Qui sont les peintres des ex-votos provençaux ? (15)

On sait peu de choses sur les peintres d’ex-voto, qu’on ne rencontre guère dans les documents d’archives. Dans la plupart des cas, du moins jusqu’au milieu du XIXe siècle, ils ne signent pas leurs tableaux. On en est donc réduit à quelques conjectures, permettant d’identifier des « mains ». Ce sont les peintres d’ex-voto marins qui, les premiers, signent leurs œuvres. À Marseille, Antoine Roux, né en 1765, fils de Joseph Roux hydrographe qui vendait des instruments de marine sur le port, réalisa d’abord des carnets de croquis, puis se spécialisa dans le « portrait de navire ». Ses aquarelles, finies à la plume, étaient destinées à orner les cabines des commandants de bord ou les salons des négociants et armateurs. La qualité de son travail caractérisé par la précision de la représentation des navires et le rendu réaliste de l’élément aquatique, attira aussi la clientèle des donateurs d’ex-voto marins. Il est l’initiateur d’un nouveau modèle iconographique de tableau votif, où le navire est montré dans la tempête, et où l’espace céleste, avec la Vierge et l’enfant, n’occupe qu’une place très réduite dans le ciel d’orage. L’ex-voto remis en 1829 par le capitaine en second Antoine Levans de la goélette « La Bonne Emma » en fournit un bon exemple. Le navire, qui a pris un coup de vent de nord-ouest dans le golfe du Lion, est en difficulté : le mât du petit hunier est brisé, la goélette est fortement engagée de l’avant ; quatre hommes sont visibles sur la dunette arrière. Une ligne blanche sépare l’aquarelle d’une légende écrite en lettres cursives blanches sur fond noir, précisant le nom du donateur et les circonstances du péril encouru.

Ph. 84. Notre-Dame de Bon Port à La Garoupe. Papier, 45 x57 cm.

Ph. 84. Notre-Dame de Bon Port à La Garoupe. Papier, 45 x57 cm.

Antoine Roux eut trois fils qui tous persévérèrent dans la voie tracée par leur père. Le cadet, Frédéric, né en 1805, peignit quelques ex-voto en Provence, avant de partir étudier la peinture à Paris dans l’atelier d’Horace Vernet, puis de s’établir comme hydrographe au Havre. Le plus jeune des fils Roux, François fut aussi un grand peintre de marine, dont on a conservé une dizaine d’ex-voto répartis de 1842 à 1871. Mais c’est au fils aîné, prénommé Antoine comme son père, que l’on doit le plus grand nombre d’ex-voto marins. C’est lui qui reprit la boutique paternelle d’hydrographe, sur le port de Marseille. Il signe ses aquarelles votives «Antoine Roux fils aîné». Sa production s’échelonne de 1827 à 1872 et se retrouve dans tous les sanctuaires marins provençaux, où s’exprime son sens de la dramaturgie : ciels tourmentés, flots déchaînés, navires ballottés. Mais Antoine fils sait aussi représenter un accident de navigation par temps calme, comme cet abordage, évité d’extrême justesse le 21 avril 1860 entre un brick grec et le grand trois-mâts La Mathilde. Pour bien nous montrer la manœuvre dangereuse, le peintre biaise avec la réalité, puisque la légende précise que c’est pendant la nuit qu’elle eut lieu, alors qu’il choisit de nous la peindre sous un ciel d’aurore. L’ex-voto commandé par le capitaine en second et cinq membres de l’équipage de La Mathilde précise que « un abordage devant infailliblement avoir lieu ne fut évité avec l’aide de la Providence que par une manœuvre habile ». Dans le ciel une Vierge à l’enfant est comme surajoutée à la scène marine, probablement à la demande du donateur, car la représentation céleste est exceptionnelle sur les ex-voto d’Antoine Roux fils.

Ph. 85. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Papier, 34 x 44 cm.

Ph. 85. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Papier, 34 x 44 cm.

