Ex-voto provençaux représentant des scènes de violence (13)

Les violences  ne représentent au total qu’une faible part des ex-voto provençaux, moins de 3%. C’est beaucoup moins, par exemple, qu’en Italie du sud. Il n’y a guère d’agressions dans l’espace public, mais quelques conflits domestiques ou sur le lieu de travail. Dans le village de Peynier, entre Aix et Marseille, le 9 février 1817, Claire Michel doit faire face à une violence conjugale extrême, dont nous ne connaissons pas la cause. La scène se passe dans la chambre à coucher ; les époux sont en tenue de nuit. Joseph Roubin s’en prend à sa femme avec un rasoir. Il la blesse au cou, mais en se défendant, elle casse le rasoir. Pendant que le mari part chercher un autre rasoir, l’épouse se recommande à la Vierge, et a la présence d’esprit de sortir de la chambre pour appeler au secours, et d’enfermer son mari dedans. Accompagné d’une longue légende descriptive, le tableau est lui-même très suggestif. L’homme brandit le rasoir et essaye d’ouvrir la porte de la chambre. Sa chemise de nuit est tâchée du sang des premières blessures qu’il a infligées à sa femme. Celle-ci s’est réfugiée derrière la porte, avec la Vierge dans son nuage au-dessus d’elle, constituant ainsi un espace féminin, à gauche du tableau, qui fait face à la fureur masculine. Le décor, sommaire, de la chambre est cependant montré avec précision : le lit ouvert, comme la porte de l’armoire où est rangé le linge, et où se trouvait probablement aussi le rasoir. Au-dessus du lit le crucifix et le bénitier sont des objets de piété que l’on rencontre fréquemment dans les intérieurs provençaux. La lampe à huile, dite « calen », et le pot de chambre complètent cet intérieur de milieu populaire.

Ph. 76. Notre-Dame du Château à Allauch. Bois, 29 x 42 cm.

Ph. 76. Notre-Dame du Château à Allauch. Bois, 29 x 42 cm.

Sur cet ex-voto du 9 août 1867, la violence se produit sur le lieu de travail, entre deux ouvriers, vêtus l’un et l’autre d’un pantalon bleu et d’une chemise claire aux manches retroussées. Autour d’eux, plusieurs grandes poutres indiquent que l’on est soit dans une scierie, soit sur un chantier. L’un des hommes est à terre, l’autre le menace avec une herminette, outil professionnel de charpentier. L’espace céleste, qui occupe une large place sur ce tableau, est structuré en deux niveaux, comme sur certains retables provençaux : saint Quinis, un évêque du VIe siècle, natif de Vaison et vénéré dans le Var, patron de la chapelle de Camps où fut déposé l’ex-voto, est représenté agenouillé aux pieds de Marie, ce qui est signe d’une hiérarchie entre les protecteurs célestes, la Vierge étant au-dessus du saint.

Ph. 77. Saint-Quinis à Camps. Carton, 54 x 38 cm.

Ph. 77. Saint-Quinis à Camps. Carton, 54 x 38 cm.

Les guerres constituent la forme de violence le plus souvent représentée sur les ex-voto provençaux. Il arrive que les conflits soient l’occasion d’ex-voto remis par toute une communauté d’habitants, quand celle-ci est préservée lors d’un siège ou du passage de troupes. C’est le cas du village de Signes, à quelques kilomètres au nord de Toulon, point limite de l’avancée au cœur de la Provence des troupes impériales et savoyardes, qui lors de la guerre de succession d’Espagne avaient passé le Var et cherchaient à prendre le port de Toulon, menacé par mer par la flotte anglo-hollandaise.  Le tableau de grande taille est dédié à saint Jean-Baptiste, «patron de ce lieu». Il montre les armées du Duc de Savoie, Victor Amédée, aux portes du village. Sous l’image, une longue inscription précise les circonstances de ce don qui a été réalisé suite au vœu fait par les habitants pour remercier le saint de « les avoir délivrés par son intercession auprès de Dieu des malheurs dont la communauté était menacée par le duc de Savoye ». Il est intéressant de noter que ce vœu date du 9 août 1707, alors que les armées savoyardes ne se replieront que le 27 août en levant le siège qu’elles avaient mis devant Toulon depuis le 29 juillet. L’ex-voto concerne donc bien un épisode particulier de cette opération militaire, l’avancée sur le village de Signes. Lors du repli des armées savoyardes plusieurs villes, comme Fréjus ou Puget, ont été incendiées par les troupes. Roquebrune, qui fut épargnée, remit elle aussi un ex-voto en remerciement, adressé à la Vierge. On peut enfin remarquer que sur le tableau votif des habitants de Signes, saint Jean-Baptiste est invoqué non pour la protection qu’il aurait apporté lui-même, mais pour son intercession auprès de Dieu, formule plus conforme à la théologie catholique.

