Naissance et petite enfance sur les ex-voto de Provence (6)

Les ex-voto relatifs à la naissance concernent un moment essentiel de la vie familiale, puisque dans la morale chrétienne la fonction première du couple est la procréation. L’accouchement, dans la société traditionnelle, est une épreuve attendue, répétée. Il a des résonnances symboliques autour de ce qui concerne la fertilité, la souffrance, la vie et la mort. Les naissances s’accompagnent de leur cortège de décès : décès de la mère en couches, ou dans les jours qui suivent à cause des fièvres puerpérales, décès du nouveau-né qui ne résiste pas à un accouchement difficile, et mortalité infantile très forte, aux causes diverses, au cours des premiers mois. On comprend aisément que, lorsque les choses se présentaient mal, devant un danger aussi imminent, l’invocation du Ciel était fréquente, suivie de la remise d’un tableau au sanctuaire, si l’issue s’avérait heureuse.

Sans doute par pudeur, la représentation de l’accouchement proprement dit demeure rare. La peinture sur bois remise à Saint-Jean de Garguier autour de 1700 en fournit un bel exemple. Sur un fond très sombre, on distingue, en haut et à gauche saint Jean-Baptiste tenant une bannière en forme de croix. À droite, la parturiante est assise sur le bord d’un lit à colonnes et courtines, vêtue d’une robe et d’un jupon. Elle est soutenue par deux femmes, positionnées derrière elle, mais c’est un homme, et non une matrone, qui extrait l’enfant. En effet, si de manière générale ce sont les sages-femmes qui à l’époque procèdent aux accouchements, quand celui-ci était trop long ou trop difficile, on faisait appel, souvent trop tard, au chirurgien. Ce dernier est représenté de dos, les manches retroussées, et l’on voit le nouveau-né qu’il vient de sortir de l’utérus de la mère. Les deux femmes qui soutiennent l’accouchée lèvent un bras au ciel pour célébrer la délivrance. Cette représentation est conforme à ce que l’on sait sur les accouchements difficiles, grâce aux rapports établis par des chirurgiens au XVIIIe siècle.

Ph. 23. Saint-Jean de Garguier à Gémenos. Bois, 25 x 33 cm.

Ph. 23. Saint-Jean de Garguier à Gémenos. Bois, 25 x 33 cm.

Par sa nature même, l’accouchement difficile se terminant bien, qui justifie que l’on fasse peindre un ex-voto, est l’événement qui est le moins montré sur les tableaux. On lui préfère généralement la représentation de l’instant d’après, celui de l’issue heureuse, c’est-à-dire de la mère avec son enfant. La mère est encore alitée, ce qui exprime bien que la naissance vient de se produire, et le nouveau-né est soit dans ses bras, soit à côté d’elle. Sur la toile remise à Notre-Dame du Glaive, face à la Pietà, la mère est assise dans le lit à colonnes, dont les courtines rouges sont attachées autour des montants, elle tient dans ses bras l’enfant, comme si elle le présentait au spectateur du tableau. Le nouveau-né est langé et ses membres sont prisonniers sous des bandelettes qui enserrent son corps. Seule émerge sa tête, couverte d’un bonnet.

Ph. 24. Notre-Dame du Glaive à Cabasse. Toile, 30 x 38 cm.

Ph. 24. Notre-Dame du Glaive à Cabasse. Toile, 30 x 38 cm.

Si la représentation conjointe de la mère alitée et du nouveau-né laisse bien entendre qu’il s’agit d’un remerciement en suite de couches, il est plus difficile d’interpréter les tableaux qui montrent le couple présentant l’enfant à la Vierge, comme celui de 1685. La composition picturale de ce tableau reprend celle des ex-voto de simple action de grâces, très nombreux à la même époque: les personnages humains sont représentés agenouillés dans la partie droite du tableau, l’espace céleste, ici avec la Pietà, occupant la partie gauche. L’homme est dans l’attitude de prière traditionnelle, les mains jointes, dans lesquelles il tient un chapelet. Son épouse porte dans ses bras le nouveau-né. Aucun décor ne complète la scène humaine. On remarque que le nourrisson a tous les membres emmaillotés. Il n’est pas exclu que cet ex-voto ait été remis à la suite d’un accouchement difficile, la vie de l’enfant ayant été sauvée de justesse. Mais d’autres interprétations sont possibles. Peut-être s’agit-il d’une naissance longtemps attendue, après une période de stérilité. Il se peut aussi que les parents vouent l’enfant à la Vierge, pour le protéger, dès sa naissance, et dans ce cas nous aurions à faire à un ex-voto propitiatoire. Il se peut enfin qu’il s’agisse d’une action de grâce consécutive à une maladie du nourrisson. La pauvreté des indices fournis par l’image ne permet pas de trancher.

Ph. 25. Notre-Dame de Pitié à Roquebrune-sur-Argens. Bois, 21 x 27 cm.

Ph. 25. Notre-Dame de Pitié à Roquebrune-sur-Argens. Bois, 21 x 27 cm.

