Les sciences humaines et sociales au miroir des nouvelles technologies, par Pierre Mounier (Les écritures d’écran, 18-19 mai 2005)

Présentation de la communication de Pierre Mounier lors du colloque Les écritures d’écran : histoire, pratiques et espaces sur le Web, 18 et 19 mai 2005, Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

***

L’utilisation des NTIC dans les processus éditoriaux en SHS est souvent vécue par les acteurs comme l’intrusion d’une rationalité externe (c’est-à-dire technique) venant bouleverser des usages bien établis et provoquant des effets de déstabilisation inquiétants. Pourtant, on peut se demander si les phénomènes pointés du doigt par les acteurs (auteurs, éditeurs, bibliothécaires, lecteurs, responsables administratifs et scientifiques) ne sont pas le résultat d’une projection de questions non résolues quant au rôle de chacun, quant aux statuts des écrits, ou même à la place qu’occupent les SHS dans le spectre large de production et de circulation des savoirs. Dès lors, on peut tenter de soutenir la conception des nouvelles technologies non pas comme vecteur d’innovation dans les usages, mais comme révélateur (au sens quasiment chimique du terme) de tensions, d’instabilités, en somme d’une dynamique sociale dont les acteurs ne peuvent débattre que sous une figure méconnue, celle de la médiation technique. On peut essayer de préciser, à partir de quelques exemples concrets, quelles dimensions de l’écriture scientifique sont ainsi révélées dans ce processus.

> Le blog de Pierre Mounier : Homo numericus.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document610.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.