Ex-voto et risques naturels (7)

Les hommes ont toujours craint les déchaînements de la nature. Les risques naturels, par leur caractère à la fois brutal et puissant, ont tout pour effrayer. C’était particulièrement vrai dans la société chrétienne traditionnelle où des clercs n’hésitaient pas à attribuer ces manifestations naturelles à la colère divine contre l’impiété. Par ailleurs, le risque, dans ce cas, est celui d’une mort subite. Or la mort subite était celle que l’on craignait le plus : elle ne permettait ni de régler ses affaires ici-bas, ni de se préparer au grand passage vers l’au-delà. Une invocation religieuse traduisait bien l’angoisse d’avoir à comparaître devant le tribunal céleste sans avoir eu le temps de s’y préparer : « De morte repentina, libera nos, Domine » (De la mort subite, préserve-nous, Seigneur).

De ces risques naturels, celui qui a laissé le plus de traces sur les ex-voto provençaux est, de loin, la foudre. Les orages violents, fréquents sous le climat méditerranéen, étaient craints des populations car ils pouvaient, en quelques minutes, détruire les récoltes. Pour s’en prémunir, en cas de danger, on faisait sonner les cloches des églises. Mais la foudre, qui les accompagnait généralement, en était la manifestation la plus effrayante, qui, en un éclair, pouvait tuer bêtes et hommes.

Avant que ne se développe l’usage des paratonnerres, il n’était pas rare que la boule de feu pénètre dans la maison, saisissant les habitants dans leur activité. Sur l’ex-voto déposé en 1786 par Rose Reynière, épouse de Louis Queirane, la foudre est matérialisée par un éclair en zigzag, qui pénètre dans la maison par la cheminée. La donatrice est représentée debout à côté de la cheminée, avec un geste de surprise devant l’irruption de cette boule de feu. Le mari apparaît dans l’embrasure de la porte : il est en chemise et bonnet de nuit, le bruit du tonnerre a dû le tirer du lit. Enfin deux jeunes garçons sont agenouillés, en prière d’action de grâces. Peut-être est-ce parce qu’ils ont été épargnés par le passage de la foudre dans la maison que la donatrice a fait peindre l’ex-voto. Dans les nuages apparaissent les personnages célestes protecteurs : la Vierge des douleurs, percée des sept glaives, et Benoît Labre, né dans le diocèse d’Arras, et mort à Rome en 1783 en odeur de sainteté, après avoir parcouru l’Europe, en passant par la Provence, en pèlerin mendiant. C’est donc seulement trois ans après sa mort, qu’il est invoqué comme protecteur, associé à Marie, sur cet ex-voto.

Ph. 30.Chapelle des pénitents gris à Villeneuve-les-Avignon. Carton, 32 x 46 cm.

Ph. 30.Chapelle des pénitents gris à Villeneuve-les-Avignon. Carton, 32 x 46 cm.

 

C’est aussi par la cheminée que la foudre s’est introduite dans la cuisine de cette famille du quartier Saint-Isidore à Hyères le 29 septembre 1852. Puis l’éclair est sorti de la maison par la pile, sorte d’auge en pierre servant d’évier, sur laquelle est posée une cruche où se trouve l’eau. Le mobilier est ici réduit à une table et une chaise, mais la famille est représentée au complet : le père sur le pas de la porte ouverte, la mère avec le plus jeune enfant dans les bras, et les deux garçons. Ils semblent plus surpris qu’effrayés, car une grande Vierge à l’enfant veille sur eux, Jésus leur tendant des bras secourables.

Ph. 31. Notre-Dame de  Consolation à Hyères. Toile, 24 x 32 cm.

Ph. 31. Notre-Dame de  Consolation à Hyères. Toile, 24 x 32 cm.

Mais la foudre est encore plus à craindre à l’extérieur. En octobre 1894, c’est  dans les montagnes préalpines que V. Chais, née de Gaudemar, est surprise sur la route par un violent orage. Le paysage est dantesque : sous un ciel d’encre, une pluie violente s’abat sur les rares voyageurs, deux cyclistes et les occupants d’un cabriolet ; la foudre tombe, mais épargne la donatrice qui remercie saint Maxime, dans son sanctuaire de Riez, dont il fut l’évêque au Ve siècle après avoir été abbé de Lérins, de l’avoir protégé dans ces circonstances effrayantes.

Ph. 32. Saint-Maxime à Riez. Toile, 26 x 41 cm.

Ph. 32. Saint-Maxime à Riez. Toile, 26 x 41 cm.

Le 21 décembre 1869 c’est dans la cave d’une maison du centre de Marseille, place aux Hommes, qu’un incendie se déclare tôt le matin. Elle ne contient pas d’objets de valeur, mais une certaine quantité de bouchons. La fumée gagne les étages où elle risque d’asphyxier les habitants de cette maison de trois étages. À une fenêtre apparaît une femme avec son enfant qui appelle au secours. Heureusement un voisin, Etienne Fabre, qui a une fabrique de chaussures, donne l’alerte. Les pompiers se rendent rapidement sur les lieux, actionnent une pompe à main et maîtrisent l’incendie. Il n’y a pas de victimes.

