Accidents du travail représentés sur les ex-voto provençaux (10)

Dans la société traditionnelle l’organisation du travail est très différente de celle que nous connaissons aujourd’hui : le salariat est beaucoup plus rare, les lieux et les rythmes de travail sont différents, les risques aussi. Cependant le secteur professionnel qui apparaît comme le plus dangereux à notre époque, le bâtiment et travaux publics, nous livre aussi dans le passé nombre d’ex-voto.

Lors de la construction de la chapelle Sainte-Anne de la cathédrale d’Apt, en 1656, il y eut deux accidents dont l’ex-voto a gardé trace : un maçon chutant d’un échafaudage et un autre tombant également, mais parce qu’une partie de la construction s’écroule sous lui. La victime de la chute, originaire de Saignon, village proche d’Apt, a évité la mort, et rend grâce à sainte Anne ; il a pour cela un double motif, l’accident ayant eu lieu lors de la construction de la chapelle qui lui est dédiée et de plus le jour de sa fête. La composition du tableau superpose deux plans : au fond, on voit l’édifice de la chapelle et la chute du maçon ; au premier plan, figure un autre temps, celui de l’action de grâce : le donateur est ici représenté agenouillé en prière aux pieds de sainte Anne. Ce dédoublement de l’image, correspondant à deux temps, celui de l’accident et celui de l’action de grâce, est caractéristique des ex-voto du XVIIe siècle, lorsque le peintre tient à montrer l’accident, car faire figurer le donateur en prière est essentiel, et souvent, d’ailleurs, l’image se résume à cela. Le donateur est vêtu de la même façon lors de son accident de travail et en prière de remerciement : chemise blanche, chausses et pourpoint marron. Il a les cheveux assez longs et porte barbe et moustache.

Ph. 51. Sainte-Anne à Apt. Toile, 62 x 76 cm.

Ph. 51. Sainte-Anne à Apt. Toile, 62 x 76 cm.

L’ex-voto remis par Jacques Baroli « sauvé de la mort en tombant du troisième étage en construisant une maison à la Capelete », nous montre une scène qui semble prise sur le vif : nous sommes sur un chantier, le 4 avril 1861, le sol est recouvert de nombreuses pierres plus ou moins taillées, une maison est en construction, le maçon tombe tête en avant, ses compagnons de travail lèvent les bras au ciel ; la seule femme présente est agenouillée en prière. Le peintre a soigné la représentation de l’attitude des personnages ; en revanche sa maison en construction n’a qu’un seul étage, et non trois comme le précise la légende ; s’il avait opté pour la représentation totale de l’immeuble, la scène aurait été plus juste, mais moins expressive : les personnages auraient été beaucoup plus petits, réduits à des silhouettes. Un long texte, peint en cursives au bas de l’image, nous apprend encore que le maçon est d’origine italienne, natif de Vinadio en Piémont, mais son prénom est écrit dans sa forme française, et son nom précédé de « sieur ». On ne sait s’il est naturalisé français, mais ces signes montrent son intégration : nombre de maçons italiens sont venus travailler, puis s’installer en Provence à partir du milieu du XIXe siècle.

Ph. 52. Notre-Dame du Bon-Secours à Carcès. Toile, 36 x 44 cm

Ph. 52. Notre-Dame du Bon-Secours à Carcès. Toile, 36 x 44 cm

L’ex-voto remis en 1952 par Sauveur Saltarocchi le montre tombant, avec la chute de l’échafaudage sur lequel il était juché, alors qu’il est en train de travailler à la voute d’une chapelle, probablement celle où est remis l’ex-voto. Ainsi, trois siècles plus tard, nous retrouvons un tableau votif de nature comparable à celui remis à Sainte-Anne d’Apt. Mais ici, ni personnage en action de grâce, ni même figuration de l’intervention céleste. Le tableau se contente de montrer l’accident et son lieu. En bas de l’image, la légende est sobre : V.F.G.A. pour Votum fecit, gratiam accepit ; le nom du donateur, et la date de l’accident : janvier 1949. Cette date est antérieure de trois années à celle de la réalisation du tableau, qui figure à côté de la signature. Sans doute fut-il difficile au donateur, au milieu du XXe siècle, de trouver un peintre pour réaliser le tableau votif.

Ph. 53. Notre-Dame de Bon-Port à la Garoupe. Papier, 45 x 29 cm.

Ph. 53. Notre-Dame de Bon-Port à la Garoupe. Papier, 45 x 29 cm et image “à la une”.

En 1786 un meunier tombe de l’échelle qui permet d’accéder à l’étage du moulin à vent. Le peintre choisit un dédoublement de l’image votive, accident et action de grâces,  mais inséré dans un seul espace extérieur. Le moulin occupe la partie droite du tableau, il est situé dans un paysage de collines de la campagne aixoise, évoquant sa prise au vent. Le cadrage choisi par le peintre sur cet ex-voto permet de montrer le moulin et ses ailes, où le meunier tombant de l’échelle est réduit à une silhouette. En bas à gauche de l’image, en premier plan et donc bien visible, le meunier, un genou en terre et mains jointes, rend grâce à la Vierge à l’enfant ; à côté de lui sa femme est également agenouillée en prière un cierge à la main.

