Accidents de la circulation représentés dans les ex-voto provençaux (11)

Les déplacements ont toujours comporté un risque. Les ex-voto provençaux en témoignent, puisque 12% d’entre eux sont relatifs à un accident de la circulation. Mais leur nombre va croissant avec le temps, et les circonstances représentées évoluent. Jusqu’au XVIIIe siècle, les tableaux votifs montrent quelques chutes de cheval. La victime en est généralement le cavalier, qui tombe de sa monture, comme cet homme en 1782. Le tableau, au trait assez naïf, montre le cheval sur le dos, qui écrase le cavalier à terre. Un autre homme se précipite vers lui pour lui porter secours. Les deux personnages portent une culotte sombre, une chemise blanche et un habit rouge ou marron, et sont coiffés d’un tricorne. Pas de personnage en prière sur ce tableau, mais saint Jean, représenté avec son chien et la croix, dans les nuages, qui tend la main vers la victime. La dédicace, fautive, indique « ESXVOTE ».

Ph. 59. Saint-Jean-Baptiste à Signes. Bois, 28 x 40 cm

Ph. 59. Saint-Jean-Baptiste à Signes. Bois, 28 x 40 cm

Les accidents de charroi vont se multiplier au XIX siècle, impliquant donc plus souvent le transport des marchandises que celui des personnes. C’est le cas de l’ex-voto remis en 1818 par L. Christinet. L’accident s’est produit sur une route, dans les collines varoises : un attelage, composé de trois chevaux attelés les uns derrière les autres, tire une charrette lourdement chargée de tonneaux. La victime est le charretier, que l’on voit, en sang, à terre. Deux hommes lui portent secours. La victime est vêtue d’un pantalon sombre et d’une grande blouse bleue, caractéristique de la profession. La Vierge à l’enfant occupe un vaste espace céleste au centre du tableau, mais c’est le seul signe religieux : pas de mention votive, pas de personnage en prière.

Ph. 60. Notre-Dame d'Inspiration à La-Roquebrussane. Toile, 37 x 45 cm.

Ph. 60. Notre-Dame d’Inspiration à La-Roquebrussane. Toile, 37 x 45 cm.

L’accident survenu le 25 août 1828 témoigne des risques liés à l’augmentation de la fréquentation des routes, parfois trop étroites. À cet endroit, la chaussée est surélevée par rapport aux bas côtés et le passage de la diligence « Lyon – Aix – Marseille », tirée par un attelage de trois chevaux de front, oblige le voiturier qui conduit une charrette lourdement chargée de rouler très près du bord de la route ; son cheval manque un pas et tombe à terre, les pattes avant dans le vide. Le charretier, vêtu de la traditionnelle blouse bleue, lève les bras au ciel ; il tient son fouet dans la main droite, alors que le conducteur de la diligence tourne la tête vers l’accident. Le peintre a représenté avec précision la scène humaine, soignant le décor (la ferme avec son grenier à foin, le ciel où moutonnent quelques nuages), comme la représentation des attelages et de la diligence jaune et noire. Ici encore, aucun personnage n’est tourné vers le ciel, où la Vierge à l’enfant, joue son rôle de protectrice.

Ph. 61. Notre-Dame de Pitié à Marignane. Bois, 37 x 48 cm.

Ph. 61. Notre-Dame de Pitié à Marignane. Bois, 37 x 48 cm.

L’ex-voto de la famille Léon Jauffret montre une scène assez étonnante, que le peintre s’est visiblement plu à représenter avec précision. Au premier plan, un petit cours d’eau, probablement l’Issole, affluent de l’Argens, dont un moulin, à gauche, utilise la force motrice. La route passe sur un pont, construit en belle pierres de taille. Pour un motif inconnu, le cheval qui tire une carriole à deux roues est passé par-dessus le parapet. Le véhicule a lui aussi failli tomber dans le vide. Il reste néanmoins bloqué en travers de la route. Une femme secourt l’enfant, juché à l’arrière ; une autre femme implore la Vierge, mains jointes. Les hommes, qui portent le « costume du dimanche », avec chemise, gilet, veste, chapeau, forment deux groupes : ils sont deux autour du cheval, pour le tenir et le dételer ; deux autres, sur la route arrivent en courant. Le paysage de cette scène est dépeint avec soin : les arbres, avec très peu de feuilles, qui laissent penser que nous sommes à la fin de l’hiver ou au début du printemps, le mas constitué de deux bâtiments accolés, et les collines qui tracent la ligne d’horizon.

Ph. 62. Notre-Dame d'Inspiration à La Roquebrussane. Toile, 50 x 60 cm.

Ph. 62. Notre-Dame d’Inspiration à La Roquebrussane. Toile, 50 x 60 cm.

Les ex-voto relatifs à des accidents de la circulation concernant les enfants sont particulièrement nombreux dans les années 1850-1880. Celui-ci, anonyme, se situe en 1858, dans un décor urbain. Il s’agit probablement d’une rue, pavée, d’Avignon, où l’on voit un bel immeuble en pierres de taille, dont l’entrée porte le numéro 5. Une charrette chargée est conduite par un charretier, qui porte la blouse et le chapeau habituels à sa profession. Un tout jeune enfant passe sous une roue ; une femme, peut-être la mère, se précipite vers lui. La Vierge dans le ciel tend un bras protecteur.

Ph. 63. Notre-Dame de Rochefort. Toile, 50 x 61 cm.

Ph. 63. Notre-Dame de Rochefort. Toile, 50 x 61 cm.

