Représentation en Provence de ex-votos marins (12)

La mer est un lieu de danger et de peur. La tempête, qui déchaîne les éléments naturels – le vent, la foudre, les flots – est l’événement le plus effrayant ; la navigation devient impossible : le vent peut déchirer ou arracher les voiles, voire briser le mât, les vagues secouent le navire qui prend l’eau et peut chavirer ou sombrer. L’homme y risque sa vie, son salut ne dépend plus que d’une accalmie des éléments naturels. Une fois l’épreuve traversée, s’ils rentrent sains et saufs au port, pour rendre grâce de la protection reçue, les marins déposent un ex-voto dans un sanctuaire, le plus souvent proche du littoral. Il s’agit en général soit d’une maquette de navire, soit d’un tableau votif. En Provence un ex-voto peint sur treize est un ex-voto marin.

L’iconographie de l’ex-voto marin anonyme remis au début du XVIIIe siècle dans la région de Marseille est conforme à celle des autres tableaux votifs de cette période. Un cadre peint, à même le support en bois, met en relief l’image, composée d’une Vierge à l’enfant qui occupe la partie supérieure et centrale du tableau ; elle tend un bras protecteur en direction d’un trois-mâts qui affronte une grosse mer sous un vent violent, puisque les hommes ont affalé et ferlé les voiles, à l’exception du grand hunier du grand mât. Au premier plan, à droite, sur le rivage, une femme de marin est agenouillée en prière, les mains jointes. On retrouve donc le dédoublement de la scène humaine, accident et prière, fréquent sur les ex-voto de cette époque, sauf qu’ici ce n’est pas la victime, mais un proche, qui prie.

Ph. 68. Notre-Dame du Château à Allauch. Bois, 33 x 35 cm.

Ph. 68. Notre-Dame du Château à Allauch. Bois, 33 x 35 cm.

Les risques à bord sont multiples, comme la chute d’un mât, sur le pont ou dans l’eau. Sur cet ex-voto du XVIIIe siècle, on voit une « barque du Levant », à trois-mâts, gréée de voiles latines, qui navigue dans une mer formée. Un homme est tombé à la mer. À bord, penchés au-dessus du bastingage, deux marins tentent de lui porter secours en lançant des cordages. Ici nous sommes dans l’action ; point de représentation de geste de prière. Mais une Vierge à l’enfant, de grande taille, apparaît à gauche sur un socle de nuages gris ; au-dessous d’elle, une légende votive composée des initiales V.F.G.A. (Votum fecit gratiam accepit) est mise en valeur par une banderole.

Ph. 69. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Bois 25 x 34 cm.

Ph. 69. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Bois 25 x 34 cm et image “à la une”.

Si la chute à la mer à proximité des côtes représentait un grand risque, le même accident en plein océan était en général fatal. On comprend, dans ces conditions, qu’Antoine Plaucheur se soit considéré comme un miraculé. Embarqué sur un grand trois-mâts, il est tombé à la mer le 24 juin 1855 en plein océan Pacifique, entre les îles Cook et la Polynésie, selon les coordonnées indiquées en légende du tableau. Pendant cinq heures il a enduré « la plus affreuse agonie ». La composition montre le moment où il va être recueilli. Sous un ciel sombre, dans une mer formée, le malheureux est juché sur une planche ou un coffre de bois qui flotte (dans le coin bas et gauche du tableau). Il appelle au secours en levant les bras. Il a enfin été aperçu du navire, qui a mis un canot à la mer avec cinq hommes partis le chercher. Sans que l’on puisse expliquer pourquoi, bien que l’ex-voto soit remis au sanctuaire marial de Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe, dans les cieux figure saint Jean-Baptiste, qui lève la main en direction de la victime.

Ph. 70. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Carton, 34 x 45 cm.

Ph. 70. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Carton, 34 x 45 cm.

L’activité maritime était intense en Méditerranée. Les petits ports provençaux connaissaient deux armements, la pêche et le cabotage. Sous un ciel d’orage et sur une mer houleuse, le 17 mai 1843, une tartane prend un coup de vent de tribord qui manque de la faire chavirer. Elle est gréée avec une traditionnelle voile latine, de forme triangulaire. Dans le lourd ciel noir, deux trouées lumineuses abritent, chacune, un personnage céleste : à gauche la Vierge de Miséricorde, telle qu’elle apparaît sur nombre d’ex-voto martégaux, à droite saint Laurent tenant dans une main la palme du martyr et dans l’autre le gril de son supplice. La légende au bas du tableau, en lettres cursives blanches sur fond noir, nous donne la clé de cette double représentation céleste : l’embarcation se nomme Le Saint-Laurent. Le saint martyr en est donc le protecteur naturel, ce qui explique qu’on l’associe à Marie, vénérée dans le sanctuaire où est remis l’ex-voto. Le texte nous apprend aussi le nom du propriétaire, Patricony, et du patron (pêcheur), Genary, qui sont différents. Il précise encore que le don est fait au nom de tout l’équipage, qui se limite à quelques hommes : on en distingue quatre sur le tableau, ils n’étaient jamais plus de six ou sept sur ce type d’embarcation. Ils ont vécu solidairement le danger, et se sont associés dans ce geste de remerciement. On doit encore noter la rapidité avec laquelle l’aquarelle a été exécutée : l’événement s’est déroulé le 17 mai, le tableau est signé : « Bourdin, le 23 mai ».

