard triste. Au centre de l’image, le médecin prend le pouls du malade. Il arbore barbe et moustache, et se distingue par son vêtement : redingote noire portée sur un gilet gris d’où sort une chaîne de montre gousset. Aux pieds il a des chaussures de ville en cuir noir. Son chapeau haut-de-forme est posé sur un guéridon recouvert d’un napperon vert. Les divers protagonistes de la scène sont tournés vers le spectateur du tableau, mais seul le père semble le regarder, pour lui faire partager son abattement. Complètement étrangère au reste de la composition, le jour où l’Église fête son Assomption, la Vierge à l’enfant, dans un petit médaillon lumineux dans le coin haut et droit du tableau, apporte, de loin, sa protection au malade.

Ph. 20. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Bois, 34 x 44 cm.

Ph. 20. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Bois, 34 x 44 cm.

Grâce au trait précis d’Eusèbe Nicolas, peintre d’ex-voto au Beausset-Vieux, nous pénétrons dans l’intimité d’une famille varoise, au début de la Troisième République. Le milieu est modeste, comme en témoigne le costume des femmes, mais l’intérieur est soigné : une chambre, avec cheminée dans laquelle brûle un bon feu (nous sommes au mois de mars), au mur, un papier peint fini par un galon, à la limite du plafond. Des images pieuses encadrées, une pendule en bronze et des santibelli sous cloche de verre complètent le décor. Le lit parental est placé dans une alcôve, avec au mur un crucifix, et la branche d’olivier bénie le dimanche des Rameaux. Le jeune Albert Cordeil, âgé d’un an et demi, est emmailloté dans son berceau, à côté duquel se trouvent deux femmes, dont l’une agenouillée en prière. Une inscription manuscrite, au bas du tableau précise : « Albert Cordeil, âgé de 18 mois ayant été malade pendant tout le mois de mars 1878 et ayant imploré nous ses parents la très sainte Vierge du Vieux-Beausset et ayant obtenu son rétablissement radical avons fait faire cet ex-voto pour qu’il soit déposé à la dite chapelle. Fait au Beausset le 30 septembre 1878 par Maître Eusèbe Nicolas sourd muet ». Notons que le texte parle « des parents », alors que l’image ne montre que la mère, et une autre femme, peut-être la tante de l’enfant. Le père est absent de la représentation. Les termes employés mettent en relief la gravité de la maladie, par sa durée « tout le mois de mars », mais aussi la puissance de l’intervention mariale qui obtient « son rétablissement radical », ce que l’image traduit par les rayons lumineux émanant de la main de Marie pour aboutir à la tête de l’enfant. Enfin ce texte nous donne une précieuse indication sur le délai écoulé entre l’événement et le dépôt du tableau votif dans le sanctuaire, ici six mois. Il y a dans ce laps de temps la durée matérielle de la réalisation du tableau, mais aussi sans doute, un moment d’interrogation des parents avant la prise de décision et la commande de l’ex-voto au peintre.

Ph. 21. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Carton, 42 x 42 cm.

Ph. 21. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Carton, 42 x 42 cm.

Au XXe siècle, le nombre d’ex-voto peints se réduit et le contenu de l’image votive évolue. Cette remarque générale se vérifie parfaitement concernant les scènes de maladie. Le dessin aquarellé du sanctuaire de Notre-Dame de Consolation de Hyères, au trait assez naïf, concernant Jacques Roasio, en 1908, montre avec précision le mobilier de la chambre du malade : le lit simple en bois dans lequel il est allongé, encadré par deux tables de nuit, quatre chaises, un fauteuil, une armoire à glace, un petit meuble de type coiffeuse, un tapis coloré, des tableaux aux murs, dont deux portraits, et une image pieuse avec un petit crucifix. C’est la seule référence religieuse dans cette composition où les deux femmes sont dans des attitudes de soin et non de prière, et où, surtout, l’espace céleste est complètement absent. Seule l’inscription placée en haut dans une sorte de parchemin qui se déroule en guirlande de fleurs, permet d’attribuer à cette image sa fonction votive.

Ph. 22. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Papier, 38 x 50 cm.

Ph. 22. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Papier, 38 x 50 cm.

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.



Citer ce billet
bcousin (2024, 13 mars). Ex-voto de maladie (5). Pôle Image-Son. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0jv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search