En 1867, sur la route du Val, dans le Var, la circulation semble intense : le transport de marchandises est assuré par des charrettes lourdement chargées ; elles croisent un petit cabriolet, sous la roue duquel tombe le jeune Philippe Bernard. Les charretiers lèvent les bras au ciel, ainsi que la femme, classiquement vêtue d’une robe et d’un tablier, et qui porte une coiffe blanche ; elle semble implorer la Vierge en regardant le ciel. Le costume distingue nettement les charretiers, avec leur blouse bleue, qui marchent à côté de leur cheval, du conducteur du cabriolet, qui porte une veste.

Ph. 64. Notre-Dame de Paracol au Val. Carton, 45 x 55 cm.

Ph. 64. Notre-Dame de Paracol au Val. Carton, 45 x 55 cm.

Le développement du chemin de fer, et notamment des lignes de desserte locale sous la Troisième République, coïncide avec la période où l’ex-voto peint amorce son repli en Provence. Les accidents du rail ont donc laissé peu de traces sur les tableaux votifs, une douzaine seulement leurs sont consacrés. L’ex-voto de Rose Long montre un accident grave, évité de justesse le 26 janvier 1875. La petite fille a ouvert inopinément la porte donnant sur la voie, alors que le train roule à pleine vitesse entre Marseille et Aubagne. Cette ligne, ouverte en 1871, passe au pied des monts Saint Cyr et Carpiagne, bien visibles au second plan. À la différence des ex-voto d’accidents de charrettes, témoins imagés d’une Provence traditionnelle, ce tableau nous plonge dans la modernité de la fin du XIXe siècle, avec la voie ferrée, le long de laquelle sont plantés les poteaux soutenant les fils électriques. Le petit train est composé d’une locomotive à vapeur, d’où se dégage un panache de fumée, et où on aperçoit le chauffeur et le conducteur; elle est suivie du tender, pour l’eau et le combustible, puis d’une voiture de première classe, à quatre compartiments, dont les portières font penser à celles des grandes diligences auxquelles le chemin de fer a succédé. Vient ensuite une voiture de deuxième classe, d’aspect plus modeste, comportant également quatre compartiments. L’une des portières est ouverte, avec une fillette qui s’y agrippe, les pieds dans le vide. En queue de train un petit wagon, avec un employé de la compagnie. Dans le ciel bleu, encerclée de nuées, la Vierge à l’enfant veille sur Rose Long.

Ph. 65. Notre-Dame de Nazareth à Saint-Marcel. Toile, 52 x 71 cm.

Ph. 65. Notre-Dame de Nazareth à Saint-Marcel. Toile, 52 x 71 cm.

Les accidents d’automobile sont à l’origine d’un nombre d’ex-voto comparable à celui dû aux accidents du rail. Pourtant le risque est plus important avec la voiture qu’avec le train. Mais le développement de la circulation routière correspond à une période où l’ex-voto peint est en net recul, puis en voie d’abandon. Sur le tableau remis en 1927 par Benjamin Recous, la Vierge à l’enfant, représentée en statue habillée, occupe une large place dans le ciel, au centre de la composition. La scène humaine s’apparente à un instantané photographique : dans une manœuvre de recul, le conducteur renverse l’enfant, alors que la mère accourt. Le trait est précis, les couleurs variées. Le tableau est très descriptif, fourmillant de détails qui font vrai : le tablier de la femme se soulève dans sa course, une tenture protège l’entrée de la maison, près du portail en bois, derrière le mur d’enceinte on peut voir divers objets posés là : pioche, pelle, balai, cagettes. Le véhicule automobile est à usage mixte : transport de marchandises, mais aussi de voyageurs avec un toit en toile amovible. En un mot, avec une esthétique propre à son temps, cet ex-voto s’intègre parfaitement dans la tradition du modèle votif traditionnel.

Ph. 66. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Papier, 25 x 40 cm.

Ph. 66. Notre-Dame de Consolation à Hyères. Papier, 25 x 40 cm et image “à la une”

Le tableau remis à Notre-Dame de Valcluse (et aujourd’hui malheureusement disparu) suite à un accident de la route survenu le 11 avril 1955 conserve aussi quelques filiations avec la tradition iconographique votive, mais s’en éloigne cependant plus encore. L’espace céleste est totalement absent et la scène humaine est traitée comme une image de bande dessinée. Un couple roule dans une petite voiture sur une route de montagne. Dans un virage, un homme pilotant une puissante berline noire immatriculée en Suisse les double et dans le dépassement heurte le premier véhicule qu’il envoie dans le fossé. Le conducteur ne s’est pas arrêté pour porter secours aux accidentés. Au contraire, il est représenté comme un chauffard ivre, le nez rouge, et faisant un geste de la main aux passagers de la voiture accidentée. Mais, comme sur les ex-voto les plus anciens, l’image se dédouble, avec l’action de grâce à côté de l’accident. En effet, sur la gauche, on voit la voiture qui est tombée au-dessous de la route, et ses occupants, agenouillés, levant les mains au ciel en un geste de remerciement très expressif. En bas à droite du tableau, une inscription en lettres cursives confirme le caractère votif de l’œuvre.

Ph. 67. Notre-Dame de Valcluse. Carton, 31 x 48 cm

Ph. 67. Notre-Dame de Valcluse. Carton, 31 x 48 cm

 

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
bcousin (18 mars 2024). Accidents de la circulation représentés dans les ex-voto provençaux (11). Pôle Image-Son. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1cy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search