Les chants de Taos Amrouche : chants berbères de Kabylie

Les chants de Taos Amrouche : chants berbères de Kabylie.
Empreinte digitale, 2002.
CD1 / Chants de l’Atlas
CD2 / Chants archaïques de la Alberca
CD3 / Incantations, méditations, danses sacrées berbères
CD4 / Chants berbères de la meule et du berceau
CD5 / Concert au théâtre de la ville (Paris, 1975)

Compte-rendu réalisé par Véronique Ginouvès (phonothèque de la MMSH).

Taos, la « clairchantante », peut enfin continuer à se faire entendre : le label Empreinte digitale propose une réédition de tous ses anciens vinyles sous la forme de cinq cédés, accompagnés d’un livret qui reprend les textes essentiels qui ont accompagné sa carrière. Ainsi la mission qu’elle avait choisie est accomplie, puisqu’elle voulait perpétuer la tradition orale des chants berbères.

Cette femme née en 1913 n’aura vécu que pour transmettre la culture kabyle à travers ses romans comme à travers ces chants que son frère Jean (dit « El-Mouhouv Le-prestigieux ») avait collectés et transcrits. Le vaste répertoire qui nous est ici présenté semble puiser aux mêmes thèmes que ceux que l’on retrouve dans son œuvre d’écrivain : l’amour malheureux et l’exil. Comme si l’exil, pour le Kabyle, faisait partie d’une réalité ancestrale bien antérieure à l’émigration vers la France.

Mais qu’elle fasse revivre le travail des femmes à la meule ou les cortèges de noces, les mélopées anciennes ou les chants satiriques, les danses sacrées berbères ou les chants populaires archaïques recueillis au Sud de l’Espagne, en Estrémadure , l’auditeur demeure bouleversé par cette voix pathétique et grave qui conserve son pouvoir incantatoire à travers les ans (les enregistrements remontent de 1966 à 1975). Cet aspect magique de sa voix se traduit par exemple par de longues tenues de sons suivis d’une petite note ajoutée ou par des fluctuations de tempo ou des nuances inattendues, des pianissimi soudains, des ornementations originales.

Il ne sert à rien d’ailleurs d’essayer d’expliquer  cette voix étrange et belle, pleine de graves qui s’envole pourtant avec aisance dans l’aigu : elle plonge ses racines dans les cimes du Djurdjura et à travers elle on entend la mère Fathma, la grand-mère Aïni et toute une lignée de femmes berbères.

Le livret, illustré de photographies en noir et blanc, nous offre à lire non seulement les textes qui présentaient les vinyles mais aussi une introduction originale, une discographie, une filmographie, une bibliographie et une trentaine d’extraits de lettres ou d’articles qui sont autant d’hommages et de témoignages sur cette femme qu’André Breton comparait à la reine Néfertiti.

Cet article était initialement publié sur le site www.imageson.org à l’URL http://www.imageson.org/document542.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.