Etienne Fabre, qui outre son appel aux pompiers, avait invoqué Notre-Dame de la Garde, fait réaliser un ex-voto pour le déposer dans la basilique. Il s’adresse à Jules Roméo, peintre d’ex-voto, qui tient boutique d’encadreur à proximité, rue du Grand Puits, au 17. Les initiales du commanditaire figurent au bas du tableau. La scène est dépeinte avec une grande précision, jusque dans les détails, comme la boutique du chapelier du rez-de-chaussée. Le bâtiment est une typique maison marseillaise à trois étages. Au premier habitait un commissionnaire au Mont-de-Piété, avec sa femme et ses six enfants, au second un professeur avec sa femme et ses deux fils, et le troisième se partageait en deux appartements, l’un où logeait le chapelier, l’autre le bouchonnier dont la cave avait pris feu. Aux gestes de la femme à la fenêtre répondent ceux d’un homme et d’une femme, bras levés, dans la rue. Mais les pompiers sont déjà là, et la Bonne Mère, dans son nuage, veille sur ces Marseillais !

Ph. 33. Notre-Dame de la Garde à Marseille. Toile, 46 x 38 cm.

Ph. 33. Notre-Dame de la Garde à Marseille. Toile, 46 x 38 cm.

Le 1er mai 1926 le feu a pris, durant la nuit, dans la chambre à coucher de Dominique Gagna. La couverture du lit est la proie des flammes, et le feu s’est transmis au berceau qui se trouve à côté du lit. La mère n’a que le temps de prendre dans ses bras son enfant et de s’enfuir, nus pieds et en chemise de nuit, par la porte : la fumée déjà emplit la chambre et se répand dans l’appartement. Elle attribue ce sauvetage in extremis à la protection de Notre-Dame de Consolation : la Vierge à l’enfant lui a permis de sauver son enfant. Le tableau qu’elle fait déposer dans le sanctuaire hyérois, est l’œuvre d’un des derniers peintres d’ex-voto provençaux, resté anonyme. Il est l’auteur de trois autres ex-voto, de facture comparable, déposés dans le même sanctuaire. Tout en demeurant fidèle au modèle iconique traditionnel du tableau votif, il met son espace céleste au centre du registre supérieur de la composition et y place une représentation de statue de Vierge avec l’enfant, tous deux de blanc vêtus, et irradiants de rayons de lumière, telle qu’on en voit dans plusieurs sanctuaires.

Ph. 34. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Papier, 23 x 29 cm.

Ph. 34. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Papier, 23 x 29 cm.

La foudre et le feu ne sont pas les seuls risques naturels qui guettent les Provençaux.  La Durance et le Rhône pouvaient aussi semer le danger, comme en témoignent les ex-voto de Notre-Dame de Rochefort, située sur la rive droite du Rhône.

Le 20 novembre 1840, le jeune Jean David, de Villeneuve-les-Avignon est surpris par une rapide montée des eaux du fleuve. Il trouve refuge dans les branches hautes d’un arbre. Il sera délivré de sa position inconfortable par un homme et deux femmes qui viennent le récupérer en barque. Il attribue ce sauvetage miraculeux à la Vierge, qu’un groupe de femmes agenouillées, et représenté sur la berge, implore.

Ph. 35. Notre-Dame de Grâces à Rochefort. Toile, 38 x 42 cm.

Ph. 35. Notre-Dame de Grâces à Rochefort. Toile, 38 x 42 cm.

Le mistral, quand il souffle avec violence, peut provoquer d’importants dégâts matériels. Il peut aussi s’avérer dangereux pour les hommes, surtout s’ils sont surpris sur les chemins, sans abri.  En 1827, sur les chemins muletiers qui descendent du Ventoux deux hommes accompagnent des mulets chargés de bât en osier tressé. Sur cet étroit sentier qui serpente à travers les rocailles, aucune végétation ne les protège du mistral. Une bourrasque plus forte que les autres fait voler leurs chapeaux. L’un des hommes qui tient les bêtes par la bride se baisse pour offrir moins de prise au vent. Son compagnon est littéralement emporté dans les airs, provoquant une chute qui a dû s’avérer brutale. Heureusement, perçant les nuages noirs, la Vierge à l’enfant est là, qui veille et évite que l’accident ne vire au drame. Le « miraculé » fait peindre un ex-voto qu’il dépose au sanctuaire de Crillon.

Ph. 36. Notre-Dame des Accès à Crillon. Toile, 34 x 45 cm.

Ph. 36. Notre-Dame des Accès à Crillon. Toile, 34 x 45 cm et image “à la une”

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.

 



Citer ce billet
Véronique Ginouvès (2024, 13 mars). Ex-voto et risques naturels (7). Pôle Image-Son. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w15e

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search