De la destination des journaux intimes en ligne, par Oriane Deseilligny (Les écritures d’écran, 18-19 mai 2005)

Présentation de la communication d’Oriane Deseilligny lors du colloque Les écritures d’écran : histoire, pratiques et espaces sur le Web, 18 et 19 mai 2005, Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

***

Le support électronique accueille actuellement un foisonnement de pratiques d’écritures créatives et personnelles dont il est bien difficile d’avoir un aperçu global, tant celles-ci sont diverses et souvent volatiles.

Avant d’être une écriture d’écran, les journaux intimes en ligne, qui seront l’objet de cette communication, relèvent de l’écriture de soi : fondés par un projet introspectif, ils sont écrits par des diaristes pour qui la linéarité et la régularité de l’écriture constituent un instrument de connaissance de soi. L’écran qui fait face au diariste dans ce mouvement réflexif introduit un tiers dans ce dialogue de soi à soi. Et le lecteur, jadis banni du journal, est désormais sollicité ; mais le rôle que lui confère en filigranes le texte intime est-il pour autant plus clair ?

Notre exposé s’articulera en deux temps distincts :

  1. La première partie sera l’occasion d’une rapide réflexion sur les rapports entre journaux intimes en ligne et blogs – que le débat ultérieur viendra sans doute nourrir. Dans le vaste continent des écritures en ligne, ces journaux intimes constituent en effet un type de mise en forme de soi à la marge du phénomène très médiatisé des blogs. Nous nous efforcerons ici d’en pointer quelques distinctions formelles : de même que tous les journaux intimes sur le web ne sont pas des blogs, tous les blogs ne sont pas « intimes ».
  2. Dans une seconde partie, nous poserons la question de la destination de ces journaux intimes. Souvent associé à l’image de la bouteille à la mer, le journal intime sur le Web interroge la figure du destinateur et du destinataire : traditionnellement cantonné à la seule (re)lecture du diariste, le journal intime est, sur Internet, immédiatement mis en circulation et donné à lire.

A partir de la réflexion que Derrida mène sur la destination – et son aporie – dans La carte postale, nous interrogerons cette idée de l’adresse des journaux intimes en ligne. Publiés sur le Web, ces derniers sont-ils pour autant destinés à des lecteurs inconnus ? L’écriture de journaux intimes en ligne semble en effet bien illustrer la relecture que Derrida fait du jeu de la bobine de Freud, et qui formule cette énigme de la destination en termes d’absence, de présence et d’adresse.

Bibliographie :

  • DERRIDA J.,  La carte postale, de Socrate à Freud et au-delà, Aubier, 1980
  • FOUCAULT M., «  L’écriture de soi », in Corps écrits, n°5, 1983
  • FREUD S., Au-delà du principe de plaisir. Essais de psychanalyse, Petite  Bibliothèque Payot, 1997
  • MERLIN H.,  « La question de la destination : considérations théoriques », in Eloge de l’adresse, études réunies par Anne Chamayou, Cahiers scientifiques de l’Université d’Artois, Artois presses université, 2000
  • REID M.,  « Ecriture intime et destinataire », in L’épistolarité à travers les siècles. Geste de communication et/ou d’écriture, sous la dir. de Mireille Bossis et de Charles A. Porter, Stuttgart,  F. Steiner, 1990
  • ROUSSET, J., « Le journal intime, texte sans destinataire ? », in Poétique, 56, novembre 1983.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document616.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.