Les peintres d’ex-voto marins constituent un cas spécifique. Si l’on excepte quelques peintres du dimanche, la plupart des tableaux votifs sont dus aux pinceaux de membres de professions artisanales touchant peu ou prou à la décoration et exerçant comme activité annexe celle de peintre d’ex-voto, comme les peintres en bâtiment V. Martin et P. Gondran à Hyères et J. Creste à Fréjus, ou le maçon J. Ollivier à Toulon, l’ébéniste Clavier à Draguignan ou encore le menuisier Eusèbe Nicolas, né au Beausset en 1824. Eusèbe Nicolas est le fils de Pierre Antoine Nicolas, maçon, qui signe d’une écriture peu sûre le registre d’état civil. Eusèbe, sourd-muet de naissance, a grandi dans un milieu de petits artisans, dans un village conservateur blotti au pied de sa chapelle protectrice; la peinture de tableaux votifs réalisés à la demande de Beaussetans pour être déposés dans la chapelle Notre-Dame, est pour lui plus qu’une activité annexe et peu rémunératrice (il fait payer cinq francs la réalisation d’un ex-voto) : c’est un moyen unique de s’exprimer, une prise de parole par l’image, dans un cadre préétabli et codifié, celui de l’ex-voto peint. Cela explique la minutie, le soin qu’il met à peindre ses tableaux, son goût du détail précis et bien réalisé. Nul doute, aussi, que ces ex-voto exposés dans la chapelle aux yeux de tous soient, pour Eusèbe Nicolas, un objet de fierté. La phrase qu’il écrit au dos du premier ex-voto qu’il peint en 1852, alors qu’il n’a que 24 ans, l’atteste: « Cela ira à N.-D. du Beausset quand il sera fini, il sera le plus joli de l’ermitage »Ce tableau fut peint à la demande d’Honorine Audiffren, « préservée de la foudre par la Sainte-Vierge du Beausset-Vieux »La maladresse du peintre est encore sensible sur cette première œuvre où il ne maîtrise guère la perspective : le rapport de taille, entre les personnages au premier plan et la maison traversée par la foudre, est disproportionné. Cependant déjà sont fortement présents les deux caractères qui vont marquer la production d’Eusèbe Nicolas : son insertion dans une tradition picturale votive, et la marque d’une manière personnelle. La tradition, c’est l’ordonnancement général de la scène, avec une structure en diagonale : en haut à gauche, la Vierge à l’enfant dans son halo de lumière et sa mandorle de nuages, en bas à droite la victime sauvée par l’intercession mariale, qu’un rayon lumineux matérialise. Mais déjà s’affirme l’originalité du trait et des coloris qui caractérise les tableaux d’Eusèbe Nicolas.  Ainsi la Vierge à l’enfant, dans son nuage, flotte au-dessus d’une colline dominée par une chapelle entourée de cyprès; ce paysage stylisé est celui du sanctuaire du Beausset-Vieux : la Vierge salvatrice a donc un nom, c’est celle du terroir. Derrière les maladresses d’exécution, la précision du dessin, le fini des couleurs traduisent la volonté du peintre de bien faire, et même pourrait-on dire de faire de son mieux: les formes rondes sont nombreuses (nuages, feuillage des arbres); le dessin se fait aussi anecdotique en valorisant un détail signifiant, comme le pied droit de la victime déchaussé par la foudre.

Ph. 86. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Papier, 25 x 34 cm.

Ph. 86. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Papier, 25 x 34 cm et image “à la une”.

Dans l’abondante collection d’ex-voto peints du sanctuaire vauclusien de Notre-Dame de Lumières, neuf tableaux des années 1856 – 1858 sont bien identifiables comme étant de la même main, quoique non signés. En effet l’espace céleste y est représenté de manière identique : la Vierge debout, couronnée, avec l’enfant à son bras, est entourée d’une guirlande de nuages prenant la forme d’une amende, rayonnant de lumière. Le plus récent de ces tableaux est aussi le plus original. La peinture, réalisée sur métal, présente une scène classique de maladie : dans une chambre très simple, un homme est alité et une femme agenouillée en prière face à l’apparition de la Vierge. L’ensemble de la scène est inscrit dans une guirlande de fleurs, au-dessous de laquelle une longue inscription rend gloire aux mérites de Marie. Enfin un détail attire l’attention : le malade tient dans ses mains un petit tableau : c’est l’ex-voto, ainsi représenté dans une composition en abîme. Le verso du tableau nous livre la clé de cette petite énigme. On peut en effet y lire « Le peintre qui lafet cet lui qui ressut la grasse qui doi la santé a notre dame de lumières fète a Vaison, (Vaucluse) 1858, le 20 juillet Philippus Bruningo peintre ». On remarque tout d’abord une orthographe beaucoup moins maîtrisée que pour l’inscription du recto, que le peintre a dû faire relire, pour éviter les fautes. Ensuite cette inscription du verso nous confirme bien que le donateur et le peintre sont ici la même personne, ce qui explique qu’il se soit représenté au lit, le tableau à la main. Enfin ce texte nous livre le nom de l’auteur, qui, rappelons-le, n’a pas signé ses tableaux.

Ph. 87. Notre-Dame de Lumières à Goult. Métal, 39 x 50 cm.

Ph. 87. Notre-Dame de Lumières à Goult. Métal, 39 x 50 cm.

