Ex-voto provençaux sur les dangers de la vie au village (8)

Dans la société rurale traditionnelle, l’animal est très présent dans la vie quotidienne. Le danger absolu, celui qui fait peur, c’est l’animal sauvage, comme le montre l’ampleur que prit l’histoire de la bête du Gévaudan, qui défraya la chronique, jusque dans la capitale, dans les années 1765-1767. Il n’y eut pas d’équivalent en Provence. Cependant l’ex-voto remis par Joseph Fabre en 1788 à Roquebrune-sur-Argens, après avoir été blessé par une bête sauvage, semble s’inscrire dans la même tradition. L’homme est seul, lorsqu’il est attaqué par un animal sauvage de grande taille, qui, avec ses pattes avant, le blesse à la tête. Joseph Fabre, sans arme, se défend en essayant de repousser l’animal avec ses bras et en lui donnant un coup de pied. Comme pour la bête du Gévaudan, sur la nature de laquelle on s’interrogeait, l’animal représenté sur l’ex-voto tient du lion comme du loup. Son agressivité envers l’homme est traduite par sa position, debout sur ses pattes de derrière, et par sa gueule ouverte laissant voir des mâchoires impressionnantes. Dans ce combat singulier entre l’homme et l’animal sauvage, seule l’aide céleste permet à l’homme d’échapper à la mort.

Ph. 44. Notre-Dame de Pitié à Roquebrune-sur-Argens. Carton, 20 x 42 cm.

Ph. 44. Notre-Dame de Pitié à Roquebrune-sur-Argens. Carton, 20 x 42 cm.

Mais l’animal familier peut aussi se montrer dangereux. Les morsures des ânes ou des mulets sont particulièrement à craindre. Ce fut le cas de Louis-Philippe Laure en 1845. La scène se situe dans un milieu rural, à La Farlède, hameau des Laures, près de Toulon. Pour une raison inconnue, l’âne a mordu le bras du jeune paysan. Les trois femmes présentes s’affairent autour de l’animal, le frappant à coup de bâton, pour lui faire lâcher prise. Si le décor de la scène est à peine esquissé, les vêtements des personnages sont peints avec précision : pantalon beige et chemise blanche ouverte sur la poitrine pour la victime, caraco sombre, vert ou marron, sur jupe plus claire pour les femmes, qui portent aussi un châle de couleur sur les épaules, et une coiffe blanche nouée sous le menton. La représentation céleste est très atypique, puisqu’il s’agit d’un Dieu le Père, représenté en vieillard barbu, la main sur le globe terrestre ; il est vrai que le sanctuaire où le tableau a été déposé est le seul en Provence de cette titulature, la Sainte-Trinité, à posséder des ex-voto peints.

Ph. 45. Chapelle de la Sainte-Trinité à La Farlède. Carton 48 x 55 cm.

Ph. 45. Chapelle de la Sainte-Trinité à La Farlède. Carton 48 x 55 cm.

Trente ans plus tard, à quelques kilomètres de là, dans le village de La Crau, c’est dans l’écurie, que Fortuné Delueil est lui aussi mordu au bras par un mulet vindicatif. Là encore, son compagnon essaye d’intervenir en frappant sur la bête pour lui faire lâcher prise. Mais à la différence de l’ex-voto précédent, le décor de la scène est ici montré avec précision par le peintre : on peut voir les outils utilisés pour la nourriture des bêtes, comme le seau ou la fourche pour disposer le foin dans la mangeoire ; au mur est accroché un licol. Le toit est en planches et l’on aperçoit l’arrière train d’un mulet déjà harnaché qui sort de l’écurie. Les paysans sont tous deux vêtus d’un pantalon bleu ou gris et d’une chemise blanche aux manches retroussées. La Vierge seule, les bras ouverts apparaît dans des nuées placées en haut et à droite du tableau, sous les poutres du toit, sans souci de vraisemblance.

Ph. 46. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Papier, 30 x 36 cm.

Ph. 46. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Papier, 30 x 36 cm.

La chasse était une activité très répandue en Provence. Même avant la Révolution, alors qu’elle est en principe un privilège nobiliaire, elle semble pratiquée par des roturiers. En 1784, dans les collines boisées de l’arrière pays varois, un homme est parti à la chasse ; il est armé d’un fusil et porte une gibecière. Il épaule, tire, le coup part, mais provoque une explosion au niveau du chien, à proximité de son visage. Alors que sa proie s’envole, il sort indemne de cet accident de chasse qui aurait pu le défigurer. Pour remercier la Vierge à qui il attribue cette protection, il fait réaliser un ex-voto, qui sera déposé dans la chapelle Notre-Dame du Glaive figurant dans le paysage, au lointain, sur le tableau.

Ph. 47. Notre-Dame du Glaive à Cabasse. Bois, 27 x 33 cm.

Ph. 47. Notre-Dame du Glaive à Cabasse. Bois, 27 x 33 cm.

