Querido, par Reine Mitri (Les écritures d’écran, 18-19 mai 2005)

Présentation de la communication de Reine Mitri lors du colloque Les écritures d’écran : histoire, pratiques et espaces sur le Web, 18 et 19 mai 2005, Aix-en-Provence, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

***

Un essai vidéo écrit et réalisé par Reine Mitri.

Fiche technique :

  • Titre Original (Espagnol) : Querido
  • Titre Français : Cher
  • Titre Anglais : Dearest
  • Pays : Liban
  • Date de production: ‏2003
  • Durée : 17 minutes
  • Format original : mini DV
  • Langage : Français, Anglais, Espagnol, Italien

Générique :

  • Écriture et réalisation : Reine Mitri
  • Caméra : Rami Sabbagh
  • Montage image: Reine Mitri
  • Mixage son & Effets vidéo: Bissan Qumsieh
  • Post production : Solo Films
  • Performance : Dania Hammoud
  • Narration : Dania Hammoud, Rami Sabbagh, Hanin Ghaddar, Nadim Zakhia

Synopsis :

Tous les jours, on accourt pour voir notre courrier électronique en attendant de nouveaux messages. On reste pendant des heures devant l’ordinateur à lire et écrire des lettres. Chacun de nous est dans son petit coin du monde ; des fois on se retrouve pour vivre un moment unique ensemble. Malgré la distance – entre Mexico, Téhéran, Beyrouth, Santiago et Paris – on arrive à être “connectés”. S’il n’y a pas de moyen pour garder tous ceux qu’on aime à côté de nous tout le temps, peut-être le meilleur moyen de rester réunis (pour toujours ?) serait dans un film.

Querido est une « lettre / vidéo » sur la correspondance, la notion du temps individuel, la distance, les relations, la mort, et le cinéma.

Note sur la production :

80% des images de Querido sont filmées à travers l’écran de l’ordinateur. C’est une alternance de photos qui passent sur scanner, ainsi que des photos digitales et des textes d’email.

Présentation du film :

Partant de cette question principale – « si je meurs un jour, personne ne pourra lire mes emails, et mes amis partout dans le monde, comment vont-ils savoir que je suis mort ? » –, Querido est une réflexion sur l’idée du temps individuel, la phobie de la mort, les relations à distance, l’amour, la correspondance par email, ce qui resterait des traces de l’individu après sa mort, et enfin le cinéma qui serait peut-être la réponse à tout.

Le film est divisé en 3 parties :

  • Existing in time & space : being here & everywhere
  • Reconstructing a moment
  • The imprinted time

Querido contient plusieurs langues (français, anglais, espagnol, italien, persan, chinois, yougoslave) et il n’est pas supposé être sous-titré (surtout la troisième partie où les textes qu’on entend sont des extraits de films et où l’intention est de reproduire un son qui rappellerait une projection dans une petite salle de ciné-club). Le choix de ne pas sous-titrer ce film part d’un esprit d’universalisme ; l’idée principale est exprimée en anglais, puis les différentes lectures et extraits de films sont en différentes langues. Une fois que cette idée principale est comprise, le reste du film devient une série de références auditives et visuelles qui feront appel chez le spectateur à des expériences vécues et des émotions qui remontent à la surface. Peu importe que le spectateur sache qui sont ces personnes dans les photos qui ressemblent à des cartes postale ou un album de famille ; s’il est sensible à la poésie des moments captés, ces personnages deviennent pour lui universels.

La réalisation de Querido est aussi une expérimentation sur les possibilités de l’image vidéo digitale : re-filmer les photos qui passent sur scanner à travers l’écran de l’ordinateur, reconstruire les images, décomposer et recomposer les moments.

Le style épistolaire du film adapté à ce nouveau moyen de communication – l’email – est une réflexion contemporaine sur le concept du temps individuel et de l’espace personnel. Le cinéma incorporé dans cet essai vidéo est un même temps la recherche d’une poésie perdue et de l’immortalité fantasmée.

En sa conception, sa forme, ses questionnements et ses trébuchements, Querido est une existence vulnérable, tout comme la vulnérabilité des existences qu’il assemble.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document639.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.