Sur cet ex-voto aixois, dans un bel appartement, dont les deux grandes fenêtres donnent sur un jardin, l’accouchée est alitée dans une alcôve, tenant dans ses bras les jumeaux qu’elle vient de mettre au monde ce 2 janvier 1839. Les naissances gémellaires augmentaient les risques d’accouchement difficile. Alors qu’une servante, portant châle et tablier, est assise à côté du lit, un homme vêtu d’une redingote qui doit être le père, debout au pied du lit joint les mains en signe de prière, et une femme, de dos, habillée d’une élégante robe sombre, probablement la mère de l’accouchée, écarte les bras en un geste de reconnaissance face à la Vierge à l’enfant représentée dans un grand tableau accroché au mur. Tout indique que nous sommes dans une famille aisée, de la bonne bourgeoisie, voire de l’aristocratie : la hauteur sous plafond, caractéristique des hôtels particuliers aixois, les riches rideaux aux fenêtres, la belle chaise que l’on aperçoit à gauche, les vêtements portés par l’homme et la femme. Le choix du peintre (ou des donateurs) de ne pas introduire dans ce bel intérieur, précisément figuré, la présence trop irrationnelle d’une Vierge apparaissant dans des nuages, le conduit à intégrer la présence mariale par le biais d’une représentation en abîme, un tableau dans le tableau.

Ph. 26. Eglise de la Madeleine à Aix-en-Provence. Toile, 32 x 40 cm.

Ph. 26. Eglise de la Madeleine à Aix-en-Provence. Toile, 32 x 40 cm.

Nous voilà dans un intérieur urbain de la petite bourgeoisie, sous le Second Empire : un lourd lit en bois, surmonté de rideaux blancs, une commode de belles dimensions au-dessus de laquelle est suspendu un grand miroir, deux fauteuils en bois à l’assise en tissu, des rideaux à la fenêtre, un repose-pied, une descente de lit. Allongée dans son lit, les mains jointes, Louise Galleuil, épouse Isnard, « sauvée miraculeusement à la suite de couches », remercie la Vierge, en l’année 1857. Dans le berceau suspendu placé à côté du lit, on voit le fruit du travail de la mère : deux jumeaux, totalement nus, qui semblent déjà jouer ensemble. Assise sur son coussin de nuages, Marie est représentée en mère : elle regarde son fils, lui aussi nu, qu’elle tient dans ses bras et c’est Jésus qui fait un geste protecteur de la main droite en direction de l’accouchée. Ce tableau votif établit un jeu de miroir mère-enfant entre protectrice et protégée.

Ph. 27. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Toile, 40 x 50 cm.

Ph. 27. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Toile, 40 x 50 cm.

L’ex-voto de Marius Requin porte la date du 15 mai 1868. La scène humaine nous fait pénétrer dans une chapelle, sans doute celle où a été remis le tableau. Le nouveau-né, emmailloté dans ses langes, est déposé sur le soubassement de l’autel de la Vierge. À ses côtés, ses parents, vêtus comme des paysans de l’époque : le père a un genou à terre et les bras levés, la mère est agenouillée et montre l’enfant de sa main gauche ; une autre jeune femme, probablement une tante ou une sœur aînée du nourrisson, est en prière, les mains jointes. Sur l’autel, à la place où se trouve normalement la statue de la Vierge, celle-ci est représentée dans des nuées, sur un fond lumineux ; elle se penche vers l’enfant et tend vers lui une main secourable, d’où part un rai de lumière qui vient apporter la protection mariale au petit enfant. La cause exacte de ce don votif n’est précisée ni par l’iconographie, ni par la mention écrite : l’enfant était-il malade, ou bien les parents le portent-ils au pied de l’autel en remerciement d’une naissance longtemps attendue ? Ou bien encore est-ce une démarche pour vouer l’enfant à Marie ?

Ph. 28. Notre-Dame de Paracol au Val. Carton, 39 x 50 cm.

Ph. 28. Notre-Dame de Paracol au Val. Carton, 39 x 50 cm.

Ce tableau tardif, signé E. Henry, s’éloigne  de l’iconographie votive traditionnelle. En effet la représentation du personnage céleste est ici absente, de même que la dédicace. S’il n’était placé dans le sanctuaire de Notre-Dame de Valcluse, au milieu des autres ex-voto, on ne pourrait déceler sa fonction. Sur un fond bleuté où l’on distingue un lit d’enfant, se détache l’image d’une mère assise dans un fauteuil et tenant dans ses bras le nourrisson qu’elle pouponne. Image de l’amour maternel plutôt que témoignage d’une dévotion, cet exemple montre la profonde évolution du contenu dans ce qui subsiste d’images votives au XXe siècle. Les peintres spécialisés en ex-voto ayant disparu avec la baisse de la pratique, les codes iconographiques qui régissaient l’image votive sont oubliés ou volontairement transgressés.

Ph. 29. Notre-Dame de Valcluse. Bois, 31 x 25 cm.

Ph. 29. Notre-Dame de Valcluse. Bois, 31 x 25 cm. Et image “à la une”

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.



Citer ce billet
bcousin (2024, 13 mars). Naissance et petite enfance sur les ex-voto de Provence (6). Pôle Image-Son. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0jw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search