Ph. 78. Saint-Jean-Baptiste à Signes. Toile, 77 x 59 cm.

Ph. 78. Saint-Jean-Baptiste à Signes. Toile, 77 x 59 cm.

Les guerres de la Révolution et de l’Empire ont laissé peu de traces sur l’ex-voto provençal. Il est vrai qu’elles ont pratiquement épargné le sol de la province. Mais le sanctuaire de la Garoupe possède un dessin à l’encre aquarellé montrant l’engagement du vaisseau « Le Vrist-Surre » dans l’une des plus célèbres bataille navales de l’histoire de cette période, celle qui opposa la flotte anglaise de l’amiral Nelson aux flottes française et espagnole au large du Cap Trafalgar le 21 octobre 1805. La scène se situe au cœur des combats : au milieu d’épais nuages de fumée dégagés par les tirs des canons, bien visibles sur le flanc des vaisseaux, on distingue de grands navires de guerre, toutes voiles dehors, battant pavillon français, espagnol et anglais, engagés dans des combats de près. Dans les flots, des mâts brisés sont le signe de la violence de la bataille. L’ampleur de la scène ne permet pas de distinguer les hommes sur les bateaux. Il n’y a pas de place, non plus, pour l’espace céleste dans ce tableau qui s’en tient à la représentation des navires. L’inscription apporte peu de précisions, en dehors du nom de Jacques Vernet, donateur ou auteur.

Ph.79. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Papier, 24 x 33 cm.

Ph.79. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Papier, 24 x 33 cm.

Après la chute de l’Empire, le retour dans sa famille du soldat, qui avait quitté son village plusieurs années auparavant pour de longues campagnes militaires, donne lieu à plusieurs ex-voto individuels, dans des sanctuaires différents. Au Beausset-Vieux, l’ex-voto du 6 février 1815 fête le retour de ce soldat de la grande armée, revenu sain et sauf. Le grenadier est représenté, un genou en terre, en uniforme et avec ses armes, le sabre au fourreau, et le fusil, avec sa baïonnette. À côté de lui, agenouillée et les bras croisés sur la poitrine, une femme remercie la Vierge du retour de son fils (ou de son époux). Marie est représentée de face dans les nuées ; de sa main droite levée partent des rayons lumineux en direction du soldat et de la femme, matérialisant la protection qu’elle leur a accordée. La scène humaine se situe dans un décor extérieur, avec de la végétation ; au sommet de la colline, la présence de la chapelle du Beausset atteste du retour au pays.

Ph. 80. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Papier, 24 x 30 cm.

Ph. 80. Notre-Dame du Beausset-Vieux. Papier, 24 x 30 cm.

Alors même que l’ex-voto peint est en très net recul au XXe siècle en Provence, ce sont les deux conflits mondiaux qui nous livrent le plus grand nombre de tableaux relatifs à la guerre. Ce dessin au fusain, daté de 1922, déposé dans un sanctuaire varois, montre un campement de chasseurs alpins, avec des baraquements en bois, dans un paysage de montagne. Trois soldats en uniforme sont assis sur des bancs; ils écrivent à leur famille : l’encrier est sur la table, deux ont la plume à la main, le troisième cachette une enveloppe. Autour d’eux, d’autres soldats, au repos, vaquent à diverses occupations. Dans le campement on voit des bidons, des tonneaux, des récipients, mais point d’armes. Si nous sommes bien à l’armée, rien ne montre la guerre. La Vierge est présente, en haut à droite de la composition. L’inscription, placée au-dessous de l’image, a la concision de celles que l’on peut lire sur les plaques de marbres votives, très nombreuses à cette époque, avec simplement les initiales du donateur : «1914 Reconnaissance à N.D. du Fenouillet. C.P. 1918 ».

Ph. 81. Notre-Dame du Fenouillet de La Crau. Papier, 66 x 51 cm.

Ph. 81. Notre-Dame du Fenouillet de La Crau. Papier, 66 x 51 cm.