 

Jules Roméo est un bon exemple de peintre d’ex-voto provençal. Né à Aix en 1832 de parents inconnus, il épouse une orpheline venue des Hautes-Alpes pour s’employer comme fille de chambre à Marseille. Il vit et travaille dans le quartier populaire de la vieille ville, près du port, rue du grand puits. Il est « peintre en décor », mais touche aussi au faux-bois, à la dorure, au marbre, à la vitrerie, à l’encadrement, c’est-à-dire à l’artisanat du décor. Il a peint, sur toile, plusieurs dizaines d’ex-voto entre 1864 et 1900, mais ce n’est pour lui qu’une activité secondaire, proche toutefois de son activité principale. Sa peinture relève de ce que l’on appelle l’art populaire : les faiblesses sont visibles, notamment dans la représentation des personnages, qu’il évite de figurer de face, mais le travail est réalisé avec soin et une maîtrise certaine dans la composition des scènes, notamment d’extérieur. La plupart de ces tableaux votifs se trouvent dans le grand sanctuaire marseillais de Notre-Dame de la Garde, mais aussi dans huit autres chapelles de Provence occidentale comme à Notre-Dame d’Inspiration d’Aups pour la scène d’accident de la circulation, où un enfant passe sous les roues d’une diligence tirée par deux chevaux. Au bas de ses ex-voto, il porte la mention « Jules Roméo peintre rue du Gd-Puits, 17 Marseille ». C’est une signature, mais aussi une marque de fabrique, et même une discrète publicité.

Ph. 88. Notre-Dame d'Inspiration d'Aups. Toile, 33 x 40 cm.

Ph. 88. Notre-Dame d’Inspiration d’Aups. Toile, 33 x 40 cm.

Si la grande majorité des donateurs d’ex-voto eurent recours à un peintre spécialisé, quelques uns réalisèrent eux-mêmes leur tableau. Parmi ces donateurs auteurs de leur œuvre, il en est un qui se singularise. Jean-Joseph Aubergy est charpentier de marine à Martigues. En 1836 il fait une chute, en construisant une tartane. Il en réchappe et décide d’offrir un ex-voto à la Vierge de Miséricorde, dont la chapelle domine le petit port. Immobilisé quelque temps par sa convalescence, il profite de cette inactivité pour peindre lui-même le tableau, ayant quelques connaissances en dessin, et sachant écrire, ce qui lui permet d’y ajouter une légende. Pour réaliser son tableau, il va s’inspirer des ex-voto déposés dans la chapelle. Mais cet homme, qui approche la cinquantaine, a une histoire, une vie derrière lui, au cours de laquelle il a plusieurs fois frôlé la mort. Or il n’a jamais remis d’action de grâce : c’est l’occasion d’acquitter en une fois toutes ses dettes envers le Ciel. La composition du tableau votif de Jean-Joseph Aubergy est très originale. La majeure partie de l’espace pictural est occupée par la représentation de sa chute de la tartane en construction, située au centre de l’image. Comme sur les autres ex-voto de cette époque, cette scène est montrée dans un décor soigné et réaliste : sur le chantier, au bord du canal, on voit trois tartanes à des niveaux différents de finition ; à l’arrière plan on distingue les maisons basses des pêcheurs. La mention EX-VOTO écrite en majuscules sur un déroulé précise la destination votive de l’œuvre, qu’une légende, en écriture cursive, sur un bandeau blanc, en bas de l’image, commente :

« Les quatre épauques mémorables de Jean Joseph Aubergy depuis 1787 le 5 juillet au 1836 le 16 juillet. Je rend grâce à Dieu et Marie par leur grandeur ; audoteur B et F par leur talans ; a mon épouse pour sa patience et les amis par la force des bras mon tiré » (puis deux mots illisibles).

Quatre époques mémorables : en effet, outre la scène centrale de la chute du bateau en construction, l’aquarelle présente cinq cartouches au registre supérieur, dont les trois centraux figurent Jean-Joseph Aubergy dans des situations difficiles, à trois époques de sa vie. Chacun d’entre eux comporte une brève légende qui situe l’événement dans l’espace et le temps. Successivement, on le voit à « Toulon le 6 9bre 1808 » : le port est bloqué par les navires anglais, que l’on aperçoit au fond de la rade ; Jean-Joseph, que l’on voit au premier plan à côté d’un vaisseau, doit être l’un des trois mille ouvriers rassemblés par l’Empereur pour reconstituer rapidement une flotte de guerre. Dans un deuxième temps, Jean-Joseph, militaire, est encadré par deux soldats ennemis qui l’ont fait prisonnier, au début de la campagne de France, lorsque les troupes des coalisés pénètrent en Lorraine, comme le précise la légende : « a leuraine le courant du mois de 10bre 1813 ». La troisième scène des cartouches se situe douze ans plus tard, sur les bords de l’étang de Berre : « a la fabrique de Rassuen 1825 ». C’est un accident de travail : Jean-Joseph est jeté à terre par un arbre vertical à roue dentée. Les deux autres cartouches du registre supérieur sont consacrés à la représentation céleste, dédoublée : à gauche un saint figuré en buste reliquaire, à droite la Vierge de Miséricorde, patronne du sanctuaire. Jean-Joseph Aubergy a fait de cet ex-voto un témoignage sur sa vie, une autobiographie peinte.

Ph. 89. Notre-Dame de Miséricorde à Martigues. Papier, 29 x 40 cm.

Ph. 89. Notre-Dame de Miséricorde à Martigues. Papier, 29 x 40 cm.

 

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux représentant des scènes de violence (13), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.



Citer ce billet
bcousin (2024, 18 mars). Qui sont les peintres des ex-votos provençaux ? (15). Pôle Image-Son. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1d2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search