Vers une société de disponibilité ?, par Sophie Pène (Les écritures d’écran, 18-19 mai 2005)

Présentation de la communication de Sophie Pène lors du colloque Les écritures d’écran : histoire, pratiques et espaces sur le Web, 18 et 19 mai 2005, Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

***

Associé à diverses réformes (le LMD, l’ouverture à l’international, le droit individuel à formation), l’enseignement à distance s’affirme comme une nouvelle façon de dispenser des savoirs. Diffusion de contenus, modes de tutorat et de validation, dispositifs socio-techniques, tout semble pensé pour compenser l’absence et créer, selon l’expression de JL Weissberg, une « présence à distance ». L’espace est la condition modifiée qui frappe les analystes : que devient la classe, évanouie, pulvérisée dans le « à distance » ? La modification essentielle affecte cependant la temporalité : « se connecter » devient le devoir premier du membre d’un groupe. Ne pas s’être connecté crée une obligation intime de justification par rapport aux autres, l’enseignant, le tuteur, les membres. Tous les travaux à distance se font dans un rapport étroit à l’autre : conduite de projet, études de cas, travail dit coopératif : la communauté est liée par la temporalité partagée et par les exigences de production en temps contraint. Le dispositif d’enseignement à distance est une éducation à la disponibilité. Cette disponibilité est matérielle (être là), psychique et affective (vivre ensemble, prendre soin), technique (choisir et utiliser des fonctionnalités synchrones et asynchrones). Elle répond à des exigences modernes dans le mode de travail, le mode de production, la mobilisation des collectifs. A la notion de transmission ou de médiation se substitue l’idée de « co-production » ou de « co-construction » de savoir, l’interaction, les discussions et leur permanence grâce à l’écrit web donnant forme à des processus d’ « intelligence collective ».

La disponibilité, la communauté, l’écriture des savoirs sont, parmi d’autres, des  éléments que les « usages » incitent à examiner, du point de vue d’une sémiologie des écrits,  comme un dispositif,  manifestant les savoirs et les positions subjectives que notre société cherche à rendre visibles et lisibles.

Bibliographie :

  • Azaïs Christian, Corsani Antonella, Dieuaide Patrick (eds), 2001, Vers un capitalisme cognitif. Entre mutations du travail et territoires, Paris, L’Harmattan
  • Deleuze Gilles, 2003, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », in Pourparlers, Editions de minuit,  240-247.
  • Foucault Michel, 2004, « La vie des hommes infâmes », in Philosophie, anthologie, Folio essais, 562-586 – source : Dits et écrits II 237-253
  • Foucault Michel, 2004 « les techniques de soi », Philosophie, anthologie Folio essais, , 844-856 – Source Dits et écrits II 1234-1249
  • Rifkin Jeremy, 2000. L’âge de l’accès, La révolution de la Nouvelle économie, La Découverte.
  • Stiegler Bernard, 2004, Mécréance et discrédit, Galilée.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document621.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search