Ce tableau  de 1940 est l’un des rares à montrer des militaires au combat : sous les bombardements ennemis qui ont détruit une ferme, trois soldats tiennent le contrôle d’une route, à six kilomètres du village de Pertin, avec une barrière en barbelés et une mitrailleuse. Deux des soldats actionnent l’arme, le troisième regarde la cible avec des jumelles. Au-dessus de cette scène de guerre réaliste, dans le ciel est esquissée une Vierge à l’enfant, d’où émanent des rayons lumineux en direction des soldats. L’action se situe dans le Nord de la France, dans la zone de combats, donc loin du sanctuaire où l’ex-voto a été déposé. Probablement le donateur est-il un soldat originaire de la région de Hyères, mobilisé et envoyé au front.

Les attaques aériennes, mitraillages et bombardements, firent de nombreuses victimes civiles au cours de la guerre de 1939-1945. Parmi ceux qui vécurent ces dangers et en réchappèrent, plusieurs remirent un ex-voto en remerciement. Ce fut le cas d’Armand Zeoli, ouvrier électricien marseillais, fils d’immigrés italiens, qui fut requis au S.T.O. et envoyé en Allemagne au complexe métallurgique de Hallendorf, près de Brunswick. Ils étaient des milliers d’ouvriers requis et de prisonniers à y travailler. Ils vivaient dans des baraquements, à côté desquels on avait creusé des abris pour se protéger des bombardements alliés, nombreux à partir d’avril 1943 jusqu’à celui du 14 janvier 1945 qui détruisit le site. Par deux fois, lors d’attaques aériennes violentes, Armand Zeoli, promit de remettre un ex-voto à la Bonne-Mère. C’est lui-même qui exécuta l’aquarelle qu’il déposa en 1950 au sanctuaire de Notre-Dame de la Garde. La scène principale montre le bombardement du camp par plusieurs avions alliés. Les bombes causent de gros dégâts : explosion au fond, cratère creusé dans le sol au premier plan. Deux cartouches complètent le tableau : en bas à droite on voit l’abri souterrain où les hommes se sont réfugiés alors que les bombes tombent ; au premier plan le donateur prie, un chapelet à la main. En haut, dans un second cartouche figure la Vierge protectrice. La légende porte les dates 1943 – 1945, correspondant à la période du séjour forcé en Allemagne du donateur.

Ph. 82. Notre-Dame de la Garde à Marseille. Papier, 50 x 62 cm.

Ph. 82. Notre-Dame de la Garde à Marseille. Papier, 50 x 62 cm.

Dans une période où la pratique de l’ex-voto peint se fait rare, les guerres liées à la décolonisation ne sont à l’origine que de quelques tableaux, comme celui d’Henri Mangiapan, remis par sa mère au sanctuaire marial de la Garoupe à la suite de son retour d’Indochine, quelques mois avant Dien-Bien-Phu. Au milieu d’une exubérante nature tropicale, trois militaires font feu sur un ennemi invisible. Deux portent le casque, épaulent et tirent avec leur fusil ; le troisième, avec un chapeau en toile à large bords, utilise une arme de poing. Dans le ciel, la Vierge et l’enfant apparaissent sous les traits de la statue du sanctuaire marin, tenant l’une un bateau, l’autre une ancre.

Ph. 83. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Papier, 45  x 31 cm.

Ph. 83. Notre-Dame de Bon-Port à La Garoupe. Papier, 45  x 31 cm et image “à la une”.

 

Cette série de billets rédigée par Bernard Cousin, historien (UMR Telemme Aix-Marseille Université – CNRS), mise en ligne par Véronique Ginouvès (CNRS, UAR3125) en mars 2024, propose une analyse du contenu des images votives dans différents sanctuaires de Provence organisée par thématiques après une introduction générale (1) : Sanctuaires à ex-voto (2), Espace céleste (3), Attitudes de prière (4), Maladie (5), Naissance et petite enfance (6), Risques naturels (7), Vie au village (8), Chutes (9), Accidents du travail (10), Accidents de la circulation (11), Ex-votos marins (12), Ex-voto provençaux atypiques récents (14) ; il sont suivis par un billet qui interroge l’identité des  peintres des ex-votos provençaux. Tous les billets peuvent être lus de façon groupée sous ce lien.



Citer ce billet
bcousin (2024, 18 mars). Ex-voto provençaux représentant des scènes de violence (13). Pôle Image-Son. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1d0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search