Ph. 54. Notre-Dame d’Espérance à Bouc-Bel-Air. Bois, 39 x 47 cm.

Le 20 décembre 1826, à Pierrefeu, dans le Var, Charles Chapelle, qui travaille dans un moulin à huile, mû par l’eau, est pris dans un engrenage de roues dentées. Six de ses collègues de travail se précipitent vers lui pour lui porter secours ou pour bloquer le mécanisme d’entraînement du pressoir. Le peintre, malgré des maladresses, s’est appliqué à représenter la scène telle qu’elle a dû se dérouler, dessinant avec précision les roues et les presses. En décalage avec cet instantané quasi photographique, une femme agenouillée, est la seule présence qui évoque une démarche votive. Elle est de dos, comme si elle se trouvait dans le moulin, au centre de la composition ; au-dessus d’elle, dans une guirlande de nuages apparaît un Christ en croix, personnage céleste rare sur les ex-voto, mais qui correspond à la titulature de la chapelle où le tableau a été déposé. Cet ex-voto montre bien l’évolution des attitudes que l’on retrouve sur de nombreux tableaux votifs du XIXe siècle : les hommes désormais sont dans l’action, les femmes demeurant dans des attitudes de prière.

Ph. 55. Sainte-Croix à Pierrefeu. Papier, 32 x 50 cm.

Ph. 55. Sainte-Croix à Pierrefeu. Papier, 32 x 50 cm.

L’ex-voto remis par Joseph Louis Giraud  nous fait pénétrer dans une boucherie, au milieu du XIXe siècle. Le malheureux garçon boucher est monté sur une échelle, probablement pour décrocher un jambon. L’échelle s’est dérobée et il s’est empalé sur un croc de boucher au niveau de la taille ; un compagnon de travail le soutient par la jambe. L’intérieur de la boucherie est montré par le peintre avec un grand souci du détail : comptoir avec la balance, gros billot de bois qui sert à la découpe, outils du boucher (scie, couteaux de diverses tailles) ; sur le mur du fond, la porte entr’ouverte laisse voir une pièce d’habitation, avec un feu de cheminée. Aucun signe d’invocation ou de prière dans la représentation de cette scène, mais dans les nuées, l’enfant Jésus, que la Vierge tient dans ses bras, se penche avec sollicitude en direction de la victime.

Ph. 56. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Toile, 25 x 33 cm.

Ph. 56. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Toile, 25 x 33 cm.

Le 21 juillet 1838, un homme nommé Tassin débite, dans la longueur, avec une grande scie, une imposante pièce de bois de type madrier. Ce dernier est posé sur deux tréteaux, dont l’un casse sous le poids du madrier qui tombe sur la jambe du scieur et le fait chuter. Deux de ses collègues se précipitent pour lui porter secours. La scène se passe à l’extérieur, mais le décor est sommaire. Les trois scieurs de long sont vêtus de la même manière : pantalon bleu et chemise blanche, avec un foulard noué sous le col. Ce tableau ne comporte ni personnage en prière, ni espace céleste. Seule la dédicace, au bas de l’image nous informe sur sa destination votive.

Ph. 57. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Papier, 28 x 45 cm.

Ph. 57. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Papier, 28 x 45 cm.

Sur cet ex-voto martégal de 1788 on voit deux femmes tirant par les bras une troisième qui est tombée dans un bassin. Ce bassin est alimenté par une pompe, que l’on distingue à l’arrière-plan, et qui fournit l’eau à un lavoir public. Les lavandières étaient au travail quand l’une d’entre elles est tombée dans le bassin : le peintre a représenté les paniers de linge, et sur le bord du lavoir, des bas et des linges en cours de lavage. Ce qui est original dans ce tableau, c’est l’absence des hommes, dans le rôle d’aide à la victime. Ce sont deux femmes qui interviennent, alors qu’il n’y en a pas en prière, comme c’est le cas habituellement. La scène se déroule en effet dans un espace typiquement féminin, celui du lavoir, où la présence des hommes n’est pas souhaitée ; les archives nous apprennent que ceux qui s’y hasardent sont parfois chassés à coup de battoir. Malgré le caractère maladroit du trait, notamment dans la maîtrise de la perspective ou de la représentation de l’espace céleste, le peintre a décrit avec précision les costumes des lavandières: caraco, robe, pour l’une protégée par un tablier à pois, châle, coiffe blanche recouverte d’un large chapeau noir.

Ph. 58. Notre-Dame de Miséricorde à Martigues. Bois, 24 x 34 cm.

Ph. 58. Notre-Dame de Miséricorde à Martigues. Bois, 24 x 34 cm et image “à la une”.

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.



Citer ce billet
bcousin (2024, 18 mars). Accidents du travail représentés sur les ex-voto provençaux (10). Pôle Image-Son. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w16i

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search