Médias informatisés et énonciation éditoriale, par Yves Jeanneret et Emmanuel Souchier (Les écritures d’écran, 18-19 mai 2005)

Présentation de la communication d’Yves Jeanneret et Emmanuel Souchier lors du colloque Les écritures d’écran : histoire, pratiques et espaces sur le Web, 18 et 19 mai 2005, Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

***

Nous souhaitons mettre l’accent dans cette communication sur un aspect sous-estimé dans les débats actuels sur les transformations de l’écriture : la façon dont l’informatisation des médias modifie les conditions et les formes de l’énonciation éditoriale. Par cette notion, nous entendons l’ensemble complexe, souvent anonyme, des pratiques qui confèrent au texte sa forme matérielle, permettant de le donner à lire et à manipuler. Ce processus, qui fait que toute écriture est soumise à l’emprise de formes qui opèrent en amont de la fonction auctoriale, n’est nullement propre aux médias actuels, les médias informatisés. Tout texte écrit, production anonyme, œuvre prestigieuse, message médiatique, se déploie à l’intérieur d’une image du texte. Mais l’écrit d’écran confère à ce processus une dynamique, une ampleur et une teneur technique et sémiotique nouvelles.

Élucider ce processus, ne serait-ce qu’en partie, nous semble particulièrement important pour trois raisons essentielles :

  • l’image du texte est désormais l’un des objets autour desquels s’organise une industrie culturelle qui, non contente de diffuser des objets de communication, comme elle le fait depuis longtemps, dissémine les conditions de possibilité de la communication ;
  • dans ce processus, qui fait de certains logiciels des architextes, formes d’écriture de l’écriture, la propagation et la normalisation des formes reposent sur des relations nouvelles entre les objets et les pratiques ;
  • au fil de cette industrialisation de l’énonciation éditoriale, les pouvoirs de l’écrit se trouvent redistribués, entre ceux qui dessinent les formes, ceux qui les subissent et ceux qui les déplacent.

Un tel point de vue est décalé par rapport au discours antithétique qui domine les débats relatifs au passage du document imprimé au document numérique, débats qui se fixent systématiquement sur des alternatives : entre auteur et lecteur, entre linéaire et non-linéaire, entre secret et publicité, etc. Ce n’est pas que ces questions (des rapports d’autorité sur le texte, des pouvoirs du programme sur les formes, de la définition des espaces publics, etc.) ne soient essentielles. Mais, pour les poser précisément, il faut admettre qu’elles sont médiatisées par un certain stade d’industrialisation de l’énonciation éditoriale. L’auteur et le lecteur n’ont jamais été face-à-face, dans la pureté immortelle de leurs regards, parce que la médiatisation de l’écrit (manuscrit, imprimé, visualisé, affiché, informatisé) repose sur une matérialisation sociale des formes. Mais ce qui s’interpose entre eux, ou plutôt les surplombe, dans tout acte d’écriture, est aujourd’hui d’une teneur particulière, qu’il faut savoir reconnaître et interroger.

Nous nous y emploierons en prenant pour objet les formes les plus triviales de l’image du texte dans les logiciels de très grande diffusion, du traitement de texte aux présentations projetées.

Bibliographie :

  • Souchier, E. Lire & écrire : éditer. Des manuscrits aux écrans. Mémoire pour l’HDR, Université Paris 7, 1997.
  • Jeanneret, Y. Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ? Lille : Septentrion, 2000.
  • Souchier, E., Jeanneret, Y, Le Marec, J (dir.) Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés. Paris : BPI, 2003.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document619.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.