Ex-voto provençaux représentant les chutes (9)

Les chutes constituent, sans conteste, le type prédominant d’accidents. Elles représentent plus de 8% du total des ex-voto. On les rencontre à toutes les époques, cependant, dans les cas où la date précise de l’événement nous est connue, c’est l’été qui est la saison la plus propice à ces accidents. Il s’agit le plus souvent de chutes se produisant à l’extérieur.

Les puits, très nombreux à l’époque où ils constituaient la principale ressource en eau, sont des endroits dangereux, notamment pour les enfants. En 1745, le jeune François Toussaint Rambert est tombé dans un puits assez profond. Il est sorti de cette mauvaise situation par un homme qui s’est attaché à la corde habituellement utilisée pour descendre le seau. Sur cet ex-voto d’ancien style, le tableau est partagé en deux : à droite la scène humaine, au décor à peine esquissé, montre trois hommes s’affairant pour sortir l’enfant du puits ; à gauche, c’est un second temps qui est représenté : les parents du rescapé, ainsi qu’une fillette, sont agenouillés en prière d’action de grâce, au-dessous de la Pietà qui occupe le quart haut et gauche de la composition.

Ph. 37. Notre-Dame de Pitié à Roquebrune-sur-Argens. Carton, 35 x 41 cm.

La plus banale des chutes est celle d’un arbre, par perte d’équilibre lors de la cueillette de fruits, ou encore parce qu’une branche cède sous le poids de celui qui est monté dessus, comme ce jeune homme, en 1807 : il tombe lourdement à terre, mais ne se blesse pas gravement, grâce à la protection de Marie. Il tend le bras gauche vers le ciel, l’index pointé en direction de sa protectrice, vêtue d’une longue robe blanche, partiellement couverte par un tissu drapé bleu ; elle a les mains jointes, en signe de prière d’intercession auprès de Dieu.

Ph. 38. Notre-Dame du Glaive à Cabasse. Papier, 26 x 22 cm.

Ph. 38. Notre-Dame du Glaive à Cabasse. Papier, 26 x 22 cm.

Les enfants sont souvent les victimes de ces chutes. C’est particulièrement vrai lorsqu’ils tombent d’une fenêtre, car les maisons des villages provençaux sont généralement à étages, et les rambardes de protection, lorsqu’elles existent, de hauteur insuffisante. Dans le village varois du Val, le 28 juillet 1890, il semble que la jeune Louise Colmar échappant à la vigilance de ses parents – sa mère s’est peut-être absentée quelques instants pour prendre de l’eau à la fontaine – soit montée sur une chaise, à proximité de la fenêtre ouverte et qu’elle ait basculé dans le vide par-dessus le garde-corps. Elle chute du premier étage, la tête en avant, mais s’en tire sans grand mal, peut-être en tombant dans les bras d’un homme qui passe devant la maison. L’ex-voto rend grâce à la « B(onne) Mère », qui est représentée en haut à droite du tableau : Vierge couronnée qui tend le bras droit vers l’enfant ; des rayons lumineux prolongent le geste du bras, matérialisant l’intervention protectrice.

Ph. 39. Notre-Dame de Paracol au Val. Toile, 39 x 31 cm.

Ph. 39. Notre-Dame de Paracol au Val. Toile, 39 x 31 cm.

Dans une ville comme Martigues, située à l’entrée de l’étang de Berre et traversée par les canaux, la chute peut entraîner noyade, surtout pour des enfants. Ici, en 1857, ce sont deux hommes qui portent secours aux enfants Cheilan, tombés du quai dans le canal situé entre les quartiers de l’Isle et de Jonquières. Mais c’est Marie qui est remerciée pour ce sauvetage. Il est vrai que l’événement se situe au pied de l’église de Jonquières qui occupe tout l’arrière plan du tableau. On remarque que celle-ci ne possède pas encore de clocher, qui ne sera construit que quatre ans plus tard, avec fondations de pieux en bois.

Ph. 40. Notre-Dame de Miséricorde à Martigues. Carton, 42 x 32 cm.

Ph. 40. Notre-Dame de Miséricorde à Martigues. Carton, 42 x 32 cm.

Par une belle journée estivale, deux jeunes hommes, Louis Fabre et Jacques Bernard, se promenaient au bord de mer, sur un littoral escarpé de la côte varoise. Ils évitent de peu une chute de plusieurs mètres sur les rochers, en se retenant, l’un aux aspérités du sol, l’autre, les pieds dans le vide, à la jambe de son compagnon. C’est que Marie veillait sur eux, comme en témoigne le rayon lumineux qui prolonge le geste de la Vierge en direction du malheureux en mauvaise posture. Le peintre de l’ex-voto a soigné la représentation du paysage, et notamment des rochers, véritables protagonistes de la scène, car c’est la hauteur de la falaise qui permet d’évaluer le danger encouru.

Ph. 41. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Toile, 50 x 40 cm.

Ph. 41. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Toile, 50 x 40 cm et “image à la une”.

Les escaliers représentent un risque, surtout pour les enfants. Or, intérieurs ou extérieurs, ils sont fréquents dans les villages provençaux, comme ici au Val. Bien que datant de 1856, ce tableau ne reprend qu’en partie les codes habituels des ex-voto du XIXe siècle. Dans la partie inférieure de la composition est figuré le lieu de l’accident : une descente d’escalier, autour de laquelle deux femmes et un homme lèvent les bras au ciel. Mais la représentation de la chute de l’enfant est traitée de manière inhabituelle : la petite fille qui tombe est tenue par la main par un ange gardien qui la protège dans sa chute. Cet ange, aux larges ailes bleues, est sur un nuage placé légèrement en dessous d’un vaste espace céleste qui occupe toute la partie supérieure du tableau où une Vierge secourable, dont la tête est surmontée d’un vaste nimbe lumineux, tourne le regard et tend la main vers l’enfant.

Ph. 42. Notre-Dame de Paracol au Val. Toile, 56 x 45 cm.

Ph. 42. Notre-Dame de Paracol au Val. Toile, 56 x 45 cm.

En 1855 à Aups, c’est un jeune homme qui fait une chute dans la vaste cage d’escalier, pourtant bien protégée par une rampe. Pour montrer la rapidité de la chute, le peintre représente le chapeau que portait le jeune homme, deux mètres au-dessus de lui, car plus léger, il tombe moins vite. Dans son malheur, ce garçon a une chance : sa chemise s’accroche, comme à une patère, à un crochet situé dans la cage, lui évitant, se s’écraser au bas de l’escalier. Il attribue cet heureux hasard à la protection de la Vierge à l’enfant, figurée dans un nuage, derrière le garde-corps du palier, et dépose un ex-voto.

 

Ph. 43. Notre-Dame d'Inspiration à Aups. Bois, 35 x 26 cm.

Ph. 43. Notre-Dame d’Inspiration à Aups. Bois, 35 x 26 cm.

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.



Citer ce billet
bcousin (2024, 18 mars). Ex-voto provençaux représentant les chutes (9). Pôle Image-Son. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w16h

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search