Ph. 71. Notre-Dame de Miséricorde à Martigues. Carton, 29 x 39 cm

Ph. 71. Notre-Dame de Miséricorde à Martigues. Carton, 29 x 39 cm

L’ex-voto du brick Le Voltigeur nous fait pénétrer dans l’univers du grand cabotage. Le 26 décembre 1853, dans une mer déchaînée, les voiles sont dressées, un coup de vent violent projette le navire sur la côte ouest de la Sardaigne. Le sujet du tableau est bien ici Le Voltigeur, montré avec précision (mâts, voiles, haubans), les hommes n’apparaissant que comme de petites silhouettes. C’est le capitaine du navire, Étienne Foucard, qui fait le vœu. Le peintre, consacre l’essentiel de la composition à la scène marine. L’espace céleste est limité à un médaillon, où figure la Vierge à l’enfant.

Ph. 72. Notre-Dame de Bon Port à La Garoupe. Papier, 33 x 47 cm.

Ph. 72. Notre-Dame de Bon Port à La Garoupe. Papier, 33 x 47 cm.

C’est au large du Cap de Bonne-Espérance que le brick L’Étoile commandé par le capitaine Teisseire, essuie un ouragan le 3 mai 1838. La voie de navigation contournant l’Afrique était la seule permettant de se rendre dans l’océan Indien et dans l’océan Pacifique, avant l’ouverture du canal de Suez en novembre 1869. Ici encore, le peintre, qui signe « Antoine Roux fils aîné », nous montre un ciel d’encre et une mer déchaînée, avec un navire qui n’a comme voile déployée que son petit hunier de misaine, et dans les flots on devine des éléments de la charpente ou de la cargaison. Le donateur est un matelot du bord, Barthélémy Aubert.

Ph. 73. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Papier, 33 x 43 cm.

Ph. 73. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Papier, 33 x 43 cm.

Les mers du sud semblent avoir été particulièrement redoutables, avec de violentes tempêtes. Ce fut le cas le 17 décembre 1844 où un ouragan a déradé le navire Le Marseillais de la rade de Saint-Denis de la Réunion. Le 19 à onze heures et demi du soir, le navire reçut un coup de mer d’une telle violence qu’il « lui cassa neuf jambettes ce qui occasionna une forte voie d’eau jusqu’au matin ». C’est donc Ambroise Calteaux, maître charpentier à bord qui dut s’employer pour éviter le naufrage, et qui fit faire et déposa l’ex-voto. Le peintre montre le trois-mâts balloté par une mer déchaînée, les voiles déchirées. On aperçoit dans l’eau les morceaux de charpente du navire emportés par la voie d’eau. Dans un ciel de tempête, point de représentation céleste, mais un petit coin d’azur annonçant l’accalmie.

Ph. 74. Sainte-Anne de Saint-Tropez. Papier, 33 x 41 cm.

Ph. 74. Sainte-Anne de Saint-Tropez. Papier, 33 x 41 cm.

Sur la toile de F.G. Purvis, on voit un steamer dans une mer forte, sous un ciel très nuageux. Le navire a-t-il échappé à un risque de naufrage ? Rien ne l’indique, tant ce tableau est d’interprétation difficile. Dans le ciel il n’y a aucun personnage céleste, mais cela est devenu très fréquent sur les ex-voto marins depuis les années 1830. Aucune légende au bas de l’image ne nous donne des précisions sur la date, le donateur ou le motif du don. Rien même n’indiquerait qu’il s’agisse d’un ex-voto, si la toile ne se trouvait, au milieu d’autres tableaux votifs, sur les murs du sanctuaire de Notre-Dame de Pitié à Sanary. Mystère des ex-voto marins tardifs, dont on ne sait s’ils ont été remis en action de grâce d’un événement particulier ou comme un simple témoignage de dévotion d’un marin.

 

Ph. 75. Notre-Dame de Pitié à Sanary. Toile, 32 x 54 cm.

Ph. 75. Notre-Dame de Pitié à Sanary. Toile, 32 x 54 cm.

 

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.



Citer ce billet
bcousin (2024, 18 mars). Représentation en Provence de ex-votos marins (12). Pôle Image-Son. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1cz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search