Vers une société de disponibilité ?, par Sophie Pène (Les écritures d’écran, 18-19 mai 2005)

Présentation de la communication de Sophie Pène lors du colloque Les écritures d’écran : histoire, pratiques et espaces sur le Web, 18 et 19 mai 2005, Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

***

Associé à diverses réformes (le LMD, l’ouverture à l’international, le droit individuel à formation), l’enseignement à distance s’affirme comme une nouvelle façon de dispenser des savoirs. Diffusion de contenus, modes de tutorat et de validation, dispositifs socio-techniques, tout semble pensé pour compenser l’absence et créer, selon l’expression de JL Weissberg, une « présence à distance ». L’espace est la condition modifiée qui frappe les analystes : que devient la classe, évanouie, pulvérisée dans le « à distance » ? La modification essentielle affecte cependant la temporalité : « se connecter » devient le devoir premier du membre d’un groupe. Ne pas s’être connecté crée une obligation intime de justification par rapport aux autres, l’enseignant, le tuteur, les membres. Tous les travaux à distance se font dans un rapport étroit à l’autre : conduite de projet, études de cas, travail dit coopératif : la communauté est liée par la temporalité partagée et par les exigences de production en temps contraint. Le dispositif d’enseignement à distance est une éducation à la disponibilité. Cette disponibilité est matérielle (être là), psychique et affective (vivre ensemble, prendre soin), technique (choisir et utiliser des fonctionnalités synchrones et asynchrones). Elle répond à des exigences modernes dans le mode de travail, le mode de production, la mobilisation des collectifs. A la notion de transmission ou de médiation se substitue l’idée de « co-production » ou de « co-construction » de savoir, l’interaction, les discussions et leur permanence grâce à l’écrit web donnant forme à des processus d’ « intelligence collective ».

La disponibilité, la communauté, l’écriture des savoirs sont, parmi d’autres, des  éléments que les « usages » incitent à examiner, du point de vue d’une sémiologie des écrits,  comme un dispositif,  manifestant les savoirs et les positions subjectives que notre société cherche à rendre visibles et lisibles.

Bibliographie :

  • Azaïs Christian, Corsani Antonella, Dieuaide Patrick (eds), 2001, Vers un capitalisme cognitif. Entre mutations du travail et territoires, Paris, L’Harmattan
  • Deleuze Gilles, 2003, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », in Pourparlers, Editions de minuit,  240-247.
  • Foucault Michel, 2004, « La vie des hommes infâmes », in Philosophie, anthologie, Folio essais, 562-586 – source : Dits et écrits II 237-253
  • Foucault Michel, 2004 « les techniques de soi », Philosophie, anthologie Folio essais, , 844-856 – Source Dits et écrits II 1234-1249
  • Rifkin Jeremy, 2000. L’âge de l’accès, La révolution de la Nouvelle économie, La Découverte.
  • Stiegler Bernard, 2004, Mécréance et discrédit, Galilée.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document621.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.