L’ex-voto remis par Fortuné Decugis se situe  en 1872. La scène est montrée en plan rapproché. Le chasseur est vêtu d’un pantalon rentré dans de larges bottes, et d’une veste assez courte. Il est coiffé à la mode de l’époque, avec des rouflaquettes, et porte un chapeau mou. L’action se situe dans un paysage boisé de chênes, à la limite d’une clairière. La proie, très certainement un oiseau, vue la manière dont le chasseur tient son fusil, ne figure pas sur le tableau ; au contraire, bizarrement, c’est la Vierge à l’enfant, dans sa guirlande de nuages, qui est placée dans l’arbre, dans l’axe de tir. La légende qui complète l’image est bien mise en valeur, en lettres majuscules noires sur fond blanc, au bas du tableau. Outre la date et le nom du donateur, elle nous précise son âge, trente ans.

Ph. 48. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Bois, 30 x 41 cm.

Ph. 48. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Bois, 30 x 41 cm.

Les fêtes sont, depuis longtemps, une part constitutive importante de la vie sociale en Provence : fêtes patronales et votives, carnaval, bravades, etc. Elles peuvent, à l’occasion, être un moment d’affrontement entre jeunes de communautés villageoises différentes ou de danger, et ainsi laisser trace sur les ex-voto. À vrai dire, ces ex-voto sont rares, cinq seulement, dont voici deux exemples. Le premier se situe en Camargue, pays de Bouvino, où l’homme aime jouer avec le taureau, et plus particulièrement aux Saintes-Maries-de-la-Mer, qui doit son nom aux Saintes Femmes, Marie Salomé et Marie Jacobé, qui, selon la tradition, y auraient accosté. Bien que la légende du tableau ne précise que l’année, 1825, sans mentionner le jour, on peut penser que la scène se situe lors du grand pèlerinage du 25 mai, qui attire des pèlerins de toute la région. En effet, le donateur du tableau, Inri (Henri ?) Trinquié, n’est pas des Saintes, mais de Beaucaire dans le Gard. D’autre part, à l’arrière-plan, on voit les charrettes et de nombreux pèlerins, tenant des bannières. À l’occasion des festivités accompagnant le pèlerinage, on a procédé à un lâcher de taureaux, alors que l’on fait éclater une « boîte », sorte de gros pétard. Les hommes courent avec les bêtes, qu’ils doivent toucher, sans se faire renverser. Le donateur, qui est un jeune homme, puisque l’inscription précise qu’il est le fils de Pierre Trinquié, syndic de la marine, et de Rose Pont, est lui-même marin. Le taureau lui donne un coup de cornes, qui lui fait perdre l’équilibre, son chapeau tombe à terre, mais heureusement les Saintes, dont c’est la fête, veillent sur lui, et sa blessure sera sans gravité. Marie Salomé et Marie Jacobé sont figurées dans leur barque, dans un cartouche en haut et à gauche de la composition. On notera l’absence de Sara, qui ne sera vénérée que plus tardivement aux Saintes, avec le développement du pèlerinage gitan.

Ph. 49. Saintes-Maries de la Mer. Papier, 23 x 33 cm.

Ph. 49. Saintes-Maries de-la-Mer. Papier, 23 x 33 cm et image “à la une”.

Le deuxième ex-voto relatif à une fête correspond également à une tradition locale. Il s’agit de la bravade de saint Maxime à Riez. La bravade est une fête où des tirs de fusil sont effectués à blanc, pour rappeler un épisode historique de lutte de la communauté contre les Sarrazins. La bravade avait lieu pour le « Triomphe de saint Maxime », le mardi de Pentecôte. Saint Maxime, qui avait succédé comme abbé de Lérins à son fondateur, Honorat, était devenu évêque de Riez en 434, et le resta jusqu’à sa mort une vingtaine d’années plus tard. Il y fit construire deux églises et son tombeau attira de nombreux pèlerins. Il devint le saint patron de la ville. Chaque année, pour sa fête, sa statue était descendue en procession de la chapelle construite au sommet de la colline qui domine la ville, vers la cathédrale de la ville basse. Mais cette fête religieuse se doublait d’une fête profane, dont la bravade était le cœur. L’ex-voto de 1842 montre bien ce mélange de profane et de religieux, symbolisé par le drapeau tricolore avec l’inscription « saint Maxime ». C’est lors de l’aspect profane de la fête que l’accident a lieu : la fanfare militaire est rassemblée devant le café « Chez Gasquet », pavoisé. À la fenêtre du premier étage apparaissent des personnalités, dont l’une, verre et bouteille en main. Devant la porte, un bravadeur tire un coup de fusil, mais l’arme lui explose dans les mains. Grâce à la protection de Maxime, représenté en habit épiscopal dans des nuages, l’accident est sans gravité, ce qui justifie la remise d’un ex-voto.

Ph. 50. Saint-Maxime à Riez. Toile 56 x 45 cm.

Ph. 50. Saint-Maxime à Riez. Toile 56 x 45 cm.

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.



Citer ce billet
bcousin (2024, 18 mars). Ex-voto provençaux sur les dangers de la vie au village (8). Pôle Image-Son. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w16g

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search