Transcrire les pratiques : remplissez les champs, par Joëlle Le Marec (Les écritures d’écran, 18-19 mai 2005)

Présentation de la communication de Joëlle Le Marec lors du colloque Les écritures d’écran : histoire, pratiques et espaces sur le Web, 18 et 19 mai 2005, Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

***

Cette communication ne porte pas sur les résultats d’une recherche à proprement parler, mais plutôt, sur la mise en relation entre une réflexion de longue date sur la dimension empirique de la réflexivité dans nos pratiques, un retour sur des observations empiriques réalisées lors de recherches réalisées sur plusieurs terrains à des périodes très différentes (musées, bibliothèques, université) et une réaction en tant qu’acteur professionnel confronté aux changements de nos conditions professionnelles d’écriture et de lecture.

C’est par un retour sur des enquêtes antérieures que je reviendrai sur des interprétations effectuées à l’époque. La présentation prendra la forme d’une série de petits récits soumis à la réflexion.

Je souhaiterais discuter l’hypothèse selon laquelle les usages de l’écriture à l’écran sont prescrits mais aussi interprétés par les chercheurs, de manière très différente selon qu’on a affaire au usages « du public » (ce qui équivaut en général à une situation socialement construite comme étant de la réception), ou aux usages « professionnels », l’interprétation de la signification de l’acte d’inscrire ou non quelque chose étant un des principes qui organisent la différence entre les deux, et la recherche participant très fortement de la formalisation du rapport entre ceux qui inscrivent (y compris au nom des autres) et ceux qui sont n’inscrivent rien.

C’est lorsque les publics cessent de l’être pour devenir des interlocuteurs revendicatifs organisés en association par exemple, que l’on peut voir apparaître des revendications pour négocier les formalismes qui cadrent les actes d’écriture. Les recherches sur les pratiques scientifiques amateurs apportent de nombreux exemple de cette « lutte » pour la maîtrise des cadres qui contraignent l’écriture du profane : on conteste les grilles fournies, les indicateurs choisis, etc. En ce qui concerne les « publics » (visiteurs et usagers de structures culturelles notamment) dans la mesure où il n’y a guère de revendication, c’est par la confrontation patiente entre ce qui se dit ou fait, et ce qui ne se dit pas ou ne se fait pas dans différents contextes, que l’on peut considérer comme des faits riches de significations le fait de ne pas dire ou de ne pas faire quelque chose et l’engagement dans ces situations de ne pas dire ou faire, par contrainte, par ignorance, par délégation de compétences.

C’est alors que l’on peut développer l’attention à ce qui s’inscrit (que ce soit dans des textes, ou dans les dispositifs qui en organisent la production), à ce qui ne s’inscrit jamais ou bien d’une manière qui ne modifie rien et qui ne pèse d’aucun poids sur les dispositifs, et à ce qui « fait semblant » de pouvoir être inscrit, dans un même espace, qui peut être celui du dispositif en contexte. Nous verrons différents exemples de ces situations, en milieu muséal, avec le cas des livres d’or interactifs et le cas de la conception d’une interface de création d’un audioguide.

En outre, si l’on prend au sérieux la caractérisation des pratiques d’écriture comme allant bien au-delà de la production d’inscriptions textuelles, et s’appliquant également à l’élaboration et la transformation de dispositifs qui organisent la production et la diffusion de ces inscriptions, alors ces distinctions sont relatives à un point de vue à l’intérieur des partages entre publics et professionnels, ou entre professionnels et décisionnaires, etc. Un chercheur professionnel peut étudier les pratiques d’écriture chez autrui, en mobilisant pour ce faire des technologies qui contraignent fortement sa pratique en tant professionnel soumis à des nouvelles normes de production de connaissance.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document612.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.